Mayotte : comment rallier ce bout du monde français (2/4)

 |   |  956  mots
Le 101e département français, égaré au milieu de l'océan Indien, dispose d'une des lignes maritimes les plus fréquentées de France. En 2010, le Service des Transports maritimes (STM) recensait déjà plus de 4 millions de passagers par an.
Le 101e département français, égaré au milieu de l'océan Indien, dispose d'une des lignes maritimes les plus fréquentées de France. En 2010, le Service des Transports maritimes (STM) recensait déjà plus de 4 millions de passagers par an. (Crédits : Reuters Charles Platiau)
Mayotte, quatrième île de l'archipel des Comores, est devenue le 101e département français en 2011. Nichée au milieu de l'océan Indien, l'île pâtit de sa position géographique très isolée. Pourtant, celle que l'on nomme "L'île aux parfums" affiche ses ambitions, et sait que le développement de l'aérien lui donnera un nouveau souffle.

S'il doit, à sa descente d'avion, supporter l'écrasante chaleur, le brouhaha et l'agitation de l'aéroport, le voyageur ordinaire tout juste arrivé à Mayotte n'est pas au bout de ses surprises. Car, à peine engouffré dans un taxi, le voilà en un temps record, débarqué à "la barge", où il faut attendre un bateau pour rejoindre Mamoudzou, la capitale de l'île. Ici, cette liaison maritime est vitale. A tel point que les habitants ont inventé un néologisme. "Barger, c'est comme prendre le métro chez vous", dit-on.

Car Mayotte a la particularité d'être scindée en deux. D'un côté, à l'est, il y a "Petite Terre" avec l'aéroport de Dzaoudzi, de l'autre "Grande Terre", et Mamoudzou, la préfecture de l'île. Les deux terres, la grande et la petite, sont distantes de 2,6 kilomètres. Alors, cette navette fluviale, tout le monde l'emprunte pour aller travailler. C'est ainsi que le 101e département français, égaré au milieu de l'océan Indien, dispose d'une des lignes maritimes les plus fréquentées de France. En 2010, le Service des Transports maritimes (STM) recensait déjà plus de 4 millions de passagers transportés par an.

Longtemps, l'île est apparue comme isolée du reste du monde. Peu rentable, il n'y avait pas de ligne aérienne directe entre la métropole et son nouveau département. Seule la compagnie Corsair avait mis en place une desserte estivale, destinée principalement à prendre en charge le flux de passagers issus du tourisme dit "affinitaire". Mais une fois les vacances estivales terminées, rejoindre Mayotte nécessitait un long voyage avec une escale à Saint-Denis de la Réunion. A croire que ce petit bout de France ne se méritait qu'à la faveur d'une patience religieuse. En outre, il faut s'imaginer que, dans les années 1950, c'est un Junkers d'Air France de 30 places à peine qui assurait la desserte de Mayotte, en passant d'abord par Madagascar.

 Une ligne directe entre Paris et Dzaoudzi

L'anecdote semble aujourd'hui appartenir à un passé bien lointain. Consciente du potentiel de l'île, la compagnie Air Austral, basée à la Réunion a annoncé au mois de juillet, la création d'une liaison directe entre Paris et Mamoudzou, à raison de deux rotations par semaine, à partir du 10 juin 2016. La compagnie aérienne assure qu'il s'agit d'"une liaison importante et attendue qui vient contribuer au désenclavement nécessaire de Mayotte". Si cette annonce pourrait permettre la création d'emplois, la compagnie aérienne n'a, pour le moment, lancé aucune procédure de recrutement.

Dans la foulée, Air Austral a confirmé avoir passé commande de 2 Boeing 787-8 pour en assurer cette liaison directe régulière Dzaoudzi-Paris, mais aussi pour améliorer sa desserte régionale, notamment entre la Réunion et Mayotte, d'apporter un complément à la desserte de La Réunion depuis Paris. Mais, avec une piste d'atterrissage de 1.930 mètres, les avions du type Boeing 777 ou A330 ne disposent pas de l'espace suffisant pour décoller ou atterrir à pleine charge de carburant.

Mayotte ne regarde pas que du côté de cette France métropolitaine si lointaine. En octobre 2013, Air Austral a d'ailleurs lancé sa filiale Ewa Air, première compagnie mahoraise. Elle propose 6 liaisons directes au départ de Dzaoudzi dans la zone du canal du Mozambique : Madagascar, les Grandes Comores, la Tanzanie et le Mozambique.

Depuis quelques mois, la modernisation de l'île s'est accélérée. Le vieux hangar de l'aéroport a laissé place, en mai 2014, à une nouvelle aérogare, conçue par SNC-Lavalin qui gère 15 aéroports sur l'ensemble du pays. Désormais, 600.000 passagers pourront être accueillis chaque année. Ce chantier a aussi été un vecteur d'emplois sur l'île, avec 60% des travaux assurés par des entreprises locales.

 La mer, horizon de développement pour Mayotte ?

Si l'aérien se développe, l'île reste, par essence isolée. Est-ce pour autant un obstacle ? Nos ancêtres nous diraient le contraire. En 1841, la Marine française rachète l'île pour compenser la perte de Maurice, que l'on affuble encore du nom d'"île de France" à l'époque. "Au XVIe siècle, les Comores sont placées sur le chemin des Indes, et servent de point de ravitaillement aux Portugais", raconte l'historien Mahmoud Ibrahime, spécialiste de l'île. Plus tard, à 70 km de Mayotte, "c'est Anjouan qui sert de refuge aux pirates européens", poursuit-il.

Aujourd'hui, l'île est dotée d'un port de commerce à Longoni, au nord de l'île, construit en 1992. Mais en 2015, les gros conteneurs ne viennent pas jusqu'ici. Car, si l'île peut se targuer de jouir de la propriété d'un des plus beaux lagons au monde, encerclé par une double barrière de corail, c'est aussi un obstacle. Seuls les feeders, des petits porte-conteneurs, peuvent desservir l'île.

Autant dire qu'il ne faut pas être pressé. Les marchandises importées font escale à Djibouti ou à Port-Louis (Maurice) pour le transbordement des cargaisons. On est encore loin des ambitions affichées il y a quelques années de faire de ce port un des plus importants des îles de l'océan Indien. Son activité reste aujourd'hui marginale, et le 101e département français est très dépendant des importations.

En 2013, elles ont augmenté de 3% avec 383.607 tonnes contre 371.184 tonnes en 2012. Matériaux de construction, véhicules, mais aussi riz, viande, boissons. A Mayotte, rien ne se crée ou presque. Tout s'importe. Même les épices. Et pourtant celle que l'on nomme l'île aux parfums est connue pour sa vanille ou pour les fleurs d'Ylang Ylang.

___

[Série d'été en 4 épisodes]

1/4 : Mayotte, la France au bout du monde

Prochain épisode: lundi 17 août sur latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2015 à 8:14 :
Arrêter de péter les "plombs" certains avec vos histoires d'aides sociale mayotte est une collectivité territoriale depuis plusieurs années maintenant mais n'est devenu département que récemment et les mahorais vivaient sans aides sociales jusqu'à récemment donc serrer les fesses au lieu de divaguer d'autant plus qu'on le sait tous les plus gros voleurs de minima sociaux sont métropolitains et vivants très bien mais volé bien aussi.
a écrit le 11/08/2015 à 22:33 :
Le monde n'a pas de bout ni 4 coins!
La terre est ronde!,,,
a écrit le 11/08/2015 à 13:46 :
l'été et son chapellet de nouvelles sans interet, pseudo vacances. Si t'es Jesus tu rallies mayotte en courant sur l'eau....
a écrit le 11/08/2015 à 9:28 :
Porte ouverte a l'immigration et vivant au crochet des aides sociales.. merci Sarko
a écrit le 11/08/2015 à 8:56 :
Super la question est de savoir combien cela coute a la France, et combien cela nous rapporte cette petite histoire... Car moi aussi je veux bien d'un aéroport pres de cher moi, une routes à grande circulation, des hôpitaux, et tous le reste....
a écrit le 10/08/2015 à 16:23 :
Quand on regarde Mayotte vue du ciel, on remarque 2 accès à l'océan, celui du nord-ouest et à l'est de petite-terre. Au nord-ouest, il y a le passage vers le port de Longoni mais les navire à fort tirant d'eau ne passent pas, mais il y a une île, Chissioua qui pourrait être transformée en zone de fret mais tout cela serait bien trop couteux, il faudrait faire d'énormes ponts pour tout relier vers les eaux profondes, un peu comme pour le port de Shanghaï, mais l'avantage est que la zone est quasi vide d'habitants. A l'est, petite-île donne sur l'océan, on pourrait la prolonger par un port artificiel, mais évidemment là aussi il y a un coût mais surtout un manque de place, car comment relier cela à grande-île ? cela supposerait de créer un énorme axe routier est-ouest entre les 2 îles entre ce nouveau port et Mamoudzou( et modifier l'urbanisme local); pas sûr que les locaux apprécient la dégradation, mais y a t-il un autre choix ? cela a comme avantage de concentrer l'urbanisation à l'est de Mayotte, d'alimenter directement la capitale par le port et laisser les réserves forestières de l'ouest intactes. Mais faut des sous, beaucoup de sous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :