« On pourrait accélérer la sortie de crise si l'Etat engageait avec les maires la relance verte » (Anne Hidalgo)

 |  | 3027 mots
Lecture 15 min.
(Crédits : Réa)
ENTRETIEN. Dans une interview exclusive avec La Tribune, Anne Hidalgo fait le bilan de l'action des villes depuis l'accord de Paris sur le climat signé il y a cinq ans au Bourget par les 176 pays de l'ONU (y compris l'Union européenne). Elle pointe aussi les manquements du plan de relance qui n'associe pas suffisamment les maires alors qu'ils sont "au cœur des enjeux de la relance verte". La maire de Paris annonce la création d'une SEM Energies et précise son plan d'action pour continuer de réduire la place de la voiture en ville.

LA TRIBUNE - Cinq ans après l'accord de Paris, qui sera célébré le 12 décembre, quelle a été l'action menée par Paris et par les grandes villes pour lutter contre le changement climatique ?

ANNE HIDALGO - Les villes, comme les entreprises ou les ONG, n'étaient pas directement parties prenantes de la négociation de la COP21, qui se déroulait au Bourget au niveau des Etats. C'est pourquoi il y a cinq ans, nous avons voulu, avec les différentes organisations de villes, le C40, la CGLU (Cités et Gouvernements locaux unis), l'AIMF (Association internationale des maires francophones) et d'autres, créer un événement mobilisateur, pour faire pression sur les négociateurs. Avec l'appui très fort de Michael Bloomberg (l'ancien maire de New York de 2002 à 2013 ndlr), nous avons réussi à créer un événement majeur, en rassemblant ici dans l'Hôtel de Ville de Paris 1.000 maires du monde entier. Et nous sommes allés en délégation au Bourget, porter nos propositions. Cela a permis de mettre dans les thèmes de l'accord sur le climat des sujets qui n'y étaient pas au départ, comme la lutte contre la pollution. Jusque là, on compartimentait les sujets. Quand l'accord de Paris a été conclu, cela a été un moment de joie, même si on sait qu'un accord ne fait pas tout. Ce qui importe, c'est sa mise en œuvre.

Comme maire de Paris, la ville de l'accord, j'y ai vu une responsabilité encore plus grande d'agir : nous l'avons fait avec détermination, en végétalisant Paris et en récupérant des espaces sur la voiture, comme les voies sur berges, devenues un corridor écologique qui permet notamment aux Parisiens, en cas d'élévation des températures, de pouvoir profiter d'une ville plus vivable. Cette action sera accélérée sous ce deuxième mandat avec la création de forêts sur certaines places. Nous allons réduire l'emprise de la voiture individuelle, nous allons multiplier les pistes cyclables. Nous avons aussi là où c'était possible pris le tournant des énergies recyclables et renouvelables et rénové le foncier pour réduire la consommation énergétique des bâtiments. Et nous avons mis en place une participation citoyenne sur les questions relatives au climat. Le plan climat de la ville a fait l'objet d'une votation citoyenne sur les objectifs à atteindre. On a mis en place des volontaires du climat et tout un accompagnement, car on ne pourra réussir la lutte contre le changement climatique, que si les citoyens eux-mêmes sont engagés.

A l'échelle internationale, après le Sommet des 1.000 maires, j'ai présidé pendant trois ans le C40. En réunissant les maires des plus grandes métropoles mondiales, nous en avons fait un outil très puissant pour agir sur plusieurs aspects. D'abord en s'inspirant les uns des autres. Mais aussi en nous épaulant quand nous étions confrontés à l'âpreté politique et aux pressions des lobbies.

Quand Donald Trump est arrivé au pouvoir et a très vite décidé de quitter l'accord de Paris, le C40 est devenu un lieu de résistance, un contre-pouvoir pour défendre le leadership des villes face au réchauffement climatique et appuyer les maires nord-américains qui ont continué à mener des politiques très actives, avec l'appui décisif de Michael Bloomberg. Au sommet du C40 de San Francisco, les villes ont montré qu'elles avaient pu accomplir des mutations rapides dès lors qu'il y avait de la volonté politique.

Laurent Fabius, qui a conduit avec l'immense talent qu'on lui connaît la négociation de la COP21, a reconnu que ce qui a...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2020 à 17:15 :
Quand on est élu avec 64% d'abstentions, on "s'écrase" !
a écrit le 23/12/2020 à 17:13 :
Paris sans trop de voitures, ce serait avec des tramways dans le centre.
Sur les Champs Elysées, par exemple.
Comme à Vienne sur le Ring.
Mme Hidalgo n'a éventuellement pas assez d'imagination pour envisager un truc comme ça.
Elle préfère faire de la philo, comme le reste des salonnards parisiens.
a écrit le 23/12/2020 à 14:04 :
Tous fêlés ! L'avenir est darwinien sans bobos ni pastèques .
a écrit le 13/12/2020 à 1:16 :
Le PIB étant corrélé à nos émissions de CO² (cf les conf de JM Jancovici, allez vous instruire), on ne peut pas avoir une "relance" économique sans pourrir le climat (et le reste). Ce serait bien que les médias cessent de relayer des déclarations mensongères voulant nous faire croire que l'on peut avoir le beurre et l'argent du beurre.
a écrit le 09/12/2020 à 18:00 :
La ville sans la voiture.... Utopie
Êtes vous déjà allez faire vos achats de bricolage ou autres en bus métro RER tram ?
Donc on achète sur internet et on se fait livrer ?
Des camions fourgons camionnettes en centre ville C ça l idée?
Donc cette offre est réservée aux gens aisées comme d habitude
Ceux qui réfléchissent pour créer un maximum de problèmes aux gens simples qui n ont rien demandes
C est toujours pareil le politique qui est élu par le peuple pour créer des problèmes au peuple et non pas pour l aider
No comment
a écrit le 09/12/2020 à 9:30 :
Les JO c est ecolo ?
tout est bon pour se faire elire n est ce pas ?
a écrit le 08/12/2020 à 15:49 :
Regardez donc ailleurs, car Paris vert est bien sale et défiguré.
a écrit le 08/12/2020 à 13:41 :
Le grand retour des théories biologiques
On fait de la place à la nature en étouffant ce qui rends services aux humains.
J'ai honte de payer le salaire de ces gens là. Cela finira très mal.
a écrit le 08/12/2020 à 12:04 :
Faux, le "vert" est pour le moment un gâchis à très faible valeur ajoutée, au moment où l'économie a le plus besoin de l'augmenter. Rien n'est crédible lorsqu'on laisse entendre que des progrès significatifs ont été fait sur l'économie verte, c'est un but à long terme, pas une martingale pour geeks politicards incultes partisans du tout tout de suite.Pour l'instant les progrès sont lents parce qu'un retournement de production ne se décrète pas, il s'installe par économie d'échelles au fur et à mesure des solutions concrètes et fiables.Une transition énergétique qui abouti à craindre des pannes de courant en hiver parce qu'on a fermé inconsidérément du nucléaire est la preuve d'une politique idiote, destructrice d'une valeur ajoutée.
a écrit le 08/12/2020 à 11:39 :
Elle voudrait se positionner comme candidate à la présidentielle, qu'elle ne s'y prendrait pas autrement. Sur le fond, vivre en ville, à plus forte raison si elle est démesurée, ce n'est pas vivre, c'est survivre....dans un environnement insecure, pollué, sale.
a écrit le 08/12/2020 à 10:36 :
Le plan de relance est prévu pour investir ds des filières d'avenir, dt une bonne part ds la transition énergétique, créatrices d'emplois et de richesses face à l'appétit impérialiste de la Chine, et non pour créer de pseudo forêts en ville ou des bds à vélo.
Dès qu'il y a de l'argent public magique en pagaille, ces socialo écolo bobo ne se sentent plus...la gabegie est à l'œuvre.
a écrit le 08/12/2020 à 10:30 :
Le dogmatisme et l'aveuglement sont deux poisons qui aveuglent certains politiques. Le nucléaire n'émet pas de CO2 , les nouveaux réacteurs produiront moins de déchets. Seul secteur ou la France a une belle avance. Pourtant, nos écolos veulent que cette filière disparaisse. L'Allemagne a remplacé le nucléaire par du charbon et devient ainsi un pays parmi les plus pollueurs de la planète. L'éolien qui va se substituer au charbon, est aléatoire et pollue aussi . Les chinois ont bien vu ou était la seule solution possible et vont nous remplacer en devenant leader mondial du nucléaire. D'ailleurs , pour alimenter nos voitures électriques (qui polluent aussi ) , il va bien falloir de l'énergie.
Réponse de le 08/12/2020 à 15:23 :
Pour votre info, la RFA a relancé ses centrale a charbon au debut mais c est finit (c etait d ailleurs surtout a usage electoral. il y a encore des mines de charbon en ex RDA).
Le nucleaire c est comme les dirigeables, un fausse bonne idee. La techno etait prometteuse mais au final ca marche pas si bien que ca (on ne sait quoi faire des dechets). Il faut mieux utiliser nos ressources dans un creneau porteur

PS: dire que la france a une avance dnas le nucleaire c est n importe quoi ! On etait a la pointe en 1970 mais VGE est mort et Flammanville ne fonctionne toujours pas ;-)
Réponse de le 09/12/2020 à 10:11 :
il y a une nouvelle génération de réacteurs qui vont remplacer ceux existants.
La France est bien placée dans cette nouvelle technologie.
Sinon , pour les nouvelles énergies, il y a l'hydrogène et le solaire. Pour le moment, elles ne peuvent pas se substituer au nucléaire surtout si le gouvernement souhaite développer le chauffage électrique au détriment du gaz et avec le développement de la voiture électrique.
a écrit le 08/12/2020 à 9:43 :
Combient reste-t-il de voitures gérées par la mairie de Paris pour ses personnels ? Combien viennent en vélo au travail ? Quelle est la durée du travail des agents de la ville (moins ou plus de 25 heures par semaine en intégrant les congés indus ...) ?
a écrit le 08/12/2020 à 9:26 :
les intégristes écologiques contribuent au déclin de la France sans meme sans rendre compte! (' un fiasco )
Réponse de le 08/12/2020 à 10:18 :
tout le monde peux traiter l'autre d'intégriste.....
deux options :
un. soit vous considérez que le réchauffement climatique n'existe pas, et dans ce cas, continuons et même accélérons la croissance, la surproduction, la surconsommation, le pillage des ressources naturelles, la pollution.
deux : soit vous considérez que le réchauffement existe et dans ce cas il n'y à pas d'alternative hormis la décroissance (et non la récession comme certains veulent le confondre)
un troisième solution est en cours soit repeindre en vert la pollution et se dire que les ingénieurs vont trouver des solutions, mais ces ingénieurs sont au service de ceux pour qui une seule chose compte : le fric......
Réponse de le 08/12/2020 à 14:28 :
Il faut avoir le courage de dire ce qui est. Décroissance et récession sont la même chose. La décroissance est une théorie économique qui entraîne inévitablement la récession, car dès lors que l'économie recule nous sommes automatiquement en récession (par définition). Cela dit, si c'est la seule option, il faut avoir le courage de la proposer sans la maquiller pour que tout le monde comprenne les bénéfices/inconvénients. S'il ne faut pas peindre la pollution en vert, il ne faut pas peindre les mots non plus.
a écrit le 08/12/2020 à 9:26 :
Soit elle est complètement à la masse, soit elle ment volontairement. Rien, et je dis bien rien, ne pourra amoindrir la crise qui vient, et qui va tout emporter en occident, et plus particulièment en France, pays déjà fortement fragilisée avant le début de la crise. C'est la fin d'une époque qui nous attend dans les 2 ans qui viennent.
a écrit le 08/12/2020 à 9:25 :
les intégristes écologiques contribuent au déclin de la France sans meme sans rendre compte! (' un fiasco )
a écrit le 08/12/2020 à 9:09 :
qu'elle se rassure
quand tous les magasins vont fermer, et qu'il n'y aura plus de touristes, les emissions de co2 des voitures et des avions seront tres ecolos
bon, le chomage de masse sera tres socialiste, et ira vers ce que lenine osuhaitait, alors ca sera un changement politico climatique rouge vert
ca sera parfait, ceux qui ne seront pas contents seront liquides comme on sait faire a gauche ( avec tolerance), ca reduira encore les emissions de co2
bon, sinon, les pays du tiers monde n'ont jamais autant consomme de charbon, alors confondre ecologie et politique, hormis amener une guerre ( pardon, ' une revolution', comme disait pasternak, c'est poetique, une revolution), on ne voit pas ou ca va...
a écrit le 08/12/2020 à 9:06 :
Et si on relançait la vie à Paris sans vous : démissionnez !
a écrit le 08/12/2020 à 8:38 :
La ville la plus riche de France qui pleure pour recevoir des subsides de l'état, et bénéficier des impôts de ceux qui habitent dans la Creuse? C'est de cela dont il s'agit?
a écrit le 08/12/2020 à 8:20 :
Mais si on veut être vraiment vert, il ne faut pas qu'il y ait de relance, justement
Réponse de le 08/12/2020 à 9:28 :
Ne vous en faites pas, nous n'avons pas les moyens de générer la moindre relance. L'Euro ne vaudra bientôt plus rien à l'international, et la France va dégringoler comme jamais. Vous allez l'avoir votre décroissance, mais ce qui en découlera n'aura rien à voir avec ce que vous esperez, ça va faire très très mal :)
a écrit le 08/12/2020 à 8:19 :
Si cette ville etait vivable, moins de residents en partiraient. Des poubelles, des rats, des chantiers dans tous les coins, une insecurite pregnante. Super dingo a l'oeuvre.
a écrit le 08/12/2020 à 8:07 :
"la relance verte"

Alors que l'option la plus crédible c'est l'économie circulaire, ça te ferait drôle Anne hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :