Pour ou contre : faut-il taxer les superprofits ? (Henri Sterdyniak face à Agnès Verdier-Molinié)

LE DÉBAT DE LA TRIBUNE – Certaines multinationales affichent des profits colossaux, catapultés par l’inflation. Dans le même temps, l’Etat distribue massivement des aides pour atténuer l’effet de l’inflation sur les ménages. Avec, à la clé, une ardoise en dizaines de milliards d’euros pour les finances publiques. Une partie de la classe politique française, davantage à l’extrême-gauche mais aussi dans la majorité, considère qu’il serait justifié de mettre en place un impôt exceptionnel sur ces « superprofits ». Le Sénat se penche depuis lundi sur le sujet à l'occasion du vote de la loi « pouvoir d'achat ». Une telle taxe a-t-elle un sens contre l’inflation ? Quelle est sa véritable vocation : punir les entreprises qui « profitent » de la crise ou aider l’Etat ? Mais est-il vraiment pertinent de combler le déficit public par une taxe sur les superprofits ? L'avis de deux personnalités du monde économique, Agnès Verdier-Molinié, présidente du cercle de réflexion libéral iFRAP, et Henri Sterdyniak, économiste à l’OFCE et co-fondateur des Economistes atterrés.
Henri Sterdyniak et Agnès Verdier-Molinié.
Henri Sterdyniak et Agnès Verdier-Molinié. (Crédits : Reuters)

Tout s'est joué à huit voix près. 114 voix contre et 96 voix pour. Fin juillet, le projet d'amendement soutenu par la Nupes et le RN d'une taxe sur les superprofits a été rejeté de justesse à l'Assemblée nationale dans le cadre de l'examen de la loi « pouvoir d'achat ». L'amendement prévoyait d'imposer une « taxe exceptionnelle de 25% » sur les « bénéfices exceptionnels » des fournisseurs d'hydrocarbures, des prestataires de transport maritime ou encore des concessionnaires d'autoroutes.

Pour autant, ce premier échec parlementaire n'éteint pas le débat autour d'une taxe temporaire des superprofits. La question plane encore dans l'air du temps, particulièrement en cette période de résultats financiers du premier semestre. Un cru remarquable pour plusieurs grands groupes français dont le cas emblématique TotalEnergies et ses 5,7 milliards d'euros de profits en trois mois, deux fois plus qu'à la même période en 2021. Le géant énergétique profite à plein de l'envolée des cours de l'énergie.

En réponse et (surtout) sous pression du gouvernement, TotalEnergies a fait un geste en accordant une réduction du prix à la pompe dans toutes ses stations jusqu'à la fin de l'année. Insuffisant pour enrayer la controverse autour de ses profits. Jusqu'à présent, le gouvernement Borne défend les initiatives librement consenties par les entreprises comme TotalEnergies en faveur du budget des ménages plutôt qu'un nouvel impôt, même si certaines figures de la majorité comme le député Sacha Houlié sont favorables au principe d'une « contribution exceptionnelle » des entreprises prospères. Tant que l'inflation durera, ce projet de taxes va occuper le débat politique.  L'Espagne et le Royaume-Uni ont quant à eux déjà sauté le pas.

Alors, l'Etat doit-il taxer les superprofits des grandes entreprises ?

POUR sterdyniak

« La hausse du prix de l'énergie et des matières premières représente une ponction de l'ordre de 2% du PIB français. Cette ponction va peser sur les ménages, les administrations, la plupart des entreprises, aggravant la dette publique et contribuant au ralentissement de la croissance. En même temps, certaines entreprises du secteur de l'énergie, de la pharmacie, des transports enregistrent des profits fabuleux. Ces profits sont pour une grand part le produit de rentes ; les entreprises bénéficient de tensions entre l'offre et la demande dans des marchés où ceux-ci sont particulièrement inélastiques aux prix. Ces profits seront en partie redistribués à des actionnaires (dont le mérite est nul) ; en partie investis sur les marchés financiers contribuant à la spéculation ; en partie réinvestis selon les stratégies de ces entreprises, qui ne correspondent pas obligatoirement aux objectifs de la transition écologique.

Distinguons trois cas. Les superprofits des entreprises énergétiques et de transport qui découlent iniquement des tensions sur les marchés devraient être surtaxés. Le produit de ces taxes devrait être partagé entre les pays où ces entreprises opèrent, les pays d'extraction et les pays consommateurs pour les entreprises pétrolières par exemple. En France, il pourrait être utilisé pour compenser les hausses de prix aux ménages les plus pauvres (ce qui est préférable à des baisses de prix qui encouragent la demande).

Il est légitime que les entreprises pharmaceutiques tirent un certain profit de leurs découvertes. Celles-ci découlent souvent de recherches fondamentales publiques. L'UE, ou mieux l'OMS, devrait pouvoir racheter les brevets à un prix raisonnable, garantissant aux laboratoires un profit satisfaisant, mais pas exorbitant, de façon à ce que les vaccins ou les médicaments soient disponibles pour tous en particulier dans les pays pauvres.

Certaines grandes entreprises enregistrent durablement des profits importants grâce à leur pouvoir de monopole (Amazon, Apple, Google, Meta, Microsoft). Elles sont riches quand les États sont pauvres. Cela donne à leurs dirigeants un pouvoir incontrôlé d'orienter la culture, les médias, la culture, la recherche scientifique... La France, et l'UE, devraient se battre dans les arènes internationales pour qu'un taux spécifique d'imposition leur soit appliqué (50% plutôt que 15%), de sorte qu'une part importante de leurs profits puissent être investis dans les secteurs prioritaires pour l'Humanité, le développement et la transition écologique. »

CONTRE verdier

« Il faut toujours se méfier des impôts soi-disant exceptionnels qui deviennent permanents. En 2011, la nouvelle contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, une tranche d'impôt supplémentaire à l'impôt sur le revenu, devait être supprimée une fois les finances publiques rétablies. Ce qui n'est jamais arrivé. Si la France instituait une nouvelle taxe sur les superprofits, on ne reviendrait probablement jamais en arrière. Alors que le gouvernement veut rendre le pays plus attractif, une lourde fiscalité pèse déjà sur les entreprises installées en France. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle de nombreux sièges sociaux d'entreprises françaises se situent déjà hors de France notamment aux Pays-Bas. En France, les entreprises paient 140 milliards de taxes et cotisations supplémentaires de plus que dans les pays de la zone euro.

Si l'Espagne et le Royaume-Uni ont effectivement créé une taxe sur les profits des énergéticiens, ils partent de bien plus bas en termes de fiscalité sur les entreprises. Leur situation est incomparable. Nous sommes à 45% du PIB de prélèvements obligatoires contre 40% en moyenne dans la zone euro, 37% en Espagne et 33% au Royaume-Uni. Surtout, une telle taxation serait loin de résoudre le problème de la dette. En termes de retombées fiscales, elle ne rapporterait pas beaucoup, à peine 1 et 2 milliards d'euros. Ce prélèvement sur les superprofits ne comblera donc pas le déficit budgétaire qui atteint 178 milliards d'euros en 2022.

Par ailleurs, y a-t-il vraiment des profits injustifiés et des profiteurs de crise ? C'est difficile à dire tant il y a d'aspects négatifs et positifs pour les grands groupes dans le contexte économique actuel. TotalEnergies affiche peut-être des superprofits mais la guerre en Ukraine l'a forcé, comme Renault, à brader certains actifs en Russie. Par ailleurs, ceux-ci effectuent des investissements risqués notamment dans l'énergie. Ils doivent donc bénéficier de capitaux propres importants pour couvrir leurs pertes et préparer leur propre transition énergétique. Ces grandes entreprises font ici figure de boucs émissaires. Le signal envoyé est très mauvais. Veut-on vraiment que nos plus belles entreprises délocalisent leur siège social ? On a tous intérêt collectivement à ce que nos entreprises fassent des profits et non l'inverse.

Si quelqu'un profite de l'inflation, c'est l'Etat qui récupère énormément de TVA sur l'énergie. Ses recettes fiscales gagnent 24 milliards d'euros supplémentaires en 2022, soit +8% sur l'ensemble de ses prélèvements. Sans compter la part de TVA perçue par les collectivités territoriales et la sécurité sociale. Au total, sur toutes les administrations publiques centrales, locales et sociales c'est 50 milliards d'impôts, taxes et cotisations qui rentrent en plus dans les caisses publiques en 2022. Au lieu d'engager des dépenses pour les ménages qui alimentent l'inflation, l'Etat devrait utiliser cette cagnotte pour baisser les impôts. Cette idée de taxation des superprofits, notamment des énergéticiens, est un exercice de rhétorique qui détourne le débat du véritable enjeu. A savoir, les graves pénuries d'énergie, gaz mais aussi électricité, qui se profilent cet hiver et risquent d'arrêter la production de nos entreprises. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 49
à écrit le 06/08/2022 à 14:33
Signaler
@ RéponsedeHenry "les grandes fortunes vivent comme vous et moi". Pas comme moi en tout cas ! Etes-vous naïf ou faites vous parti des ultra-riches ? Croyez-vous qu'en dehors du capital représenté par leurs entreprises les ultra-riches n'aient pas de ...

à écrit le 05/08/2022 à 16:54
Signaler
Comme d'habitude il y a des arguments qui reviennent au raccourci suivant: taxer un riche revient à le ponctionner alors qu'il a créé de la richesse au profit de tous, ce qui in fine revient à le dissuader de créer de la richesse. Il ne faut pas oubl...

le 07/08/2022 à 10:39
Signaler
t"axer un riche revient à le ponctionner alors qu'il a créé de la richesse au profit de tous, " Ah bon, ces gens créent de la richesse? Ne seraient-ce pas plutôt les 'travailleurs' qui la produisent et les 'propriétaires' qui la collectent?

à écrit le 05/08/2022 à 12:07
Signaler
Les dix familles les plus riches de France (Arnault, Hermès, Bettencourt, Wertheimer, Pinault, Dassault, Mulliez, Omidyar, Castel, Drahi, ont accru leur fortune de 20% pendant le covid ! Pourquoi ne prouvent-elles pas leur patriotisme et leur empathi...

le 05/08/2022 à 13:55
Signaler
@P. Icsou: Elles le prouvent. en restant en France. Ne pas confondre la valeur en bourse et la "richesse" dont vous disposez: la sottise consiste à croire que ces grandes fortunes vivent de la valorisation de leur fortune; elles vivent, comme vous et...

le 05/08/2022 à 15:09
Signaler
Parlons simplement: si cette augmentation de 20% vient de la valeur boursière des entreprises qu'ils possèdent, et qu'on les taxe sur cet "enrichissement", leurs propriétaires les vendent pour payer l'impôt ? Mais à qui ? A l'Etat (donc à nous, contr...

à écrit le 03/08/2022 à 20:56
Signaler
Bonjour, Les plus gros entreprises du car 40 ne règle pas leur impôts en France... Surtout que les PDG a la retraite viennent profiter des bien vivre en France...( Surtout pour les plus riches ) . Donc je pour taxée ses gros multinationales qui on...

à écrit le 03/08/2022 à 19:53
Signaler
Au lieu de faire tout ce cinéma, il faudrait bloquer les prix a la pompe! Cela correspondrait a la même chose!

à écrit le 03/08/2022 à 16:47
Signaler
LE MAIRE prône la médiation notamment avec Total Energie et non la taxation pourquoi ? Il ne peut l'avouer car avec CHIRAC ou SARKOZY c'était déjà une super taxation des profits des entreprises françaises à l'I.S. : 33 1/3 % Puis sous la pression de ...

à écrit le 03/08/2022 à 12:30
Signaler
L'avarice est un puissant ressort pour ceux qui ne savent que vendre et thésauriser et prendre aux autres, leurs sous et leur travail, au lieu de créer les conditions de la prospérité pour tous...

à écrit le 03/08/2022 à 10:42
Signaler
On nage en plein délire complet, les politiques ruinent le nucleaire et appliquent des sanctions entrainant l'explosion du prix de l'energie et apres ils veulent se servir une deuxieme fois alors qu'ils se gavent avec les diverses taxes! on marche su...

à écrit le 03/08/2022 à 9:01
Signaler
Je dirais oui et non, tout depend de ce que feront ces sociétés : investir ou gaver les actionnaires, c'est sur que les concessionnaires d'autoroute qui n'auraient jamais dû exister on ne taxera jamais assez. Total ne fait pas tout ses bénéfices en ...

le 03/08/2022 à 18:06
Signaler
vous prenez le mauvais exemple les autoroutes donne 34 % de taxes Si les autoroutes etaient nationalisées vu la mauvaise gestion de nos élus ne permettrait pas de dégager 34 % elle permettrait ENCORE de caser des copains bonsà rien

le 03/08/2022 à 18:07
Signaler
vous prenez le mauvais exemple les autoroutes donne 34 % de taxes Si les autoroutes etaient nationalisées vu la mauvaise gestion de nos élus ne permettrait pas de dégager 34 % elle permettrait ENCORE de caser des copains bonsà rien

à écrit le 03/08/2022 à 8:25
Signaler
pour évidemment. Mais ce n'est pas suffisant. Pour le retour de l'ISF Pour le blocage des prix global, parce que les subventions à la consommation de l'essence subventionne aussi les superprofits des pétroliers. Pour Pour Pour et Contre la Ma...

à écrit le 02/08/2022 à 15:40
Signaler
Silence sur les super-recettes de l'état (cf. TVA) en période d'inflation galopante...

à écrit le 02/08/2022 à 15:00
Signaler
Les dix familles les plus riches de France (Arnault, Hermès, Bettencourt, Wertheimer, Pinault, Dassault, Mulliez, Omidyar, Castel, Drahi, ont accru leur fortune de 20% pendant le covid ! Pourquoi ne prouvent-elles pas leur patriotisme et leur empathi...

le 02/08/2022 à 20:44
Signaler
Voilà qui fait bien rire. La plupart de ces familles ne sont pas en France, mais ailleurs : en Suisse, en Belgique, voire en Israel. Pourquoi voulez vous qu'elles nous distribue leurs acquis ? Chacun est responsable de sa propre existence. Il y en a ...

le 03/08/2022 à 7:36
Signaler
Ces ultra riches devraient accepter et même désirer l'impôt. En effet, la plupart d'entre eux ne sont pas si méritants que ça puisqu'ils sont nés dans des familles déjà très riches et ont ainsi bénéficié d'une éducation, d'un univers culturel, de rel...

à écrit le 02/08/2022 à 11:53
Signaler
Je ne vois pas l’intérêt pour Sterdyniak de débattre avec Agnes Verdié-Molinié. Elle ne connait rien en économie, radote sur les m^mes idées primaires (supprimer les fonctionnaires, les services publics, les dépenses publiques) à un point ou elle en ...

à écrit le 02/08/2022 à 11:49
Signaler
Moi, je pense que s'ils ont réussi à faire des supers profits, l'état doit leur doubler ces profits par des aides... lol... M. Saada vient nous proposer de baisser de 10% le prix d'1 container après l'avoir triplé...la main du marché fonctionne en ...

à écrit le 02/08/2022 à 11:12
Signaler
L'envie et la jalousie sont de puissants ressorts pour ceux qui ne savent que dépenser et prendre aux autres, au lieu de créer les conditions de la prospérité...

le 02/08/2022 à 15:04
Signaler
Cela n'a rien à voir avec l'envie et la jalousie. C'est s'étouffer que certains individus dont l'activité n'apporte aucun avantage à l'Humanité, puissent se goinfrer d'argent ! Comme Oncle Picsou, nagent-ils dans l'or de leur piscine ? Le mangent-ils...

le 02/08/2022 à 18:48
Signaler
@picsou : nager dans l'or comme Picsou ? Qui peut y croire ? Il faut arrêter de diffuser de fausses nouvelles. Toute notre économie et notre civilisation repose sur le pétrole : il est partout. Pas de productions de nourriture, d'industrie sans pét...

le 03/08/2022 à 7:46
Signaler
Ah, les bons vieux arguments judéo-chrétiens qui ressortent !!!!!. Et oui, l'envie est un péché, on en est tous convaincu, tout comme la luxure, et pourtant on s'y vautre avec délice. La bourgeoisie a toujours protégé ses acquis financiers et sa cupi...

à écrit le 02/08/2022 à 10:38
Signaler
Je m'étonne qu'il n'y ait personne pour dire que la crise énergétique n'est que la conséquence de politiques absurdes menées par les gouvernements européens, je rappelle: -interdiction de rechercher du gaz de schiste pour faire plaisir à des gens qu...

à écrit le 02/08/2022 à 10:33
Signaler
Et hop ! encore un débat bidon pour occuper l'esprit du petit peuple (comme ça nos intellos ont bonne conscience) et remplir les médias entre les espaces publicitaires. On rigole tellement plus avec le réchauffement planétaire.

à écrit le 02/08/2022 à 10:32
Signaler
Verdier Molinie ne se place pas d'un point de vue économique, mais politique. Elle a en elle le dogme du neo libéralisme qui lui sert à conforter sa situation de petite bourgeoise mesquine. La morgue et le dédain en prime.

le 02/08/2022 à 11:33
Signaler
oui, AVM est la prêtresse du néolibéralisme. Tout son discours est orienté en vue d'accroître la fortune des plus riches et de réduire les pauvres au servage. Son but est de réduire l'Etat à un rôle de gendarme. C'est comme Macron, il prétend vouloir...

à écrit le 02/08/2022 à 10:22
Signaler
Les uns s'enrichissent par la dette; les autres s'appauvrissent en la remboursant! Le ruissellement inverser!

à écrit le 02/08/2022 à 9:46
Signaler
La France, une fois de plus, enferrée dans un débat absurde. Quand l’état, via son système social destructeur, consomme 60% de la création de valeur française essentiellement due au secteur privé, on cesse de vouloir en remettre une couche! Soulever ...

le 02/08/2022 à 11:57
Signaler
Que la création de valeur serve au système social; c'est super ! A quoi voulez vous que serve la création de valeur sinon répondre aux besoins des individus : manger, se soigner, s'éduquer, se distraire etc... Si ça sert à gonfler les épargnes financ...

le 03/08/2022 à 9:24
Signaler
mais ou est passe la reforme de la fiscalite c'est le moment de tout remettre en cause mais m macron préfère fayoter avec ses amis de la finance et ne penser qu'a la reforme des retraites qui revient a taxer les plus pauvres

à écrit le 02/08/2022 à 9:27
Signaler
Les entreprises pétrolières et gazières américaines ExxonMobil et Chevron ainsi que les géants européens ont pulvérisé leurs bénéfices durant le deuxième trimestre (avril à juin). On ne connait pas encore les chiffres des entreprises nationales comme...

le 02/08/2022 à 10:16
Signaler
Qui rachèteraient des entreprises en voie d'extinction? Leur avenir est de courte duré si elles n'investissent pas hors champs énergie fossile!

le 02/08/2022 à 10:28
Signaler
Pour taxé

le 02/08/2022 à 20:30
Signaler
@ Raymond la science : Les sociétés pétrolières vont "distribuer ainsi de juteux dividendes" dites vous. Regardons les chiffres de près. Total distribue un dividende 4 X 0, 66 = 2,64 Euros par action. L'état en prélève 30 % . Il ne reste que 1,85 Eur...

le 03/08/2022 à 12:11
Signaler
@Tototiti. Manifestement votre démonstration d'écolier s'inscrit sur le courtermisme comme le brillant bûcheron qui scie la branche sur laquelle il est assis. Avec un peu de discernement, et un raisonnement mon spéculation, vous sauriez que ce type d...

à écrit le 02/08/2022 à 9:20
Signaler
Il n'y a pas de débat possible, il s'agit à la fois d'un enrichissement sans cause et du fait du prince des deja riches ! Le collatérale de cet enrichissement est l'inflation payée de manière disproportionnelle par tout le monde ! Cet enrichisseme...

à écrit le 02/08/2022 à 9:16
Signaler
Une brasseuse de vent face à un X, le débat est d'un intérêt certain.....

le 02/08/2022 à 9:53
Signaler
Et toi ton niveau ??

le 02/08/2022 à 12:19
Signaler
Bac +7 et vous?

le 02/08/2022 à 19:27
Signaler
Ecouter Agnès Verdier Molinie donne une idée de ce qu'est le vide intersidéral !

à écrit le 02/08/2022 à 9:11
Signaler
Taxer , et pour en faire quoi de ces taxes ? Plus d'assistanat comme toujours , comme la vignette pour les vieux !!

à écrit le 02/08/2022 à 8:52
Signaler
Ces parlementaires et ce gouvernement sont les copains complices des superriches, des actionnaires, de la France d'en haut. C'est pourquoi ils s'arcboutent sur le refus de tout nouvel impôt qui pèserait sur eux. Et ensuite, ils invoqueront le poids d...

à écrit le 02/08/2022 à 8:28
Signaler
Non il faut interdire les paradis fiscaux et traquer les fraudeurs partout dans le monde et naturellement l'argent reviendrait irriguer l"économie au lieu de financer les activités mafieuses ou pourrir dans des coffres sous terrain. Notre crise econo...

le 02/08/2022 à 9:43
Signaler
Bonjour, Mais la France est déjà en soit un paradis fiscal pour les multinationales. Rappelez-vous cette France prise dans l'étau de l'orthodoxie budgétaire au cœur de la crise des dettes souveraines post 2008. 171 compagnies ou usines ont opté en...

le 02/08/2022 à 11:57
Signaler
Avec des propriétaires de capitaux et d'outils de production toujours plus gloutons les multinationales sont obligées de défiscaliser afin de les rassasier sans arrêt. Vous pouvez faire un procès à n'importe quelle arme de n'importe quel crime vous n...

à écrit le 02/08/2022 à 8:02
Signaler
Au lieu de faire tout ce cinéma, il faudrait en bloquer les prix a la pompe! Cela correspondrait a la même chose!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.