La Nouvelle Union Populaire de la gauche veut nationaliser une grande partie de l'économie : est-ce vraiment crédible ?

La Nouvelle union populaire de la gauche qui se construit autour de la France Insoumise - avec EELV, le PC et le PS - préconise un virage économique radical. A 180 degrés. Avec au menu, notamment, d'importantes nationalisations comme les banques, Engie, EDF etc ... Si dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon, l'opération semble simple, elle est complexe à mettre en oeuvre. Explications.

4 mn

L'union populaire menée par Jean-Luc Mélenchon prône une importante série de nationalisations.
L'union populaire menée par Jean-Luc Mélenchon prône une importante série de nationalisations. (Crédits : POOL New)

C'est l'un des principaux axes du programme de l'alliance qui se crée actuellement à gauche autour de Jean-Luc Mélenchon : la nationalisation d'une partie de l'économie.

Ainsi, le leader de la France Insoumise, aujourd'hui chef de file de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes), propose-t-il de remettre dans le giron de l'Etat, les banques généralistes, les autoroutes, les aéroports, mais aussi certaines grandes entreprises comme Engie ou EDF - dont certaines ont déjà une part de leur capital gérée par la puissance publique - .

Pour la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale, ces nationalisations sont stratégiques. Il s'agit d'assurer que l'Etat français aura bien la main sur ces actifs essentiels de notre économie, afin qu'ils échappent au profit. Ce serait aussi, selon cette nouvelle formation politique, une garantie pour une meilleure redistribution et une meilleure lutte contre les inégalités.

Concrètement, quelles implications ?

Une nationalisation revient à une expropriation, à la reprise d'un bien. Il y a des questions juridiques qui se poseront mais une telle opération  implique aussi un dédommagement à verser aux actionnaires. Ainsi, il faut racheter l'actif à un niveau bien supérieur à sa valeur boursière. Pour les banques, - il faut d'abord préciser ce que veut dire "banque généraliste", car la Nupes l'évoque sous ce vocable - mais on imagine sans mal que ce serait les grands établissements comme la Société Générale, ou la BNP.

L'an dernier, ces établissements ont enregistré des profits records - 9 milliards d'euros de bénéfices en 2021, par exemple pour la BNP, ou encore 5,6 milliards pour la Société Générale - .Si l'Etat rachetait ces actifs, il faudrait donc prévoir des dizaines et des dizaines de milliards d'euros.

Reste à voir aussi, jusqu' à quel niveau l'Etat rentrerait au capital, interroge par exemple l'économiste Christian de Boissieu. Prendra-t-il 100% ou limitera-t-il son contrôle à 51% ? ... Et Christian de Boissieu de souligner qu'il "faudrait alors appliquer le pourcentage de contrôle ou bien réactualiser la facture de la nationalisation des banques de 1982-83 en tenant compte de la croissance des établissements bancaires depuis cette date et de l'évolution des prix également depuis cette date... Compliqué !".

Il y a des chances que la Nouvelle Union Populaire de la gauche éviterait la nationalisation à 100% comme ce fut le cas en 1981, dans les années Mitterrand.

Pour les sociétés d'autoroutes, on dispose d'estimations chiffrées. Ainsi, cet hiver Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie assurait qu'il faudrait payer entre 45 et 50 milliards d'euros aux concessionnaires si l'Etat reprenait dans son giron les sociétés avant la date de la fin de contrat, dont la plupart courent encore jusqu'à 2030. Et pour cause, il faudrait dédommager les sociétés. Ces opérations ne seraient donc pas neutres économiquement.

L'Etat est-il meilleur gestionnaire que le privé ?

Si ces entreprises venaient ou revenaient sous la coupe de l'Etat, il faudrait que l'Agence française des participations de l'Etat, l'APE, rattachée au ministère de l'Economie et des Finances suive leur évolution et leur gestion. L'objectif étant d'optimiser leur rendement, de réaliser les meilleurs investissements, d'accompagner leur développement etc. "Or, comment faire avec si peu de moyens ? Aujourd'hui, l'APE comporte à peine une cinquantaine de personnes... alors que nous devrions pour être de bons gestionnaires en avoir au moins 10 fois plus", confie un fin connaisseur de Bercy. Si le portefeuille de l'Etat se densifiait, il faudrait  donc prévoir un important renforcement d'effectifs.

Enfin, même avec des moyens supplémentaires, l'Etat ferait-il mieux que le privé. Selon certains économistes, comme Jean-Marc Daniel, on peut en douter étant donné les résultats de sociétés comme la SNCF, EDF, ou Renault...

Quid du signal lancé ?

Enfin, quel serait le comportement des investisseurs, des milieux d'affaires ? Le programme des nationalisations proposé par Jean-Luc Mélenchon peut rappeler celui de 1981. Dans le monde économique, cette période reste un traumatisme. De nombreux entrepreneurs voient là le risque d' une spoliation de leur travail.

Rappelons qu'entre 1997 et 2002, quand il revient au pouvoir, le gouvernement socialiste mené par Lionel Jospin avait alors procédé à une vague importante de privatisations - France télécom, Air France, les banques comme le Crédit lyonnais, les assureurs comme le Gan etc. Au total, Lionel Jospin avait ainsi reinjecté 30 milliards d'euros dans les caisses de l'Etat.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 06/05/2022 à 11:59
Signaler
Le nom LAREM vient de se liberer pour Melanchons LA Russie En Marche

à écrit le 06/05/2022 à 8:10
Signaler
il se voyait deja en haut de l affiche devant les problemes actuel avec ses idees communautaire ou va t il trouver l'argent quand le pays est deja endetté a presque 120% de beau discour pour les bobos qui ne reflechissent pas

à écrit le 05/05/2022 à 22:27
Signaler
La catastrophe arrive quand les politiques veulent s’occuper de tout : de l’Etat, du social et de l’économie !! Dans le monde, il y a quelques Pays où ils ont cette ambition et on voit le désastre : le Venezuela, Cuba, la Corée du Nord et …… ??

à écrit le 05/05/2022 à 11:35
Signaler
La révolution bolchevique ?

le 05/05/2022 à 17:05
Signaler
Mieux encore la belle vie comme à Cuba ou au Venezuela

à écrit le 05/05/2022 à 11:23
Signaler
Vive le national-socialisme de Mélenchon...

le 05/05/2022 à 12:48
Signaler
C'est pas grave. A' la fin ça cette idéologie de loser va enrichir les travailleurs et les investisseurs des autres pays au détriment des français. Et ils le méritent bien plus que les français arrogants, incapables, jamais responsables de rien(c'est...

à écrit le 05/05/2022 à 11:20
Signaler
Rassurez-vous chers milliardaires capitalistes. Mélenchon qui est resté 30 ans dans les hautes sphères du PS a soutenu toutes les privatisations (dénoncées par le PCF) à partir de 1983 avec Rocard, DSK, etc.... Et il a voté pour Maastricht. Et comm...

à écrit le 05/05/2022 à 11:14
Signaler
F Asselineau, PLAGIAT C'est un fait que Mélenchon et son union de la gauche (pour rire?) nous volent notre nom de parti "UNION POPULAIRE RÉPUBLICAINE", établi et connu depuis 15 ans mais qu'ils ont, de façon intéressante, supprimé le mot "RÉPUB...

à écrit le 05/05/2022 à 10:46
Signaler
Il y a certains segments vitaux pour la bonne marche de la nation qui doivent être étroitement protégés des influences capitalistiques externes, parfois néfastes : Énergie, eau, transport, banques. Cela n'implique pas forcément une nationalisation, c...

à écrit le 05/05/2022 à 10:24
Signaler
Déjà "Union populaire" que veut dire? Tous sauf les entrepreneurs, les travailleurs hautement qualifiés et ceux qui gagnent plus de 4.000 euros par mois? Comment contraindre les ennemis du peuple à rester, produire et investir en France? Par des co...

à écrit le 05/05/2022 à 9:47
Signaler
La France n'a pas besoin d'ennemis, elle possède une élite..

à écrit le 05/05/2022 à 9:41
Signaler
Pendant ce temps : Est-ce une autre affaire qui pourrait embarrasser l'exécutif après celle concernant le cabinet McKinsey ? Comme le révèle le Canard enchaîné dans son édition de ce mercredi 4 mai, le ministère des Armées aurait fait appel non pa...

à écrit le 05/05/2022 à 9:33
Signaler
Formidable, on revient en 1981, début du déclin du pays. Mitterrand après son plan de relance, a retraite à 60 ans, les 35 H , a conduit la France dans un chaos durable. 6 mois après son arrivé, menace du FMI et désindexation des salaires et pensions...

le 05/05/2022 à 11:10
Signaler
@BA, les 35 H sont venues bien plus tard. 1981, c'est aussi la 5ème semaine de CP et le ministère du temps libre...

à écrit le 05/05/2022 à 9:26
Signaler
Nationalisations,blocage des prix,taxes du capital,sortie de l’UE,expulsion des impérialistes américains pendant qu’il y est…………pour en arriver à cours terme au modèle cubain ou vénézuélien.Pays modèles pour Melenchon ,quintessence du bonheur sur ter...

à écrit le 05/05/2022 à 9:07
Signaler
Le Crédit Lyonnais que l'Etat français ( les contribuables) a renfloué de 15 milliards d'euros + 3 Plans Sociaux. Le Crédit Foncier a mis la clé sous la porte. A qui le tour ?

à écrit le 05/05/2022 à 8:45
Signaler
La France est mal dirigée et on veut donner encore plus de pouvoir à des hauts fonctionnaires et à l'état qui est déjà incapable de gérer...au lieu de copier nos voisins qui sont tous moins dirigistes que nous et ont des industries bien plus florissa...

le 05/05/2022 à 9:20
Signaler
Quatremer sur le fond du problème : "aucune politique de gauche n'est possible dans l'UE ; mais 60% de Français ont voté au 1er tour pour des politiques incompatibles avec l' UE". Donc, l'espoir reste, se désaccoupler d ' urgence de l' Ue et pou...

à écrit le 05/05/2022 à 8:35
Signaler
Critiquable ou pas, la gauche fait ce que la droite est incapable de faire depuis tant d'années : l'union pour gagner...

à écrit le 05/05/2022 à 8:34
Signaler
On a déjà fait ça en 1981, et ça n’a pas été un franc succès. Et on peut aussi se demander si la grande avancée sociale des 35 heures n’a pas un peu aidé à dé-sindustrialiser la France. Moins que les raisonnements purement comptables des acheteur...

à écrit le 05/05/2022 à 7:53
Signaler
Visiblement vous prenez les entrepreneurs pour des "demeurés"! Pour une fois qu'ils peuvent avoir de la visibilité de long terme et les contrats de l'Etat, ils ne vont pas se priver pour obtenir de la stabilité!

à écrit le 05/05/2022 à 7:41
Signaler
Mélenchon, semble caractériel comme personnage. Il ne faudrait pas qu'il devienne plus. L'on voit déjà dans notre histoire et en ce moment en Russie ce que peut faire un homme à lui tout seul.

à écrit le 05/05/2022 à 7:34
Signaler
La Tribune a volée au secours de Macron lors de l’élection….ce serait cocasses de voir Mélenchon au pouvoir. Quand on invoque les esprits il est difficile parfois de les faire repartir.

à écrit le 05/05/2022 à 6:24
Signaler
Que l'Etat s'occupe déjà des fonctions régaliennes avant de se mêler de la gestion d'entreprises. Taxer les profits d'entreprises privées compétitives vaut mieux pour le budget que de chercher à gérer des entreprises complexes et devoir les renflouer...

à écrit le 05/05/2022 à 0:01
Signaler
Melanchon se voit en chef du village gaulois...qui reste un village gaulois, c'est à dire pas grand chose à l'échelle du Monde. Le problème de LFI, c'est Melanchon, Bompard, Corbières, une nouvelle race d'integristes, comme si des intégristes il n'y...

à écrit le 04/05/2022 à 22:35
Signaler
Une seule question demeure: qu’ont fait les français pour mériter de tels politiques?

le 05/05/2022 à 0:01
Signaler
Ils les ont élus Ils ont donc les politiciens qu'ils méritent

le 05/05/2022 à 10:58
Signaler
Ils sont ignorants et simplistes. Surtout en économie. Les plus ignorants sont tjrs dirigistes

à écrit le 04/05/2022 à 22:27
Signaler
Les autoroutes, EDF, la distribution de l'eau et au moins une banque, voire une société d'assurance, pourquoi pas. Mais certainement pas une vague de Nationalisation comme en 1981.

à écrit le 04/05/2022 à 21:53
Signaler
Mdr, 360° !! Donc rien ne change :)

à écrit le 04/05/2022 à 21:45
Signaler
Il y a peu, c'était Le Pen qui devait mettre la france par terre.

à écrit le 04/05/2022 à 20:24
Signaler
Retour à 1981 , avec le succès qu'on a connu ? La France sera de nouveau en retard d'au moins une guerre

à écrit le 04/05/2022 à 20:18
Signaler
Ca y est l'usine de destruction des médias, appartenant à 90% à la caste, se met en route. Nationaliser ENGIE, heu l'état français à 50% du capital, nationaliser EDF heu l'état français a 85% du capital. Attaquer sur des nationalisations qui ne sont...

le 04/05/2022 à 21:13
Signaler
Je plussoie ami, je plussoie, et je souhaite que votre perspicacité fasses des émules. Eh, oui le franc maçon universaliste Mélenchon travaille aux intérêts de la grosse machine mondialiste, sous couvert de progressisme, évi...

à écrit le 04/05/2022 à 20:15
Signaler
Fanny.. 360° c'est un tour complet... un demi tour c'est 180 °..

à écrit le 04/05/2022 à 19:47
Signaler
F Asselineau toujours, "CE QUI RESTE DU PS EXPLOSE SOUS NOS YEUX L'ancien PM Cazeneuve quitte le PS. Ce départ préfigure sans doute la migration complète des «éléphants» du PS vers Macron et son Parti Unique. C'est la confirmation de mes tweet...

à écrit le 04/05/2022 à 19:37
Signaler
Ce qui est marquant avec le communisme, c'est que certains veulent en être les chefs alors qu'ils indiquent vouloir tout partager (sauf la gouvernance donc), ils pensent en plus que leurs intentions sont nobles, à ce stade, mieux vaut clairement cons...

le 04/05/2022 à 21:41
Signaler
les 600 milliards de dettes supplémentaire, c'est un coup des communistes ?

à écrit le 04/05/2022 à 19:28
Signaler
Ce que l'on voit surtout c'est... la planification, la stabilité, une vue de long terme, une sécurité de l'emploi et moins de désordre dans les rues!

à écrit le 04/05/2022 à 19:27
Signaler
"les banques généralistes, les autoroutes, les aéroports, mais aussi certaines grandes entreprises comme Engie ou EDF - dont certaines ont déjà une part de leur capital gérée par la puissance publique - " Si on n'y met pas n'importe qui à leurs têtes...

à écrit le 04/05/2022 à 19:25
Signaler
Un virage à 360 degrés, cela veut dire qu'il n'y a pas vraiment de changement de cap.

à écrit le 04/05/2022 à 19:23
Signaler
Mélenchon se perd tous les jours un peu plus, entre sa gauche des ..GOPE, pro UE, et celle des électeurs de gauche qui viennent de comprendre l' arnaque à la démocratie par l' UE.. F Asselineau commente, "DÉBUT DE DISLOCAT...

à écrit le 04/05/2022 à 19:19
Signaler
Il n'y a pas que Poutine qui fait revenir l'U.R.S.S, maintenant c'est Mélenchon et ses alliés. Parfaitement anachronique et porteur de misère pour la France.

le 04/05/2022 à 21:44
Signaler
Il y a peu c'était Le Pen qui devait mettre la france parter, avec une forte inflation et des taux qui remontent....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.