Le climat des affaires dans l'industrie au plus bas depuis début 2015

 |   |  338  mots
Les tensions se multiplient dans l'industrie tricolore.
Les tensions se multiplient dans l'industrie tricolore. (Crédits : Charles Platiau)
Le climat des affaires s'est détérioré de manière inattendue en octobre dans l'industrie en France, et tombe à son niveau le plus bas depuis début 2015, alors que la confiance s'est maintenue dans les services, selon l'enquête mensuelle publiée mercredi par l'Insee.

L'indicateur global du climat des affaires a légèrement reculé à 105 points contre 106 en septembre, se maintenant toutefois confortablement au-dessus de sa moyenne de long terme, qui s'établit à 100. Cet indicateur composite masque cependant des évolutions divergentes en fonction des secteurs, l'indice de l'industrie tombant ainsi à 99 contre 102 en septembre. Il n'avait pas connu un niveau aussi bas depuis mars 2015. L'indicateur poursuit sa baisse tendancielle depuis février 2018 selon les chiffres publiés l'organisme de statistiques ce mercredi 23 octobre. L'indicateur de l'industrie s'établit nettement en dessous du consensus, 102 points, établi sur la base de la moyenne des prévisions de 18 économistes interrogés par Reuters, qui s'échelonnaient entre 101 et 103. Les chefs d'entreprise industrielles interrogées par l'institut de statistiques soulignent un net recul des carnets de commande.

L'industrie française résiste tant bien que mal

Jusqu'à présent, le secteur industriel a mieux résisté en France qu'en Allemagne, en raison de la moindre dépendance de l'Hexagone aux exportations, qui ont été pénalisées par les tensions commerciales internationales.

Alors que l'économie allemande est au bord de la récession en raison du coup de frein aux exportations, l'économie française a jusqu'à présent fait front, grâce à une demande intérieure soutenue notamment par les mesures de relance prises par le gouvernement pour tenter d'enrayer le mouvement de contestation des "Gilets jaunes".

La confiance dans les services se stabilisent

En revanche, l'indicateur des services, qui est beaucoup moins exposé aux vicissitudes du commerce international que l'industrie, est resté stable à 106 points. Les chefs d'entreprise interrogés sont relativement confiants dans les perspectives générales. Ils prévoient notamment une hausse de la demande et des investissements. Dans ses dernières prévisions l'institut COE-Rexecode prévoit un léger ralentissement de la croissance entre 2018 et 2019 passant de 1,3% à 1,2%. L'économie devrait être principalement soutenue par la consommation des ménages alors que l'investissement privé et public devraient marquer le pas.

> Lire aussiLa croissance française devrait être poussive en 2020

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2019 à 9:22 :
"L'indicateur global du climat des affaires a légèrement reculé à 105 points contre 106 en septembre, se maintenant toutefois confortablement au-dessus de sa moyenne de long terme, qui s'établit à 100."

Vous ne pensez pas qu'il serait bon de revenir sur cet "indicateur" dont on ne connaît au final ni les tenants ni les aboutissants ? Sur quoi se pose t'il svp ?

"Les faits sont têtus il est plus facile de s'arranger avec les statistiques" Mark Twain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :