Les Français mécontents du président Macron (mais pas sur tout)

 |   |  502  mots
(Crédits : XXSTRINGERXX xxxxx)
Après l'interview "électrique" de dimanche, il était plus qu'intéressant de demander aux Français ce qu'ils pensaient de l'action du président de la République un an après son élection. Le sondage de mesure de popularité réalisé par Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNews et publié mercredi, montre que certains sujets comme la réforme du Bac et de la SNCF emportent une franche adhésion. En revanche, ailleurs, ça coince.

Dimanche soir, face à un Jean-Jacques Bourdin et un Edwy Plenel très offensifs, le président de la République avait défendu bec et ongles le bilan de la première année de son quinquennat afin notamment de juguler les colères sociales qui montent. Ce sondage réalisé par Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNews et publié mercredi montrent qu'une majorité de Français se disent au final mécontents de l'action du président de la République Emmanuel Macron, près d'un an après son élection. Mais c'est loin d'être un échec sur toute la ligne, notamment vu le score de ses prédécesseurs... Revue de détail.

Selon cette enquête, 42% des personnes interrogées s'estiment satisfaites de l'action du chef de l'Etat, 58% plutôt mécontentes ou très mécontentes.

Les sondés sont 57% à estimer qu'Emmanuel Macron a tenu ses promesses de campagne, un score nettement plus élevé que celui obtenu par ses prédécesseurs, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, ou François Hollande, à la même époque de leur mandat.

"Sympathique", "porteur d'une vision pour le pays"...

Pour près de trois quarts des personnes interrogées, le terme "autoritaire" s'applique bien à Emmanuel Macron, 58% le pensent porteur d'une vision pour le pays, 55% le voient comme défenseur des intérêts de la France et 53% le qualifient de "sympathique".

Le bilan d'Emmanuel Macron est jugé positif en matière de relation avec l'Union européenne (67% d'opinions favorables) et d'image de la France à l'étranger.

La mesure du gouvernement la plus populaire est le projet de réforme du baccalauréat (plébiscité à 66%) mais aussi celle de la SNCF (59%), tandis que l'abaissement de la vitesse maximale sur les routes secondaires à 80 km/h n'est approuvée que par 25% des personnes interrogées.

Immigration, retraites, hôpitaux... là, ça coince

Près de 45% de sondés sont satisfaits du bilan en matière de lutte contre le chômage.

Mais sur la maîtrise de l'immigration, la réforme des retraites, le pouvoir d'achat et la situation à l'hôpital, moins d'un tiers des personnes interrogées voient le bilan gouvernemental d'un oeil positif.

Et moins d'un tiers des personnes interrogées le considèrent cependant proche des préoccupations des Français et 37% seulement disent le trouver "juste".

Statista, cote de popularité, président de la République, début de mandat,

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Cette infographie montre l'inexorable chute de popularité des présidents de la Ve République depuis 1978 (Charles de Gaulle et Georges Pompidou n'y figurent donc pas). Mais certains chutent plus que d'autres : ainsi avec 40% d'opinions favorables après 11 mois (M11) d'exercice du pouvoir, Emmanuel Macron devance nettement ses deux plus proches prédécesseurs de la Ve République, Nicolas Sarkozy (37%) et surtout François Hollande (27%). (Crédit: Statista*) ]

(*) Un graphique de notre partenaire Statista.

____

Méthodologie : Le sondage a été effectué en ligne du 12 au 16 avril auprès d'un échantillon de 1.201 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2018 à 23:57 :
Quand les médias vous dise que les français lui font confiance à 42%..? C'est du foutage de gueule.. car à sont élection il a été élu avec moins de 22% des vois, or les médias nous ont bourrée le noue avec 66,6%, manipulateur, menteurs car tous les médias ont truquer à l'aide de la désinformation aboutissant à la manipulation de l'opinion publique ; c'est tellement simple et moins risqué puisque le système en ai propriétaire des Médias et des instituts de sondage et peut s'appuyer sur quelques dirigeants, intellectuels ou bobos, bien placés et convaincus.. oui (vu que tous ce qui en est des magazines, tous les journaux, et les différentes revus française ont été racheter par des Banque français où étrangères..?
Il ne faut pas s’étonner, ainsi, de l'assassinat politique de Fillon, dont le programme trop judicieux et national pouvait éloigner la France de cette subordination..!!
Donc, le nouveau président est peut-être légal aux terme de la Constitution, mais illégitime au regard de la morale politique..
Alors au bilan Macron est bien un Usurpateur..!
En réalité, la Démocratie française d'aujourd'hui n'est qu'une Dictature qui se déguise en une République Bolchevik et sont Drapeau Rouge chers aux Rothschild..!!!!
a écrit le 20/04/2018 à 10:35 :
1 201 personnes c'est énorme j'ai 61ans et je n'ait jamais était sonder dommage car macron aurait chuter faire des sondages c'est normal ça rapporte de l'argent aux petits copains et en meme temps je m'en met dans la poche le jour ou les français comprendront que la politique n'est que pure mafia alors on avancera
a écrit le 20/04/2018 à 10:31 :
1 201 personnes c'est énorme j'ai 61ans et je n'ait jamais était sonder dommage car macron aurait chuter faire des sondages c'est normal ça rapporte de l'argent aux petits copains et en meme temps je m'en met dans la poche le jour ou les français comprendront que la politique n'est que pure mafia alors on avancera
a écrit le 19/04/2018 à 16:59 :
Un jour, un sondage...ce n'était pas la peine de critiquer Nicolas Sarkozy et sa boulimie supposée de sondages.
Réponse de le 23/04/2018 à 10:10 :
Quand nous n’avons rien a nous reprocher , nous avons confiance en nous et à l’estime des gens à notre encontre.
a écrit le 19/04/2018 à 14:34 :
Les media serviles minimisent les mauvaises info, c'est bien connu, et le "mauvais" c'est ce qui ne plait pas au Pouvoir. Démocratie d'apparence.
a écrit le 19/04/2018 à 14:34 :
Il est dommage que pour l'amélioration de la vie des français et le bien être de notre pays, Mr Macron ne décide pas de perdre son salaire ainsi que celui de tout le gouvernement durant les jours où le pays fait grève...
La seconde chose qu'il ne parle jamais reste LEUR STATUTS à lui et aux gouvernement... Il a décidé de réformer les retraites en les alignants toutes à l'identique.. OK mais SON SALAIRE A VIE il devient quoi? C'est facile les réformes qu'on décide mais qui ne nous concernent pas... Un peu comme le statut de sa dame qu'il a essayé de nous imposer, pourquoi moi je doit payer ma nounou et lui c'est l'état qui paye sa dame? De plus pourquoi un ancien président à les gardes du corps, voiture de fonction à vie (même sans qu'il exerce? Y a du pognon et plein à gagner mais pas là où ils vont...
a écrit le 19/04/2018 à 9:33 :
Pendant ce temps :

La scène se déroule le 25 septembre 2017 à Saint-Julien-en-Genevois, en Savoie, à la frontière suisse. Selon Le Canard Enchaîné de mercredi, les douaniers contrôlent ce jour-là une Volkswagen qui rentre en France. A son bord, l'ancien ministre de la Justice Dominique Perben et son épouse, munis de 15 000 euros en argent liquide.
Si le couple assure d'abord n'avoir rien à déclarer, les agents des Douanes trouvent 10 000 euros en billets de 500 dans le sac de la femme de l'ex-garde des Sceaux. Selon l'hebdomadaire satirique, Dominique Perben sort à son tour 5 000 euros en petites coupures de ses poches.Le Codes des douanes est formel : un couple ne peut transporter plus de 10 000 euros sans les déclarer. Sanctionnés d'un PV pour manquement à l'obligation déclarative, les époux Perben sont interrogés par les douaniers. Et si la femme de l'ancien ministre de Jacques Chirac n'explique d'où provient cet argent, elle assure qu'il est destiné à l'achat d'une montre.Depuis ce contrôle, aucune enquête n'a été ouverte pour retracer l'origine de cet argent liquide.
a écrit le 19/04/2018 à 9:02 :
Pour l'instant, on tape sur les cheminots mais quand vont se pointer la réforme des retraites et l'accueil imposé des migrants, on sera proche de la guerre civile.
Réponse de le 19/04/2018 à 15:21 :
Votre admiration pour Poutine devrait vous conduire en Russie... Et surtout y rester !!!
a écrit le 19/04/2018 à 8:44 :
"(mais pas sur tout)"

La fabrique à opinion.

C'est la nouvelle tendance médiatique pour nous annoncer les mauvaises nouvelles, la croissance ralentie mais moins qu'en 1978, la consommation des ménages stagne mais les français consomment toujours, le chômage ne baisse pas mais les emplois créés ont été multipliés et-c, et-c...

Aliénant.
a écrit le 19/04/2018 à 7:28 :
Pour une fois qu'il y a des réformes. Tiens bon Emmanuel, ce sont les mêmes qui se féliciteront ensuite d'être dans un pays moderne et réformé.
Il y en a marre des corporatismes et de l'anti-jeu permanent de la CGT.
Réponse de le 19/04/2018 à 15:22 :
Bien vu Jer !! Marre de ces ploucs jamais satisfaits, tire la rame, bons à rien et mauvais a tout !!!
a écrit le 18/04/2018 à 23:16 :
la CGT , dernier vestige du mur communiste , doit tomber .
a écrit le 18/04/2018 à 20:48 :
Normal, les français veulent des réformes qui concernent les autres.
Réponse de le 19/04/2018 à 9:55 :
je crois plutot que les francais on compris que le terme "reforme"
signifiait "regression" et non amelioration ou progrés.....
Réponse de le 19/04/2018 à 15:24 :
@la fourmi : régression ? C'est déjà fait avec les socialos... Maintenant, on passe a autre chose et heureusement !!!
a écrit le 18/04/2018 à 19:59 :
Mécontents ? Selon l'IFOP, si l'élection intervenait ce dimanche, il recueillerait au premier tour jusqu'à 36% des voix !!! Et au 2ieme, ce serait un ras de marée !! En fait, les Francais ne sont mécontents que sur des éléments marginaux : la limitation à 80, l'IFI ( car ils ne comprennent rien et sont envieux), et la hausse de la CSG qui touchent (si peu) de vieux profiteurs ( génération 68, ils ont tout eu), propriétaires, et qui coûtent une blinde en frais médicaux, tout ca la charge des actifs actuels... Donc, ils sont contents !!
Réponse de le 18/04/2018 à 20:17 :
Dire autant de conneries en si peu de temps, ça s'appelle une perf.
Réponse de le 18/04/2018 à 23:31 :
Ce sondage est vain dès son postulat de base.

Si une élection présidentielle devait avoir lieu demain, c'est parce que Macron serait empêché de présider pour une raison ou une autre.

Et à l'évidence on serait dans une configuration totalement différente puisque son électorat devrait alors se reporter sur un autre candidat qui reste à déterminer (Philippe?, Ferrand ?, ...).
a écrit le 18/04/2018 à 19:17 :
"Les Français mécontents du Président Macron", une banalité de titre démontrée dans l'article puisque la chute de popularité est inévitable.
Dans les faits:
- le Président Macron témoigne d'une capacité réformatrice inédite dans la Vème République
- il est élu pour 5 ans, donc l'avis des Français importe peu. On l'a vu avec François Hollande, qui s'est maintenu au pouvoir malgré 90% d'opinion défavorable.
Réponse de le 18/04/2018 à 20:07 :
"- le Président Macron témoigne d'une capacité réformatrice inédite dans la Vème République"

Tu veux parler de la réforme de la SNCF et la loi travail qui viennent directement de la commission européenne ?
a écrit le 18/04/2018 à 18:29 :
le problème des réformes à macron c'est qu'elles touchent les plus faibles : retraités avec la CSG , agents sncf avec le statut mais jamais les plus nantis (députés , sénateurs ) du coup il n'est plus trop crédible
Réponse de le 18/04/2018 à 19:20 :
On a essayé le Président "je n'aime pas les riches". Ca s'est fini avec 90% d'opinions défavorables, Pourquoi pas l'inverse?
a écrit le 18/04/2018 à 17:34 :
90 A 100% disparition d abeille centre de la France, Aquitaine, Bretagne etc....
30% d oiseaux en moins
eaux polluées par les plantation de résineux en limousin
disparition des insectes a 80% en 30 ans
on continue????? stop ou encore ? et si on parlait de choses importantes......
a écrit le 18/04/2018 à 17:02 :
Voyons,.....mauvaise manipulation....oops,
TIPP en hausse de 15 cents sur le Diesel, vitesse réduite à la vitesse des camions et cars = plus possible de dépasser sans risque de se faire flasher..., impôts en hausse, abattement sur les frais km pour la déclaration des revenus gelés depuis 2015....salaire 2016=2017=2018 , bref aucune augmentation. je déclare la même somme depuis 3 ans...ouiai, j'ai voté MAcron mais si il ne descend pas de son nuage fissa....cela risque de se gâter car de résultats on n'en voit point.
a écrit le 18/04/2018 à 16:58 :
Voyons,.....
a écrit le 18/04/2018 à 16:30 :
Enfin un président qui préside et qui a le courage d'affronter les corporatistes les assistés que sont les agents du publics et salariés d'entreprises type sncf air france qui ne font qu'exploser la dette 2300 millards d'euros 97% du PIB en route vers les 100% par leur égoïsme et individualisme. Ne pleurons pas de voir les administrations publiques se réformer. "Vas-y Macron fonce tape dans le dur 68% des français de la Société civile d'après un sondage approuvent les réformes de l'état et de la fonction publique"
a écrit le 18/04/2018 à 16:08 :
Encore un sondage pour minimiser le rôle de l'élection dans une démocratie, on vous demande un avis, pas votre accord! C'est avec ça qu'il font leur "programme" pour imposer le dogme de Bruxelles?
a écrit le 18/04/2018 à 15:18 :
Sur l'immigration, les hôpitaux et les retraites, on peut simplement dire que tous les gouvernements successifs depuis 20 ans ont été inefficaces et qu'il s'agit maintenant de faire quelque chose. Comme Macron n'a pas réglé ces problèmes depuis qu'il est là, les français ne sont pas contents...
Réponse de le 18/04/2018 à 16:08 :
Au contraire, sur l'immigration la droite a été très efficace :

Décret du 29 avril 1976

Le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d'Estaing, son premier ministre Jacques Chirac ( le bruit et les odeurs quelques années plus tard) et le ministre du Travail de l'époque Michel Durafour.
a écrit le 18/04/2018 à 14:47 :
Honte à Emmanuel Macron. Honte à lui. Honte sur lui.
Réponse de le 18/04/2018 à 15:06 :
Ah!
a écrit le 18/04/2018 à 13:22 :
La question de la dette démontre à quel point ce "sauvetage" de la SNCF est une opération de com de plus et d'enfumage de la part de Jupiter.

Soit l'état reprend la dette et il peut transformer SNCF en SA sans risquer la mise en faillite immédiate, soit il temporise et de fait est condamné à garder le statut actuel de l'entreprise. 
Sachant que de toutes manières, l'UE et Eurostat considèreront de facto (parce que c'est déjà arrivé par deux fois avec la SNCF) que la dette d'une entreprise publique appartient à l'état qui la possède, et doit in fine être comptabilisée dans sa dette publique. La reprise de a dette n'est donc pas un choix.

Si Macron espére que SNCF réseau deviendra miraculeusement bénéficiaire en changeant le statut des cheminots, et remboursera la dette sans que l'état s'en mêle, c'est qu'il est givré. 
SNCF réseau c'est 4.5 milliards de revenus annuels de redevance, pour 6 milliards de dépenses, sans compter 1.5 milliards de charges pour la dette.

Ce qui nous est présenté comme une réforme vitale et urgente n'est qu'un coup de canif porté dans le statut cheminot et rien de plus. On voit toute l'hypocrisie macronienne qui consiste à faire porter sur les salariés et dans l'opinion, la responsabilité de l'indigence passée et actuelle de l'état en matière de gestion.

Les questions de la dette, des intérêts de la dette, du financement de SNCF réseau (qui ne sera jamais privatisé parce que structurellement en déficit partout en Europe), du montant des redevances avant et après privatisation, de l'organisation de la concurrence, ne sont même pas effleurées par le gouvernement, dont c'est pourtant le boulot.

On est donc parti pour 3 mois de grèves pour une réforme qui ne résout aucun des problèmes de la SNCF, ne prépare pas l'avenir, et va couter en conflits sociaux à l'entreprise (et au pays) beaucoup plus qu'elle ne rapportera.

Ça me rapelle beaucoup NDLL. 50 mobiles amochés et une semaine couteuse d'opération (blindés, hélicos, 2500 robocops) pour "libérer" un terrain avec 50 chèvres et des plants de salades. Terrain qui sera de toutes façons réoccuppé dans 3 mois par les zadistes parce que l'état n'a pas de projet pour NDLL et est incapable de dialoguer avec ceux qui en ont.
Ça fait cher de l’incompétence et pour se créer (momentanément) une image de président "fort".
Réponse de le 18/04/2018 à 13:48 :
Si la pub est en cohérence avec le résultat sur le terrain : c’est positif
Il vaut mieux de la «  réalité augmentée «  avec Macron que l’art des «  illusions «  et «  déceptions avec les ( tous)autres...(ps,ump ( lr,fn)
Réponse de le 18/04/2018 à 14:50 :
Il y a 6 ans , j'ai pris l'ICE allemand pour aller à Munich avec changement à Francfort de mémoire.
Génial, rien à voir avec le TGV. De la place pour les jambes, moi qui suis très grand ça m'arrange, comme pour les avions.
Un vrai wagon bar, rien à voir avec le service minable de la SNCF qui vend des clubs sandwiches hors de prix avec très peu de choix et à l'hygiène douteuse, sans parler de l'accueil médiocre.
Un service à bord impeccable : des journaux, des hôtesses jolies et agréables, autrement plus plaisant que les cerbères mâles qui vous soupçonnent toujours en France d'avoir fraudé alors que c'est rarement le cas.

Bon bref , vive la concurrence ; partout , sur tout le territoire !
Réponse de le 18/04/2018 à 15:25 :
L'enjeu porte sur la partie où la SNCF sera en concurrence donc pas sur le réseau. Il s'agira sur cette partie non seulement de ne plus être subventionné mais d'être dans le marché sur le coût au kilomètre-passager. Ce n'est pas le cas aujourd'hui du fait d'une organisation peu agile et c'est cela qui fera l'objet de négociations. Effectivement la dette liée à l'infrastructure, majoritaire, est une question qui relève de l'état. Après il faudra voir si les intérêts devront être inclus dans les loyers payés par les opérateurs ou financés par les contribuables...
Réponse de le 18/04/2018 à 23:35 :
Je vous remercie d'avoir recopié ici, sans en changer une virgule et en intégralité un de mes commentaires précédent.

Je choisis de considérer que c'est une forme d'hommage, néanmoins une petite citation est toujours appréciée.
Réponse de le 18/04/2018 à 23:59 :
Même si l'on rapporte la dette à l'intégralité du groupe SNCF, elle reste ingérable sur les seules ressources de l'ensemble.
Néanmoins SNCF mobilité a prouvé qu'elle était en mesure de réaliser des bénéfices donc de s’inscrire dans le cadre d'une privatisation.

Tout le problème de l'ouverture à la concurrence est de savoir sur quelles bases les redevances destinées à SNCF Réseau seront établies. Si elles sont trop hautes, personne ne pourra exploiter les lignes sans pratiquer des tarifs prohibitifs et ça risque de tuer le marché et les lignes dans l'oeuf. Inversement, si les redevances sont trop basses, c'est le contribuable qui financera intégralement les infrastructures, pour le plus grand bénéfice des compagnies privées.

Le problème de la réforme Macron, c'est qu'elle n'a même pas commencé à effleurer cette question alors que tout le futur du ferroviaire dépendra de l'organisation du marché.

Autre vice de forme, il aurait fallu en préalable négocier la convention des travailleurs du transport ferroviaire, qui va s'appliquer à tous les nouveaux entrants, avant de songer à modifier le statut des cheminots. On aurait peut être pu s'épargner des semaines de grèves.

Ce gouvernement démontre tous les jours qu'il est brouillon et a une propension néfaste à mettre la charrue avant les bœufs, sans compter une incapacité crasse à négocier.
a écrit le 18/04/2018 à 13:01 :
Les choses bougent et cela est bénéfique pour l'activité et les perspectives concernant les jeunes. Ensuite financièrement, on dépense sans compter militairement aux quatre coins du globe, donc tout cela reste très relatif et dans un contexte très global.
a écrit le 18/04/2018 à 12:37 :
pouv oir d'achat pour les riches oui ex csg 1,7 POUR LES PAUVRES

0,85 pour les hauts revnus tranche à 50

immigration un comble un illegal baptise ( Mineur isole) pourra faire venir frere sœur parents ,il n'est donc pas isole mais fraudeur !!!!!!

hôpitaux voir au mans aux urgence on couche et nourri des illégaux !!!!
a écrit le 18/04/2018 à 12:35 :
Tout le monde peut trouver un sujet de mécontentement et sans se forcer. Mais la seule question importante pour moi est la suivante: si aujourd'hui on refait la présidentielle, je vote pour qui?
Macron, alors que je ne suis pas fan et loin s'en faut! Il y a des sujets qui m'énervent (80km/h, grèves de la SNCF,....). Mais bon dans l'ensemble, il a plus de qualités que de défaut et l'alternative m'apparait encore plus hasardeuse qu'il y a un un.
Réponse de le 18/04/2018 à 13:06 :
Moignon porte bien son nom.
En gros, les français sont comme des patients qui font’ confiance au médecin qui les rend encore plus malade.
Réponse de le 18/04/2018 à 13:29 :
@Mougeon :
je suis d'accord. On ne sera jamais d'accord sur tout et il n'y pas d'homme politique parfait. Mais pour l'instant, la comparaison avec ses prédécesseurs lui est plutôt favorable!

Et puis finalement, 42% d'opinions favorables pour un président auquel on rabâche en permanence qu'il est peu légitime avec ses 24% au premier tour... c'est pas si mal!
Réponse de le 19/04/2018 à 0:13 :
Et bien, a mes yeux, Macron a des défauts rédhibitoires qui le disqualifient pour la fonction.

1°) Il n'a aucune expérience politique, fusse t'elle celle d'un simple conseiller municipal de village. Et ça a des conséquences graves dans ses décisions.

2°) Il ment, certes avec beaucoup de conviction et de culot, mais ça reste un menteur patenté. Ni l'abandon de NDLL, ni les 80 km/h, ni la réforme de la SNCF n'étaient dans son programme de campagne.

3°) Il est incapable de négocier et de trouver des compromis alors que c'est la base de la vie sociale et l'essence de la démocratie. Dans sa psychologie malsaine, il n'existe que la victoire et il tuera pour ne pas perdre.

4°) C'est un vicieux qui a vendu un espèce de programme fantasmé autant que volontairement flou, mais qui poursuit en réalité un agenda caché qui est celui de D. Kessler, chantre du MEDEF.
a écrit le 18/04/2018 à 12:22 :
Pour NDL, il va falloir agir plus fermement. On attend aussi de Macron une réforme de la fiscalité et une baisse des dépenses publiques. Il est anormal, que l'état ponctionne près de 57 % du PIB.
Réponse de le 18/04/2018 à 16:19 :
Agir fermement consisterai a rendre les terrains a leur véritable propriétaire et laisser la suite a la justice pour déloger le camping sauvage! A moins d'en faire un terrain militaire!
Réponse de le 18/04/2018 à 17:26 :
Vous avez raison, nous sommes dans un état de droit. Ceci étant dit, des casseurs qui envoient des boulons sur les CRS, ne devraient-ils pas passer par la case prison avant de comparaître devant un juge? Après tout, pour un vol à l'étalage on passe bien en comparution immédiate.
Réponse de le 19/04/2018 à 0:59 :
Vous voulez baisser les prélèvements?

Pas de problèmes, vous renoncez à votre retraite, à votre assurance santé, à votre assurance chômage, à vos indemnités journalières, ainsi qu'à celles de vos ayant-droits éventuels.
Je vous garantis que vos "impôts" vont baisser.

Pour ce qui est de vos dépenses... ça se discute.
a écrit le 18/04/2018 à 12:01 :
Ça ne peut pas «  être pire » que le PS, LR ( ex- ump copie / collé FN) et FN( haine)....en 60 ans... d’histoire politique...

Le «  milieu » = la tolérance
C’est «  agréable «  de voir de nouveaux et nouvelles leaders.
C’est bien le changement.
a écrit le 18/04/2018 à 11:59 :
Un jour c'est blanc un jour c'est noir, ainsi vont les sondages. Réformer un pays en 1 an c'est impossible, il faut être patients. La majorité des Français sont des enfants gâtés jamais content de rien. Aucun président ou gouvernement ne conviendra plus de quelques mois. De plus certains syndicats ne pensent qu'à détruire dans leur intérêt, pas dans celui des "travailleurs". Idem pour LFI qui s'oppose systématiquement à tout mais ne propose rien de réaliste.
Réponse de le 18/04/2018 à 14:10 :
Bien de votre avis.
Réponse de le 18/04/2018 à 16:22 :
C'est drôle comme le mot "réforme" est arrivé dés que la France a perdu sa souveraineté de décision, avant, on parlé "d'adaptation"!
a écrit le 18/04/2018 à 11:33 :
un Président COURAGEUX !! qui aborde des réformes qui auraient du être faites depuis bien longtemps mais que ses prédécesseurs n'ont jamais osés entreprendre par crainte de perdre leur fonction !!! mais... qui laisse une ardoise de 2000 milliards d'endettement soit 5 fois le budget annuel de notre Pays !! voilà l'héritage que nous laissons aux générations actuelles et futures !!!
Réponse de le 18/04/2018 à 16:31 :
Courageux? Ou, un fidèle collaborateur de cet administration qu'est l'UE de Bruxelles! La dette nous la devons a la lâcheté des précédents collaborateurs qui nous ont intégrés de force dans une administration hors sol!
a écrit le 18/04/2018 à 11:31 :
En tout cas, en 1 an, il a fait bouger les lignes.
Plus que ses prédécesseurs en 5 ans, 12 ans ou 14 ans.
Et maintenant il y a un projet et des perspectives. On n'entend plus "contre le chômage, on a tout essayé".
Ras le bol des grincheux.
Réponse de le 18/04/2018 à 14:13 :
C'est clair, y a pas photo.!
a écrit le 18/04/2018 à 11:18 :
Ce gouvernement ne va pas assez loin,trop timoré!
Parmi les bonnes mesures:baisse a 80 kmh de la vitesse,instauration du deuxième jour de solidarité,taxe innondation
Les mesures a prendre d'urgence:réevaluation du permis de conduire au dela de 58 an,diagnostic immobilier propriétaires obligatoire tous les 5 ans,développement du sac a dos social,autonomie et amnistie fiscale des collectivités locales,journée de solidarité sociale(le 8 mai serait ok,il resterait 3 ponts en Mai,c'est suffisant)
Réponse de le 18/04/2018 à 14:03 :
n'importe quoi
Réponse de le 18/04/2018 à 17:06 :
"instauration du deuxième jour de solidarité"

Juste pour les salariés relevant du code du travail et cela a rapporté 18,6 milliards d'euros depuis 2004 .Les professions libérales et les artisans qui n'y contribuent pas ( ils ne doivent pas avoir de vieux ?) . Depuis le mois d'avril 2013 (soit 9 ans plus tard , les retraites, pensions d'invalidité et préretraites des personnes assujetties à l'impôt sur le revenu sont taxées à hauteur de 0,3%.
a écrit le 18/04/2018 à 11:03 :
"Les sondés sont 57% à estimer qu'Emmanuel Macron a tenu ses promesses de campagne".Puis,"La mesure du gouvernement la plus populaire est le projet de réforme du baccalauréat (plébiscité à 66%) mais aussi celle de la SNCF (59%)".

Concernant la SNCF ce n'etait pas dans son programme de campagne .Un peu n'importe quoi ce sondage.
a écrit le 18/04/2018 à 10:57 :
S'il s'agit du même sondage, l'Ifop publie les résultats de celui du 16/04 (questionnaire en ligne sur 956 personnes), dont je lis - avec les biais "sondologiques" et ses conclusions que : " Alors que la grève se poursuit à la SNCF, 46% des Français estiment ce mouvement justifié pour protester contre la réforme du transport ferroviaire annoncée par le gouvernement ". Ce qui ne me semble pas une "franche adhésion à la réforme", malgré l'importante gêne pour les usagers. Le gouvernement parie d'ailleurs sur celle ci et sur " les privilèges indus des cheminots" , pour que le mouvement s’essouffle ....
a écrit le 18/04/2018 à 10:57 :
"Selon cette enquête, 42% des personnes interrogées s'estiment satisfaites de l'action du chef de l'Etat"

Donc, 42% ne sont concernés par aucune réforme actuelle.
a écrit le 18/04/2018 à 10:55 :
cette politique affiché comme un écran publicitaire ne peut pas inspirer de la confiance aux vues des résultats !! que du mécontentement jeunes et vieux... depuis 2002 le pouvoir d achat a baissé de 20%
a écrit le 18/04/2018 à 10:54 :
cette politique affiché comme un écran publicitaire ne peut pas inspirer de la confiance aux vues des résultats !! que du mécontentement jeunes et vieux
a écrit le 18/04/2018 à 10:44 :
Il à vendu du vent à ceux qui font des efforts , car il s appuie pour promouvoir des jours meilleurs , sur un changement de politique de L UE .
Et hier à Bruxelles il a reçu un niet .
Ce qui signifie précarité aujourd hui ..précarité demain .
Une longue marche se profile pour le petit peuple .
a écrit le 18/04/2018 à 10:21 :
Le Président Macron oublie le role de l'énergie, et il n'est pas le seul. Il faut lire la note n°6 du CAE. C'est urgent, sinon c'est la révolution!
a écrit le 18/04/2018 à 10:15 :
des réformes douloureuses certainement pas pour ceux qui s , enrichissent sans vergogne pratiquant des hausses scandaleuses !!! la baisse des loyers promis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :