La France va taxer les GAFA : le projet de loi sera présenté d'ici à fin février (Le Maire)

 |   |  675  mots
La taxation des services numériques et notamment les Gafa  (Google, Apple, Facebook, Amazon) est un enjeu majeur du XXIe siècle et une question de justice et d'efficacité (Le Maire)
La taxation des services numériques et notamment les Gafa  (Google, Apple, Facebook, Amazon) est "un enjeu majeur du XXIe siècle" et "une question de justice et d'efficacité" (Le Maire) (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
La France entend appliquer dès cette année une taxe à toutes les entreprises proposant des services numériques dont le chiffre d'affaires dépasse 750  millions d'euros au niveau mondial et 25  millions d'euros en France. Un projet de loi sera présenté en ce sens d'ici à fin février selon le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

En croisade depuis de longs mois pour la taxation des géants du numérique, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, est en passe de réussir. La France entend appliquer dès cette année une taxe à toutes les entreprises proposant des services numériques dont le chiffre d'affaires dépasse 750  millions d'euros au niveau mondial et 25  millions d'euros en France.

"Si ces deux critères ne sont pas réunis, elles ne seront pas imposées", a expliqué Bruno Le Maire dans les colonnes du Journal du Dimanche.

S'ils sont réunis, "la taxe sera applicable à compter du 1er  janvier 2019 et son taux sera modulé en fonction du chiffre d'affaires, avec un maximum de 5 %. Elle devrait rapporter environ 500  millions d'euros à l'Etat français, selon Bruno Le Maire. Ce projet de loi sera présenté "en Conseil des ministres d'ici à fin février", puis "rapidement soumis au vote du Parlement".

La taxation des services numériques et notamment les Gafa  (Google, Apple, Facebook, Amazon) est "un enjeu majeur du XXIe siècle" et "une question de justice et d'efficacité", a estimé le ministre. L'absence de tout paiement d'impôts en France de certaines multinationales comme Amazon constitue l'une des injustices fiscales dénoncées par les "Gilets jaunes".

Accord européen en mars?

Si la France a décidé d'agir sans attendre un consensus au niveau européen, Bruno Le Maire se dit confiant dans la possibilité pour les pays de l'Union européenne de se mettre d'accord d'ici fin mars sur une taxation des géants du numérique, notamment américains, soulignant que la France soutenait une proposition européenne portée par le Commissaire européen français aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici.

"Il reste quelques pays hésitants. Nous avons fait une offre de compromis en décembre avec l'Allemagne et je suis convaincu qu'un accord est maintenant à portée de main d'ici à la fin mars. À quelques mois des élections européennes, nos citoyens ne comprendraient pas que nous renoncions", a-t-il expliqué.

A la mi-décembre, à la recherche de recettes pour financer les mesures sociales annoncées par le président Emmanuel Macron, le gouvernement français avait annoncé qu'il taxerait dès le 1er janvier les géants du numérique, sans attendre un éventuel accord au sein de l'Union européenne.

L'Irlande (dont le modèle économique repose en partie sur l'accueil des grandes entreprises du secteur numérique), le Danemark et la Suède s'étaient clairement opposés à une taxe sur 3% du chiffre d'affaires des géants du numérique. Pour sa part, l'Allemagne ne la voyait pas non plus d'un très bon œil, par crainte de mesures de rétorsion américaines contre son industrie automobile.

Certains pays ont déjà pris des initiatives

Des initiatives pour taxer les Gafa et autres géants du numérique ont déjà été prises au niveau national dans plusieurs pays, comme le Royaume-Uni et Singapour. En Italie, les députés ont voté en fin d'année dernière une taxe sur des transactions sur internet, mais la loi n'entrera finalement pas en vigueur. En Espagne, le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez a adopté vendredi un projet de loi pour créer une taxe de 3% sur les revenus générés par certaines activités des géants du numérique comme les Gafa. Mais il n'est pas certain que le projet de loi espagnol soit jamais voté, le gouvernement n'ayant pas la majorité au parlement.

Buno Le Maire a par ailleurs assuré que la France entend mener "un combat décisif" pour réviser les règles fiscales internationales applicables aux multinationales, notamment avec l'adoption d'une fiscalité minimale dans le cadre du G7.

"Ce sera un outil puissant de lutte contre l'évasion fiscale", promet Bruno Le Maire, selon qui l'objectif  est d'"aller chercher l'argent qui va là où il ne devrait pas aller (...), vers les paradis fiscaux et les pays qui pratiquent le dumping fiscal."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2019 à 12:50 :
Reponse à MARCO1
Hélas Marco ! pensez vous vraiment que l'Etat va, une fois taxé Google, utiliser l'argent récolte à :
"Le seul moyen dont disposeraient les états pour limiter ce fossé est bien de taxer ses plateformes privées, pour limiter leurs moyens et reverser les taxes vers les médias utiles, les émissions destinées aux enfants sur la TNT gratuite, les libraires, les musées, les salles de spectacles, etc."
que vous avez écrit !
Vous savez bien que non !
Il va le garder pour continuer comme il fait déjà ...
Salutations et à bientôt
a écrit le 23/01/2019 à 11:47 :
Et si Google nous fait payer ses services, que fait Monsieur Le Maire ? Combien de PIB en moins ? 1% ? 2 % ? Nous nous ridiculisons.
a écrit le 22/01/2019 à 14:32 :
Ils feraient mieux de taxer les clients Français au lieu de taxer au pif, ça les obligerait à utiliser des sites français.
a écrit le 21/01/2019 à 23:33 :
Bruxelles et les états membres comprendront-ils un jour que la concurrence fiscale et sociale au sein de l'UE est la porte ouverte aux populistes et a l'éclatement de l'UE ?
a écrit le 21/01/2019 à 15:21 :
L'Espagne vient d'adopter le 18 un projet de loi pour taxer les GAFA.
La proposition française rejetée par l'UE a des aficionados
a écrit le 21/01/2019 à 13:22 :
Excellent...j'attends avec impatience les mesures de rétorsion des US pour l'Europe qui ne se chifferont pas en millions d'euros mais en milliards :) Cette taxe est ridicule...tout comme le gouvernement actuel.
Réponse de le 21/01/2019 à 19:28 :
@FredLux
Pas certain que les "US" gagnent la bataille. Ce qui les sauvent c'est le $.
Les industries européennes sont plus modernes, plus sociales et plus respectueuses de l'environnement que les "US".
L'exemple du gaz de schiste qui n'a pas pris en Zone Euro est significatif.
Quand les Etats-Unis auront brulé toutes leurs réserves de gaz de schiste, dans un très proche avenir, comment gèreront-ils les ex-employés, la baisse de croissance, et les nombreuses plaintes, qui vont un jour ou l'autre, remonter à la surface?
..........
Il était vraiment temps que l'UE commence à régler les comptes avec les GAFA.
Cette taxe en amènera d'autres !
Les plus pauvres (les vrais gilets jaunes) n'ont plus accès, sauf contre abonnement €€, au sport, au programmes éducatifs (langues, science, géographie, nature, culture) parce que les meilleurs programmes sont squattés par des plateformes payantes qui les achètent, au détriment des télévisions "conventionnelles" qui donnent accès au plus large public, qui d'ailleurs contribue par la redevance télé (139€) à l'audiovisuel.
Problème la télé subventionnée ne donne plus accès à des cours d'anglais ou des exercices de math. Et les programmes culture-géographie-histoire de qualité passent de plus en plus vers des chaines payantes.
Le fossé se creuse entre les plus riches et les plus pauvres, mais pas que par les seul revenus. Le fossé se creuse dans l'accès à l'information, à la musique, au cinéma, à la science, à l'enseignement, aux objets connectés, etc.
.......
Le seul moyen dont disposeraient les états pour limiter ce fossé est bien de taxer ses plateformes privées, pour limiter leurs moyens et reverser les taxes vers les médias utiles, les émissions destinées aux enfants sur la TNT gratuite, les libraires, les musées, les salles de spectacles, etc.
Réponse de le 23/01/2019 à 12:16 :
réponse à FredLux. Merci de votre commentaire; Je suis en plein accord avec vous.Je ne l'avais pas lu et nous employons le même mot ! C'est vraiment triste, nul. Pas capables de reformer notre système fiscal, de simplement même le nettoyer de ses centaines de niches, censées être - avoir été ? même pas ! - des politiques publiques, avoir oublié même la notion d'aménagement du territoire, détruit les concepts, les instruments - CERC etc ... - et en arriver là ? etc etc. Et quel mépris de proposer aux "gilets jaunes" d'améliorer leurs conditions de vie. Comme si ils n'étaient pas capables d'avoir, au delà de celles-ci, des opinions politiques, des idéologies. Oui : des idéologies ! ... Je crois que ceux qui depuis 30 ans s'attribuent des bénéfices à deux chiffres et oublient leur redistribution, les exportent dans des comptes off shore et ne distribuent pas de salaires, au lieu de financer ici la production la création ont failli. Naguère profits 4%, création d'emplois, des vrais, basés sur la production, redistribution et paiement de salaires. La vraie redistribution, pas sociale.
Et je ne parle même pas des défiscalisations immobilières qui sont inimaginables. Quels journalistes vont nous décrire le circuit ainsi crée, de cette défiscalisation dont les produits en cercles croissants géométriques vont eux aussi offshore, à la charge qui pèse alors sur l'Etat : payer les loyers, loger les gens, les chauffer, soigner leurs pauvres vies difficiles.
Oui : ou comment on rend un pays pauvre.
a écrit le 21/01/2019 à 10:53 :
les inegalites peuvent se resoudre par l impot en europe comme en France, ils le savent l europe ne fonctionnent pas avec ce vote a lunaminite des 27 pays menbres ils le savent ,?alors pourquoi il ne le change pas, a quoi servent nos elues a rien ,?tous et bloque pour ne pas faire payer les riches , apres il s etonnent que les peuples se revolte, et vont jusqu a dire pourquoi tant de haine???
Réponse de le 21/01/2019 à 11:34 :
Voila encore un qui a du voter contre la constitution Européenne qu'il n'avait jamais lu. Cette constitution prévoyait le vote à la majorité qualifiée pour remplacer le vote à l'unanimité. Les Français très éclairés (par leurs gilets jaunes peut être l'ont rejeté sans jamais l'avoir lu). Aujourdhui, ce sont les mêmes qui se plaignent que tout est bloqué. Incohérence et surtout paresse intellectuelle, quand tu nous tiens!!!
Réponse de le 21/01/2019 à 23:16 :
@Tototiti
"paresse intellectuelle" au pluriel, oui, mais aussi des postures idéologiques s'appuyant sur des impostures intellectuelles assumées.
a écrit le 21/01/2019 à 8:33 :
Pourquoi 3%, je pense que la marge de ces entreprises est beaucoup plus importante que les entreprises du CAC 40.
Pour établir le CA n'aurait il pas été plus simple de demander aux banques le montant des transactions vers des comptes à l'étranger et ensuite les agréger ?
a écrit le 21/01/2019 à 7:08 :
N'y avait-il pas une menace d'un GAFA de ne plus desservir la France. Après tout ils sont devenus un Service Public dont nous ne pouvons plus nous passer, et autrement public que certains des nôtres qui ne sont plus que des taxes.
Réponse de le 21/01/2019 à 9:03 :
Le summum est que pour payer leurs impôts, des particuliers utilisent les services de boites qui n'en payent pas ... Bon, tous ces gens furent reçus à Versailles au frais du contribuable - faute politique?
a écrit le 20/01/2019 à 22:18 :
Ce que ce gouvernement ne comprends apparement pas c'est que les revendications vont bien plus loin que les simples revendications (RIC,CSG,Smic etc) mais elles concernent aussi les régimes spéciaux qu'ont accuse d'avoir creuser la dette alors que c'est le fait d'une mauvaise gestion du réseau (construction à outrance de LGV avec arrêt au milieu de nul part pour un député ou ministre et qui à contribuer à la dette ou salaire Parly = 50000euro/mensuel.Il y a aussi la concurence déloyal d'AIRBNB de Ouicar de Drivy ou encore Blablacar contre des entreprise qui n'ont plus les moyens de lutter après avoir compresser les coût sur le dos des salariés).Les routier Français qu'on met en concurence avec ceux des pays de l'Est et qui ont parfois un salaire 10 fois moindre! Les hopitaux qui de part leur compression de personnel n'ont plus les moyens de donner aux patients des soins de qualités.Des exemple il y en a beaucoups malheureusement cela ne se limite pas à l'ISF mais ce gouvernement doit se reveiller et faire un audit de la situation de ces salariés qui sont en détresse...salariés qui produisent la richesse du pays.
Réponse de le 21/01/2019 à 8:05 :
Parly , comme des milliers d'autres , n'a fait que profiter -sans aucun état d'ame - d'un système ou le richesses economiques sont accaparées en grande partie par grands groupes et grands patrons !
....Ce sont des profiteurs du libéralisme débridé mais soyons justes : qui aurait refusé a sa place et dit " non , c'est trop , donnez en un peu plus a la base " !!!
a écrit le 20/01/2019 à 21:04 :
Le Maire, il veut faire marrer,,, Qui ? Ce sont les boites françaises qui vont être un peu plus taxées. quant aux GAFA & Cie, elle n'en ont rien à cirer,,,elles vont encore un peu plus localiser leur centres de profit dans des pays de l' U E qui n'ont pas cette taxe.
On voit la manœuvre ,faire croire aux français qu'ils vont pouvoir payer moins d'impôts
,,quand ? C'est l'enfer fiscal d'Europe, la Fran_ge, et si ça continue, Micron et sa clique de bobos vont devoir affronter non pas les gilets jaunes, mais bientôt la marée noire...
a écrit le 20/01/2019 à 19:57 :
tout ça va dans le bon sens mais le problème récurrent de l'UE est que les décisions de ce genre doivent être prises à l'unanimité pour être applicables. On constate malheureusement que les intérêts des uns ne cadrent pas avec ceux des autres, notamment l'eire. On en revient toujours au même constat. l'UE est faite d'une addition d'intérêts particuliers qui ne retrouvent que rarement.
a écrit le 20/01/2019 à 17:39 :
Egalité devant l'impôt pour les particuliers, les PME et les GAFA tout simplement et je ne vois pas l'intérêt de faire une taxe et une loi qui sera peut être retoquée (Oh! Dommage, nous voulions le faire) par le conseil constitutionnel comme la taxe de 3% sur les dividendes...
a écrit le 20/01/2019 à 17:30 :
Les gafas paient leurs impôts en France comme toutes les entreprises qui vendent en France. Leur compte d'exploitation en France est grevé par la facturation des royalties pour l'utilisation des brevets et prestation de recherche développement faites à l'étranger ou en Europe. Par exemple, l'Irlande a développé une compétence reconnue dans l'hébergement des données. L'Etat semble oublier que c'est toujours le consommateur final qui paie les taxes sur le chiffre d'affaires, que ce soit la tva de 20% ou la surtaxe de 3%. Il serait bien étonnant que les consommateurs veuillent se détourner des gafa pour 3%. Il y aura donc baisse réelle du pouvoir d'achat des français.
Réponse de le 20/01/2019 à 20:17 :
Vous êtes au courant que Facebook, Twitter et Google sont gratuits et ce paie en récoltant nos données ?
Vous avez raison laissons-les se gaver, placer leur bénef dans les paradis fiscaux et se retrouver en situation de quasi monopole. Une belle recette...
Réponse de le 21/01/2019 à 12:43 :
Cette sur taxe de 3% va bien sûr être soumise à TVA, comme toutes les taxes locales sur l'énergie. Le bénéfice pour l'Etat sera donc 3,6%. Cette matière première qu'est le big data va se trouver ainsi renchérie pour les entreprises française et les pénalisera dans la connaissance de leurs clients et l'élaboration de leur stratégies commerciales.
a écrit le 20/01/2019 à 17:23 :
Faute d’accord européen, la France introduira une taxe GAFA en 2019
"La France introduira une taxe nationale sur les géants du numérique dès 2019 si les discussions en cours au niveau européen n’aboutissent pas, a annoncé jeudi Bruno Le Maire. Plusieurs pays européens, comme l’Irlande et le Danemark, se sont opposés ces derniers mois à cette initiative française. L’Allemagne – qui craint des mesures de rétorsion américaines vis-à-vis de son industrie automobile – a également formulé des réserves.

Source : Romandie (6 décembre)

La taxe sur les GAFA est un nouvel échec en puissance, comme tous les projets « européens » lancés par Macron (défense européenne, taxe sur les transactions financières, budget de la zone euro, réforme du système des travailleurs détachés, etc.). Le système autobloquant de l’UE fonctionne à plein pour le plus grand bonheur des multinationales, notamment américaines."
https://www.upr.fr/actualite/notre-revue-de-presse-de-la-semaine-semaine-du-3-au-9-decembre/
Taxer les Gafa contre la volonté d' une partie des 28, bon courage M Le Maire, le même qu' il conviendra d' avoir pour défendre le tandem Alstom Siemens conte la volonté de l' UE qui adresse sa feuille de route ou GOPE à Macron et qui a dit non sur ce dossier ..
Réponse de le 20/01/2019 à 23:29 :
Au ton de votre commentaire, je pense que vous avez du voter contre la constitution Européenne. Or celle-ci prévoyait la majorité qualifiée pour remplacer le vote à l'unanimité. Ceux qui ont voté contre sans même lire le traité peuvent donc ne se prendre qu'à eux même, si aujourd'hui, un seul petit pays peut par son vote interdire tout changement en Europe.
Réponse de le 21/01/2019 à 10:17 :
@Tototiti Quand on s' assoit sur le référendum de 2005 qui disait non à un constitution européenne et qu' on se réveille avec les GOPE, il ne faut pas s' étonner d' avoir les Gilets Jaunes dans la rue et l' adhésion de 70 % des français au mouvement..
N' est pas l' Angleterre qui veut qui organise un référendum sur le maintien dans la machine à broyer les démocraties et les peuples de l' UE avec le résultat qu' on entrevoit désormais, j' ai nommé un no deal..
UPR, Frexit, vite ..
Il n'y a plus d' autres alternatives au néolibéralisme destructeur.
Réponse de le 21/01/2019 à 20:57 :
@gédeon les gilets jaunes dans la rue dépassent largement le sujet de l'UE le monde entier est dans une grave crise de répartition de la richesse. Au lieu de passer une partie de votre temps à nous raconter une histoire, le frexit dont vous n'avez aucune idée de ce qu'il pourrait être car l'économie n'est pas une science exacte, prenez des billets d'avion allez en Asie en Amérique du sud en Afrique pour travailler et non pour faire du tourisme, puis revenez commenter pas sur du vent mais sur une réalité du monde. Le frexit ne répond à aucune solution économique il est encore un machin d'intelligents qui pensent qu'ils ont la solution. Nos amis anglais tournent en rond, bien sur des gens dans votre genre diront que la faute en rien à l'Europe. Si on veut sortir on prend sa valise et on part avec un gros bras d'honneur y compris sur la dette, on ne demande pas des aménagements, du délai mais simplement DU COURAGE, ce qui manque au R.U.
a écrit le 20/01/2019 à 15:28 :
bien gentil le le maire mais taxer apparemment seule chose qu'il sache faire, depuis bientôt deux ans qu'il s'aborde le pays, mais le chômage reste au top européen, la dette au top européen 100% YESSSSSSSSSS, le déficit au top européen 3.5% 2019, les prélèvements obligatoires au top ah là MONDIAL tout comme le niveau des dépenses publiques. encore un blablateur macronard incompétent.
Réponse de le 20/01/2019 à 16:47 :
Si je résume si vous étiez au pouvoir , vous feriez exactement comme les autres. Vous croyant plus malins que les autres vous iriez faire la chasse aux dépenses publiques inutiles, puisque les fonctionnaires sont tous derrière des bureaux en train de trier des documents qui ne servent à rien et que le reste du temps ils ne travaillent pas. Mais dans la réalité, il faudra choisir entre supprimer des postes dans l'enseignement, dans l'armée, dans les hôpitaux, supprimer des aides sociales, fermer la maternité ou l'école en zone rurale, fermer la bibliothèque de quartier.
Et avec ça vous vous mettrez le peuple à dos pour économiser quelques centaine de millions, alors que si on met fin aux dispositifs qui permettent l'optimisation fiscale, ce sont des milliards qui rentrent dans les caisses. Il y a la loi, certaines entreprises contournent la loi, ce ne sont pas des entreprises qui fuient l'"enfer fiscal en France" puisqu'elles s'y sont installées.
Quel pays sérieux peut cracher sur des milliards qui lui reviennent et au lieu de les récupérer, va réduire ses dépenses et taxer davantage le peuple?
Bien sûr l’État doit se garder de gaspiller l'argent public mais l'argument du gaspillage a trop souvent donné prétexte à ceux qui ne respectent pas la loi.
Réponse de le 20/01/2019 à 20:25 :
que nenni mon brave je ne suis pas plus malin que les autres, que vous sans doute à n'en pas douter. 5 millions de fonctionnaires ou territoriaux pas trop, mais apparemment là on a à faire un bon gros fonk qui défend ses petits privilèges, enseignant sans doute ceux là sont les pires, imbus et savent tout sur....RIEN des "peu utiles". optimisation fiscale mais mon ami c'est LEGAL à ne pas confondre avec FRAUDE mais
Réponse de le 21/01/2019 à 8:07 :
@bien gentil
C'est bien ce que je disais, vous êtes plus malin mais aussi plus utile que les autres. Par contre ça va défendre l'optimisation fiscale, il y a deux poids deux mesures pour les privilégiés avec vous.
a écrit le 20/01/2019 à 15:24 :
Et alors baisse d'impots pour les Francais!!!!
a écrit le 20/01/2019 à 15:07 :
Le journaliste qui a écrit cet article n'est pas bien informé voici une des corrections nécessaires : le gouvernement italien a bien voté une taxe de 3% en décembre 2018 et sera bien appliqué dans quelques mois....
a écrit le 20/01/2019 à 15:00 :
Ah!La machine a créer des taxes s'est remise en marche.Bercy avait un coup de mou,mais c'est juré ,ils repartent en pleine forme.Prochaine étape taxer les riches et mise en place du loyer négatif,rétablissement de la taxe d'habitation en collaboration avec nos amis les maires,taxer les héritages a 88%.Demander a Bruxelles une exception pour monter la TVA a 28%.
a écrit le 20/01/2019 à 14:20 :
Bonjour, Bonne nouvelle ? Mais attendons de voir, depuis le temps que cela dure et que l on nous promet d agir ... Et ce taux, est il réellement significatif ? Le montant attendu me parait peu comparé au CA de ces sociétés. A comparer à l imposition des entreprises du secteur"traditionnel". Enfin, quels seront les critères pour déterminer le CA réalisé sur le territoire national ? Bref beaucoup d interrogations sur un texte sans cesse évoqué et .... toujours reporté. Cordialement
a écrit le 20/01/2019 à 14:15 :
Je suis déjà sur le «  mode » demain ...
A combien les gafas vont facturer l’accès à la population Française qui est bien habituée à ces services ?
Je ne parle pas des Français qui n’ont ni ordinateur, ni Pc , ni domicile...

Déjà de nombreux journaux d’information en ligne bloquent les articles en contrepartie de «  un euro » d’abonnement..,
Bien que certain journaux comme Le Figaro , tu lis le début , et tu sais la fin... pourquoi payer un euros pour ça ?

La démocratie c’est l’accès gratuit à l’information.(point)
Réponse de le 21/01/2019 à 11:43 :
Gratuit, ça n'existe pas sauf dans la tête des assistés permanents. Il y a toujours quelqu'un qui paie. Si ce n'est pas vous, c'est donc votre frère comme dirait le loup à l'agneau.
a écrit le 20/01/2019 à 13:05 :
Le maire a totalement raison et a été un des premiers à dénoncer le scandale gafa. Et en plus il a fallu se battre contre ceux qui estimait qu'une telle taxe serait injuste (oh encore une taxe de plus!) et ceux qui pensaient que les gafa étaient cool et qui cherchaient des prétextes pour les défendre .
Paradoxalement , c'est les taxes sur l'essence totalement injuste qui ont fait comprendre au peuple que refuser de taxer les gafa avait pour conséquence un manque à gagner pour maintenir le service public et que ce manque à gagner , c'est le contribuable qui allait le supporter.
Bref l'optimisation fiscale des gafa accroît mécaniquement la pression fiscale sur le contribuable. Cette situation est indéfendable et pourtant même sur la tribune, il y a eu de nombreux commentaires pour prendre leur défense. Moi je dis bravo à Mr Le maire, certainement le seul du gouvernement à comprendre certains enjeux.
a écrit le 20/01/2019 à 12:40 :
Bon, c'était promis pour le 1er janvier, aujourd'hui on re-promet qu'on en discutera fin février... et après ? On re-re-promettra... que ... bon... l'Europe... risque de rétorsion... l'emploi... c'est compliqué... et blablabla et blablabla...
a écrit le 20/01/2019 à 12:19 :
Excellente initiative. Par contre il ne faut pas lâcher sur le principe face à Bruxelles. Et en garder sous le coude dans la négociation car, même si ce n'est pas bien légal, il conviendrait de mentionner toutes ces années de manque à gagner pour le contribuable.
a écrit le 20/01/2019 à 12:10 :
L'article n'est pas assez fouillé et ne précise pas si des sociétés françaises comme Le Bon Coin, Blabla Car, Ventes Privées... seraient également concernées. Si tel était le cas, ce serait se tirer une balle dans le pied mais on est hélas habitué avec nos techno rigides de Bercy.
Réponse de le 20/01/2019 à 13:09 :
Avec le système actuel , on a laissé grandir les gafa suffisamment pour qu'ils raflent tout, les français dont vous parlez vont se faire racheter . The winner takes all.
Réponse de le 20/01/2019 à 13:30 :
C'est certain qu'en les handicapant encore d'avantage, ils ont toutes les chances de se faire racheter et à bon compte.
Réponse de le 20/01/2019 à 20:28 :
mais le CAC 40 est déjà aux mains des étrangers en majorité du capital, donc rien de nouveau sous le soleil. sans compter le nombre important des PME-PMI ou voire ETI déjà passées aux mains européennes notamment et plus accessoirement étrangères.
a écrit le 20/01/2019 à 12:05 :
Ben comme quoi on peut faire encore des trucs contre l’avis de l'UE hein...

Pourquoi continuer donc à obéir à cette entité allemande qui n'évolue que pour son seule intérêt ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :