Le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler soupçonné de conflit d'intérêts avec l'armateur MSC

Le bras droit d'Emmanuel Macron est soupçonné d'avoir pesé dans des décisions relatives à l'armateur MSC, lié à sa famille. Alexis Kohler se dit « choqué et indigné » de la « mise en cause » de son « intégrité ».
(Crédits : Benoit Tessier)

Les faits commencent à peine à se préciser, plus de quatre ans après l'ouverture d'une enquête sur Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Elysée, concernant une affaire de favoritisme à l'égard de l'armateur privé MSC. Selon des éléments de son interrogatoire dont l'AFP a eu connaissance mardi, le bras droit d'Emmanuel Macron, mis en examen pour « prise illégale d'intérêt » en septembre, est soupçonné d'avoir « participé » en tant que haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions relatives à l'armateur MSC, lié à sa famille.

Dans le détails, d'après ces éléments, les magistrats instructeurs lui reprochent d'avoir « participé » entre 2009 et 2012 comme administrateur à huit délibérations des instances dirigeantes de STX France (aujourd'hui Chantiers de l'Atlantique) et du Grand Port Maritime du Havre (GPMH), tous deux liés à MSC.

Ils soulignent ensuite qu'entre 2012 et 2016 à Bercy aux cabinets de Pierre Moscovici puis d'Emmanuel Macron, il a notamment « persisté (...) à émettre des avis ou donner des orientations stratégiques ayant trait » avec des dossiers impliquant MSC.

Or, la mère d'Alexis Kohler est cousine de Rafaëla Aponte, épouse du fondateur du groupe Gianluigi Aponte, un lien familial « simple » mais au « 5e degré », « éloigné », s'est défendu l'intéressé devant les juges.

A ce jour, il y a eu au moins cinquante auditions et dix perquisitions.

« Une lettre » avec Emmanuel Macron

Devant les magistrats, le secrétaire général de l'Elysée a indiqué d'emblée n'avoir « jamais considéré être en situation de conflit d'intérêts ». Mais de manière paradoxale, il va marteler avoir tout fait, « dès novembre 2008 », pour se trouver loin du dossier MSC.

Il explique n'avoir participé à aucune décision concernant le groupe, à l'époque STX-GPMH; avoir averti sa hiérarchie de ses liens familiaux; avoir demandé à quitter son mandat d'administrateur de STX ; et avoir exprimé dans ses votes en conseil d'administration la position de l'Etat plutôt que la sienne.

Lorsqu'il était à Bercy, il dit avoir organisé un déport du dossier MSC « informel », avec Pierre Moscovici (2012-2014) puis via « une lettre » avec Emmanuel Macron (2014-2016).

Les magistrats indiquent n'avoir retrouvé « aucun écrit ou note de l'Agence des participations de l'Etat, du Trésor ou du ministère faisant état du lien familial avec la famille Aponte » ou organisant cette mise à l'écart du dossier MSC entre 2010 et 2016.

A l'issue des quinze heures d'interrogatoire, Alexis Kohler concède un « débat sur (son) degré de formalisme » pour avertir de son déport des dossiers MSC, mais se dit cependant « choqué et indigné » de la  « mise en cause » de son « intégrité ».

Il est mis en examen pour « prise illégale d'intérêt », et témoin assisté pour « trafic d'influence passif ».

Sollicités mardi par l'AFP, son avocat n'a pas souhaité réagir et l'Elysée a affirmé « ne pas pouvoir commenter une enquête en cours ».

« On peut se féliciter que la justice avance et fasse son travail, même s'il est dommage que cela prenne autant de temps », a répondu de son côté l'avocat d'Anticor, Me Jean-Baptiste Soufron. L'association Anticor avait alerté dès 2018 avec le dépôt d'une plainte.


(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 30/11/2022 à 10:23
Signaler
Merci à Mediapart d'avoir fait son job de journalisme indépendant, ceux que l'on a voulu museler par "censure préalable" pour une autre affaire LR, celle du maire de Saint-Etienne.

à écrit le 30/11/2022 à 10:17
Signaler
Il est plus que temps, que les parisiens renomment la place de l'hôtel de ville : place de Grève.

à écrit le 30/11/2022 à 9:11
Signaler
Ce n'est plus des "politiques" qui se maintiennent au pouvoir mais des financiers ! Ils ne servent plus le même maître ! ;-)

à écrit le 30/11/2022 à 8:14
Signaler
"Alexis Kohler se dit « choqué et indigné » de la « mise en cause » de son « intégrité »" Déclaration non indispensable tandis que le dossier est ouvert sur internet depuis des années. Ils sont devenus tous tellement cupides tellement bercés par l'ar...

à écrit le 29/11/2022 à 20:58
Signaler
Le truc, qu'ils sortent tous les ans, avec les guirlandes. Et à chaque fois' ils leur disent de circuler : il n'y a rien à voir.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.