Plan de sobriété : ce que propose le gouvernement pour éviter les coupures de gaz et d'électricité

Le gouvernement français présente ce jeudi son plan de sobriété énergétique destiné à préparer un hiver difficile avec de nombreux réacteurs nucléaires arrêtés et sans gaz russe. Objectif: réduire de 10% la consommation d'énergie de la France en deux ans, et dans l'intervalle, faire que le pays passe l'hiver sans coupure de gaz ni d'électricité.
Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, porte ce plan de sobriété qui doit permettre de passer un hiver sans coupure de gaz et d'électricité. « Ce plan sobriété est un plan volontaire de long terme qui part du terrain et qui a vocation à être irréversible », a souligné en début de semaine la ministre devant les députés.(Photo d'illustration: la ministre au sortir du conseil des ministres du 13 juillet 2022)
Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, porte ce plan de sobriété qui doit permettre de passer un hiver sans coupure de gaz et d'électricité. « Ce plan sobriété est un plan volontaire de long terme qui part du terrain et qui a vocation à être irréversible », a souligné en début de semaine la ministre devant les députés.(Photo d'illustration: la ministre au sortir du conseil des ministres du 13 juillet 2022) (Crédits : Reuters)

[Article publié le jeudi 6 octobre 2022 à 7:22, mis à jour à 16:10]

« Il y a urgence à agir, le combat ne s'arrêtera pas à l'hiver 2022-2023 », a affirmé Agnès Pannier-Runacher, ce jeudi. La ministre de la Transition énergétique s'exprimait lors d'une grand-messe au Parc des expositions de la Porte de Versailles d'où elle a sonné la « mobilisation générale ».

Pour signifier l'urgence, pas moins de neuf ministres devaient se succéder tout l'après-midi, échangeant avec des élus locaux, des représentants d'entreprises ou encore du Haut conseil pour le climat (HCC), pour présenter ces « mesures d'économie », fruit d'un travail de quelques mois. Objectif: atteindre « 10% de réduction de consommation énergétique », par rapport à 2019, une « première marche » pour atteindre la trajectoire de 40% préconisée pour 2050 par les experts du climat, et dans l'intervalle, faire que le pays passe l'hiver sans coupure de gaz ni d'électricité.

Mais cette sobriété sera « choisie », loin de l'« écologie punitive », car ce plan est le fruit d'un « travail de concert » avec l'ensemble du monde économique, a assuré Agnès Pannier-Runacher. Un message appuyé par les propos d'Emmanuel Macron qui a également défendu le plan de sobriété devant des entrepreneurs. « Si la nation toute entière arrive à tenir cet objectif, qui est purement volontariste - il ne faut pas de décret de loi, de choses compliquées -, si on se mobilise tous pour le tenir, dans les pires scénarios on passe l'hiver », a-t-il affirmé. Le président a de nouveau souligné que « l'énergie qu'on sauve, c'est la moins chère". Mais « cela ne veut pas dire "produire moins" ou "aller vers une économie de la décroissance". Pas du tout, la sobriété ça veut juste dire "gagner en efficacité" ».

Les ONG approuvent mais demandent un vrai contrôle des engagements

D'avance, les ONG environnementales ont salué la démarche du gouvernement, tout en appelant, comme France Nature Environnement (FNE), à « voir plus loin que la fin de l'hiver ». Anne Bringault, qui interviendra jeudi pour le Réseau Action Climat, doute ainsi déjà de l'atteinte de l'objectif de -10% sur deux ans, tant « qu'on en reste essentiellement à des encouragements et incitations, sans suivi prévu des engagements pris et des impacts réels des mesures ».

C'est pourtant l'objectif prôné par l'exécutif qui assure vouloir agir à court terme afin d'assurer la sécurité d'approvisionnement en énergie, mais aussi sur le long terme pour répondre à des enjeux de souveraineté énergétique et baisser nos émissions.

Devant les ministres, Anne Bringault, pour le Réseau Action Climat, a, en outre, mis en garde contre l'inefficacité de mesures volontaires sans mécanisme de suivi, « sans reporting », « cela risque de démobiliser ». Ce à quoi le gouvernement a répondu qu'il suivrait les consommations hebdomadaires de gaz et d'électricité.

Une campagne en 3 axes (« Je baisse, j'éteins, je décale ») et 5 gestes

Pour les aiguiller, les Français pourront compter sur une campagne de communication diffusée largement à partir du 10 octobre. Intitulée « chaque geste compte », elle se concentre sur trois axes : « Je baisse, j'éteins, je décale » et détaille cinq gestes à mettre en œuvre dont le premier - que le gouvernement n'a de cesse de marteler depuis plusieurs semaines - est le maintien de la température intérieure à 19°C, comme le prévoit le code de l'énergie depuis 1978. « C'est la loi, mais les clients nous demandaient plutôt 21°C voire 22°C, parce que le prix des énergies fossiles était bas », relève Pierre de Montlivault, président de la fédération des services de l'énergie. « Aujourd'hui, les conditions sont réunies pour qu'ensemble, entreprises, syndics, bailleurs le fassent "pour de bon" ».

En outre, les Français seront incités à installer un thermostat, régler leur chauffe-eau à 55°C et rester moins longtemps sous la douche, mais aussi à éteindre leurs appareils en veille. Enfin, le spot de communication les invitera à décaler l'usage de leurs appareils électriques en dehors des horaires de pointe. Pour cela, ils seront informés par le système Ecowatt des périodes où il est nécessaire de réduire sa consommation énergétique.

Lire aussiÉlectricité : l'alerte Ecowatt, l'arme française pour éviter les coupures cet hiver

Ils pourront également compter sur plusieurs dispositifs d'aide à la rénovation énergétique, a assuré le gouvernement ce jeudi peu avant la prise de parole des différents ministres, professionnels et associatifs, avec en tête « ma Prime Rénov' » dont le financement a été augmenté dans le projet de loi de finance 2023.

Le dispositif devrait également être réorienté afin de ne pas bénéficier aux ménages les plus aisés, mais aux plus défavorisés, comme l'avait appris La Tribune en septembre. « L'objectif est de moins aider les CSP+ qui ont changé leurs fenêtres avec le soutien de l'Etat,-  et qui peut être, d'ailleurs, l'auraient fait, sans MaPrimeRenov'-  et de faire en sorte que ce soit surtout les 12 millions de foyers les moins fortunés qui vivent dans des passoires thermiques, qui se lancent dans des travaux », nous expliquait un ministre proche du dossier.

2,6 milliards d'euros vont ainsi être consacrés à la rénovation énergétique des ménages, auxquels s'ajoutent 200 millions d'euros pour les logements ainsi que 150 millions d'euros pour les bâtiments publics d'Etat, soit quasiment 3 milliards au total, s'est félicité l'exécutif.

Une plateforme pour les entreprises

Du côté des efforts demandés aux entreprises, les partenaires sociaux se sont entendus sur quinze actions à mettre en œuvre et la mise en place d'une plateforme, « Les entreprises s'engagent », sur laquelle lesdites entreprises seront invitées à énoncer les engagements qu'elles sont prêtes à prendre autour de quatre axes : la lutte contre le gaspillage énergétique, l'efficacité énergétique, la mobilité, et l'organisation du travail.

Un Etat qui se veut exemplaire

Si tous les Français, des ménages aux entreprises, sont sollicités, l'Etat veut d'abord montrer l'exemple en se fixant pour objectif de passer d'une consommation d'énergie de 20 térawattheures (TWh) par an, soit l'équivalent de la consommation de l'ensemble des foyers parisiens (3 millions de personnes) à celle d'une ville comme Montpellier (300.000 habitants). Un plan qui se concentre sur deux axes et trente mesures.

D'une part, l'immobilier, avec un investissement de 150 millions d'euros pour accompagner les administrations dans la rénovation de chaudières, l'installation de thermostats intelligents, le recours au photovoltaïque... Les établissements publics appliqueront bien sûr, eux aussi, la baisse du chauffage à 19°C, mais « il n'y a pas d'obligation dans le sens où il n'y aura pas de police des températures », a déclaré la ministre de la Transition écologique. Est aussi demandé le décalage de quinze jours du début et de la fin de la période de chauffe ainsi que la suppression de l'eau chaude pour se laver les mains, mesure qui représente une économie de 20 millions d'euros. Le plan prévoit également un numérique plus responsable consistant notamment en la suppression des écrans non essentiels

D'autre part, la mobilité, avec la limitation de la vitesse à 110 km/h maximum pour les agents de la fonction publique en déplacements professionnels et une augmentation du forfait mobilité durable pour les agents de la fonction publique de 200 à 300 euros.

Enfin, concernant le télétravail, son forfait, pour ceux qui en bénéficient, va être accru, passant l'indemnité journalière de 2,50 euros à 2,85 euros soit une hausse de 15%. Le télétravail n'a toutefois d'intérêt que s'il permet de fermer (et donc d'arrêter de chauffer) des bâtiments pendant plusieurs jours de suite.

Lire aussiLogistique : le double levier de l'immobilier et du transport pour atteindre la sobriété énergétique

La culture et le sport mis à contribution

Enfin, concernant la culture et le sport, plusieurs mesures ont d'ores et déjà été actées au sein des établissements culturels notamment à La Villette qui va diminuer les périodes de chauffe de deux heures par jour ou encore l'Opéra Bastille avec 1h30 d'éclairage quotidien en moins de son écran géant en façade (photo ci-dessous. Crédit Reuters). Le Musée d'Orsay est, quant à lui, parvenu à réduire sa consommation énergétique d'un tiers grâce à l'installation d'ampoules LED. Dans les cinémas, l'éclairage sera éteint lorsque l'établissement sera fermé tout comme les machines non utilisées.

Opéra Bastille, écran géant,

Le plan énergétique du sport sera, lui, dévoilé le 23 octobre. En attendant, des mesures comme la diminution de l'éclairage et du chauffage dans les infrastructures comme les gymnases et la réduction de 1°C en moyenne de la température des bassins des piscines, particulièrement énergivores, ont d'ores et déjà été actées.

Lire aussi« Il faut que les projets d'énergies renouvelables soient vécus comme des chances pour les territoires », Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique

______

ZOOM - Les partenaires sociaux se mettent au diapason

Régulation de la température des bureaux, aménagement du temps de travail, désignation de « référents » sobriété : le Medef a transmis au gouvernement un « compte-rendu » des discussions des partenaires.

Première proposition, « réguler (les) températures sur les lieux de travail ». Le texte rappelle « l'utilité d'optimiser les températures de chauffage à 19°C et de climatisation à 26°C dans la mesure du possible » tout en soulignant que cela « ne doit pas nuire au bien-être, à la santé et à la sécurité des salariés (...) qui occupent des postes statiques ». Cette mesure doit passer, selon les syndicats, par des "discussions dans le cadre de la négociation et du dialogue social de proximité".

Seconde proposition consensuelle, « lutter contre le gaspillage énergétique » : il faut « éteindre les enseignes, changer les ampoules par des LED, fermer les portes », mettre en veille le matériel électrique...

Troisième point, le plus sujet à crispations: « aménager le temps de travail ». Pour le patronat, « des aménagements du temps de travail peuvent permettre de diminuer la consommation d'énergie », ou de lisser des pics, notamment par « des plages horaires de travail différenciées ». Pour les syndicats, « cela doit se faire par une négociation avec les partenaires sociaux », écrivent les auteurs.

Selon des sources syndicales, les représentants des salariés craignent que le patronat ne prenne appui sur cet argument pour étendre le travail de nuit ou le week-end, et plus largement accroître la flexibilité du temps de travail. Ils s'accordent en revanche sur l'instauration de « référents de la sobriété énergétique », le refus d'une « généralisation systématique du télétravail », la nécessité d'envisager « des investissements à plus long terme » (rénovation de bâtiments, énergies renouvelables), l'intérêt d'un système de « météo énergie » (Ecowatt), l'encouragement au « développement des transports ferroviaires et fluviaux ».

Lire aussiComment la sobriété devrait contraindre les villes à repenser leur modèle économique

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 05/11/2022 à 18:33
Signaler
derniere fantaisie GRAVE POUR LA SECURITE l'extinction de l'eclairage public une grande partie de la nuit alors que l'on vit dans un monde d'insecuritee ne vous plaignez pas si les agressions les cambriolages etc augmentent pourquoi avoir in...

à écrit le 07/10/2022 à 10:19
Signaler
ET oui que de retards accumulés sur les énergies renouvelables, l'isolation des bâtiments, la réduction de consommation des véhicules. La guerre de poutine permet juste de faire voir à quel point nous sommes en retard, mais un tremblement de terre im...

le 07/10/2022 à 12:20
Signaler
En fait de retard, en 20 ans ce sont des centaines de milliards qui ont été gaspillés dans les énergies aléatoires et des opérations d'isolation des bâtiments presque toujours bâclées, un temps largement suffisant pour constater la nullité du résulta...

à écrit le 07/10/2022 à 9:05
Signaler
2 remarques : - notre président ignore superbement les graves problèmes d'insécurité dans nos villes notamment moyennes ( ce qui est nouveau) mais pour nous faire baisser le chauffage on l'entend. Parfaite illustration du mépris profond de l'humain ...

à écrit le 07/10/2022 à 8:50
Signaler
negatif je refuse de me soumettre a ce plan d'austerite tant que me macron et mme borne n'auront pas fait acte de contrition sur le plan de fermeture des central nucleaire et d'exiger de l'allemagne des reductions egale a la france nous n'avons pa...

à écrit le 06/10/2022 à 23:23
Signaler
Eh oui, les sanctions contre la Russie, surtout quand on a volontairement renoncé depuis des années à une vision stratégique d'indépendance énergétique, c'est à cela que ça mène...

le 07/10/2022 à 12:21
Signaler
La guerre a tout au plus avancé le constat de quelques années.

à écrit le 06/10/2022 à 19:11
Signaler
Le gouvernement navigue à vue, au jour le jour car il sait tres bien que le froid rendra inévitables les coupures de courant et de gaz aux particuliers et aux entreprises dont un nombre important envisagent tout simplement de ne plus fabriquer étant ...

le 06/10/2022 à 21:00
Signaler
Boycotter les matières premières provenant de Russie cela ne date pas d'il y à 30 ans, 40 ans et plus.. mais de tout juste 7 mois et cela est de la seule et entière responsabilité de Macron, accessoirement ensuite Le Maire le visionnaire, Borne la mu...

à écrit le 06/10/2022 à 19:09
Signaler
Le gouvernement navigue à vue, au jour le jour car il sait tres bien que le froid rendra inévitables les coupures de courant et de gaz aux particuliers et aux entreprises dont un nombre important envisagent tout simplement de ne plus fabriquer étant ...

à écrit le 06/10/2022 à 17:37
Signaler
ils non pas inventés la poudre ,les preconisations et reglementations de chauffer a 19°c date du choc petrolier depuis 1980 en temps exploitant en genie climatique les temperatures dans les ecoles maternelle et primaires etait deja a 19°c ,donc leur...

à écrit le 06/10/2022 à 13:18
Signaler
On voit chez tous ces énarques la vacuité de leurs mesures ... Ces types sont des nuls et leurs mesures typiques de leur vision stratégique : "référent sobriété" lol... Tant qu'on continuera à laisser ce genre de rigolos diriger le pays que ce soi...

le 06/10/2022 à 19:23
Signaler
"Tant qu'on continuera à laisser ce genre de rigolos diriger le pays" oui, mais les rigolos vous ne pensez pas aussi qu'ils sont aussi parmi nous, voire c'est nous ? :-) Vous géreriez comment en étant à volant du pays ? Vroum vroum ? :-) Je chauffai...

à écrit le 06/10/2022 à 11:32
Signaler
En quoi réduire la vitesse à 110 km/h sur autoroute ou covoiturage va faire économiser du gaz ou de l'électricité ? Qui va venir vérifier que l'auto du fonks de service est à 110 ou que les chambres sont chauffés à 17°... ? pourquoi pas 0 tant qu'on ...

le 06/10/2022 à 19:14
Signaler
entre 17 et 0°C c'est sûr qu'il n'y a aucune gradation intermédiaire (avec 16°C, ça suffit vu qu'on est sous les draps, en camping, hors été, on n'a pas 16°C sous la tente la nuit et on survit !). Pourquoi pas -18°C (et se conserver longtemps :-) ) ?...

à écrit le 06/10/2022 à 9:58
Signaler
Il est très clair que je n'ai rien à faire du blabla gouvernemental. Pour le bien-être de mon porte-monnaie, il y a bien longtemps que j'ai moins de 19 à la maison (je m'habille en conséquence), que j'éteins tous les éclairages inutiles, et que j'uti...

à écrit le 06/10/2022 à 9:04
Signaler
"Inciter au covoiturage" Si il reste de l'essence. "Le télétravail encouragé" Sauf entre 12 et 14h donc

à écrit le 06/10/2022 à 8:47
Signaler
Un plan qui fait suite aux derniers gouvernements qui ont mené une mauvaise politique énergétique en fermant une centrale nucléaire et en ne prévoyant pas l’entretien anticipé des réacteurs nucléaires . Résultat on préfère changer le PDG d’EDF au lie...

le 06/10/2022 à 9:21
Signaler
ce gouvernement et bien contre les francais il nous oblige a des restrictions et donne du gaz a l'allemagne ferme des central nucleaire et nous impose des reductions la desobeicance doit etre declare l'ukaine est un pretexte tout comme la cr...

le 06/10/2022 à 9:36
Signaler
"en ne prévoyant pas l’entretien anticipé des réacteurs nucléaires" votre voiture vous faites des entretiens anticipés ? Anticipés de combien d'années ? Covid a tout décalé, perturbé les plannings, le nombre d'équipes qui gère ça est limité (sous-tra...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.