Référendum contre la privatisation d'ADP : gauche et droite ensemble en meeting

 |   |  568  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Des élus issus de tout "l'arc républicain" se sont retrouvés mercredi soir à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour une réunion publique "peu banale", par son éclectisme politique, destinée à lancer la collecte des signatures contre la privatisation d'Aéroport de Paris (ADP).

Ce n'est pas banal. Un aréopage inhabituel de parlementaires de droite et de gauche a tenu meeting mercredi soir près de Paris pour soutenir la campagne menant vers un référendum sur la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

Le député Les Républicains (LR) francilien Gilles Carrez, s'est ainsi retrouvé aux côtés de ses collègues communiste Stéphane Peu et La France insoumise, Eric Coquerel, à la Bourse du travail de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour mobiliser contre la privatisation du gestionnaire de plate-formes aéroportuaires. Étaient également présent le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure ainsi que le secrétaire général du Parti communiste Fabien Roussel.

Depuis jeudi dernier, les électeurs peuvent apporter leur soutien à l'idée d'un référendum d'initiative partagée (RIP) sur cette privatisation très critiquée. Quelque 4,7 millions de signatures doivent être recueillies.

Le sujet unit à gauche mais divise Les Républicains

Les opposants aux projets dénoncent une "absurdité financière" et l'abandon au privé d'un outil stratégique, à l'heure de la transition écologique. Ils s'opposent également à la privatisation d'une entreprise qui est un "monopole de fait".

La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, bien que non invitée à ce rassemblement transpartisan, a également appelé à signer pour obtenir un RIP.

« J'appelle tous les Français (...) à aller signer cette pétition pour obtenir un référendum sur le cas de la privatisation d'aéroports de Paris que nous contestons et contre laquelle nous nous élevons et contre laquelle nous ferons campagne », a déclaré la dirigeante d'extrême droite sur BFMTV tout en déplorant « le sectarisme (...) des partis politiques » à l'encontre de l'ex-Front national.

Si le thème ADP ressoude la gauche, "mélenchonistes" et socialistes inclus, il divise néanmoins la droite, où se ravive un vieux clivage entre l'aile libérale incarnée par Valérie Pécresse ou Eric Woerth et une branche plus étatiste.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, ne manque d'ailleurs pas d'insister sur ces tiraillements au sein de son ancien parti, auquel il a tourné le dos en 2017. L'un des élus de droite pro-référendum, Gilles Carrez, avait invité, dès la semaine dernière, via Twitter, à se « mobiliser fortement contre la privatisation d'ADP en soutenant massivement la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris ».

Bon départ pour la pétition, qui affiche 200.000 soutiens (selon la CGT)

Le recueil des signatures se fait principalement par le biais d'un site internet supervisé par le ministère de l'Intérieur et le Conseil constitutionnel. Ce dernier promet de faire régulièrement - « probablement à une fréquence mensuelle » - le décompte des signatures reçues, à partir de début juillet. Des problèmes techniques ont gêné les premières inscriptions, conduisant les opposants au projet à soupçonner les autorités de vouloir entraver le processus.

Selon la CGT, environ 200.000 signatures ont été réunies depuis l'ouverture de la collecte. Passé les neuf mois de rigueur, le Conseil constitutionnel aura un mois pour dire si le seuil des 4,7 millions de soutiens a été atteint. Le cas échéant, l'Assemblée et le Sénat pourront se saisir de la question de la privatisation d'ADP, faute de quoi une consultation sera organisée.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2019 à 14:57 :
Tout les "soutiens" servent de monnaie d'échange, comment faire confiance a une opposition européiste? Tant que le R.I.C. ne sera pas mis en place, les français n'auront que leur yeux pour pleurer!
a écrit le 20/06/2019 à 10:18 :
"Référendum contre la privatisation d'ADP : gauche et droite ensemble en meeting"

Et un référendum contre la privatisation de nos barrages ?
Réponse de le 20/06/2019 à 17:49 :
Je ne peux pas m'inscrire sur le site dédié à cette pétition. Je souscris également pour l'organisation d'un RIC relatif à la privatisation des barrages électriques.
a écrit le 20/06/2019 à 10:16 :
Pauvre LR, ils sont en déshérence, ils ne savent plus où ils habitent, ils participent à des meeting avec la gauche radicale.
Réponse de le 20/06/2019 à 17:53 :
Et alors?!!! La libération fut une période de NOTRE Histoire ou il fallait reconstruire et pour cela le PCF et le mouvement gaulliste ont gouverné ensemble. Aujourd'hui il ne faut pas reconstruire, il faut empêcher de DÉMOLIR.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :