Les militants de l'UMP voteront sur le futur nom de leur parti

 |   |  823  mots
(Crédits : reuters.com)
Consultés sur les statuts de leur parti les 28 et 29 mai, ils se prononceront aussi sur le nom. Celui avancé par Nicolas Sarkozy "Les Républicains", ne fait pas l'unanimité

Les débats sont vifs autour de la future appellation de l'UMP, "Les Républicains", un nouveau nom voulu par son président Nicolas Sarkozy et qui doit être avalisé mardi en même temps que de nouveaux statuts.

Signe que les débats pourraient durer plus longtemps que prévu, le bureau politique (BP) de mardi a été convoqué une heure plus tôt qu'à l'heure habituelle, 17h00 au lieu de 18h00. Le BP se penchera sur les statuts de la nouvelle formation, qui font la part belle à la "démocratie participative", comme l'avait promis l'ancien chef de l'Etat.

Un vote électronique les 28 et 29 mai

Ces statuts seront ensuite soumis pour approbation aux quelque 210.000 adhérents (à jour de cotisation le 31 décembre 2014) lors d'un vote électronique les 28 et 29 mai, l'avant-veille et la veille du congrès fondateur du nouveau parti prévu pour se dérouler à la Grande Halle de la Villette à Paris.

"Nicolas Sarkozy veut un nouveau élan en redonnant la parole aux adhérents et cela sera parfaitement respecté, la soixantaine de membres du BP devra se prononcer sur le package de la nouvelle formation, comprenant le nouveau nom", affirme en effet son entourage.

Vote sur un "package" ou sur plusieurs questions?


Mais des caciques du parti, par ailleurs tous membres du BP, ne sont pas favorables à un vote global sur ce "package". Des partisans de Bruno le Maire ou d'Alain Juppé en particulier souhaiteraient que les militants tranchent "trois ou quatre questions qui vont bouger un peu les lignes de l'UMP, ce qui inclut évidemment la question sur le nom", a argumenté le député juppéiste Benoist Apparu.

NKM annonce à un vote sur le nom

Du coup, Nathalie Kosciusklo-Morizet a annoncé que les militants seraient effectivement consultés, devant répondre "à deux ou trois questions" sur l'avenir du parti, dont celle du nom.

NKM et Laurent Wauquiez, secrétaire général du parti, ne désespèrent pas de convaincre les récalcitrants du bien-fondé de la nouvelle dénomination. Tous deux signent une tribune commune dans Le Monde des 3-4 mai. "De la même façon que les socialistes s'appellent socialistes parce qu'ils défendent d'abord le socialisme, nous souhaitons nous appeler les Républicains, car nous défendons avant tout l'idée républicaine", y soulignent-ils.

Xavier Bertrand préfèrerait "les populaires"

"Les Républicains, c'est un nom qui véhicule des valeurs, celles de la laïcité contre le communautarisme, du travail opposé à l'assistanat, de respect, d'autorité, et qui nous permet de prendre conscience à quel point on a baissé pavillon sur ces valeurs qui sont celles de la République", a affirmé M. Wauquiez à l'AFP.

Le député-maire UMP de Saint-Quentin, Xavier Bertrand, avoue lui n'être "pas fan" du nouveau nom, Les Républicains, et aurait préféré, "Les Populaires", dans un entretien au Journal du Dimanche. "Les Républicains, je n'en suis pas fan à cause de la référence américaine, et j'ai écrit à Nicolas Sarkozy pour le lui dire. Cela étant, on a mieux à faire que de se déchirer sur ce sujet", poursuit l'ancien ministre du travail.

Un mandat reçu par Sarkozy


Partisans et opposants au nouveau nom sont toutefois d'accord sur un point: Nicolas Sarkozy est "légitime" à vouloir le changer, puisqu'il l'avait dit dans la campagne interne de l'automne, fait remarquer le sénateur Roger Karoutchi. "Donc il reçu mandat pour ça", reconnaît M. Apparu.

Le parti de droite a d'ailleurs plusieurs fois changé de nom au cours de son histoire depuis la Seconde Guerre mondiale: UNR, UDR, RPR, UMP... Mais, à chaque fois, relève l'ex-ministre Apparu, un nouveau projet s'incarnait dans ce nom.

C'était particulièrement vrai en 2002, quand l'UMP voulue par Jacques Chirac et Alain Juppé est née de la fusion des gaullistes du RPR, des libéraux de Démocratie Libérale et des centristes de l'UDF.

Mais pour un élu UMP non-sarkozyste, ce que veut l'ancien chef de l'Etat, c'est "forger un parti à sa main dans la perspective de 2017".

Selon un sondage Odoxa publié à la mi-avril, deux Français sur trois, mais surtout plus d'un sympathisant UMP sur deux préfèrent UMP aux Républicains. 53% des sympathisants jugent que "Les Républicains" fait trop américain. Un tacle à celui qui était jadis surnommé "Sarko l'Américain".

La gauche aussi crie haro sur le nouveau nom, dénonçant une "captation d'héritage".

"Le républicanisme promu par Nicolas Sarkozy et ses soutiens est en fait d'inspiration américano-lepéniste", accuse aussi une porte-parole du PS, Corinne Narassiguin.

Même des intellectuels comme Jean-Noël Jeanneney ou Marcel Gauchet ont fait part de leur courroux. Réponse des proches de Nicolas Sarkozy: pour lui, "ce n'est pas un sujet". Désireux d'accoler le nouveau nom au sigle UMP dès la campagne des départementales, Sarkozy avait néanmoins dû reculer face à la bronca.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2015 à 20:23 :
J'espère qu'ils voteront aussi pour savoir combien leur comptes de campagne vont nous couter...
a écrit le 04/05/2015 à 11:35 :
pas la peine de se précipiter:Hollande sera sans doute réelu en 2017,ils ont encore 5 ans pour chercher un nom
a écrit le 04/05/2015 à 11:22 :
UMP , PS même combat garder le pouvoir quitte à voter l'un pour l'autre , le système à commencer depuis plusieurs mois la campagne présidentielle dans les médiats bien heureux dans être le réceptacle nous allons vivre la diabolisations des autres pendant trois ans . Pendant ce temps les plans de carrières pour les retraites seront clos fin 2017 + carrière politique et fonction publique .
a écrit le 04/05/2015 à 10:24 :

Le produit étant mauvais on essaye de changer l emballage !!

Pourquoi ne pas faire du neuf avec des nouvelles têtes sans Sarko et sans Juppe
Les mensonges les bigmagouilles et les promesses non tenues ne seront pas oublié comme Ca
a écrit le 04/05/2015 à 9:24 :
Pure idée marketing. Si j'ai une 2 chevaux, et que j'y colle dessus le logo Mercedes, ma voiture restera une 2 ch. Dans ce soit-disant nouveau parti, on retrouve les même bouilles, avec les mêmes idées et les mêmes projets d'avenir que lorsqu'ils étaient déjà au pouvoir.
C'est du réchauffé avec une date de péremption dépassée. Donc bon à jeter.
a écrit le 04/05/2015 à 1:50 :
Et changer de pays?
a écrit le 03/05/2015 à 17:47 :
Ce projet de logo fait tellement penser au parti de la famille Bush qu'on y voit un syndrome de soumission mentale à Washington (minilien.fr/a0pody). Est-ce involontaire ou non de la part de nos deux "Young Leaders" de la FAF - NKM et L. Wauquiez, porteurs du projet ? C'est inquiétant dans les deux cas car cela confirmerait l'aliénation à la sphère d'influence étasunienne, de plus en plus exclusive et dangereuse vis à vis du reste du monde.
a écrit le 03/05/2015 à 17:31 :
Excellent !!!
Et le PS pourrait aussi se renommer en "Les Démocrates" pendant qu'on y est. Quelle imagination fertile ...
Réponse de le 03/05/2015 à 21:56 :
Et pourquoi pas ?
Le problème est que chez nous, non-républicain ne signifie pas "démocrate", mais "Hors démocratie".
Donc cela ne peut pas fonctionner comme dans la démocratie américaine. Ou alors il fallait commencer par la mutation du PS, ce qui aurait été plus logique.
a écrit le 03/05/2015 à 15:29 :
Si l' on pouvait ajouter de l' eau à une même eau, on pourrait dire qu' on l' a "humidifiée". Mais comme il semble qu' on ne peut pas, on va probablement dire que l' eau ne peut pas être humide. Puis quelqu' un va conclure très logiquement que l' eau est sèche.
Le Parti de l' Eau Sèche ça en jette non ? Ça du coffre non ?
On peut alors imaginer le niveau des débats qu' enclenche le truc (insultes/contre-insultes etc...).
On a les politiciens les plus nuls de la galaxie.
On est seuls.
a écrit le 03/05/2015 à 15:06 :
tout le monde peut se donner le nom de Républicain sans pour cela avoir les idées des premiers qui franchement étaient différents et n'étaient pas des bourgeois qui font carrière politique , mais s'occupaient du peuple et du pays et n'avaient pas l'intention de le brader .
a écrit le 03/05/2015 à 14:27 :
Pour déguiser l'UMP, nous pouvons suggérer le nom qui ferait l'unanimité : le parti Voyoucraint

Pour rassembler l'UMP et l'UDI ce qui serait seyant serait : le magma Bandicraint

ça sonne plutôt bien ;
a écrit le 03/05/2015 à 12:12 :
UDR, UDF, RPR, UMP, La Droite change de nom à chaque président.
Ont–ils pensés au jour où ils cesseront d’être Républicains ! ?
Réponse de le 04/05/2015 à 7:40 :
Comme les sociétés qui cumulent trop de casseroles changent de nom.
Mais les équipes dirigeantes et pratiques douteuses résistent et perdurent
a écrit le 03/05/2015 à 12:05 :
Puisque seuls les militants sont invités à s'exprimer, pour ne l'appellent 'ils pas le PS (parti Sarkozien) ? Comme cela, on ne pourra plus se tromper et cela fera disparaître l'UMPS.
Réponse de le 03/05/2015 à 17:15 :
Bonne idée ! ;o)))
a écrit le 03/05/2015 à 12:05 :
Je ne suis ni de droite ni gauche .... mais Nicolas avec toutes ses casseroles .... je n'en veux pas !
a écrit le 03/05/2015 à 11:55 :
Sarkozy fait voter la base ? Non, ce n'est pas possible, quel démocrate ! Il nous a déjà fait le coup avec le referendum sur la Constitution européenne : nous avons dit non et il s'est assis dessus ! Pantin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :