Le gouvernement accusé de "détricoter" les propositions de la CCC ? "J'adore le tricot", répond Barbara Pompili

 |  | 859 mots
Lecture 5 min.
Alors que certains de ses collègues sont accusés de s'octroyer le droit d'écarter des mesures supplémentaires aux trois déjà décidées par Emmanuel Macron, Barbara Pompili a souligné qu'à la fin nous aurons une décision prise par le chef du gouvernement.
Alors que certains de ses collègues sont accusés de s'octroyer le droit d'écarter des mesures supplémentaires aux trois déjà décidées par Emmanuel Macron, Barbara Pompili a souligné qu'"à la fin nous aurons une décision prise par le chef du gouvernement". (Crédits : Reuters)
Face aux accusations de "détricotage" des propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), le gouvernement a tenté ce mercredi de donner des gages à leurs représentants. "J'adore le tricot. Et ce qu'on est en train de faire, c'est de tricoter un beau pull vert que vous pourrez mettre à Noël", a ironisé de son côté la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, à l'issue de la réunion avec les "citoyens".

"On avance !", a assuré le Premier ministre Jean Castex sur Twitter après une réunion à Matignon avec quelques membres de la CCC qui a remis en juin à l'Élysée 149 propositions que le président s'est ensuite engagé à reprendre, à l'exception de trois.

Lire aussi : Diminution du temps de travail à 28h, refonte de la PAC... les principales propositions soumises à la Convention citoyenne sur le climat

"Une trentaine de propositions ont déjà trouvé des suites favorables, notre ambition est intacte, mais je ne nie en rien les difficultés qui s'ouvrent à nous", a ajouté Jean Castex.

Ces dernières semaines, des déclarations de ministres sur le malus en fonction du poids des véhicules neufs, l'écotaxe sur le transport aérien, ou les propos du président lui-même sur les opposants à la 5G comparés aux Amish ont suscité des inquiétudes chez les défenseurs de la planète.

Lire aussi : Sortie de Macron sur les "Amish": que vont devenir les propositions de la Convention Climat?

Et la publication lundi du budget 2021, associé au plan de relance, n'a pas rassuré.

"Le gouvernement répète à l'envi qu'il n'a pas de baguette magique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais il en a visiblement une pour faire disparaître dans les limbes toute proposition qui permettrait de se rapprocher un peu de la neutralité carbone", a dénoncé ce mercredi Clément Sénéchal, de Greenpeace France, listant les mesures non reprises dans le budget: encadrement des dividendes, taxation des engrais azotés, écotaxe sur les billets d'avion...

"Après les discours enthousiastes vient le temps du détricotage", ont également dénoncé ce mercredi dans une tribune publiée dans Le Monde le maire EELV de Grenoble et le député EDS Matthieu Orphelin.

"Un beau pull vert"

Des accusations rejetées par la ministre de la Transition écologique. "J'adore le tricot. Et ce qu'on est en train de faire, c'est de tricoter un beau pull vert que vous pourrez mettre à Noël", a ironisé Barbara Pompili à l'issue de la réunion avec les "citoyens".

Alors que certains de ses collègues sont accusés de s'octroyer le droit d'écarter des mesures supplémentaires aux trois déjà décidées par Emmanuel Macron, elle a souligné qu'"à la fin nous aurons une décision prise par le chef du gouvernement".

Et pas par le ministre de l'Économie ou le ministre délégué aux Transports, comme le craignent les défenseurs de l'environnement, voire certains membres de la CCC.

"Mme Pompili est quelqu'un qui s'investit vraiment pour la transition écologique. Toutefois nous sommes plusieurs citoyens à espérer qu'elle ait un peu plus de soutien de la part de ses collègues au gouvernement", a noté Muriel Pivard, co-présidente de l'association de participants à la Convention "Les 150".

"Elle n'y arrivera pas seule", a-t-elle ajouté, estimant aussi que "certaines mesures sont détricotées".

Selon le gouvernement, 20% des propositions de la Convention sont reprises partiellement ou en totalité dans le plan de relance: aide à la rénovation énergétique des bâtiments, renforcement du malus CO2 sur les véhicules les plus polluants, soutien au vélo...

Et le gouvernement assure qu'il n'en restera pas là pour reprendre les propositions de la Convention visant à réduire "d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre dans un esprit de justice sociale".

"On ne lâchera pas"

Ainsi, des amendements au projet de loi de finance seront présentés: révision de l'indemnité kilométrique pour les voitures, hausse du forfait mobilité durable, baisse des taxes sur les assurances pour les voitures électriques...

Et des concertations se poursuivent, notamment avec les "citoyens" et les élus, pour l'élaboration d'un projet de loi spécifique dont le texte devrait être présenté en Conseil des ministre en décembre.

Agriculture, publicité, mobilité... Certains thèmes sont particulièrement sensibles, comme les transports aériens et routiers, gros pollueurs mais aussi gros employeurs fragilisés par la crise liée à l'épidémie de Covid-19.

Lire aussi : Exclusif : ce que dit vraiment l'étude d'impact sur les propositions de la convention citoyenne pour l'aviation

L'instauration de l'écotaxe proposée sur les transports aériens aurait des "conséquences absolument délétères" sur le plan social pour un secteur déjà sinistré, a d'ailleurs mis en garde il y a quelques jours le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

"On sent que nos mesures peuvent faire polémique et qu'il n'y a pas forcément une ligne gouvernementale qui se dégage", a commenté Grégoire Fraty, co-président des "150". Mais "on ne lâchera pas", a-t-il promis en quittant Matignon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2020 à 9:31 :
Le problème à la base c'est que certains voudraient que les propositions de la convention citoyennes sur le climat soit suivie sur ses propositions. Cela pourrait s'entendre si cette CCC était une instance démocratique représentative ce qui dans les faits n'est pas le cas. un vrai tirae au sort aurait du amener des débats et des propositions nuancées hors ce n'est pas le cas les débats ayant été encadrés par des représentants d'instances écologiques partie prenante d'où cette quasi unanimité sur les propositions alors que la société française est beaucoup plus partagée sur ces questions.
a écrit le 01/10/2020 à 9:06 :
Une ministre raccord avec le gouvernement et notre président en sommes.

Sans plus de commentaire tout ceci étant bien trop désespérant.
a écrit le 01/10/2020 à 1:02 :
Cette "Convention Citoyenne pour le Climat" est un affront à la démocratie: ses membres étaient volontaires (contrairement à un tribunal populaire de cours d'assises, les personnes tirées au sort avaient la possibilité de se dédire, et beaucoup l'ont fait), les actifs sont sous-représentés. Le biais de l'échantillon est colossal, ces personnes ne représentent absolument pas le Peuple français. Seule une instance élue au suffrage universel est légitime pour imposer des lois à ses concitoyens. Les membres de cette CCC n'ont rigoureusement aucune légitimité pour proposer quoi que ce soit, encore moins imposer quoi que ce soit.
a écrit le 30/09/2020 à 23:13 :
Le malus au poids des véhicules est du pain béni pour les assureurs , qui augmentent, plus que de raison les cotisations, sauf pour les fonctionnaires qui ont des «  prix préférentiels «  par rapport aux autres .( pour l’instant , ça peut changer , c’est ça la France , un changement toute les secondes ( le collector)selon les intérêts des uns ou des autres , mais l’intérêt collectif est zappé)

Un chauffeur d’un camion est obligé de travailler pour subvenir aux besoin de sa famille , faut il le taxer encore et encore ?

Sachant que les abuseurs en CO2 :
1) la Chine
2) les USA
3) les 1% de riches planétaires
4) catastrophe naturels ( feux , guerres , essais...)

Les gains en CO2 ?
70% de la planète ( enfants et adultes sont limité dans leur respiration naturelle, donc l’absorption de leur CO2 par leur poumon )

Tout ceci est complètement grotesque : pourquoi punir les FRANÇAIS , de ce qu’ils ne sont pas responsables ?

Faut arrêter tous ces délires et plutôt se concentrer a comment limiter le mercure , pourquoi 300 dauphins sont morts en Australie ? Pourquoi les oiseaux migrateurs meurent d’épuisement ?
Quel est l’impact du G internet sur la terre et ses vivants ?

Voilà les questions primordiales !
a écrit le 30/09/2020 à 18:53 :
Ils se sont laissé berner, comme les centaines de milliers de participants aux "grand débat" et aux cahiers de doléances post gilets jaunes, qui n'ont jamais été ouverts par l"exécutif et croupissent aux archives.

Macron avait promis de satisfaire intégralement aux conclusions de la CCC, et puis finalement ont été recalés sans examen les propositions les plus puissantes (semaine de travail...) et dans 6 mois la montagne accouchera d'une demi souris.

Macron est coutumier du fait, on se souviendra de JL Boorlo, sollicité pour un rapport sur les banlieues, qui avait soulevé beaucoup d'espoirs, et que le PDR avait retoqué de façon méprisante sans l'avoir même ouvert.

Macron c'est ca.... Je te sollicite et ensuite je te méprise. Tant pis pour ceux qui n'ont pas encore compris.
Réponse de le 30/09/2020 à 19:49 :
Je tiens tout de même à vous rappeler que cette CCC a été tirée au sort et n'a donc pas été élue.
Tenir compte des propositions qui en ressortent est donc un déni de démocratie. Je me sens profondément lésé.
Qui fait les lois en France ? Ce sont les députés élus par le peuple. L'histoire s'arrête là.
Si le peuple n'est pas satisfait des lois qui sont votées au Parlement, alors qu'il vote et fasse son choix dans l'isoloir. Et pas via une CCC qui n'a aucun fondement démocratique. Point.
Réponse de le 30/09/2020 à 23:38 :
La démocratie électives, avec "représentants" (de qui sinon d'eux mêmes) dénommés "élus" (faites bien attention aux mots utilisé pour désigné ceux qui dirigent) qui font profession de la décision publique n'est pas, loin de là, le système démocratique idéal....car les représentants ne représentent rien sinon eux même.
Le tirage au sort est en ce sens beaucoup plus démocratique : il permet une vraie représentation des citoyens, de tous les citoyens. il est plus représentatif, je ne sais pas si "ça s'arrête là" comme le conclue certains commentaires, mais c'est un argument sérieux en faveur de ce système plus démocratique que l'élection.
a écrit le 30/09/2020 à 18:41 :
Ridicules ces extrémistes de cette convention citoyenne ou du moins en ligne avec leur vision écologique destructrice. 150 citoyens ont-ils le droit de s’arroger des super pouvoirs? Si 50pc de leurs propositions sont reprises n'est ce pas une vistoire?
a écrit le 30/09/2020 à 18:25 :
de plus .
que fait elle contre la métanisation en Bretagne ! silence! veut dire cautionner l élevage industriel/ intensif et (mal bouffe) perte de crédibilité et mépris pour l écologie
a écrit le 30/09/2020 à 17:37 :
Voilà un alibi qui ne leur convient plus... passons a autre chose qui permettra de gagner du temps... pourquoi pas une autre convention? Les français ont une courte mémoire!
a écrit le 30/09/2020 à 17:14 :
comment se deplace notre starlette illuminee ? en velo en planche a roulettes a pied aller arrete ton char barbara sa devient ridicule
a écrit le 30/09/2020 à 17:06 :
En parlant du gouvernement :

Le ministre de la Santé a-t-il promu un traitement potentiellement nuisible pour les enfants atteints d’autisme ? Accaparé par la gestion d’une crise sanitaire interminable, Olivier Véran se retrouve, bien malgré lui, au cœur d'une polémique. Dans la mouvance de l’association Chronimed, fondée par le controversé professeur Luc Montagnier, des médecins sont poursuivis pour avoir prescrit des antibiotiques sans autorisation de mise sur leur marché (AMM). Les praticiens se targuent d’avoir le soutien du ministre de la Santé.
a écrit le 30/09/2020 à 16:29 :
La dame elle se vendrait au plus offrants, donc finalement ses mots confirment !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :