Le PIB a progressé de 0,5% au premier trimestre

Pour la seconde fois, l'Insee a relevé sa prévision de croissance pour le premier trimestre. L'activité a progressé de 0,5%, en dépit d'une stabilité de la consommation.
Fabien Piliu

2 mn

La fin du quinquennat de François Hollande a été marquée par une reprise de l'activité. Le début du mandat d'Emmanuel Macron est également bien orienté, mais rien n'indique que ce dynamisme retrouvé est une tendance lourde.
La fin du quinquennat de François Hollande a été marquée par une reprise de l'activité. Le début du mandat d'Emmanuel Macron est également bien orienté, mais rien n'indique que ce dynamisme retrouvé est une tendance lourde. (Crédits : POOL)

Fin avril, l'Insee avait indiqué que le PIB avait progressé de 0,3% au premier trimestre. Fin mai, cette prévision avait été relevée de 0,1 point. Ce vendredi, l'Institut a une nouvelle fois procédé à un relèvement de son estimation, dans les mêmes proportions. Pour le second trimestre consécutif, le PIB a donc progressé de 0,5%, stimulé par un rebond plus important qu'estimé initialement de l'investissement (+1%), et en particulier des entreprises (+1,9%), juste avant que le dispositif de suramortissement fiscal des investissements productifs ne prenne fin, en avril.

Croissance nulle pour le principal moteur de l'économie française

En revanche, les dépenses de consommation des ménages en biens et services ont stagné, après avoir augmenté de 0,6% au trimestre précédent. La croissance nulle du principal moteur de l'économie française s'explique en partie par le recul des dépenses en énergie, provoquées par des températures hivernales clémentes.

Sans surprise tant il est mal en point, le commerce extérieur a continué à peser sur la croissance, mais de façon plus limitée que ce qui avait été anticipé fin mai. L'impact négatif a été estimé à 0,6 point, contre 0,7 point précédemment. Alors que les exportations se sont repliées de 0,7%, les importations ont augmenté de 1,2% sur la période.

Un rebond technique de la croissance

Notons que, même retouchée, cette photographie de l'activité économique au premier trimestre correspond en de nombreux points à celle que l'Insee anticipe pour l'exercice 2017 dans sa globalité. Cette année, le PIB devrait progresser de 1,6%, soit 0,5 point de plus qu'en 2016, mais cette reprise inédite depuis 2011 est surtout technique. Selon l'Institut, la demande intérieure devrait céder du terrain, marquée par la baisse du pouvoir d'achat des ménages, en lien avec le retour de l'inflation, et l'érosion du taux de marge des entreprises.

Rappelons que la Banque de France, le FMI et la Commission européenne tablent à l'unisson sur une hausse de 1,4% du PIB tricolore cette année, soit 0,1 point de moins que la prévision de croissance gouvernementale. Seule réelle bonne surprise, le taux de chômage continuerait à reculer pour s'élever à 9,4% de la population active à la fin de l'année. C'est bien là l'essentiel.

Fabien Piliu

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 26/06/2017 à 11:00
Signaler
la confiance se merite aux resultat, il et trop tot pour dire que cela vas mieux, pour l instant le chomage baise ,mais c est un phenomene saisonnier qui ne dureras pas???

à écrit le 23/06/2017 à 16:00
Signaler
Il se trouve que le président de la république que nos médias de masse se sont apliquées à dézinguer autant que possible aura été bien meilleur que sarkozy dont les médias de masse n'ont pas tari d'éloges alors que président le plus malhonnête de la ...

le 23/06/2017 à 18:12
Signaler
Ils vont le chercher où le 0,5 % de croissance sans activités ???

le 24/06/2017 à 8:53
Signaler
Pourtant... il aura fallu que Hollande annone qu'il ne représentait pas pour qu'une certaine confiance revienne. Plus sérieusement il faut y voir les premiers effets de la politique de l'offre (même si elle est restée bien trop timorée) qui est une p...

le 25/06/2017 à 16:51
Signaler
merci beaucoup bruno bd d'illustrer parfaitement mon commentaire, vous avez passé 5 ans à cracher sur hollande pour au final nous expliquer que c'était une bonne politique maintenant qu'il n'est plus là. Du grand n'importe quoi, amis de la schizo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.