"Je ne suis pas feignant" répond le numéro un de la CFDT à Macron

 |   |  701  mots
Je ne suis ni extrême, ni feignant, ni cynique, a tonné le numéro un du premier syndicat français, Laurent Berger répondant ainsi à une déclaration critiquée du chef de l'Etat.
"Je ne suis ni extrême, ni feignant, ni cynique", a tonné le numéro un du premier syndicat français, Laurent Berger répondant ainsi à une déclaration critiquée du chef de l'Etat. (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Le numéro de la CFDT Laurent Berger n'a pas apprécié les propos d'Emmanuel Macron. Le président a déclaré à Athènes qu'il "ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes".

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, déçu par les ordonnances réformant le droit du travail, a averti samedi qu'il entendait bien garder sa liberté de ton et d'action, quelle que soit la détermination affichée par Emmanuel Macron. "Je ne suis ni extrême, ni feignant, ni cynique", a tonné sur France Inter le numéro un du premier syndicat français, Laurent Berger répondant ainsi à une déclaration critiquée du chef de l'Etat. Dans un discours devant la communauté française d'Athènes, Emmanuel Macron a déclaré vendredi qu'il entendait réformer la France avec une "détermination absolue".

"Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes", a lancé le chef de l'Etat, ce qui a déclenché de vives réactions, notamment de la part du chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Face à ce début de polémique, l'entourage du chef de l'Etat a expliqué qu'il visait "tous les conservatismes qui ont empêché la France de se réformer". Laurent Berger a pour sa part répondu que la CFDT, tout en refusant de se joindre à la journée de mobilisation organisée mardi prochain par la CGT, garderait pour sa "liberté de ton" et "sa liberté d'action".

"Nous ne nous ferons instrumentaliser ni par ceux qui voudraient faire de nous des alliés faciles ni par ceux qui voudraient instrumentaliser le monde du travail à des fins politiques", a ajouté le dirigeant de la CFDT.

La CFDT veut se rapprocher beaucoup plus des salariés

Laurent Berger a précisé que les numéros un des principaux syndicats français s'étaient vus cette semaine pour discuter de la situation actuelle mais aussi des réformes à venir, dont celles de la formation professionnelle et de l'assurance-chômage.

"Ça va être un moment difficile, je le sais mais c'est le moment que le la CFDT va choisir pour se retourner encore plus vers les salariés", a-t-il poursuivi. "Il faut redonner de l'espace au dialogue social et à la représentation syndicale et c'est malheureusement ce qui n'a pas été fait."

Pour Laurent Berger, le syndicalisme ne peut pas se contenter d'être une force de contestation ou de témoignage. "Ce que je souhaite, c'est que demain, partout dans les entreprises, on développe encore plus du syndicalisme et du dialogue social et c'est ce que nous allons faire", a-t-il conclu. "C'est plus difficile à faire qu'une manifestation un peu stérile mais c'est beaucoup plus porteur de résultats, demain, pour les salariés". L'unité syndicale n'est pas pour demain...

La CFDT réservée sur la proposition de Macron sur la SNCF

Interrogé sur France Inter, le leader de la CFDT a également estimé que ce n'était pas "aux cheminots de payer la dette de la SNCF" alors que l'Etat envisage de réformer leur régime de retraite en échange d'une reprise de la dette. "Ce n'est pas aux cheminots de payer la dette de la SNCF. Il s ne sont pas responsables", a-t-il estimé. "C'est comme dans une entreprise privée quand on dit qu'on perd de l'argent, mais que c'est parce que le coût du travail est trop élevé", a-t-il poursuivi.

Dans un entretien avec des agents SNCF, publié dans la revue interne du groupe, Emmanuel Macron défend un projet de transformation profonde de la SNCF passant par une suppression rapide des régimes spéciaux de retraite. En échange, il propose que l'Etat reprenne la dette de la SNCF et accentue les investissements publics vers l'entretien des lignes. La SNCF ploie sous une dette de 44,9 milliards d'euros pour SNCF Réseau et 7,9 milliards pour SNCF Mobilités. Selon le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, il ne s'agit que de "pistes de réflexion".

"Qu'il y ait nécessité de discuter de la situation de la SNCF oui (...), mais pas à coup de communication", a estimé Laurent Berger. "J'en ai un peu assez (....) que les questions fondamentales pour les salariés, fondamentales pour les citoyens se passent à coup de slogans ou à coup d'arguments un peu réducteurs", a-t-il conclu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2017 à 23:33 :
Feignant ou fainéant ? Les mots n'ont pas le même sens, on peut ne pas être feignant mais être fainéant et inversement.
a écrit le 11/09/2017 à 16:43 :
Et un bobard de plus, un. Qui constitue la réelle opposition à l' entreprise de mise en oeuvre par Macron -petit prodige Unioniste- et instrument soumis des GOPE requalifiées en ..novlangue bruxelloise, réformes ..?

La CGT, la CFDT toutes financées par le mécanisme de la CES -Confédération Européenne des Syndicats - donc pro Ue au sens littéral, scénarisés à la seule fin d' articuler une vraie fausse opposition ou le seul parti qui le dénonce ..?

https://www.youtube.com/watch?v=3A6SH-HnH_Q li
a écrit le 11/09/2017 à 15:31 :
Voilà qu'on ne peut même plus dire qu'il y a des feignants dans notre pays. A en croire certains cela n'existerait pas. Bientôt le délit de racisme anti "feignant"
Réponse de le 11/09/2017 à 18:12 :
Le " on " c'est un chef d’État qui insulte des citoyens de son pays .
a écrit le 11/09/2017 à 14:22 :
Sa pensée à toutes les qualités , ses opposants tous les défauts . Qu a donc écrit
Molières sur ce cas de figure .
a écrit le 11/09/2017 à 12:52 :
A juste titre il se sent visé...bingo!
Réponse de le 11/09/2017 à 12:57 :
Classique du petit mal élevé d'insulter et de dire "non c'est pas à toi que je parlais"!

Avec macron on au niveau cour de récré de primaire!
a écrit le 11/09/2017 à 12:08 :
Et la CeFeDeTe dans la rue avec les autres fainéants concernés par la loi travail,jamais....Le journal Libération de ce jour imagine un scénario sympathique avec toutes les possibilités offertes par cette loi avec un jeune salarié de 28 ans...
a écrit le 11/09/2017 à 12:07 :
Et la CeFeDeTe dans la rue avec les autres fainéants concernés par la loi travail,jamais....Le journal Libération de ce jour imagine un scénario sympathique avec toutes les possibilités offertes par cette loi avec un jeune salarié de 28 ans...
a écrit le 11/09/2017 à 11:55 :
heureusement qu'eux travaillent, là haut, sinon que deviendrait la France
a écrit le 11/09/2017 à 8:41 :
Il se sent visé !!!!!!!!!!!!
a écrit le 11/09/2017 à 5:34 :
La TRIBUNE. Virez le relecteur. FAINEANT et non comme redige.
a écrit le 11/09/2017 à 1:20 :
Il ne manque pas d'humour celui la qui ne travaille plus depuis longtemps et qui est un syndicaliste professionnel.
En tous les cas, s'il n'est pas feignant, il encourage largement les salariés à le devenir. Grâce aux 35h notamment, lui et ses copains ont envoyé le pays droit dans le mur.
a écrit le 11/09/2017 à 0:55 :
si il répond il est concerné
a écrit le 10/09/2017 à 22:54 :
Venant de quelqu'un pour qui travailler consiste à faire des réunions improductives, c'est bizarre. Quoi de plus proche d'un syndicaliste qu'un financier ou qu'un grand patron ?
a écrit le 10/09/2017 à 18:38 :
Les syndicalistes professionnels, qui n'ont pour la plupart jamais travaillé de leur vie ou qui n'ont pas travaillé depuis si longtemps qu'ils ne reconnaitraient même pas une entreprise s'ils en voyaient une, sont à mon avis les fainéants pointés par M. Macron.
On oublie un peu vite que ces feignasses se goinfrent de 82 M€ par an rackettés aux entreprises pour que ces Messieurs et Mesdames se "forment" et se "réunissent" entre jaunes.
Une vraie réforme du code du travail aurait aboli ce racket et renvoyé les syndicats se faire "fluidifier" par l'UIMM.
a écrit le 10/09/2017 à 18:34 :
Je pense que Laurent s'adresse à Brigitte. La réponse du berger à la bergère :-)
a écrit le 10/09/2017 à 17:34 :
Macron c'est Le Roy Dagobert macron c est un pour tousse est tout pour macron super macron code
a écrit le 10/09/2017 à 13:44 :
Je pense que Macron aurait dû préciser que ça vise les dirigeants français depuis 30 ans. Les dirigeants politiques et administratifs pour n'avoir pas réformé la sphère publique et les dirigeants économiques pour n'avoir pas investi et avoir transféré l'expertise technique et la production à l'étranger.
Réponse de le 10/09/2017 à 22:52 :
Non mais la com', ça ne fonctionne que si personne n'a vu la séquence hein...
Ils ne l'ont pas écrit en tout petit en bas des EDL LRM ?
a écrit le 10/09/2017 à 13:12 :
IL faut arrêter avec les retraites car nous savons tous que la moitié n'a pas voté pour lui
la plupart sont diminués physiquement ils ont connu les lendemains de guerre, pas de securité sociale (1948) les semaines de 48 heures les travaux pénibles pas de mécanasition etc... mais on veut les ponctionner alors on les matraque de plus belle
Réponse de le 10/09/2017 à 18:04 :
De quel retraite tu parles ? celui de 85 ans qui a effectivement connu ce que tu évoques ou le baby boomer né en 45 et parti en pré-retraite ?

C’est parmi les cadres (82%) et les retraités (74%) qu’Emmanuel Macron a le plus recueilli de voix. S’il a obtenu un taux d’électeurs aussi important parmi les retraités, c’est grâce au report de voix de François Fillon. En effet les retraités ont été 36% à donner leur voix au candidat Les Républicains au premier tour.
http://observatoire-des-seniors.com/emmanuel-macron-a-rassemble-lelectorat-age-au-second-tour/
a écrit le 10/09/2017 à 12:51 :
Macron c est un peu le Trump français et le erdogan mais qui à votez macron leS retraitees les riches les précaires mais qui à votez pour macroncaviard
Réponse de le 10/09/2017 à 16:30 :
@Marie: on ne connaît et ne connaîtra jamais les vrais chiffres, mais Macron n'a obtenu que 15% des voix des inscrits au 1er tour. Je doute fort que les retaités, à qui on a promis d'augmenter la CSG et qui n'ont pas vu leur pension augmenter pendant tout le mandat Hollande, ont voté massivement pour Macron. Quand on regarde de plus près les députés macronistes, on s'aperçoit que ce sont d'anciens socialos et des gens des classes-moyennes-aisées. Il est possible que les riches aient voté Macron, mais ils sont démographiquement minoritaires :-)
a écrit le 10/09/2017 à 11:40 :
Les propos de Macron sont incompréhensibles:veut-il signifier que Berger siphone l'argent de la formation pro par paresse?
a écrit le 10/09/2017 à 11:38 :
A phrase malheureuse ..... fait divers croustillant et à rebondissement .
a écrit le 10/09/2017 à 10:46 :
Ce monsieur n'aurait pas dû prendre cela pour lui : qui se sent morveux se mouche.
a écrit le 10/09/2017 à 10:05 :
C est bizarre que Mr Macron insulte les Français lorsqu' il se trouve à l étranger !!!pourquoi ne le fait il pas à la télé française ???peur des réactions en direct ?
a écrit le 10/09/2017 à 9:42 :
ce n'est pas non plus un productif !!!
a écrit le 10/09/2017 à 8:21 :
Pourquoi ? il se sentait visé par le mot fainéants ?
Réponse de le 10/09/2017 à 22:49 :
C'est bien, on peut passer son temps à t'insulter, tu ne réagiras jamais, toi. Est ce que tout le monde te crache dessus aussi pour se détendre ?
a écrit le 10/09/2017 à 8:10 :
Si les termes du prėsident ont choqué certains, c'est que certains se sont sentis visés personnellement je ne pratique pas la semaine de 35 h , les RTT, les arrêts de complaisance pour laisser le travail à mes collègues
Le président parle cash il a raison
Réponse de le 10/09/2017 à 17:35 :
En même temps personne ne te connais, tu peux mettre ce que tu veux.
Réponse de le 10/09/2017 à 22:45 :
C'est vrai mais tu passes ton temps en pause...
a écrit le 10/09/2017 à 7:38 :
Macron sera-t-il le Trump français ? Le fait est que les gens n'aiment pas la vérité et particulièrement en France où tout le monde pense être un génie :-)
Réponse de le 10/09/2017 à 22:46 :
C'est amusant comme ta phrase s'applique à ton cas :o)
a écrit le 09/09/2017 à 23:49 :
Donc le fainéant c'est pas lui !

Alors c'est lequel ?
a écrit le 09/09/2017 à 22:57 :
C'est bien que chacun se pose la question, et en cela, notre Président a eu raison de soulever ce problème. Oui, il existe des fainéants en France qui feignent "souffrir" et qui expriment "leurs colères".. D'autres en ont marre...
a écrit le 09/09/2017 à 20:04 :
Ah ah ah, les syndicats jaunes, mdr ...
Ca ne m' étonnes plus guère qu' ils posent tous culotte après un semblant de confrontation !

https://www.youtube.com/watch?v=3A6SH-HnH_Q
a écrit le 09/09/2017 à 19:50 :
On pensait que ce serait trump qui ne terminerait pas son mandat mais macron avec ses grosses pattes peut partir avant lui. C'est quoi cette façon de parler ?

On voit que ses parents n'ont pas eu le temps de l'éduquer celui-là...
a écrit le 09/09/2017 à 19:45 :
Le président Macron a tenu des propos maladroits et que certains pourraient considérer comme quasi insultants. Je ne crois pas que ce soit la meilleure méthode pour dialoguer et pour essayer d’obtenir un consensus. Si encore il avait donné des chiffres à l’appui, mais vu les niveaux déjà élevés de la productivité des travailleurs en France, mieux vaut ne pas généraliser.

D’ailleurs en tant qu’énarque il devrait s’attaquer en premier lieu à la réforme des services publics et rétablir un peu d’équité de traitement avec le privé.

Pour que les reformes soient acceptées il y a un impératif de justice et d’équité, ou au moins un semblant. Je n’ai pas l’impression que ce soit la perception actuelle de la population.
Ceci dit sur le fond il a raison de se demander si la pays est réformable. La critique est facile, mais je ne voudrais pas être à la place du gouvernement.

Je crois qu"il devrait calmer le jeu et donner des explications au lieu d'essayer de passer en force.
Réponse de le 10/09/2017 à 11:22 :
@velkavatar: le problème n est pas simplement qu il insulte les gens car oui il les insulte mais qu il monte les français les uns contre les autres à l image ses réformes : les salariés ( du privé) contre les retraités ,les auto entrepreneurs contre les artisans ,les locataires contre les proprios ( baisse apl), les gros rentiers de la finance contre ceux qui possède de l immobilier .
a écrit le 09/09/2017 à 19:41 :
Feignant écrit de la sorte décrit une personne qui feint.
a écrit le 09/09/2017 à 17:57 :
"ni par ceux qui voudraient instrumentaliser le monde du travail à des fins politiques"

Comme La commission européenne, Macron et Penicaud, donc.
a écrit le 09/09/2017 à 17:54 :
"La SNCF ploie sous une dette de 44,9 milliards d'euros pour SNCF Réseau et 7,9 milliards pour SNCF Mobilités".

SNCF ceci, SNCF cela , cela a surtout multiplié ,le nombre de directeurs ,directeurs adjoint , cadres en tout genre etc..au détriment de personnel qualifié sur le terrain.
Réponse de le 09/09/2017 à 21:54 :
cette réforme est bien explosive et respect aux syndicats qui savent gérer et non aux apprentis sorciers un peu novice
a écrit le 09/09/2017 à 17:50 :
"C'est plus difficile à faire qu'une manifestation un peu stérile mais c'est beaucoup plus porteur de résultats, demain, pour les salariés".

Je me souviens encore de 2010 , 6 gréves de la CFDT et les autres sur le passage de la retraite à 62 ans.Pour au final signer l'accord en catimini et perdre à l'époque 150.000 adhérents.C'est lui qui les rends stériles, les manifs.
a écrit le 09/09/2017 à 16:31 :
vu qu'il le prend pour lui, c'est qu'il a un doute........il faut donc qu'il le prouve....... il n'a qu'a creer lui meme des boites avec son temps et son argent en sacrifiant sa vie de famille, et en embauchant a des bons postes bien payes plein de gens.........
a par lui et ses amis, ca n'interesse plus personne, et c'est a cause d'eux qu'un extremiste prendra les manettes du pays
a écrit le 09/09/2017 à 15:53 :
Se sent il concerné? La France est connue pour sa faible productivité collective. Le jugement moral de Macron est déplacé mais la réalité lui donne raison.
Réponse de le 10/09/2017 à 13:03 :
Vous avez tout faux Vallat. La France est parmi les premiers pays productivistes du monde et à un taux d'emploi des gens de 25 ans à 60 à plein temps supérieur à celui des USA.
a écrit le 09/09/2017 à 15:44 :
Laurent Berger (CFDT) : « Je ne suis ni extrême, ni fainéant, ni cynique »

Le cynisme c'est d'accepter de copuler avec les voyous de la finance qui organisent la pauvreté, la misère, les désordres,

n'est-ce pas sieur Berger, vos faux semblants sont affligeants, vous êtes au centre du cercle des cyniques aggravés, des pétainistes de la guerre et du terrorisme économiques.
a écrit le 09/09/2017 à 15:33 :
dans une petite entreprisse le chef du haut de sont poste a proposer les heures suplementaires de 25% A 10% personne a repondue: non,:? c est approuvez? VOILA LE DIALOGUE SOCIAL QUE GUETTAZ ET MACRON VEULENT VOUS INPOSEZ? ??
a écrit le 09/09/2017 à 15:29 :
Riant à ce des a macron le erdogan français ?
a écrit le 09/09/2017 à 15:24 :
Je ne suis pas pour macron ni. Contre macron mais ses critiques ils les garde pour Lui je crois que le premier fainéants c est macron ils n as pas le courage de séduire une femmes de sont âge ils a pris une maman 2 ils s'attaquer aux plus faibles les retraitees ils as profite d un manda des plus faibles ? Macron ils est le champion de la future précarité en france ils ce prend pour François Joseph empereur du cynisme mais qui a votez pour Luis
Réponse de le 09/09/2017 à 17:26 :
@Marie: les goûts et les couleurs sont l'affaire de chacun. Macron préfère un concentré de 2 jeunes (c'est-à-dire une vielle) et je préfère personnellement 2 de 25 qu'une de 50 :-)
a écrit le 09/09/2017 à 15:08 :
TOUTES LES ÉTUDES LE DÉMONTRE UN SALARIE DU PUBLIC FAIT 30H DE TRAVAIL HEBDOMADAIRE CONTRE 39H POUR LE PRIVE. DE PLUS, LA MAJORITÉ DES SALARIES SYNDIQUES SONT DES FONCTIONNAIRES COMME LES SYNDICATS QUI NE ROULENT QUE POUR LES FONCTIONNAIRES. ILS EST URGENT COMME POUR LES ENTREPRISES PUBLIQUES DE REMETTRE CETTE CASTE DE NABABS DE FONCTIONNAIRES FEIGNANTS DE LES REMETTRE AU TRAVAIL ET POUR SIMPLIFIER LES REFORMES ALIGNEMENT SUR LE PRIVE. IL Y A URGENCE QUE CESSE CETTE INJUSTICE ENTRE PUBLIC ET PRIVE TANT DÉNONCÉE PAR L'OCDE ET LE FMI !!!!
Réponse de le 09/09/2017 à 17:50 :
voilà des propos bien nuancés .... sans doute le fruit d'une longue réflexion... ils vont sûrement faire avancer le smilblick
a écrit le 09/09/2017 à 14:45 :
est il le président de tous les FRANCAIS ? ou alors un échec annoncé !
Réponse de le 09/09/2017 à 17:39 :
"est il le président de tous les FRANCAIS ?"

Oui, de tous les français CSP+.
a écrit le 09/09/2017 à 14:42 :
Pendant sa campagne électorale, il nous jouait de la flûte: "je vous aime" disait-il pendant ses discours , maintenant il tire à boulets rouges:
on aime pas les réformes, il y aurait même des fainéants, des cyniques.
La philo, les pièces de théâtre c'est fini. Il entre dans la vrai vie, et il croit bon de montrer ses muscles: un aveu de manque d'assurance plus qu' autre chose.
a écrit le 09/09/2017 à 14:06 :
berger et la CFDT à force de se coucher devant hollande et puis macron, se font piétiner, juste récompense de s'être vendu sous prétexte d'être de gauche. Plus aucune crédibilité. Les salariés sont les dindons de la farce et surtout comme a dit des fainéants. Il fallait oser, jupiter l'a fait.
a écrit le 09/09/2017 à 13:46 :
cet homme est dangereux il va nous mettre la france a feux et a san.g il n'a pas connu mai68 mais ce sera pire les casseurs ont evolue et ils n'attendet que cela !!!
Réponse de le 09/09/2017 à 17:43 :
"il n'a pas connu mai68 "

Non, par contre, il a récupéré l’électorat de cette époque à la présidentielle.
a écrit le 09/09/2017 à 13:42 :
Et un bobard de plus, un. Qui constitue la réelle opposition à l' entreprise de mise en oeuvre par Macron -petit prodige Unioniste- et instrument soumis des GOPE requalifiées en ..novlangue bruxelloise, réformes ..?

La CGT, la CFDT toutes financées par le mécanisme de la CES -Confédération Européenne des Syndicats - donc pro Ue au sens littéral, scénarisés à la seule fin d' articuler une vraie fausse opposition ou le seul parti qui le dénonce ..?

https://www.youtube.com/watch?v=3A6SH-HnH_Q
a écrit le 09/09/2017 à 13:38 :
Laurent Berger se prend pour le centre du monde des syndicats alors qu'il n'est pas grand chose !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :