L'embrasement social, cette menace qui plane sur le nouveau mandat d'Emmanuel Macron

Pour ce second quinquennat, Emmanuel Macron a promis des réformes importantes, comme la réforme des retraites. Mais, l'opposition qu'elle suscite ne risque-t-il pas de paralyser le pays ? La crainte de revoir une résurgence des Gilets jaunes est dans toutes les têtes. Analyse.

4 mn

Les syndicats n'ont pas donné un blanc-seing à Emmanuel Macron
Les syndicats n'ont pas donné un blanc-seing à Emmanuel Macron (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Et si le plus dur était devant lui ? Emmanuel Macron a promis des réformes difficiles, au premier rang desquelles la réforme des retraites qu'il espère mener rapidement, dès l'automne. Pas de référendum, ni d'ordonnances prévus, mais impossible d'écarter toutefois un possible recours au 49.3, a expliqué Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, ce lundi 25 avril. En précisant qu'il ne pouvait donner aucune garanties, car il n'était pas sûr d'être au gouvernement dans quelques semaines...

La réforme des retraites sera combattue par tous les syndicats

Et pour cause, même à 64 ans - au lieu des 65 ans prévus initialement-, le départ de l'âge légal à la retraite suscite les levées de boucliers de tous les syndicats. Même adoucie avec quelques mesures supplémentaires de pénibilité, ou pour les seniors, la réforme envisagée par Emmanuel Macron ne recueille que des critiques.

Et les syndicats sont unanimes. Ils n'en veulent pas. Laurent Berger, chef de file du syndicat réformiste CFDT a beau avoir souligné, le soir de la victoire d'Emmanuel Macron, dans un tweet "que le pire soit évité", il prévient : "près de 42 % des votes pour l'extrême droite font que rien ne pourra et ne devra être comme avant". Un message en forme d'avertissement pour le locataire de l'Elysée. La CFDT ne cache pas qu'étant donné l'état du pays, elle aura de fortes exigences sur le fond des réformes mais aussi sur la méthode, et ne bradera en rien son soutien.

Si la plupart des organisations syndicales ont, ainsi, appelé à faire barrage à Marine Le Pen, elles n'ont pas donné un blanc-seing à Emmanuel Macron. Loin de là. "On prépare d'ores et déjà nos banderoles, car cette politique libérale, on n'en veut plus... c'est d'ailleurs à cause d'elle que le RN est si haut ", confie un membre de la CGT. Dans les centrales, certains sont obligés de tempérer leurs troupes, qui s'échauffent pour un troisième tour social. "Si le pays n'a pas basculé du côté des extrêmes, c'est aussi parce que les syndicats ont été responsables, et n'ont pas mis de l'huile sur le feu", plaide le leader d'une organisation. "Emmanuel Macron doit avoir pleinement conscience de notre rôle". Pour nombre d'adhérents, Le 1er mai, qui tombe cette année entre l'élection présidentielle et le scrutin des législatives, aura valeur de tour de chauffe. Toutes les organisations de la FSU, à la CGT, en passant par des ONG et des associations  défileront ensemble. Comme toujours la CFDT fera un événement à part.

Une nouvelle méthode promise par Emmanuel Macron

Quant au changement de méthode prôné par Emmanuel Macron ? Les syndicats attendent de juger sur pièces. Le premier quinquennat  les a rendus prudents. Les ordonnances travail, la réforme de l'assurance chômage,  ou encore le passage en force, via le 49,3 de la réforme des retraites après 55 jours de grève...  ont laissé des traces. Les syndicats se sont sentis méprisés et peu écoutés.

Le Président promet, toutefois, cette fois, d'être dans la concertation et la négociation. Sur les retraites, par exemple, il promet d'organiser une conférence sociale avec les partenaires sociaux " sur les progrès sociaux" très rapidement. " Certes, mais je ne crois pas beaucoup à ces grandes messes, c'est de l'affichage ", commente Yves Veyrier, le numéro un de FO. Et d'ajouter " sur les retraites, je conteste le recul de l'âge légal, qui était surtout un marqueur politique dans la campagne pour chasser des voix à droite".

"Comme il sait déjà où il veut aller, les marges de manœuvre seront minimes ", regrette déjà un syndicaliste de la confédération des cadres, la CFE-CGC.

La CGT est également dubitative : " Quand j'ai entendu Bruno Le Maire sur France info dire ce matin qu'ils étaient prêts à enclencher le 49.3 sur les retraites, j'ai pensé qu'en fait rien n'avait changé, que l'histoire de la nouvelle méthode était un leurre. Chassez le naturel, il revient au galop", raconte Philippe Martinez à la Tribune.

De son côté, la CFDT attend de voir, et espère "une réelle co-construction", sans quoi elle table sur l'embrasement du pays à l'automne....

La crainte d'un retour des Gilets jaunes

Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on cherche des gages à donner aux centrales sur son changement. Entre les deux-tours, le candidat a appelé personnellement chaque leader syndical.

Mais, en réalité, ce n'est pas tant du côté des syndicats que l'on craint les débordements les plus éruptifs . "Ca fait partie du décorum français de manifester pour les retraites", dit un ministre, " en revanche, des explosions sociales qui leur échappent peuvent être fatales et nous empêcher de gouverner ".

Autrement dit, la véritable inquiétude concerne la reprise d'une contestation de type Gilets jaunes, hétérogène, qui cristalliserait toutes les colères, et notamment celles qui ne se sont pas exprimées dans les urnes. Le risque serait alors que la rue prenne le pas sur la vie démocratique.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 26/04/2022 à 23:44
Signaler
F Asselineau, "TÔT OU TARD,UNE RÉVOLUTION EN FRANCE ÉCLATERA. C'EST UNE QUESTION DE TEMPS» De qui cette prophétie ? De Wang Yiwei,Dir Centre de recherche sur l' UE à l’université Renmin. Cet expert chinois comprend très bien que c'est l’aven...

le 27/04/2022 à 8:08
Signaler
a vouloir ignorer les aspirations des francais et ceux depuis le referendum sur Maastricht et qui plus est de faire croire que celui qui vient d'etre reelu peut faire ce qui lui convient c'est une faute tres grave les revendications des francai...

à écrit le 26/04/2022 à 18:19
Signaler
Lemaire a eu la bonne idée de menacer le bon peuple d'un 49 3,complètement inconscient....ou machiavélique ?

le 26/04/2022 à 23:40
Signaler
Vous vous attendiez à quoi avec la caste en place sinon au mépris que méritent en effet ceux qui l' ont voté...? Tien c' est cadeau, voilà une bonne vidéo qui se projette dans la suite chez Sud Radio. Macron réélu - "Il va y avoir ...

à écrit le 26/04/2022 à 16:05
Signaler
Evidemment que nous ne pourrons pas y échapper et pour 2 raisons fondamentales issues du 1er qunquénat: l'Etat désastreux des finances, la remontée des taux avec l'inflation galopante et aussi le personnage MACRON qui est discrédité par une grande ma...

à écrit le 26/04/2022 à 13:07
Signaler
Les syndicats ont toujours été contre toute réforme de retraite mais ils feraient bien de prendre une calculette

le 26/04/2022 à 23:07
Signaler
Puisque vous l'avez en main ( la calculette ), pouvez vous nous donner le montant et le nombre de ponction qu'a effectué l'état dans les caisses de retraite ( régime général et complémentaires ) depuis des lustres pour boucher les trous ailleurs ? C...

à écrit le 26/04/2022 à 10:46
Signaler
De toutes façons nous voyons bien que les élections ne sont pas la solution. Les souris votent pour les chats.

le 26/04/2022 à 11:14
Signaler
Et vous remplacez les élections par quoi ?

le 26/04/2022 à 13:02
Signaler
Auto gestion, les kurdes arrivent parfaitement à vivre de la sorte depuis plusieurs années alors que leur population est répartie sur 4 pays.

le 26/04/2022 à 23:26
Signaler
@marc 469 La première des choses est de remplacer les médias globalistes qui assurent l' avènement d' un globaliste à chaque élection fabriquée par eux, pour eux....

le 27/04/2022 à 10:37
Signaler
"La première des choses est de remplacer les médias globalistes" Heu les interdire serait bien plus pertinent, remplacer une pensée unique par une autre c'est faire du surplace.

à écrit le 26/04/2022 à 9:35
Signaler
"L'embrasement social", a qui la faute? Pour nos "représentants légalement élus" c'est la faute des gens qui descendent dans la rue pour se faire entendre! Comme quoi, ils n'ont pas d'autre moyen d'expression!;-)

à écrit le 26/04/2022 à 8:09
Signaler
Je ne comprends ni le sens ni le message de cet article. Il n'y a pas d'opposition en France, à l'exception de ce qu'on a baptisé "l extreme droite", puisque la droite "modérée", le centre et l'extrême centre au sens large, la gauche, les ecolos-bobo...

le 26/04/2022 à 9:00
Signaler
C est votre perception personnelle… moi je trouve qu il y a plus d opposition si il y a 30-40 ans….et surtout des opposants moins encadrés par les corps intermédiaires d ou les dérives insurrectionnelles des gilets jaunes …

le 26/04/2022 à 11:11
Signaler
Pour les dictatures, je vous conseille d'aller faire un tour du coté de la Russie ou de la Chine voire même de la Corée du nord. Je pense que là vous verriez la différence....

le 26/04/2022 à 17:57
Signaler
@pragma : ai je dit cela ? Mais rassurez vous, vous aurez très bientôt le loisir de vous interroger sur ce qui relève de la dictature ou pas.

le 26/04/2022 à 19:03
Signaler
J 'adhére totalement à votre commentaire Panoramix. La dictature de fait (on nous ostracise si on vote RN, la presse est quasi unanimement acharnée contre un parti qui unit 13 millions d'électeurs au second tour, un régime présidentielle sans oppos...

le 26/04/2022 à 19:04
Signaler
J 'adhére totalement à votre commentaire Panoramix. La dictature de fait (on nous ostracise si on vote RN, la presse est quasi unanimement acharnée contre un parti qui unit 13 millions d'électeurs au second tour, un régime présidentielle sans oppos...

le 26/04/2022 à 19:08
Signaler
J 'adhére totalement à votre commentaire Panoramix. La dictature de fait (on nous ostracise si on vote RN, la presse est quasi unanimement acharnée contre un parti qui réunit 13 millions d'électeurs au second tour, un régime présidentiel sans oppos...

à écrit le 26/04/2022 à 0:48
Signaler
Partout en Europe, l'âge de départ à la retraite tend vers 65 ans et plus. C'est la dure réalité, mais le seul moyen de sauver le système de retraite. Si ce n'est pas fait, ce sera la fin du modèle Français qui garantit à tous une retraite minimum. L...

le 26/04/2022 à 8:55
Signaler
@valbel89 "Partout en Europe, l'âge de départ à la retraite tend vers 65 ans et plus. C'est la dure réalité" Et alors ,tu es concerné par ce départ à 65 ans ou la "dure réalité " est pour les générations suivantes ?

le 26/04/2022 à 9:15
Signaler
lew systeme de retraite est DEJA deficitaire. passer a 65 ans dans X annees ne changera rien a ca. Qu on recule l age pourquoi pas mais il faut que les efforts soient uniquement pour les jeunes generations. recalculons par ex les pensions des retrait...

le 26/04/2022 à 10:02
Signaler
"Par ailleurs, et contrairement aux idées reçues et largement véhiculées, la France n’est pas un pays qui sert des retraites généreuses. Plutôt le contraire : d’après l’OCDE, le revenu dit de remplacement (le niveau de la retraite perçue) n’est en Fr...

à écrit le 26/04/2022 à 0:33
Signaler
La rue c'est quand même l'endroit ou cela ce passait avant covid. Le climat insurrectionnel d'alors n'était pas survenu par erreur ou par magie.. Donc les affaires reprennent là ou elles avaient été arrêté par... En Marche ! Notons l'esprit espiègle...

à écrit le 25/04/2022 à 23:58
Signaler
....." Le risque serait alors que la rue prenne le pas sur la vie démocratique."..... ah mais là ma p'tite dame faut savoir ce que l'on veut ! On ne peut prétendre au coup d'état médiatique et penser qu'il n'en ressortirait aucun dommage collatéral.....

à écrit le 25/04/2022 à 22:57
Signaler
"Même adoucie avec quelques mesures supplémentaires de pénibilité" Vaste fumisterie ,la pénibilité existe dans le système actuel,mais c'est très compliqué pour les salariés de le prouver étant souvent déjà malade.Il faut passer devant des commissi...

à écrit le 25/04/2022 à 21:01
Signaler
Vous aurez compris que Macron va relancer très tôt l' affaire covid pour faire plaisir à ses sponsors de Davos. Néanmoins l' affaire pue avec des décisions récentes en Europe qui se révèlent très contradictoires et qui peuv...

le 26/04/2022 à 15:34
Signaler
Voici une des nombreuses conséquences de la pandémie de Covid-19. Selon une étude publiée ce mardi et menée sous l’égide de l’agence Santé publique France dans le Val-de-Marne, les cas d’obésité et de surpoids ont fortement augmenté chez les plus pet...

à écrit le 25/04/2022 à 20:57
Signaler
Les syndicats qui ont appelé à voter Macron n'ont plus aucune légitimité pour s'opposer à la réforme des retraites.

à écrit le 25/04/2022 à 19:46
Signaler
Ridicules et faux-culs,Melanchon,PCF ,CGT et j’en oublie.Surtout votez Macron sachant que le fond de commerce revendicatif serait assuré.Et ça dit défendre l’ouvrier et le français moyen!

à écrit le 25/04/2022 à 19:41
Signaler
CGT, CFDT,... fallait pas voter macron. Vous avez déjà oublié ? nous, nous n'oublierons pas.

le 25/04/2022 à 19:58
Signaler
L’Unsa aussi.

à écrit le 25/04/2022 à 19:35
Signaler
A t'il demandé une étude a McKinsey ou est elle offerte gratuitement? A moins que l'on veuille manipuler son 1er ministre pour qu'il en écope un max!;-)

à écrit le 25/04/2022 à 19:29
Signaler
Faut pas venir chougner, fallait éclairer à force d' arguments au lieu de supporter Macron, ne pas planquer son bilan , les vrais opposants, Mc Kinsey ..tout, et ne pas prendre finalement parti à la LT. La suite sera de VOTRE ...

le 25/04/2022 à 20:54
Signaler
@Gedeon Avec Madame le Pen et son programme, c'est la ruine pour tous...ne parlons même pas d'Asselineau 🤣🤣😃

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.