Industrie du futur : les pôles de compétitivité à la manoeuvre !

 |   |  223  mots
L'usine du futur ?
L'usine du futur ? (Crédits : DR)
Le 18 mai, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie lancera la seconde phase de la Nouvelle France industrielle. Selon nos informations, les pôles de compétitivité créent une plate-forme de coordination pour renforcer la compétitivité de l'industrie française dans le domaine de l'industrie du futur.

A Nantes, le 18 mai, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie dévoilera la seconde phase de la Nouvelle France industrielle. Certains contours de ce programme sont d'ores et déjà connus. Des 34 plans initialement créés, seule une dizaine devrait subsister, produit de leur fusions, concentrés sur le thème de l'industrie du futur.

Dans ce contexte, les pôles de compétitivité créés en  2005 devraient jouer un rôle important. Selon nos informations, les pôles, en interaction au sein de l'Association Française des Pôles de Compétitivité, constituent une plateforme de coordination pour renforcer la compétitivité de la France dans le domaine de l'Industrie du Futur, afin de coordonner la thématique entre les acteurs impliqués - citons les PME, les ETI, les grands groupes et le monde académiques -  dans les territoires et de donner une réelle visibilité aux PME innovantes, et développer leur capacité d'exportation.

Lancer des nouveaux produits, la priorité

En clair, la recherche fondamentale doit désormais nourrir la recherche appliquée pour donner ensuite naissance à des produits et des services commercialisables, industrialisables, sources d'emplois pour le futur.

Onze pôles, représentant plus de 3.000 entreprises innovantes, participent à cette plate-forme : Aerospace Valley, ASTech, Axelera, Cap Digital, EMC2, I-Trans, Images & Réseaux, Mont-Blanc Industries, Moveo, Plastipolis et Systematic.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 12:53 :
Les pôles de compétitivité sont de la daube juste pour faire de la comm pour les politiques mais aussi pour les participants ... Ce qu'il faut c'est passer une loi permettant de faire des cluster industriels comme en Allemagne et le tout avec des avantages fiscaux (en particulier au regard des investissements conjoints menés par les participants). Ces clusters sont comme des GIE et permettent de mettre ensemble tous les participants à la réalisation d'un produit fini qui répond à une véritable attente des marchés, et quand la demande change alors le cluster s'arrete ou évolue pour faire un autre produit avec éventuellement d'autres participants ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :