« La question des relocalisations nécessite bien plus qu'un milliard d'euros », Jean-Hervé Lorenzi

 |  | 680 mots
Lecture 4 min.
Selon Jean-Hervé Lorenzi, fondateur du Cercle des économistes, il faut anticiper dès aujourd'hui les conséquence d'un redémarrage brutal de l'activité.
Selon Jean-Hervé Lorenzi, fondateur du Cercle des économistes, il faut anticiper dès aujourd'hui les conséquence d'un redémarrage brutal de l'activité. (Crédits : Yann Deret)
4 QUESTIONS A. Alors que le Cercle des économistes publie un cahier sur l'avenir de l'industrie, son fondateur, Jean-Hervé Lorenzi, revient sur le plan de relance et l'incertitude qui règne sur la reprise.

Pour accompagner le retour de l'industrie en France, le gouvernement a décidé de consacrer 1 milliard d'euros du plan de relance aux relocalisations. Un débat qui a agité le Cercle des Économistes et ses invités lors de la remise d'un rapport sur le sujet.

LA TRIBUNE - Le plan de relance consacre 1 milliard d'euros à la relocalisation d'activités industrielles en France. Qu'en pensez-vous ?

JEAN-HERVÉ LORENZI - Ce n'est pas assez, évidemment. Mais il faut distinguer deux sujets très différents. D'une part, il y a la question des relocalisations qui nécessite bien plus qu'un milliard d'euros. Or, les relocalisations ne peuvent pas résoudre la situation de l'industrie à elles seules. Il faut aller plus loin et réindustrialiser le pays. Pour cela, il est indispensable de repérer les secteurs dans lesquels nous avons la capacité de booster des technologies que nous connaissons déjà. Mais aussi de canaliser l'épargne des Français vers ces secteurs innovants. Et encore une fois, cette politique nécessite plusieurs milliards d'euros.

> Lire aussi : Relocalisations, l'impossible retour des emplois perdus

Justement, le volet « hydrogène » du plan de relance rentre-t-il dans cette réindustrialisation ?

Non au sens strict, la filière hydrogène touche à des activités différentes : elle fait appel à la recherche fondamentale et à l'innovation technologique. Et ces deux étapes interviennent avant le développement-produit, réalisé dans l'industrie. Bien au contraire, cela ne les rend pas moins important.

Cela dit, il faut rappeler que la France est en retard sur le développement de cette filière. En effet, elle n'investit que 2,5% de son PIB à la recherche fondamentale, ce qui est moins que la moyenne de 3% chez ses voisins européens. Surtout, le plan de relance ne consacre que 2 milliards d'euros à l'hydrogène, soit 7 milliards de moins que l'Allemagne. La France ne fait pas assez sur ce sujet d'avenir.

Alors que la pandémie a entrainé une pénurie de matières premières, la mise en place du plan de relance pourrait-elle être freinée par de l'inflation ?

Là encore, il faut distinguer les problèmes. Tout d'abord on peut observer une hausse des prix, poussée par un déséquilibre entre l'offre et la demande, dans certains secteurs d'activité. C'est ce qui se passe par exemple face à la pénurie de composants dans l'automobile. Mais pour le moment, ce mécanisme ne s'étend pas au reste de l'économie. Pour rappel, l'inflation se crée lorsque la hausse des prix entraine une hausse des rémunérations qui se répercute à son tour sur les prix : c'est un phénomène de course-poursuite. Et aujourd'hui, il n'y a pas de déséquilibre sur le marché du travail, donc l'inflation ne reviendra pas à court terme.

Cependant, à long terme, la combinaison d'un début de démondialisation, les mouvements de relocalisation et la prise en compte d'enjeux environnementaux pourraient pousser les prix à la hausse.

Lire aussi : Automobile: cinq questions pour comprendre la crise des semi-conducteurs

Face à ces défis, comment faut-il accompagner la reprise en France ?

Personne ne peut prédire avec sérieux la manière dont la crise va se terminer et l'impact qu'elle aura sur l'activité économique. Toutefois, un scénario fait consensus : quand toute la population sera vaccinée, on pourrait avoir un redémarrage de la croissance en V. Concrètement, après une forte accélération, la hausse de l'inflation et des taux d'intérêt viendra impacter la courbe de la relance. Il est donc essentiel de réfléchir d'ores et déjà à l'ensemble de ces problèmes.

Mais quoiqu'il arrive, ces prévisions ne se réaliseront pas avant deux ou trois ans. N'oublions pas que les reprises post-crise sont toujours très longues : après la crise de 2008 par exemple, il a fallu cinq ans à la zone euro pour retrouver le niveau d'activité de 2007, et trois ans aux États-Unis.

> Dossier : la course à la vaccination

Lire aussi : Relocaliser en France ou miser sur l'industrie du futur ? Le débat fait rage

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2021 à 15:50 :
Tant d'argent pas de souci que les entreprises financent quand on voit ce qu'on nous demande de payer a nous déjà qu'elles fassent l'effort.
a écrit le 01/03/2021 à 13:46 :
par ailleurs virer 2 ou 3 millions de nuisibles à l'économie . . . qui cela peut-il être ?
a écrit le 01/03/2021 à 13:44 :
que peut-on faire avec 10 000 € quand il en faudrait 1 million ? (et toutes proportions gardées)
a écrit le 01/03/2021 à 11:49 :
l'Europe est de loin la 1ère région d'accueil des investissements étrangers physiques, devant Asie-Pacifique et USA/Canada (Global Cities Investment Monitor, KPMG).
et en 2019, la France est le pays européen qui a reçu la plus grosse part de ces investissements sur notre continent (EY ; Business France). la Pologne, 1er pays de l'Est, n'était qu'en 7e position et subissait une chute de 26% du nombre de projets par rapport à 2018 (baromètre 2020 de l'attractivité, EY).
la France était en 2019 le 1er pays en Europe pour l'investissement manufacturier étranger, de loin (EY). devant Allemagne, Turquie et UK.
il va y avoir de la relocalisation en France.
a écrit le 01/03/2021 à 11:48 :
Un redemarrage brutal de l'economie !
Avec ce qui se profile au niveau international, l'europe les pieds dans le petrin. Faut lui expliquer a ce monsieur, qu'il prenne un billet pour les USA voir l'etat de l'economie americaine.
L'europe est a genoux, et ca va pas s'ameliorer. Remontee des taux imminente. Credits a la hausse pour tous, matieres premieres rencheries etc...et inflation au programme.
2021 va etre un carnage.
a écrit le 01/03/2021 à 9:32 :
Çà y est, on veut subventionner les entreprises inadaptés a notre environnement, alors que l'on a pu s'en passer jusque là! Aider plutôt ceux qui sont restés!
a écrit le 01/03/2021 à 9:22 :
avant de parler d'argent, faut parler de tout le reste
1 milliard, c'est peanuts face a ce que couterait les applications des lois francaises aux idiots qui vont revenir
c'est pas un pb d'argent pour commencer
c'est un pb de mentalite
( la france a mis le grand capital capitaliste dehors avant de decouvrir que l'industrie est intensive en capital, maintenant elle veut son retour? la france nivelle par le bas, ca reduit les inegalites de gauche en interdisant a tous les enfants de savoir lire, pour ne pas stigmatiser ceux qui n'ont pas la chance de savoir, eux? et avec ca on veut de la haute techno? ridicule)
personne ne va revenir
faut recolter ce qui a ete seme
reprenez ce que hollande a fait, avec ses amis
la cerise socialiste sur le gateau du miserabilisme pour tous
a écrit le 01/03/2021 à 8:30 :
"il faut anticiper dès aujourd'hui les conséquence d'un redémarrage brutal de l'activité."

Quand les hommes d'affaires sont aussi bavards que les politiciens et lesp oliticiens aussi cupides que les hommes d'affaires.

L'empire des faibles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :