Quelles sont les régions qui ont vu le chômage refluer ?

 |   |  493  mots
Dans le Nord-Pas-de-Calais, dont Lille est la métropole régionale, le taux de chômage a reculé en 2014
Dans le Nord-Pas-de-Calais, dont Lille est la métropole régionale, le taux de chômage a reculé en 2014 (Crédits : Reuters)
Selon l'Insee, les taux de chômage régionaux sont restés stables en 2014. Pour la plupart. A la hausse ou à la baisse, les variations ne sont visibles que dans une poignée de régions. D'importants écarts apparaissent selon les territoires.

Entre 2013 et 2014, le taux de chômage national est resté stable, à 9,9% de la population active. Les régions peuvent être classées en trois catégories : celles qui ont vu le chômage progresser, se stabiliser et reculer. A quelques exceptions près - Languedoc-Roussillon, Corse... -, les variations à la hausse ou à la baisse sont plutôt faibles.

Les régions qui ont vu leur taux de chômage progresser sont l'Ile-de-France, de 8,7% à 8,8%, le Centre (de 9,4% à 9,5%), la Basse-Normandie (de 8,9% à 9,3%), les Pays de la Loire et la Bretagne (de 8,7% à 8,8%), l'Aquitaine (de 9,7% à 9,8%), et Midi-Pyrénées (de 10,1% à 10,2%)

La Corse se distingue

En Rhône-Alpes et en Auvergne, il s'est stabilisé à 8,8% de la population active. Il est également resté inchangé en Basse-Normandie et en Alsace à 9,2%, en Franche-Comté et en Poitou-Charentes (9,4%), en Corse où la progression est la plus forte (9,9% à 10,3%), en Champagne-Ardenne (10,8%), en Provence-Alpes-Côte d'Azur (11,4% à 11,5%) et enfin en Languedoc-Roussillon (14% à 14,2%) où il atteint la moyenne annuelle la plus élevée.

Compensant les hausses observées dans certaines régions, le taux de chômage a reculé dans le Limousin, passant de 9,1% à 9% de la population active. Il s'est également replié en Bourgogne (de 9,2% à 9%), en Lorraine (de 10,6% à 10,5%), en Haute Normandie (de 11,1% à 10,9%), en Picardie (de 11,8% à 11,6%), dans le Nord-Pas-de-Calais (de 13,2% à 12,9%).

Dans les DOM, les taux de chômage étaient nettement supérieurs à ceux de la métropole en 2014. "En moyenne annuelle, ils s'échelonnent entre 19,5 % à la Martinique et 27,2 % à la Réunion ", constate l'Insee.

La Lozère affiche le taux de chômage le plus bas de France

Par département, les écarts sont encore plus grands. C'est dans les Pyrénées orientales que le taux de chômage est le plus élevé (15,2%). C'est en Lozère qu'il est le plus faible. Il ne touche que 6% de la population active. Comment expliquer cette performance ? L'économie du département, non dénuée d'atouts, n'est pas le seul facteur à prendre en considération. Intéressons-nous au dénominateur du ratio du taux de chômage ! La Lozère est le département le moins peuplé de France. Selon le recensement de l'Insee, daté de 2012, ce département ne comptait que 76.889 habitants cette année-là. La densité au mètre carré s'y élève à 15 personnes ! La population active compte moins de 26.000 personnes.

La population active a augmenté bien moins vite que les destructions d'emplois

Puisque la population active est évoquée, comparons son évolution et celle du nombre de demandeurs d'emplois  depuis 1990 pour comprendre les ressorts du taux de chômage.  Entre 1990 et 2014, la population active a augmenté de 23% pour atteindre 28,6 millions d'habitants. Au sens du Bureau international du travail (BIT), le nombre de chômeurs de plus de 15 ans a bondi de 43% au cours de la même période pour s'élever à 2,85 millions de personnes l'année dernière. La hausse du taux de chômage s'explique donc essentiellement par les destructions d'emplois et par l'incapacité du tissu économique à absorber intégralement les nouveaux arrivants sur le marché du travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2015 à 16:39 :
Pour faire plus simple, quelles régions ont vu leur effectif de personnes sans emploi augmenter ? Toutes. En tout cas en France, métropolitaine ou non.
Réponse de le 01/08/2015 à 10:58 :
C'est logique. La population dans son ensemble augmente, donc la population des chômeurs augmente aussi, puisqu'elle est liée à la population dans son ensemble. A moins qu'il y ait davantage de création d'emplois que d'augmentation de la population active, mais c'est loin d'être le cas en France. Le nombre de chômeurs baissera quand il y aura plus d'emplois créés que l'augmentation constante de la population active.

Ce qu'il faut retenir c'est que le taux de chômage n'est pas la réalité, mais une façon de la représenter, sensée être plus accessible.
a écrit le 30/07/2015 à 9:41 :
Chiffres totalement surréalistes probablement sortis tout droit d'un tirage au sort de la "Française des jeux".
Personne dans ce pays ne sait combien il y a de chômeurs, pareil pour le nombre de fonctionnaires, etc... On navigue à vue en fonction des prochaines élections et cela dure depuis des décennies.
a écrit le 29/07/2015 à 22:16 :
Franchement M. Piliu, c'est pas sérieux votre billet ! Vous faites également la confusion entre "moyenne annuelle" et "moyenne nationale" ! Personne ne relit les journalistes à La Tribune ?! Visiblement, il est temps de prendre un peu de vacances et de nous revenir en forme ;).
a écrit le 29/07/2015 à 22:13 :
Vous mettez deux fois la Basse Normandie avec deux constats différents (hausse dans un premier temps, stable ensuite) et des chiffres différents...
a écrit le 29/07/2015 à 20:42 :
La grosse arnaque
L'expérience n'a pas servi au gouvernement actuel. On se souvient de la demande des cafetiers restaurateurs qui demandaient une baisse de TVA qu'ils ont obtenu en échange de la création de 40 000 emplois promis juré. Ou sont - ils passés ces emplois ? Aujourd'hui "rebelote", le "deal" est le même : vous, l'Etat, mettez
41 milliards d'argent frais public sur la table et nous, entreprises du MEDEF et d'autres organisations patronales, nous metttons sur la table une promesse d'embauche d'un million de personnes, promesse qui n'engage que Vous... Et ça marche ! Bravo...
a écrit le 29/07/2015 à 20:21 :
15 personnes au mètre carré ? C'est pire que sur les vols Ryanair :-)
a écrit le 29/07/2015 à 19:13 :
En quoi la faible population de la Lozère explique son faible taux de chômage ? Vous avez des données sans faire de lien.
Réponse de le 29/07/2015 à 21:51 :
Il n'y a aucun rapport entre nombre d'habitants et taux de chomage. Cet article raconte n'importe quoi.
Réponse de le 30/07/2015 à 10:57 :
Il y a très souvent un corrélation entre les zones peu peuplées donc souvent peu d'activité et un taux de chômage faible les demandeurs d'emploi sachant qu'ils ne trouveront pas d'emploi sur le secteur s'inscrivent dans des régions où ils pensent avoir plus de chance de trouver un emploi!
a écrit le 29/07/2015 à 17:30 :
C'est normal que le chomage baisse dans le nord, les jeunes vont à paris ou ailleurs travailler...les chiffres bruts ne veulent absolument rien dire !! c'est vraiment du n'importe quoi...
Réponse de le 29/07/2015 à 18:50 :
allez voir la misere a calais avec en plus un pouvoir proche du fn dans le calaisis ,sauvons calais un groupe digne de petain sous couverts des elus du calaisis
a écrit le 29/07/2015 à 16:44 :
Des radiations bidons , plus on va approcher des présidentielles plus les chiffres du chômage vont être
trafiqués. Il faut bien que Hollande justifie sa candidature.
a écrit le 29/07/2015 à 15:48 :
Ces manipulations permanentes sur les statistiques du chômage sont minables, de la part d' un gouvernement de gauche socialiste, qui passe son temps par l' intermédiaire de ses ministres à donner des leçons de morale à l' opposition et aux français. Un président minable qui a échoué sur tout et qui veut en plus se représenter : c' est aussi cela la France !!!
Réponse de le 29/07/2015 à 16:06 :
D'accord avec vous: minables, comme celui qui l'a précédé... ;)
Réponse de le 04/08/2015 à 20:30 :
"Un gouvernement de gauche socialiste"
Sauf qu'il n'est ni de gauche ni socialiste mais libéral pur jus et il fait croire qu'il, est de gauche et socialiste
a écrit le 29/07/2015 à 15:43 :
En Lozère?
a écrit le 29/07/2015 à 15:26 :
Les régions qui ont vu leur taux de chômage progresser sont la Bourgogne (de 8,8% à 9,2%),
Il s'est également replié en Bourgogne (de 9,2% à 9%),


?????????????????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :