La France "championne du monde" des dépenses de protection sociale (et ça marche ! )

 |   |  763  mots
Alors que le taux de pauvreté en France est de 13,6%, en Espagne il dépasse 22%.
Alors que le taux de pauvreté en France est de 13,6%, en Espagne il dépasse 22%. (Crédits : REUTERS/Heino Kalis)
Eh non, le système de protection sociale ne paraît pas aussi inefficace qu'Emmanuel Macron semblait le laisser croire le 13 juin. Selon les propres services statistiques de son ministère de la Solidarité et de la Santé, avec un taux de pauvreté monétaire estimé à 13,6% en 2016, la France a de meilleurs résultats que notamment la Suède, l'Allemagne et le Royaume-Uni où le taux de pauvreté avoisine 16%. Sans le système de redistribution sociale et fiscale, le taux de pauvreté de la France se situerait autour de 24%, selon la Drees.

"En 2016, les prestations de protection sociale s'élèvent à 714,5 milliards d'euros, soit 32,1 % du PIB. Elles augmentent de 1,8 %, soit quasiment au même rythme qu'en 2015 (+1,7 %)."

Voilà un rapport qui démarre fort. Pour présenter la situation des comptes de la protection, la Drees (l'institut qui collecte les statistiques pour le ministère de la Solidarité et de la Santé) ne fait effectivement pas dans la dentelle. Ce chiffre énorme donne même corps à l'exclamation du président Macron qui a fait tant couler d'encre : les aides sociales, ça coûte "un pognon de dingue!".

Lire aussi : Les aides sociales coûtent "un pognon de dingue" ? Ce qu'a vraiment dit Macron

Et pourtant, cette étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) publiée ce jeudi 21 juin, vient casser nombre d'idées reçues sur la question de la soi-disant inefficacité de la politique de protection sociale de la France.

La lutte contre la pauvreté et l'exclusion représente 3% des dépenses

Dans le détail, ce sont les prestations liées à la vieillesse et à la santé qui font de la France le numéro un européen en matière de dépenses de protection sociale.

En revanche, celles consacrées à la lutte contre la pauvreté (la "solidarité") pèsent beaucoup moins.

"La France est la championne d'Europe, et probablement du monde, dans les dépenses de protection sociale", une situation "qui s'explique essentiellement par les risques vieillesse" (retraites, minimum vieillesse, dépendance) "et santé", a résumé Jean-Marc Aubert, responsable du service de statistiques des ministères sociaux, en présentant l'étude à la presse.

Il nuançait cependant ensuite :

"Dans le dossier de la lutte contre la pauvreté, on est un pays généreux, mais les décalages par rapport à l'Europe sont faibles", a-t-il ajouté.

Ainsi, la France a versé 714,5 milliards d'euros de prestations sociales en 2016, ce qui représente 32,1% du PIB (+4 points en 20 ans), comparé à une moyenne de 27,5% pour l'Union européenne à 28 pays. La France est le pays européen qui dépense le plus, juste devant le Danemark et la Finlande.

Un autre chiffre intéressant dans ce rapport : en France, les prestations sont très majoritairement versées par des administrations publiques (91%), le secteur privé (mutuelle...) comptant pour seulement 9%.

Santé et vieillesse représentent ensemble 81% des dépenses de protection sociale, suivies des prestations familiales (8%) et de celles liée à l'emploi (chômage, insertion, 6%). Comme le logement, la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale représente 3% des dépenses.

Le "pognon de dingue dans les minima sociaux" : entre 1,8% et 2,6% du PIB...

Mais, alors qu'Emmanuel Macron regrettait mercredi dernier "qu'on met(te) un pognon de dingue dans les minima sociaux" et que "les gens pauvres restent pauvres", la Drees a évalué l'effort social de la nation en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion entre 1,8% et 2,6% du PIB en 2016, selon le périmètre considéré.

Dans un périmètre "restreint", qui comprend les minima sociaux (RSA, Allocation adulte handicapé, minimum vieillesse ...), d'autres prestations telles que la prime d'activité, et les mécanismes permettant d'alléger la charge fiscale des ménages pauvres, la Drees évalue cet effort à 40,5 milliards d'euros en 2016 (+3,5% par an en moyenne ces dix dernières années), soit 1,8% du PIB.

Dans un périmètre plus large incluant la part des allocations logement et prestations familiales versée aux ménages pauvres, l'effort est chiffré à 57 milliards d'euros, soit 2,6% du PIB.

Taux de pauvreté : la France fait mieux que la moyenne de l'Europe

Avec un taux de pauvreté monétaire estimé à 13,6% en 2016 (+1,1 point depuis 2008) - proportion de la population vivant en dessous de 60% du niveau de vie médian, soit avec moins de 1.000 euros par mois - La France a de meilleurs résultats que l'Union européenne à 15 pays (17,1%).

En Suède, en Allemagne et au Royaume-Uni, le taux de pauvreté est autour de 16%, tandis qu'il dépasse 22% en Espagne.

Selon les calculs d'Eurostat, la totalité du système de redistribution sociale et fiscale "réduit de l'ordre d'une dizaine de points la pauvreté et l'exclusion sociale en France", qui se situerait sans lui à 24% environ, a précisé Romain Roussel, sous-directeur adjoint à la Drees.

Les ressources de la protection sociale (cotisations sociales, CSG et autres impôts et taxes affectés) étant de 758,7 milliards d'euros en 2016 pour des dépenses totales (prestations + frais de gestion et financiers) de 759,1 milliards d'euros, le déficit n'est plus que de 400 millions d'euros en 2016. Il s'est réduit sans discontinuer depuis 2013, lorsqu'il atteignait 11,6 milliards d'euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2018 à 12:47 :
Personnellement je çrois qu'ils est uttile de faire dû sociale, mais nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde ou dè l'Europe...
Donc ils faut remettre les gents àu travail, arreter dè dépenser l'aide social sans contrôle .... Ils me semble incroyable de constater qu'ils y est des individus 10 àns dépendant de l'aide ....
a écrit le 27/06/2018 à 13:00 :
les francais sont tres riches ils aurais 5500miliard d euros de bien ?et l evation fiscale et de 2600 euros par seconde ,?donc non on ne donne pas trop d aide social quand on est un pays riche, LE PAPE VIENT ?DE LE RAPPELEZ A MACRON QUE LE ROLE D UN DIRIGENT EST DE PARTAGER. EN LUI OFRANT St MARTIN QUI PARTAGA SONT MANTEAU AVEC UN PAUVRE???/// si votre copreenssion n incluent pas tous les etres vivants alors ;il vous seras impossible de trouvez la PAIX EN VOUS MEME ///ALBERT SCHWEITZEK///
a écrit le 26/06/2018 à 15:08 :
"La France "championne du monde" des dépenses de protection sociale (et ça marche ! )"

Avec la République en Marche,ca ne marchera plus longtemps!
a écrit le 26/06/2018 à 11:35 :
l'article parle des dépenses sociales et de leurs montants par catégories .
il serait aussi pertinent de mettre en parallèle les recettes correspondantes et leur origine .
dans un prochain article ...
le Président pourrait alors dire :" les contributions sociales , ça rapporte un pognon fou .
a écrit le 25/06/2018 à 8:10 :
L'effet d'aubaine marche très bien, on vient même de l'étranger pour avoir une part du gâteau ( merci à ceux qui cotisent)
a écrit le 24/06/2018 à 20:39 :
Il y a certainement à fouiller en augmentant et en perfectionnant les croisements de Fichier pour allouer non pas moins, mais à bon escient. Il faut enfin redéployer à budget identique le fonctionnement des hôpitaux en souffrance, en insuffisance, en gaspill, en examens couteux, identiques à ceux prescrits juste avant l'admission par le médecin traitant, exactement autant de personnel bureaucrate que de soignants. Et désengorger la bobologie des " prétendues urgences " (3H à 12H ) sur brancard : tous connaissent le moyen de traiter la bobologie en externe, mais tous restent inertes. L'Hopital qui tue 4200 personnes par an, par laxisme en hygiène ( 1000 de plus que la route !!!!!!) + séquelles + amputations…. et dans le je m'en foutisme, est LE PREMIER BUDGET DE LA SECU, laquelle payée par CSG CRDS 9.7% et 17.2% sur le revenu du patrimoine. A impots constants, et sans journées travaillées/non payées. tout celà peu donc etre financé, Y COMPRIS EHPAD
a écrit le 24/06/2018 à 17:24 :
Tiens,je partirais bien en vacances dès juillet moi,je vais passer un coup de fil a la CAF pour voir s'ils peuvent faire quelque chose
a écrit le 24/06/2018 à 11:04 :
LE SYSTEME SOCIAL EN FRANCE EST LE PRIX A PAYEZ POUR QUE LA MARMITE SOCIAL N EXPLOSE PAS? SEULEMENT LES PAUVRES RESTE PAUVRES ?SI MACRON NE COMPREND PAS CELA QU IL RETOURNE A SES ETUDES??? METTRE EN PLACE LE DIALOGUE SOCIAL DEMANDE DES EFFORTS ET L ENTRETENIR EN DEMANDE ENCORE PLUS ///ALAIN LEBLAY///
a écrit le 24/06/2018 à 5:18 :
France : 714,5 milliards ; 32,1 % du PIB...
Moyenne Union europeenne : 27,5 % du PIB ...
Je ne sais pas si c'est " le rapport qui demarre fort " ; ni si ..." c'à marche " ( les depenses de protection sociale ) , ce qu'il ne serait pas ...idiot ...de souligner c'est que si la France etait dans la moyenne de l'Union europeenne ( 27,5 % du PIB ), les economies seraient de l'ordre de 100 Milliards ...
Réponse de le 24/06/2018 à 8:32 :
@gegemalaga : pas faux !! €714 Mds c'est le PIB des Pays-Bas... On devrait avoir des résultats à ce prix et EM n'a pas tort de parler de pognon de dingue pour un résultat pas très probant... Il faut donc faire mieux ,et davantage faire reculer la pauvreté, mieux faire fonctionner le système de santé, et réformer nos retraites !!
a écrit le 23/06/2018 à 16:44 :
quand j ,étais jeune ont nous disait tu vas travaillée pour les vieux . maintenant vieux ont nous demande de participer pour les jeunes , ras le bol ras le bol ras le bol
Réponse de le 24/06/2018 à 12:52 :
A part montrer votre bêtise passée et actuelle, qu'apporte votre message en dehors d'un troll manifeste? rien. Vous aviez toute votre vie active pour préparer votre retraite, croyiez vous vraiment pouvoir faire un tour du monde perpétuel dans des 3 étoiles aux frais des jeunes une fois arrivé à la retraite et en nous laissant 2200 milliards de dettes?
a écrit le 23/06/2018 à 16:25 :
La France n'est pas "Championne du Monde"....allez voir du coté du Danemark, Suede ou Norvege !!!
Les Chiffres que vous donnez comprennent aussi les RETRAITES et la SECURITE SOCIALEqui sont Privé et plus chère dans les autres pays (allez vous faire soigner aux USA, pour comparer !)

A quand une Loi contre les Fake News ????
a écrit le 23/06/2018 à 10:30 :
Cet article devrait être doublé de son dual : la paupérisation accélérée de la classe moyenne pendant la vie active et pendant la retraite.

Ben oui, il n'y a pas miracle mais transfert du fric des uns aux autres.

La Tribune pourrait faire un bel article sur ces très nombreux transferts :
charges sociales, patronales, csg, tva....
a écrit le 23/06/2018 à 9:40 :
J'ai lu quelque part que 40% des américains travaillent uniquement pour se loger et se nourrir. Bref, la richesse d'un pays ne se mesure pas aux éléments de richesse mais bien au mendiants qui fréquentent le domaine public.
Réponse de le 26/06/2018 à 15:13 :
Vers les 50 millions d'Américains (15% de la population!) ne disposent pas de véritable couverture médicale.
J'avais lu il y a quelques années l'histoire d'un senior qui a improvisé un braquage pour se faire incarcérer et pouvoi alors bénéficier une couverture médicale pour se faire opérer d'un cancer!
a écrit le 23/06/2018 à 9:38 :
Les dépenses de protection sociale créent malheureusement un appel d'air énorme pour l'immigration. A terme, ce système n'est pas viable.
Réponse de le 23/06/2018 à 16:28 :
Pourquoi ?

Au lieu de Crier au loups, amener des arguments ....parce que je crois que vous avez tort...si la France vit en paix c'est grâce au système social...en cas inverse, les Bourgeois serait du Gibier pour pauvres...Taïaut Taïaut...
Réponse de le 26/06/2018 à 15:16 :
De nombreuses études prouvent que les immigrés profitent moins qu'ils ne contribuent en ce qui concerne les prestations sociales.
Tout d'abord, ils sont jeunes et ils tardent vraiment à demander des soins
a écrit le 23/06/2018 à 8:00 :
Il faut dénoncer ce mirage du "modèle social français" ce soi disant modèle coûte cher il pénalise l'emploi et l'investissement, encourage l'inactivité au détriment du travail et enfin ne permet pas plus que dans d'autres pays de réduire la pauvreté. Alors que la France est surendettée il est temps de revoir ce paradigme d'assistanat public dont nous sommes les champions du monde : 15% des dépenses sociales mondiales pour 3% des richesses produites cherchez l'erreur !
a écrit le 22/06/2018 à 22:00 :
En France quelqu'un qui recherche un appartement et qui n'a pas de revenu aura tout de même un appartement y compris dans le privé avec des propriétaire.Il ne se contentera pas d'engloutir les aides sociales à cause de ce logement, mais il troublera aussi la tranquillité de ses voisin qui eux TRAVAILLENT.
Réponse de le 24/06/2018 à 8:26 :
Je suis surprise par votre témoignage, car il ne correspond pas à mon expérience. Il y a quelques années j'ai débarqué de province car je changeais de poste (d'ingénieur), donc en période d'essai dans ma nouvelle entreprise. Naïvement je ne l'ai pas caché à l'agent immobilier qui m'avait fait visiter un appartement. J'avais plus de 3 fois le loyer, mais quand j'ai dit que personne de ma famille ne pouvait se porter caution, j'ai été jetée de l'agence avec une telle violence qu'aujourd'hui j'en suis encore traumatisée. Jamais de ma vie je n'ai eu d'arriéré de loyer, et j'ai été locataire pendant 25 ans, étant très mobile. Le système aujourd'hui ne facilite ni la mobilité ni la prise de risques, ce que je regrette.
Réponse de le 24/06/2018 à 10:08 :
Je pense qu'il ne s'agissait pas d'un témoignage de la part de Fabian75 mais plutôt d'un parti pris idéologique.

En France quelqu'un qui cherche un appartement devra avoir en plus d'un solide revenu fixe et localisé en France, une caution solidaire si c'est sur Paris. Dans l'idéal, un couple de haut-fonctionnaires.

Je me souviens qu'on m'a refusé en province la location d'un appartement alors que mes revenus nets mensuels après impôts étaient équivalents à 7 mois de loyer.
Motif?: j'étais salarié au Luxembourg et l'assurance locative refusait de couvrir le risque en cas de salariés hors de France. Un coupe d'amis, cadres bancaires tous deux ont eu la même mésaventure.

D'où mon désaccord avec le post de Fabian, qui me semble totalement en décalage avec nos expériences et la réalité des 250 000 SDF plus ou moins permanents, dont 1/4 travaille pourtant.
Réponse de le 24/06/2018 à 13:03 :
@passante, le système pénalise surtout les personnes honnêtes. A tous les niveaux, le népotisme et le pipotage sont mieux récompensés que la franchise, les compétences et la qualité du travail. Résultat, une chaîne d'imcompétence s'entretient dans de nombreuses strates de notre société et quelqu'un qui ne fait pas partie de cette chaîne fait peur, a forcément quelquechose à cacher et doit être exclu.
a écrit le 22/06/2018 à 18:35 :
Le taux de pauvreté n'a absolument aucun sens pris tout seul, puisque sont considérés comme pauvres ceux qui n'ont pas 60% du revenu médian, ( 50% des gens au dessus, 50% en dessous). C'est donc un taux de pauvreté relatif, pas absolu.

Il devrait donc toujours être mentionné avec le revenu médian ajusté en parité de pouvoir d'achat: un pays pauvre en absolu peut avoir un taux de pauvreté plus bas qu'un pays plus riche que lui.

L'AFP semble penser qu'il vaut mieux ne pas être pauvre dans le premier et avoir un revenu 30000 euros par an que pauvre dans le second avec 40000 euros par an, ajusté en parité de pouvoir d'achat. Pauvre AFP...
Réponse de le 22/06/2018 à 19:00 :
"Pauvre AFP... " ?

Selon les propres services statistiques de son ministère de la Solidarité et de la Santé.
Réponse de le 22/06/2018 à 19:51 :
Vous m'avez probablement mal lu: les chiffres de pauvreté relative sont parfaitement exacts, mais leur analyse par l'AFP est faiblarde parce qu'ils n'ont probablement pas compris que ces chiffres ne donnent aucune information sur le taux de pauvreté absolu.

Encore une fois, préférez-vous être pauvre avec 40000 euros par an en parité de pouvoir d'achat, ou bien non-pauvre avec 30000? pauvre au Luxembourg ou faisant partie de la classe moyenne en Gréce ?
Réponse de le 24/06/2018 à 22:30 :
Curiale, enfin un post sensé sur ce sujet dans ce forum décourageant de bêtise démagogique comme le plus souvent en France quand ce sujet est abordé.
a écrit le 22/06/2018 à 16:30 :
Le système social risque de rencontrer les mêmes problèmes que les caisses de retraite, moins de cotisants pour plus de dépenses. Sans compter la concurence internationale au moins coûteux, ou moins taxant. ICe qui oblige tout de même à partir du principe que le recettes vont baisser.
Il y a aussi des gaspillages, dans l'organisation tout comme dans la distribution des aides, la complexité rendant l'ensemble peu lisible et laissant toujours le sentiment que d'autres en profitent et qu'on est le seul à cotiser. Parfois jusqu'à voir apparaitre des requêtes par jalousie, plus que par besoin.
Vu le montant élevé des cotisations, quelqu'une avait récemment proposé de définir des seuils de revenus sociaux, à comparer avec ceux du travail qui doivent garder une longueur d'avance, sinon le système perdra son efficacité, si ce n'est déjà fait. Sachant que le préventif coûte moins cher que le curatif.
a écrit le 22/06/2018 à 14:05 :
Le président à tort ... et raison !
C'est son côté en même temps:
Les dépenses sociales sont supérieures de 4.6 points aux autres pays, mais le taux de pauvreté n'est inférieur que de 3.5 points. Ça marche donc mais pas autant que cela ne devrait en théorie.
Pour rappel, les 1.1 points d'écart vont représenter 72 Mds d'euros au final.
Peut être y a t'il matière à évaluer la performances de certaines dépenses, et procéder a des ajustements, non ?
Je pense que cela peut se faire intelligemment, sans forcément en réduire le montant, mais en ré-allouant vers ce qui est le plus efficace. Car si ça coûte un pognon de dingue (ce que je peux comprendre, j'aime à penser que je vis dans un pays qui se soucie réellement des inégalités, plus qu'ailleurs - il n'y a qu'à aller voir !), mais que cela améliore encore plus la situation, je prend !
a écrit le 22/06/2018 à 13:29 :
Article bancal d'un journaliste qui aligne des statistiques pour soutenir son avis pré-établi. Ce n'est pas pour rien que les profils d'analystes de données sont payés plusieurs smic par les entreprises qui en ont besoin. 1.8% de PIB en dépenses sociales par exemple ça représente aussi 12% du budget de l'Etat ce qui commence en effet à faire beaucoup. D'ailleurs quand on voit des parents qui achètent une tablette avec les allocations de renrée scolaire, on peut en effet douter de l'efficacité réel des aides (qui n'ont pas pour but premier de soutenir l'économie, mais d'aider les personnes dans le besoin).
a écrit le 22/06/2018 à 13:11 :
Il me semble que Mr Macron, au lieu de se limiter à remarquer le "pognon fou" dépensé dans la protection sociale, devrait signaler en même temps, le pognon fou récolté pour cette protection. A moins qu'il ne veuille diminuer les prestations sans baisser les apports, et garder l'excédent pour faire baisser les impôts et taxes de plus fortunés.
Car, d'après la pensée de Macron, les hommes n'existent que pour faire faire des profits aux entreprises, et ses dirigeants. Au salaires les plus bas possibles.
a écrit le 22/06/2018 à 12:22 :
Ces élites sont des acheteurs cueilleurs, ils ont acheté les briques technologiques aux us uk pendant les trentes glorieuses (Elie cohen EHESS, naturalisation des technos US), en ont tiré tous les bénéfices alors qu'ils n'étaient que des installateurs n'ayant presque rien developpé, ont vécu grace au nucleaire acheté à westing house, ils ont un business model de coloniaux, ils sont l'interface avec le monde anglo saxon et nous sommes les moutons qu'ils exploitent. Forcement ils ont perdu les colonies donc qui sont les colonisés désormais ?
Ils veulent tirer le max de leur colonie, minimiser les couts pour faire plus de profits en achetant les prochaines briques technos, IA etc...
Ils sont largués, ce sont des sous préfets de l'empire americain. Ce sont des ringards (D prévost à prendre au sérieux!)
La france n'a pas de ressources naturelles, les ressources c'est vous !
Le business modèle ? Former au compte goutte quelqu'uns pour mettre en place dans la colonie les briques technos des us, vous les faire payer plein pot, et oui ce sont des franchisés pas des francs, les produits vous coutent forcément plus cher il faut payer les licenses aux vrais developpeurs : UBERISATION = colonisation par la numérisation, s'ils vous defendent contre uber c'est qu'ils veulent leur propre UBER, leur plateforme (pétrolière, la ressource c'est vous!) !
a écrit le 22/06/2018 à 10:53 :
nos énarques ont désindustrialisation la France....au profit de l Europe centrale,de l Espagne et de la Chine.....r sultat la dett explose et les salaires des services ne permettent pas de vivre et sont subventionné....aide à la personne, femmes de ménage, est-ce..... sans parler des emplois industriels perdu et donc du chômage de masse
en simple....les pays qui vont le moins mal sont ceux ou l industrie est forte
raisonnement un peu simpliste.....mais ouvrons les yeux....
a écrit le 22/06/2018 à 10:23 :
ras - le - bol de cette acharnement l, allocation l, APA EST universelle riche comme pauvre je souhaite à tous de ne jamais etre malade hospitaliser d, avoir jamais besoin d, aide sociale
a écrit le 22/06/2018 à 10:05 :
n'y a til pas un problème avec le titre?
la protection sociale est avant tout une redistribution ce qui est bien différent d'une dépense.Le bon article qui suit le montre bien.
a écrit le 22/06/2018 à 8:55 :
Toute dépense peut se justifier si elle financée: ce n'est pas le cas, puisque notre dette, qui sera payée par nos enfants, n'arrête pas de croitre. Dès lors, je ne sais si c'est "un pognon de dingue", mais une génération de s., ça c'est sûr!
Réponse de le 22/06/2018 à 13:51 :
tout ses actionnaires ; ils se serrent la ceinture
a écrit le 22/06/2018 à 8:55 :
"Drees (l'institut qui collecte les statistiques pour le ministère de la Solidarité et de la Santé)" donc en clair et ils sont juges et parties de leurs actions. Etude donc très intéressante !!!!
D'ailleurs , tout le monde sait que finalement on ne depense pas tant d'argent que cela dans les prestations sociales ....
a écrit le 22/06/2018 à 8:03 :
Merci pour cet article qui a le mérite de resituer le pb après les propos opportunistes de "Manu" pour allumer un contre feu à l'Aquarius et commencer à travailler l'opinion. d'ailleurs sur ce point on pourrait parler de "fake news ou de populisme de notre président!
a écrit le 22/06/2018 à 5:36 :
Ainsi sans la perte des cotisations sociales des 400000travailleurs détachés présents en France les budgets sociaux seraient équilibrés.
a écrit le 21/06/2018 à 23:54 :
L’aide sociale et les minima sociaux coûtent environ 70 milliards d’euros par an aux finances publiques, soit 3 % du PIB. Ces prestations contribuent de façon décisive à réduire la pauvreté et les inégalités.

Face à cela, le coût de « l’assistance aux plus riches » pourrait être de l’ordre de 150 milliards d’euros par an hors fraude et évasion fiscale, et de l’ordre de 250 à 300 milliards au moins en incluant ces deux derniers coûts, comme le développait un billet de blog récent. Avec comme impact certain un creusement des inégalités et en particulier un enrichissement devenu indécent des très riches : les 500 individus les plus riches gagnent en moyenne 1 670 fois plus que la moyenne des plus pauvres. Je précise : 1 670 fois plus, après impôts.
Il semble bien que la magie opère quand il s’agit d’argent allant vers le haut ..
Réponse de le 24/06/2018 à 8:31 :
Merci pour votre commentaire
a écrit le 21/06/2018 à 23:37 :
depuis les années 80 le gouvernement à laisser courir le chômage. tout nos dirigeants manipulateurs ils ceux sont bien gavés . tous les mêmes notre président un vrai dépensier. les riches profitant pareil de l, aide social de l, hôpital
Réponse de le 22/06/2018 à 13:19 :
Qu'attendez vous pour créer des emplois?
a écrit le 21/06/2018 à 23:31 :
pour mémoire, taux de pauvreté avant transferts sociaux de quelques pays européens en 2016 (Eurostat) :
23,6% en France, 25% au Danemark, 25,3% en Allemagne, 34,7% en Irlande, 29,5% en Espagne, 27,1% au Luxembourg, 26,3% en Autriche, 27% en Finlande, 30% en Suède, 28% au UK, 24,7% en Suisse, etc...

en mars, une étude Harvard/London School of Economics nous disait que la France avait la plus faible part de dépenses d'administration/gestion dans les dépenses de santé (https://www.commonwealthfund.org/publications/journal-article/2018/mar/health-care-spending-united-states-and-other-high-income). l'Hexagone étant par ailleurs à la pointe pour les morts évitables (https://www.commonwealthfund.org/press-release/2011/new-study-us-ranks-last-among-high-income-nations-preventable-deaths-lagging). la dépense publique française semble être aussi plutôt correcte dans la santé. il y a un déficit parce-que l'on abuse du système et/ou on ne paie pas assez pour ce que l'on reçoit ?
Réponse de le 22/06/2018 à 8:30 :
Les deux mon général.

Les études ont montré que les pauvres sous-utilisent les prestations de santé, en grande partie parce qu'avec les restes à charge le coût n'est jamais nul et proportionnellement il est d'autant plus lourd que le ménage est modeste.
Les plus gros consommateurs de soins sont les classes les plus aisées qui sont en mesure de payer des mutuelles et qui hésitent moins à recourir à toutes sortes de soins peut être utiles mais pas forcément indispensables.

Pour ce qui est de la seconde partie de la question, je renverrai au régime local de sécurité sociale d'Alsace-Moselle, qui moyennant une légère sur cotisation, équilibre ses comptes, tout en offrant un taux de remboursement très supérieur au taux "normal".

Pour terminer. En examinant l'histoire du "trou" de la sécu on s'aperçoit que c'est une accumulation de petits déficits répétés chaque année qui ont créé la dette. Les dirigeants politiques n'ont pas eu la courage d'augmenter les cotisations en fonction de l'augmentation de la durée de vie, du coût de l'offre de soins et de l'évolution du chômage. Du coup, on paie en plus du déficit, les intérêts.
a écrit le 21/06/2018 à 23:17 :
Nous cultivons, en France, les places de premier de la classe; hélas! Je crois que les Français travaillent pour eux à partir de la fin juillet (suis-je optimiste?), ce qui signifie que nous payons en cotisations, impôts et taxes plus de la moitié de nos rentrées salariales; contrairement à l'opinion générale, je constate nous sommes très riches. Il est vrai que nous sommes assez stupides pour cotiser, obligatoirement, à des organismes déficitaires et lourdement endettés. Puisque nous sommes condamnés à payer la baignoire de Brégançon, j'espère que nous pourrons y patauger quand le loup et sa meute n'y sera pas et que nous pourrons admirer la vaisselle du Palais lors des journées du patrimoine.
a écrit le 21/06/2018 à 21:34 :
La France était déjà championne avant son appartenance a l'UE de Bruxelles et elle étaient capable de bien plus! Mais suivre le cahier des charges de la commission de cette administration hors sol, ne le permet plus!
a écrit le 21/06/2018 à 20:44 :
N'est ce pas pas une dépense sociale dingue pour la résidence secondaire de Brégançon, qui est située en bordure de mer, avec des vagues naturelles? Résidence par ailleurs utilisée à peine quelques semaines dans l'année, voire jamais selon les gouts du président en place.

En plus, il y a déjà une piscine à la résidence de la Lanterne.

D'autant plus qu'en parallèle on apprend qu'il n'y aura pas d'ajustement en 2019 des APL sur l'inflation, ce qui porte à environ 120 € la baisse en moins de deux ans.

Le Provocateur commence à nous indisposer avec ses goûts de luxe et sa façon de prendre l'Etat pour sa vache à lait.

S'il veut une piscine à vague, il se la fait construire à ses frais au Touquet, point barre, les citoyens ne sont pas là pour lui payer ses caprices.
Réponse de le 22/06/2018 à 11:51 :
En même temps il ne s'agit que d'une piscine hors sol, que n'importe quel pékin installe dans son jardin. On fait toute une histoire de pas grand chose.
Réponse de le 22/06/2018 à 13:12 :
La situation n'a pas grand chose à voir avec la situation du pekin qui se fait construire une piscine dans son jardin avec son argent.

Par contre, si jamais un chef d'entreprise faisait installer une piscine aux frais de l'entreprise et à son usage privé (même si la piscine est dans les locaux de entreprise), il serait poursuivi pour abus de bien social.

Ce qui pourrait lui valoir 5 ans de prison, 375 000€ d'amende et une interdiction d'exercer.

Ça n'arrivera pas à Macron parce qu'il est protégé par l'immunité présidentielle, mais ça reste choquant d'autant plus que d'un autre coté Macron n'hésite pas à jouer les pères la rigueur de la dépense publique.

Lu hier dans mon journal:
A Folschviller, suite à la perte des contrats aidés, la mairie est contrainte d’arrêter d'assurer le transport des enfants entre la cantine et l’école du centre.
A Phalsbourg, le maire a entamé une grève de la faim pour protester contre la fermeture d'une classe...

A votre avis, c'est reçu comment la piscine à vagues, les montagnes d'assiettes à 400 € pièce et les fringues de marque de Brigitte chez ces gens là?
a écrit le 21/06/2018 à 20:44 :
haha
des pauvres a 1000 euros par mois!!!!
hey en afrique c'est en moyenne 600 dollars par an!
et que dire du venezuela, paradis socialiste par excellence, ou 65% des gens vivent avec moins de 2 euros par jour!
la pauvrete, c'est relatif et ca depend de la propagande........
on va bien rire quand la france va exploser et sortir de l'euro, ca ressemblera au venezuela, mais sans le petrole; ca fera passer la periode mitterand pour une periode benie.......
Réponse de le 21/06/2018 à 23:02 :
J'ai oui dire que la seule "monnaie" permettant d'évaluer le pouvoir d'achat de part le monde était le Macdonald. l'un d'entre nous aurait-il cette référence?
Réponse de le 23/06/2018 à 11:57 :
Je pense que vous voulez parler du Big Mac Index du très sérieux hebdomadaire économique: The Economist

https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_Big_Mac

https://en.wikipedia.org/wiki/Big_Mac_Index
a écrit le 21/06/2018 à 20:25 :
Peu de pays se payent le luxe d'avoir des fafas, des jujus, des penelopes. C'est tout a l'honneur de la France de ne pas laisser ces vieilles personnes dans le denument. C'est aussi ça les valeurs de la République.
a écrit le 21/06/2018 à 19:44 :
Nous les pauvres, devrons avoir le courage de sortir par la grâce de D et laisser le pays entre les riches. Qu' est ce que représente ce vivier uniquement de riches ? Le bonheur? Les pauvres si loin de l argent et encore les recherchent... pauvres tous pays bannissons les sous, vomissons, pissons ... sur les billets
a écrit le 21/06/2018 à 18:58 :
Cela permet aux énarques d'être 1ers en quelque chose, et puis avec un réservoir comme l'Afrique, et le Maghreb, on peut être certain que cela va continuer éternellement, jusqu'à la faillite s'entend.
a écrit le 21/06/2018 à 18:44 :
Oui mais il faut que les riches soient de plus en plus riches alors certes les pauvres n'ont pas beaucoup d'argent mais ils sont tellement nombreux et impuissants...

LE problème du mac c'est que l'on comprend parfaitement qu'il dit l'inverse de ce qu'il pense mentant abondamment afin d'imposer le dogme oligarchique, vous savez celui qui fait que nous sommes tellement minables à côté des américains ?

Si nous avions voulu concurrencer et impressionner les américains c'est dans cette voie que nous aurions du persister, lier l'humain à la société afin que l'un et l'autre se comprennent et soutiennent mais dégénérescence de l'oligarchie oblige nous allons dans l'autre sens, celui du chaos néolibéral.

"Hâte toi déclin !" Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :