Les "Frexiters" Le Pen et Mélenchon se montrent peu curieux des modalités d'une sortie de l'euro

 |   |  670  mots
(Crédits : Reuters)
Depuis le début de l'année, cinq députés européens ont interrogé Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, sur les modalités pratiques de sortie d'un pays de la zone euro. Ni Marine Le Pen ni aucun des 20 autres députés européens Front National ne comptent parmi eux. Pas plus que Jean-Luc Mélenchon.

Il n'y a pas qu'en France que l'on évoque l'hypothèse d'un retour à la monnaie nationale. Ces derniers mois, plusieurs députés européens italiens et allemands ont interrogé la Banque centrale européenne (BCE) sur les modalités pratiques d'une sortie d'un pays de la zone euro. L'ancien chef du patronat allemand Hans-Olaf Henkel, élu au parlement européen sur une liste du parti nationaliste allemand Alternative für Deutschland, a ainsi demandé au début de l'année au président de la BCE Mario Draghi si, en cas de sortie de l'Allemagne de la zone euro, la Bundesbank récupèrerait l'énorme créance (750 milliards d'euros en novembre 2016) qu'elle détient sur l' « eurosystème », sorte de caisse de compensation entre banques centrales nationales des pays membres de la zone euro.

Il se référait à une précédente réponse adressée par Francfort à une question des députés italiens Marco Zanni et Marco Valli (qui a rejoint le groupe Europe des Nations et des Libertés présidé par Marine Le Pen) dans laquelle Mario Draghi précisait que « si un pays devait quitter l'eurosystème, les créances ou les dettes de sa banque centrale nationale sur la BCE devraient être soldées intégralement ». Ce bilan, où certains pays sont fortement créanciers et d'autres fortement débiteurs, atteste en effet des déséquilibres qui minent la zone euro, comme l'ont souvent souligné tant ses adversaires que ses défenseurs, tel que l'économiste belge Bruno Colmant.

"L'euro est irrévocable"

Mais le président de la BCE n'a pas voulu cette fois-ci accréditer la possibilité du remboursement d'une banque centrale en rupture avec l'eurosystème. Dans une réponse datée du 8 avril adressée à M. Henkel et à quatre autres députés issus de l'AfD, du Mouvement Cinq Etoiles (Italie) et de Die Linke (Allemagne), Mario Draghi tranche : « Comme j'ai eu l'occasion de l'expliquer lors de mon audition du 6 février devant la commission ECON (ndlr : affaires économiques et monétaires du Parlement européen) et à de multiples occasions antérieurement, l'euro est irrévocable. Cela résulte du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. (...) Il est inapproprié pour la Banque centrale européenne de s'engager dans des réflexions sur des hypothèses non prévues par le traité ».

En dépit du fait que la sortie de la France de la zone euro soit envisagée par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, tous deux députés européens, ni l'un ni l'autre n'ont pris la peine d'interroger la BCE sur ce sujet.

Mélenchon, pas avare de questions parlementaires

Le candidat Mélenchon n'est pourtant pas avare en questions parlementaires. Le 3 juillet 2014, celui qui envisage la nationalisation des banques volait au secours de BNP Paribas. "Que fait la Commission pour protéger les banques européennes?", interrogeait-il, suite aux sanctions décidées par la justice américaine contre la première banque du Continent. Elle venait de se voir infliger une amende record de près de 9 milliards d'euros pour avoir transférer des dollars vers des pays visés par un embargo, notamment l'Iran, la Lybie et le Soudan, dont le président est visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale. Autant de pays qui font tous par ailleurs l'objet de sanctions de la part de l'Union européenne

« Des poursuites en cascade sont en cours contre d'autres banques européennes pour violations de l'embargo: contre les Françaises Crédit agricole et Société générale, les Allemandes Deutsche Bank et Commerzbank et l'Italienne Unicredit. La Commission a-t-elle prévu de mettre en place des mesures de protection des banques européennes? », interrogeait le député européen devenu candidat à l'élection présidentielle dont le conseiller économique Jacques Généreux assure aujourd'hui qu'il entend « protéger (les Français) contre la finance toxique et la spéculation ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2017 à 18:28 :
Premièrement, Jean-Luc Mélenchon n'a jamais dit qu'il voulait que la France sorte de l'Europe, ni retourne à la monnaie nationale, comme quoi la personne qui a écrit ce billet est totalement nulle. Elle convient à la bourse et aux marchés certainement !
Deuxièmement, crise de l'euro il y aura et c'est Jean-Michel Naulot, ancien banquier, ancien membre du Collège de l'Autorité des Marchés Financiers qui le dit !
https://blogs.mediapart.fr/jean-michel-naulot/blog/180417/reponse-lappel-des-vingt-cinq-nobel-la-crise-de-leuro-est-ineluctable

Je m'en vais rejoindre l'ami Romaric Godin.
a écrit le 24/04/2017 à 11:20 :
L'euro n'est pas une monnaie unique. Lorsque vous détenez un euros En France c'est une créance sur la banque de France. Lorsque vous détenez un euro en Allemagne, c'est un euro sur la banque d'Allemagne. Pour le moment la parité est fixée à un, (donc tout fonctionne comme si un euro détenu sur la DeutschBank était égal à un Euro détenu sur la banque de Grèce par exemple) mais rien n’empêche de modifier cette parité. Cette porte de sortie a été prévue à la demande de l'Allemagne qui a refusé l'existence d'une banque centrale européenne unique. Si c'est prévu dès le départ, c'est que tôt ou tard , cela va arriver. Il n'y a qu'a voir les taux d'intérêt qui ne sont pas les mêmes en France, en Allemagne ou en Grèce. Pourquoi? N'est-ce pas les mêmes euros? Certains ne le pensent pas! Comme quoi, il y a de la spéculation contre la poursuite de l'euro, et pour information, on n'a encore jamais vu une monnaie qui ne perdait pas contre la spéculation! C'est juste une question de temps. Les taux d'intérêt négatifs qui peuvent paraître illogiques pour un économiste, sont tout à fait logique si on prend en compte la possibilité d'explosion de l'euro et qu'une fois l'euro explosé, un euro allemand vaudra plus cher qu'un euro grec! Mieux vaut semble-t-il, perdre un peu tout de suite que beaucoup après selon les spéculateurs! C'est ce que reflète l'évolution du graphique TARGET2 pour les économistes qui s'intéressent à la chose. ( à Googliser)
a écrit le 24/04/2017 à 10:25 :
Mélenchon "frexiter". La propagande continue.
a écrit le 24/04/2017 à 7:58 :
bon article
ca pointe du doigt qu'a la surprise generale, quand ca va derouiller, ca sera peut etre les allemands qui sortiront unilateralement de l'euro; ils y laisseront des plumes, certes, mais tous les autres pays iront au tas, tellement bas que ca finira en guerre
a écrit le 24/04/2017 à 7:34 :
"L'euro est irrévocable", à part la mort, rien dans la vie n'est irrévocable, il suffit de le vouloir.
a écrit le 23/04/2017 à 18:53 :
Si la France abandonne l'Euro, c'est catastrophique pour l'Euro, pour l'Europe et bien sûr le Franc sera une monnaie faible. Donc aucun pays, et la France non plus, n a intérêt à ça ! Donc, grâce à cette dissuasion (style nucléaire), la France peut influencer la politique économique européenne... C'est ce que beaucoup de citoyens européens (pas uniquement français) attendent.
Réponse de le 24/04/2017 à 7:45 :
La France, pas plus qu'un autre pays n'influence la politique européenne, c'est la commission qui dicte tout. Informez-vous et regardez :
https://www.youtube.com/watch?v=2VewXdXtH1k ?
Quand aux citoyens européens, il y a bien longtemps qu'on ne leur demande plus leur avis et quand ils peuvent s'exprimer; on leur confisque leur parole, comme en 2005. Personnellement, je me fous de cette Europe, de sa commission que je n'ai pas élu. On vous a bourrer le mou pendant des mois avec cette peur irraisonnée et cous en redemandez, tant pis pour vous et la France. Heureux britanniques. Seul Mr Asselineau dit la vérité sur le fonctionnement de cette Europe, mais pour cela il faut ouvrir les yeux. Dommage pour nous.
a écrit le 23/04/2017 à 18:21 :
Peux curieux car ça fait plus d'un ans et que la BCE sera remboursé en Franc ou en sucre.
a écrit le 23/04/2017 à 17:04 :
L'euro est irrévocable mais la sortie de l'UE est prévue dans les traités...il est où le foutage de gueule ?
a écrit le 23/04/2017 à 16:39 :
Peu curieux ? M'étonnes, ils ont leur grisbi planqué dans des paradis fiscaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :