Baisse historique du chômage (7,4%) et, pour les jeunes, du jamais-vu depuis quarante ans

Le taux de chômage a baissé de 0,6 point au dernier trimestre de 2021 pour s'établir à 7,4% de la population active, un excellent score et meilleur qu'attendu. Sur le trimestre, le taux de chômage des jeunes diminue fortement (-3,6 points) et atteint 15,9%, rejoignant ainsi « les plus bas niveaux des cycles précédents à la fin des années 1980 et 1990 », détaille l'Insee.
Au salon TAF (Travail Avenir Formation), le 2 septembre 2021, à Perpignan, qui cette année-là affichait 190 stands, 60 organismes de formation et d'orientation, 76 entreprises proposant plus de 4.100 offres, et 900 en alternance. Créés par la région Occitanie, avec Pôle Emploi et les Missions locales, ces salons TAF permettent de trouver des informations sur les formations et leurs débouchés, de tester des métiers, de rencontrer les entreprises locales.
Au salon TAF (Travail Avenir Formation), le 2 septembre 2021, à Perpignan, qui cette année-là affichait 190 stands, 60 organismes de formation et d'orientation, 76 entreprises proposant plus de 4.100 offres, et 900 en alternance. Créés par la région Occitanie, avec Pôle Emploi et les Missions locales, ces salons TAF permettent de trouver des informations sur les formations et leurs débouchés, de tester des métiers, de rencontrer les entreprises locales. (Crédits : Reuters)

Les indicateurs passent au vert les uns après les autres. Après le fort rebond de la croissance en 2021 (+7%), le taux de chômage est, lui, en forte baisse au quatrième trimestre 2021 (-0,6 point par rapport au trimestre précédent) à 7,4% de la population active en France (hors Mayotte), selon les chiffres publiés vendredi par l'Insee.

D'excellents chiffres, et meilleurs qu'attendu

En décembre, l'institut de statistiques dans sa note de conjoncture avait tablé sur un chômage à 7,8% de la population active à la fin décembre 2021. C'est donc 0,4 point de mieux que ce qui était prévu. "Cette baisse du chômage fait écho à de fortes créations d'emplois. Il y a un alignement des résultats entre les chiffres de Pôle emploi et ceux de l'Insee. Dans le secteur privé,  il y a 300.000 emplois de plus qu'avant le Covid. Les créations d'emplois ont été très dynamiques dans les services marchands. C'est une baisse spectaculaire encore plus forte que ce qui était prévu.  En parallèle, le taux d'emploi au plus haut depuis les années 70 montre une bonne dynamique " a expliqué l'économiste de BNP-Paribas, Stéphane Colliac, en charge du suivi de la France à La Tribune.

Au quatrième trimestre, le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) en France (hors Mayotte) atteint 2,2 millions de personnes, soit 189.000 de moins sur le trimestre. "Personne n'imaginait qu'on puisse avoir de tels résultats en sortant d'une des crises économiques les plus graves qu'on ait connues au cours des dernières décennies", a déclaré la ministre du Travail Élisabeth Borne sur France Inter, pointant également un taux de chômage des jeunes au plus bas « depuis près de 40 ans ».

Le chômage inférieur à son niveau d'avant-crise

Les quatre trimestres précédents, le taux de chômage était resté quasi stable, entre 8,1% et 8%, rappelle l'Insee qui a révisé à la baisse de 0,1 point le taux de chômage du troisième trimestre à 8%. "Il est inférieur de 0,8 point à son niveau d'avant-crise (fin 2019) et à son plus bas niveau depuis 2008, si l'on excepte la baisse ponctuelle en 'trompe-l'œil' du printemps 2020, liée à la crise sanitaire" lorsque beaucoup de gens s'étaient arrêtés de chercher du travail, souligne l'Insee. "Il rejoint ainsi quasiment le niveau qu'il aurait probablement atteint en suivant sa trajectoire baissière pré-crise Covid" ajoute le chef du département de la conjoncture de l'Insee Julien Pouget.

L'autre bonne nouvelle est que sur le trimestre, le taux de chômage des jeunes diminue fortement (-3,6 points) et atteint 15,9%, rejoignant ainsi "les plus bas niveaux des cycles précédents à la fin des années 80 et 90". Il diminue de 0,3 point pour les 25-49 ans, à 6,8%, et il est stable pour les 50 ans ou plus, à 5,8%.

La baisse est plus marquée pour les femmes (-0,8 point à 7,3%) que pour les hommes (-0,4 point à 7,5%), alors que l'écart était en sens inverse au trimestre précédent.

Bond du halo du chômage

S'agissant du « halo autour du chômage », soit les personnes sans emploi qui en souhaitent un mais qui ne satisfont pas les autres critères du BIT pour être considérés comme chômeurs, il "rebondit légèrement", note l'Insee, avec 1,9 million de personnes dans cette catégorie, en hausse de 48.000.

Le taux de chômage de longue durée baisse de 0,2 point à 2,2% de la population active et retrouve son niveau d'avant crise. Environ 700.000 chômeurs déclarent être sans emploi et en rechercher depuis au moins un an. Le taux d'emploi des 15-64 ans augmente de 0,2 point, à 67,8%. Il dépasse ainsi son plus haut niveau historique atteint au trimestre précédent

Le taux d'activité (soit les personnes en emploi ou au chômage) des 15-64 ans diminue de 0,2 point à 73,3%, après une hausse de 0,7 point le trimestre précédent où il avait atteint son plus haut niveau depuis que l'Insee le mesure (1975).

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 19/02/2022 à 10:17
Signaler
Bonjour, Dernièrement l'ons a radiée des milliers de personnes, ensuite l'ons a donné des aide au entreprise... Donc la baisse est en trompe œil, tous sa s'est pour favoriser la réélection de Mr Macron ... Du Pipo bien organisé...

à écrit le 18/02/2022 à 17:21
Signaler
Les augmentations en périodes électorales d'entrées forcées: en formation, reclassement, réorientation auprès des organismes "amis"; " C'est pour vous aider qu'on vous dit ça car si non vous serez radiée"

le 19/02/2022 à 9:40
Signaler
Ca permet de bien nourrir des camarades du parti qui dirigent une simple association loi 1901 non soumise à l'impôt mais dégage de larges excédents et de cumuler indemnités de maire, conseiller départemental et bon salaire de directeur administratif ...

à écrit le 18/02/2022 à 13:39
Signaler
Le chômage ne baisse pas au regard de l'explosion du nombre de mendiants retraités notamment étrangers bénéficiant de l'ASPA non remboursé sur la succession d'un patrimoine dissimulé à l'étranger (e.g. Algérie).

à écrit le 18/02/2022 à 13:26
Signaler
On nous annonce une baisse drastique du chômage juste avant les élections Présidentielle. Qui croire? Mali: Hollande, qui a lancé Barkhane, aurait retiré les troupes "plus tôt". On se moque des citoyens comme c'est pas permis en France.

à écrit le 18/02/2022 à 12:49
Signaler
Il faudra nous expliquer comment le chômage a pu baisser avec un PIB qu’en baisse de plus de 8% en 2020 et une reprise de 7 % en 2021, on produit donc moins qu’en 2019 et on a plus de monde au travail donc notre productivité a baissé donc il sera imp...

le 18/02/2022 à 13:42
Signaler
Si cela vous intéresse vraiment, la croissance de 7% est égal au pib 2021 par rapport au pib 2020, elle ne révèle pas le niveau de pib à fin 2021, alors qu'à ce moment là le pib a dépassé son niveau avant crise. La logique serait donc qu'on soit reve...

le 19/02/2022 à 8:57
Signaler
Tres exactement a 0,6%. On considere une croissance positive a partir de 2%.

à écrit le 18/02/2022 à 12:49
Signaler
J’étais membre du gouvernement Jospin. On a pensé que la croissance et la baisse du chômage allaient nous donner les clefs du pouvoir… (François Patriat)

à écrit le 18/02/2022 à 10:13
Signaler
En comptant ceux qui se sont mis au vélo avec un sac bleu/vert ? Ou ceux là ils comptent pour le développement durable du gamin ?

à écrit le 18/02/2022 à 10:12
Signaler
Encore un chiffre qui ne veut rien dire encore une fois puisque jamais les jeunes abandonnés n'ont été aussi nombreux.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.