L'inflation se maintient à +6,2% en France pour le deuxième mois consécutif

Les prix à la consommation ont progressé de 6,2% sur un an en novembre dans l'Hexagone, soit exactement le même niveau qu'en octobre. Si la hausse des prix de l'alimentation s'est accélérée, ceux de l'énergie ont par contre ralenti leur progression, bien que celle-ci reste élevée. Le pic serait néanmoins atteint selon des économistes.
Pour ce mois de novembre, la hausse des prix de l'alimentation s'est accélérée par rapport au mois précédent (+12,2% sur un an contre 12% en octobre).
Pour ce mois de novembre, la hausse des prix de l'alimentation s'est accélérée par rapport au mois précédent (+12,2% sur un an contre 12% en octobre). (Crédits : ANDREW KELLY)

Tout pareil. Le taux d'inflation de novembre sur un an est parfaitement identique à celui d'octobre, à +6,2%. Ce chiffre, publié par l'Insee ce mercredi 30 novembre, est toutefois encore provisoire. Les données définitives seront publiées mi-décembre.

Il faut remonter à juin 1985, mois au cours duquel une hausse des prix de 6,4% sur un an avait été enregistrée, pour trouver un niveau d'inflation supérieur à cette première estimation.

Ralentissement des prix de l'énergie

Dans le détail pour ce mois de novembre, la hausse des prix de l'alimentation s'est accélérée par rapport au mois précédent (+12,2% sur un an contre 12% en octobre). Les prix des produits frais se sont envolés de 12,5% depuis novembre 2021, après la hausse de 17,3% enregistrée en octobre. Une décélération compensée par le regain d'inflation constaté sur les autres produits alimentaires (12,1% en novembre, un point de plus qu'en octobre).

Les prix de l'énergie ont par contre ralenti leur progression (18,5% en novembre contre 19,1% en octobre). Et ce « malgré la diminution des remises sur les carburants (...) notamment du fait du moindre dynamisme des prix des produits pétroliers », indique l'institut économique.

Le coût des services a progressé de 3% sur un an (3,1% en octobre) et celui des produits manufacturés s'est apprécié de 0,2 point par rapport à octobre (4,4% sur un an).

Enfin, « l'indice des prix à la consommation harmonisé augmenterait de 7,1% sur un an, comme en octobre », souligne l'Institut national de la statistique. Cet indicateur de référence pour les comparaisons entre pays européens progresserait de 0,5% sur un mois, après un bond de 1,2% entre septembre et octobre 2022.

Lire aussiInflation : 80% des entreprises n'ont pas entendu parler du guichet d'aide pour le gaz et l'électricité

Pic atteint en France ?

Dans ses prévisions publiées en septembre 2022, la Banque de France prévoit un taux d'inflation de 5,8 % pour 2022, après 2,1 % en 2021, et 0,5 % en 2020. Pour 2023, les projections font état d'un indice des prix à la consommation harmonisé dont la hausse serait comprise entre 4,2 % et 6,9 %. La probabilité que le pic d'inflation ait été atteint apparaît donc plus forte que la probabilité d'une poursuite de la hausse des prix ces prochains mois.

Une hypothèse confirmée par les économistes Fabien Tripier et Aymeric Ortmans dans une récente note publiée pour le Centre Pour la Recherche Economique et ses Applications (Cepremap). « Selon nos estimations, il y a 10% de chance que l'inflation dépasse 5,8 % entre octobre 2022 et septembre 2023 », indiquent-ils.

Lire aussiEn France, l'inflation a probablement atteint son pic en 2022

Ralentissements en Allemagne et Espagne

Contrairement à la France, l'Allemagne et l'Espagne ont fait état hier d'un ralentissement de leur taux d'inflation sur un an en novembre. Leur niveau d'inflation est toutefois supérieur à celui de la France : 10% pour l'Allemagne (-0,4 point par rapport à octobre) et 6,8% pour l'Espagne (-0,5 point).

Pour Berlin, c'est la première fois depuis juin qu'une baisse survient, à la surprise générale d'ailleurs. Elle s'explique par un ralentissement de la flambée des prix de l'énergie, qui restent néanmoins très élevés (+38,4% contre +43,9% en octobre). Quant à Madrid, la décélération de ce mois de novembre est dû principalement à la baisse des prix des carburants, qui avaient fortement augmenté voilà un an, ainsi qu'à ceux de l'électricité.

Une première estimation de l'inflation dans la zone euro doit être publiée ce mercredi. En octobre, elle avait atteint un niveau record à 10,6% selon Eurostat. Pas de quoi parler de pic toutefois pour la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde. « J'aimerais voir l'inflation avoir culminé en octobre mais je pense qu'il y a trop d'incertitude » pour supposer que c'est le cas, a-t-elle déclaré hier. Et d'ajouter que « [ses] meilleurs économistes (au sein de la BCE) » voient encore le risque d'une inflation « en hausse ». Pour le gouverneur de la Banque de France, Villeroy de Galhau, le pic d'inflation devrait être atteint d'ici à la fin du premier semestre 2023.

Lire aussiPour Christine Lagarde (BCE), le pic de l'inflation n'a pas encore été atteint en Europe

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 01/12/2022 à 12:44
Signaler
C'est n'importe quoi ... L'inflation est au minimum à 10% Pas besoin d'avoir un rapport biaisé d'un institut quelconque. Toute personne faisant ses courses peut le confirmer, alors arrêtez le bla bla

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.