Réforme des retraites : Édouard Philippe présentera mercredi "l'intégralité du projet du gouvernement"

 |   |  567  mots
(Crédits : Reuters)
Dans une allocution donnée ce vendredi, le chef du gouvernement a d'ores et déjà déclaré qu'il resterait ferme sur "la disparition des régimes spéciaux", tout en se disant prêt à des "transitions progressives".

Dans une allocution donnée ce vendredi, Édouard Philippe a annoncé qu'il s'exprimera mercredi 11 décembre à midi, depuis le Conseil économique, social et environnemental, pour présenter "l'intégralité du projet du gouvernement", concernant la réforme des retraites.

"Ma logique ne sera jamais celle de la confrontation", a insisté le Premier ministre, au lendemain d'une mobilisation massive contre cette réforme contestée. Toutefois, le chef du gouvernement a tenu à rappeler qu'il resterait ferme sur "la disparition des régimes spéciaux", tout en se disant prêt à des "transitions progressives, afin de ne pas être brutal".

Lire aussi : Retraites : le bras de fer se durcit entre le gouvernement et les syndicats

"Il ne serait pas raisonnable, pas acceptable, pas juste de changer les règles en cours de partie", a déclaré Édouard Philippe, en s'adressant aux salariés de la SNCF et de la RATP. "C'est la raison pour laquelle j'ai indiqué, et je répète aujourd'hui, ma disposition totale pour faire en sorte que les transitions soient progressives."

"Nos concitoyens savent que la très grande diversité des 42 régimes de retraites actuels ne peut pas perdurer. Ils savent qu'il faudra, un jour, renoncer à des régimes spéciaux qui ne sont plus compris. Ils savent même qu'au fur et à mesure, nous allons devoir travailler un peu plus longtemps.", a insisté Édouard Philippe.

Rassurer les enseignants

Le Premier ministre a également tenu à rassurer les enseignants qui, lors de la journée de mobilisation du 5 décembre, ont fait grève à 51,15% dans le primaire et à 42,32% dans le secondaire (collèges et lycées) selon ministère :

"Le système universel, ça n'est pas la baisse des pensions des enseignants. Au contraire, c'est la revalorisation progressive de leur traitement, de façon à ce que leurs pensions, leur pouvoir d'achat, ne baissent pas."

"Je crois que le message n'a pas vraiment été entendu", a réagi, ce vendredi, Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, faisant référence aux centaines de milliers de personnes qui ont défilé, jeudi, à Paris et en région.

Lire aussi : Mobilisation massive contre la réforme des retraites, des annonces attendues la semaine prochaine

Nouvelle manifestation mardi

Les syndicats opposés à la réforme des retraites ont décidé d'une nouvelle journée de grèves et manifestations mardi. Ces syndicats contestent le "système universel" par points censé remplacer à partir de 2025 les 42 régimes de retraite existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires).

Le trafic ferroviaire restera quant à lui "très perturbé" samedi et dimanche par la grève contre la réforme des retraites, a annoncé vendredi la direction de la SNCF, avec 5 TGV sur 6 annulés et 85% des Transilien supprimés.

Sur les lignes TER, seule 1 circulation sur dix en moyenne samedi et 2 sur dix en moyenne dimanche seront assurées, essentiellement par bus. Par ailleurs, "lundi 9 décembre le trafic restera fortement perturbé", indique la SNCF en recommandant "aux voyageurs qui le peuvent d'annuler ou de reporter leurs déplacements".

(Avep AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2019 à 11:47 :
Pourquoi avoir attendu si longtemps pour dévoiler le contenu de cette réforme ? Pourquoi avoir attendu cette pression de la rue et le foutoir généré dans le pays ? Quel gouvernement d'incapables !
Réponse de le 08/12/2019 à 17:40 :
Le Macron 'ministre a été le seul a mettre la France dans la rue durant le quinquennat d'Hollande... La loi travail c'était lui ! Puis comme il voulait aller plus loin que que ça coinçait il est parti remplacé par El Komheri.
Puis même pas deux ans après les Français élisent ce ministre horrible? A quoi vous vous attendiez vous les Français?
a écrit le 08/12/2019 à 11:30 :
Réforme des retraites : Édouard Philippe présentera mercredi "l'intégralité du projet du gouvernement" qui sera tout simplement une grande reculade avec beaucoup de concessions qui finira par accoucher même pas d'une petite souris sur les retraites spécifiques très inégalitaires avec les français du privé beaucoup de bruit pour pas grand chose...
a écrit le 08/12/2019 à 10:33 :
Cette déforme de la retraite, c'est la règle des 4B qui prédomine :
Brouillon
Bérézina
Blablas
Bandits
a écrit le 08/12/2019 à 10:01 :
ALERTE
regardez la réversion. d'une manière générale le conjoint survivant percevait 54% de la retraite de son conjoint décédé alors que là il aura 70% des revenus du foyer.
faites bien vos calcul.
exemple: 2 retraités 1500€ chacun avant avec 54% réversion 1500+810€=2310, demain avec 70% revenus du foyer 3000€ X 70%= 2100€ soit une perte de revenus de 10%
tout le monde est concerné LA PREUVE
Réponse de le 09/12/2019 à 9:30 :
C'est vrai que le sujet des pensions de réversion n'est pas pratiquement pas abordé ! ETONNANT ! Or comme vous avez écrit, les pensions a peu près similaires vont être clairement perdants car la règle des 70 % sera défavorable au conjoint survivant.
a écrit le 08/12/2019 à 9:33 :
On comprend qu'il doive donner des gages de bonne volonté a Bruxelles sur l'uniformisation en attendant de faire mieux!
a écrit le 07/12/2019 à 19:55 :
Une petite histoire boudhiste

– Il y a quatre types de cheval. Le premier s’exécute sans crainte à la seule vue de l’ombre de la cravache. Le second s’exécute seulement quand il sent la cravache sur ses poils. Le troisième quand la cravache-lui marque la chair et le quatrième quand la cravache lui pénètre les os.

Macron est un type qui comprend vite...quand la cravache lui pénètre les os.
Tant pis pour lui.
Réponse de le 08/12/2019 à 6:10 :
Vous etes qui pour vous pretendre etre le cocher du chef de l'Etat?
Réponse de le 08/12/2019 à 9:17 :
"Quatre types de chevaux".
On dit bien un batal, des bateaux, ben la c'est pareille.
Bonne soiree et couvrez-vous bien une vague de mecontentement va s'abattre sur l'executif.
Si on ressortait la veuve ?
Réponse de le 08/12/2019 à 9:25 :
A la lecture de votre premier paragraphe, j'ai cru que vous alliez parler des CGTistes... Et pour notre Président, ne vous faites pas d'illusion: il n'est pas isolé du tout sur ce dossier.Seuls ceux qui ne savent pas compter ou, pire, n'ont cure des dettes que nous laissons à nos enfants, et montrent un égoïsme stupéfiant, sont contre une réforme. L'aide au plus démunis doit continuer, mais que ceux qui n'ont pas travaillé ne reçoivent que le strict minimum. La plupart de ceux qui ont eu une carrière normale finissent par acquérir un petit logement, et donc ne sauraient comparer leurs sorts à un jeune qui n'a aucun patrimoine. Cette dure réalité sera importante pour remettre certains dans un comportement plus citoyen.
Réponse de le 08/12/2019 à 9:51 :
J'en ai une autre, pas bouddhiste : les français et les retraites (ou avec la dépense publiques et sociales, les déficits et la dette), c'est comme le type qui s'est jeté du 150è étage d'un immeuble, et qui, arrivé au niveau du 20è étage se dit "jusqu'ici tout va bien".
Réponse de le 08/12/2019 à 12:08 :
Les deux formes de cheval sont grammaticalement correctes.

Pour ce qui est du mécontentement, même les autistes du gouvernement commencent à comprendre.

Il y aurait pire pour eux que la veuve. Les condamner à finir leur vie professionnelle au SMIC avec des passages par le pôle emploi et le RSA. Et avoir la retraite réformée qui va avec pour survivre jusqu'à leur mort à l' hospice.

Et si j'étais méchant j'enverrais leur cadavre servir la science à Descartes.

Rien d'exceptionnel, seulement le lot commun de la population.
Réponse de le 08/12/2019 à 12:36 :
et pendant ce temps, à la hauteur du 120 eme étage, il y a un type en ULM avec chauffeur qui se bidonne.

- et en plus il m"a cru quand je lui ait dit qu'on avait le meilleur filet de sécurité au monde !!
Réponse de le 08/12/2019 à 13:08 :
Pas isole?

Mis à part les membres du gouvernement à qui on a ordonné de faire de la retape dans les gazettes et l'étrange lucarne, je n'en entends pas beaucoup des soutiens, notamment dans son propre parti. Les 2/3 des élus sont aux députés absents. Ils savent qu'ils sont en train de perdre leur (ré)élection, tellement leur action est "populaire".

De facto, Macron fait les réformes que sarko et Fillon auraient rêvé d'imposer avant de se faire dégager par les électeurs.
Les seuls tenant de cette réforme sont la frange néolibérale du LR et les nationalistes traditionalistes de Marion maréchal-nous-voilà.
On est très loin d'une majorité dans le pays.
a écrit le 07/12/2019 à 19:07 :
Pas la peine de vous disputer l'avenir des futurs retraités est déjà scellé. Les syndicats le savent très bien, actuellement c'est le placebo que l'on vous injecte deux ou trois grandes manifestations le temps de vous laisser croire que vous allez tous changer, on vous laisse vous époumoner, crier et puis après les syndicats retourneront à la table des négociations, ils auront l'air d'être mécontents, puis décrispés, puis conquérants. Et le tour sera joué.
a écrit le 07/12/2019 à 18:32 :
Réforme des retraites : Édouard Philippe présentera ...

la succession des pléthoriques interventions contradictoires des membres du gouvernements mettent en évidence les grands désordres qui règnent dans ce gouvernement Philippe et dans le magma des Parlementaires LaREM Modem

ça confine à la chienlit de grands bazars et blas blas approximatifs, fantaisistes, dans une improvisation bien dans la veine de la pléthore de Hauts Fonctionnaires à la manœuvre pour organiser la pauvreté et la misère

alors qu'ils sont inutiles, malveillants e t"en même temps" ruineux tant en salaires, qu'en avantages en nature, bref quelle gabegie ;

selon le vieil adage : quand on a tant de fonctionnaires contre productifs, on n'a pas besoin d'ennemis !
a écrit le 07/12/2019 à 14:37 :
J'aimerais qu'il m'explique en quoi il était nécessaire d'attendre décembre pour présenter son projet de réforme alors qu'il y avait déjà plus de 2 ans de concertation. En quoi la présentation en septembre était elle impossible par exemple ?
a écrit le 07/12/2019 à 14:08 :
Raz le bol que le privé paye le déficit de leur caisse de retraite , ainsi que celles des agriculteurs et commerçants , l' égalité tout simplement c' est pas dur à comprendre....
Réponse de le 07/12/2019 à 17:24 :
Sache que les caisses de retraites déficitaires de la fonction publique le sont à cause d'un simple mouvement comptable puisqu'en réalité c'est l’État qui cotise pour les caisses de retraites des fonctionnaires . L'argent de l’État vient d'où? Des impôts. Tu parles d'égalité?
Et bien moi je veux que les fonctionnaires soit pour un diplôme donné aussi bien payé que la moyenne du privé. Tu veux toujours l'égalité? Accepte de payer davantage d’impôt alors. Mais ça tu ne le voudras jamais, tu crois que les fonctionnaires sont des privilégiés, tu te crois encore en 1970 mais là on est en 2019. Tu crois ce que tu veux croire , que l'Etat gaspille de l'argent, que les fonctionnaires sont des fainéants mais la vérité, c'est que ça t'embête de payer des impôts.
Au rythme où vont les choses, tu ne sera plus soigné correctement dans un hôpital public, tes enfants n'auront plus une scolarité décente dans l'enseignement public (et la plupart des établissements privés d'ailleurs dont les enseignants sont payés par l'Etat). Le jour où ça arrivera, tu devra te ruiner pour accéder à un service de base de qualité et bien plus que tes maigres impôts. Ce jour là tu changera radicalement de discours.
Réponse de le 07/12/2019 à 17:54 :
C'est quoi ton métier et ton statut que l'on compare avec d'autres peut-être que toi aussi tu as des avantages que d'autres non pas ,comme dans le privé par exemple avec les cadres et les non-cadres. Quel privé d'ailleurs? boites de 10 salariés ,20,50;100 voir plus ,tu sais les grosses boites ont plus d'avantage que les petites ,tu veux les supprimer après aussi ?
Es-tu au moins concerné par cette réforme ?
Et pas la peine de faire le couplet ,oui mais toi tu es dans le public pas de bol, je suis dans le privé et j'en vois un paquet qui se gavent sur le dos des autres.Chez les fonctionnaires ,il y aussi comme dans le privé le petit, moyen et gros ( catégories A,B,C ). Les agriculteurs ou commerçants ont leur caisses .
Réponse de le 07/12/2019 à 18:34 :
Non ce n'est pas le privé, si l'on sait que carrefour est poursuivi pour le cice, il n'est donc pas une question de cela.

Mais de fléchage des ressources qui fait qu'elle ne vont pas ou cela devrait être.

Actuellement nous finançons des entreprises, et cela coût cher chaque année pour quels emplois? c'est la question! si l'on veut conserver la soutenabilité du système, financer des milliardaires (car la aussi 78 milliards d'euros, record du monde).

Donc de l'argent il y en a, la question est de faire des choix, macron le fait pour financer les entreprises, et pas pour les citoyens.

nous le constatons en ce moment, non?
Réponse de le 08/12/2019 à 10:07 :
Le vrai problème est qu'il n'y a PAS de caisse de retraite identifiée de la fonction publique (qui recevrait des cotisations salariales et patronales et les répartirait sous forme de pensions) , qu'ils soient en activité ou en retraite les fonctionnaires sont directement à la charge du budget de l'état. Autre manière de dire les choses, la caisse de retraite des fonctionnaires C'EST le budget de l'état, par ailleurs lourdement déficitaire. Pour leur propre sécurité et celles de leurs retraites, les fonctionnaires auraient tout intérêt à ce que leur caisse de retraite soit séparée du budget et que les cotisations salariales et patronales soient effectivement versées à cette caisse (au lieu d'un jeu d'écritures de l'état)...
Réponse de le 08/12/2019 à 10:16 :
@gonzague : le CICE n'existe plus et a été (enfin) remplacé par une baisse des charges patronales. Et non, le CICE n'est pas un "cadeau" fait aux entreprises (même si en 2019 le CICE - remboursement différé d'un an sur les cotisations- et baisse de charges -à effet immédiat- se sont cumulés, améliorant la trésorerie des entreprises). La France prélevait 100 sur les entreprises là où les autres pays comparables prélèvent 50. Dans sa grande "générosité" (et surtout pour éviter le crash sans appel de nombreuses entreprises) l'état leur en rend 10... vous appelez ça un cadeau ?
a écrit le 07/12/2019 à 13:32 :
Son credo (pour le moment...) est : tout est négociable, sauf la fin des régimes spéciaux.

Or, d'une part les régimes spéciaux c'est seulement 3% des salariés mais en plus leur déficit est causé à 75% par la démographie de certaines professions. A moins de gazer les vieux mineurs et les cheminots retraités, le coût restera le même.

Pendant que le chef pérore martialement.
Son ministre de la répression violente assure aux troupes par écrit que le statut des forces de l'ordre (1/4 de la fonction publique d'état) sera préservé.

Son ministre de l'éducation (la moitie de la FPE) évoque des hausses de salaires qui devraient être pharamineuses si on changeait le mode de calcul des retraites (de l'ordre de 40 milliards par ans), et qui donc n'arriveront pas.

La ministre des transports se dit également ouverte à des négociations sur le régime de la RATP et de la SNCF.

Ce qui va arriver c'est que finalement la réforme ne concernera que le régime général et que personne n'y gagnera plus, sauf les premiers de cordées (premier arrivé, premier servi).

Moi j'ai bien ma petit idée pour les retraites.

Allocation universelle garantie pour tout le monde à partir de 60 ans, au niveau du smic. Le tout assuré par des cotisations sociales mais aussi en partie par les impôts et taxes.

Jusqu'à 3 fois le smic en activité, des possibilités d'épargne retraite versée en rente, en partie défiscalisées et garanties par l'état. Ceci pour permettre aux personnes des classes inférieures et moyennes d'améliorer leur retraite (comme on fait son lit, on se couche).

Et au dessus, que les riches se débrouillent sans défiscalisation particulière.
Réponse de le 07/12/2019 à 15:40 :
Mais oui. Et on rebaptiserait la France qui deviendrait "la Nouvelle URSS". On a bien créé la Nouvelle Aquitaine, il suffit d'un peu de volonté...
Réponse de le 08/12/2019 à 12:47 :
Bravo !!

Point Godwin pulvérisé en deux secondes 1/4 !
a écrit le 07/12/2019 à 13:11 :
Laissez les défiler , brailler et au final danser devant le buffet de Noël . Ces nantis sont la honte de l'Égalité au fronton de la République . Aidons les pauvres en premier lieu les femmes et les enfants en détresse .
Réponse de le 07/12/2019 à 20:06 :
Moi j'en connais des cadres du privés qui ralaient contre les cadres de la fonction publique et qui ont terminé leur carrière à la maison avec maintien de salaire avec une paie 50% supérieure à ce qu'un fonctionnaire ne pourra jamais gagner. Sans compter ceux qui négocie leur départ d'une entreprise en milieu de carrière et qui touchent l'équivalant de deux ans de notre salaires. Le pire c'est que quand ils touchent le chômage ils cotisent pour leur retraite. C'est gens là pensent que c'est normal, mais ils ne se privent pas de profiter du système éducatif et du système de santé à prix cassé, services qui leur est offert à perte puisque les finances publiques sont en déficit. Ils ont les moyens de cotiser pour le chômage mais ils n'ont pas les moyens de payer leur juste part d’impôt. L'agent de la fonction publique travaille 42 vraies années contrairement aux autres et ne négocient pas un chèque avec l'Etat. On se demande qui sont les vrais nantis.
a écrit le 07/12/2019 à 13:07 :
Ce gouvernement n'est que l'arbre qui cache la forêt de Bruxelles!
a écrit le 07/12/2019 à 13:05 :
La retraite à 55 ans pour tout le monde c'est possible et même souhaitable, il s'agit de mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires à son aboutissement . Il faut des gens du peuple aux décisions et comme après la guerre nous réussiront à élaborer une prospectve de retraites qui correspond à une vie correcte .
Réponse de le 07/12/2019 à 17:58 :
Dans le privé entre 90 et 2000 ,près de 4 millions de salariés dont beaucoup de cadre et du management sont partis en pré-retraite à 55 ans voir avant dans des plans de mise en disponibilité en particulier dans les grands groupes .Population très discrètes sur ce sujet ,on les comprends puisque aujourd'hui ,ils sont une bonne partie de l’électorat de Macron.
a écrit le 07/12/2019 à 12:57 :
Décryptage, vu sa tronche et ce qu'il instille, on a compris, il va manger sa cravate en disant que c'est un progrès pour tous. D'ailleurs il est là pour ça.
a écrit le 07/12/2019 à 12:29 :
pourquoi des retraites dans 50 ans ?
Étant donné le changement climatique vous pensez vraiment que tout va continuer comme précédemment ?
La surproduction, la surconsommation, la surpollution auront raison, définitivement, de vos petits problèmes .....
a écrit le 07/12/2019 à 12:27 :
@élu ps : Moi je vois que les loyers explosent. Un propriétaire est en fait un actionnaire à 100% de son entreprise qui est un bien immobilier. Alors dans votre logique il faudrait aussi détrousser les propriétaires. Prendre l'argent des autres est une constance du socialisme. C'est bien plus facile que se le gagner soi même. Le travail est pénible et l'on devrait mettre la retraite au plus tard à 50 ans avec 150% du dernier salaire!
a écrit le 07/12/2019 à 12:16 :
Dommage avec 1 clause du grand-père uniquement pour les nouveaux entrants (qui seront donc averti de ce qu'il devront cotiser
)appliqué sur demande des syndicats ultra réformateur aurai évité ce cataclysme et montrer au monde entier une france immobilisée et une économie paralysée.Le ministre voulait voir,il à maintenant qu'il agisse avec des geste fort et qu'il arrête de stigmatiser tout le temps une profession qui de toute façon (la sncf) subira la concurence et d'ici à 20 ans il se passera beaucoup de choses.
Ce ministère a même réussi à mettre en grève des syndicats réformistes Unsa ou CFDT et des agents qui ne font jamais grèves.
Quel amateurisme que d annoncer la fin des régimes spéciaux sans en dévoiler les détails.
a écrit le 07/12/2019 à 11:58 :
Je sens le truc arriver : la génération née après 70 qui va devoir payer pour tout le monde et qui une fois arriver à la retraite n'aura plus que des cacahuètes...
Réponse de le 07/12/2019 à 14:07 :
Ouaip, que des cacahouettes avec lesquelles on fait du beurre.
Avec l'argent du beurre on se fait la cremiere et roule ma poule.
Travailler et attendre une retraite ! Quel perte de temps. Au lieu de speculer sur l'avenir, ne reste qu'une alternative. La speculation, si on est patient ca marche.
Le premier million est le plus difficile a obtenir, apres ca fonctionne bcp plus simplement.
a écrit le 07/12/2019 à 11:33 :
La distribution de dividendes explose sur le cac 40.C'est la qu'il faut chercher des ressources pour préserver le social,c'est la bas que l'argent des citoyens s'évapore.
Réponse de le 07/12/2019 à 11:48 :
Elle s'évapore pour ceux qui ne sont pas actionnaires, plutôt que d'évaporer leur argent en paris sportifs, iphones, abonnements télé, surconsommation alimentaires...Les français seraient bien inspirés d'acheter des actions des entreprises qui distribuent des dividendes et d'en profiter eux aussi.
a écrit le 07/12/2019 à 10:39 :
On comprend qu'il doive donner des gages de bonne volonté a Bruxelles sur l'uniformisation en attendant de faire mieux!
a écrit le 07/12/2019 à 10:15 :
Le résultat de vingt cinq ans d'immobilisme, personne n'a remis sur la table les régimes spéciaux de retraite depuis l'échec de Juppé en 1995. C'est absolument consternant, le principal responsable étant Sarkozy qui demeurera le champion incontesté de la fausse et de la demi réforme (grand diseur, petit faiseur), ce qu'il paiera cash en 2012 et lors de la primaire de la droite en 2016.
Réponse de le 07/12/2019 à 21:16 :
On l'aura compris, baisser le budget de la santé, de l'éducation, de l'armée, de la police c'est du courage. Ne pas le faire, c'est de l'immobilisme. En effet avec du fric on peut tout se payer de toute façon. Manque de bol, il n'y a pas que les ultra-riches qui votent.
a écrit le 07/12/2019 à 10:14 :
François Fillon en 2016: Le système par points "permet une chose, qu’aucun homme politique n’avoue, ça permet de baisser chaque année le montant, la valeur des points et donc de diminuer le niveau des pensions»
a écrit le 07/12/2019 à 10:09 :
l amateurisme de l équipée s affiche au grand jour. marché de dupe pour tout le monde dans le mépris( agriculteurs -routiers--social- service public....
a écrit le 07/12/2019 à 6:45 :
Est-ce que cette fermeté sur les régimes spéciaux concerne celui des parlementaires et des Ex ? Ou est-ce que les PRIVILEGES ne sont pas touchés ??? ,
Réponse de le 07/12/2019 à 10:14 :
C' est étudié pour, on dénonce l' injustice en macronie pour se faire élire et on compile les mises en examen de ses membres que viennent de rejoindre Mélenchon , Goulard et Bayrou.

Vous ne pensiez quand même pas sérieusement que Macron allait toucher les siens quand la nécrose de la vie politique française s' accélère encore et comme l' analyse F Asselineau de l' UPR ? On apprend même que nos députés lrem s' interrogent dans un article d' Ouest France de ne pas servir à grand-chose!, évidemment les GOPE de l' UE précédant désormais la fonction au point de reléguer le parlement au rôle de figurant ...

RIC et non pas FRIC, Monsieur Macron, exit donc les GOPE mais ..FREXIT.
Réponse de le 07/12/2019 à 14:41 :
Apparemment cela ne concerne pas non plus l' abattement de 20% des cotisations des journalistes... D'ailleurs comment ça se passe avec les gens qui se déclarent journalistes juste en filmant avec leur smartphone ? Re d'ailleurs, c'est fou que les journalistes sortant d'écoles spécialisées soutiennent ces gens qui se déclarent journalistes comme ça. Doit on conclure qu'être journaliste ne requiert en fait aucune compétence ?
Réponse de le 08/12/2019 à 12:38 :
Clairement non..
a écrit le 06/12/2019 à 23:41 :
Cher monsieur, sachez que pour ma part, je peux être gréviste pour une durée maximale d'une dizaine d'années en France, en me versant un smic, mon appartement est payé.

Si je vais en europe de l'est, en Thaïlande ou un pays Africain, 20 à 30 années facile, au moins je ne cotiserai pas à votre caisse de retraite.

J'aurais trop honte de cotiser jusqu'à 64 ans.

J'ai moins de 40ans.

Bonne année à vous, bien cordialement.
Réponse de le 07/12/2019 à 3:46 :
Quitter la France pour s'installer en Afrique ou en Thailande !
Un bon conseil, revisez vos projets.
L'Afrique devient un enfer pour tout ce qui est blanc.
La Thailande vous refusera tout achat de foncier, vous devrez avoir un "parrain" local qui sera partie- prenante dans votre business.
Sinon, il vous reste d'autres destination bcp moins contraignantes, politiquement sures ou vos avoirs seront preserves.
Good luck.
Réponse de le 07/12/2019 à 10:14 :
Voilà une bonne nouvelle. On nous racontait il n'y a pas si longtemps que vous n'aviez pas un sous à partir du 15 du mois.
a écrit le 06/12/2019 à 22:47 :
trop de chômeur , pas assez de cotisant , les salaires ont jamais augmenter depuis 2002
j' ai commencer à travailler à 15 ans et demi pour une retraite de 1000 euros la dessus loyer 50% du budjet ainsi edf egf 25 % puis tout les prélèvements donc il reste rien pour vivre .
donc trop chômage avec des emplois précaires !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
vivre en communauté les uns avec les autres par dessus les autres !!!!!!!
tout les hauts fonctionnaires qui pillent les caisses !!!!!!!
Réponse de le 06/12/2019 à 23:17 :
c'est tout a fait cela !

Les potos ne touchent pas leurs retraites, ils peuvent les cumuler, comme les postes, et eux demandent aux autres de toucher cinq a dix fois moins, et en plus de baisser le taux en ayant un chômage de masse et l'explosion de la précarité !!!

Si l'on regarde rien que la hausse des loyers, dans 20 ans c'est le double? et pour le reste je l'image aussi. Il faudra en suite compter sur l'inflation pour que la valeur ne soit plus celle de référence.

J'attire votre attention sur le fait que les taux négatifs vont sans doute faire écouler beaucoup d'argent, et comme toutes les histoires, c'est parce que le capitalisme est un spectre comme ceux de la musique, que tout danseur ne puisse plus trouver sens et intérêt.

Je passe sur le fait que structurellement, la représentation démocratique du votre contre ne sera plus. Tout ces gens par leurs abus nourrirons le pire !!!!
Réponse de le 07/12/2019 à 10:27 :
La retraite est toujours proportionnelle au salaire que l'on a reçu le long de sa carrière et cela dans n'importe quel pays du monde. Notons entre parenthèse que la France est le pays le plus généreux au monde en terme de retraite. Cependant pour avoir une bonne retraite, il faut d'abord avoir un bon salaire et pour avoir un bon salaire, il faut dès le départ avoir eu une bonne formation et cela commence à l'école. La retraite ne pourra jamais être égale à 100% du salaire. Mais à la veille des fêtes de fin d'année, on peut toujours croire au père noël
Réponse de le 07/12/2019 à 18:37 :
réponse a tototiti

Non, dans le nord de l'europe il ne s'agit pas de cela. Pour le système anglo saxon, c'est que souhaite macron, des retraite qui n'ont que peu de valeur pour permettre aux assurances de prendre la place.
a écrit le 06/12/2019 à 22:00 :
Édouard Philippe présentera mercredi "l'intégralité du projet du gouvernement"

le suspens va paraître une éternité, on ne sera pas déçus

Édouard Philippe présentera mercredi "les prémices du projet des désordres, des approximations et des fake news du gouvernement"
a écrit le 06/12/2019 à 21:44 :
Notre cher président a accablé plusieurs professions au lieu d'etre pédagogue et expliquer avec tact ce qui est sa réforme et comment elle allai être appliquée avec calme et étalé dans le temps.Voila le résultat...une france qui tourne au ralentit,des touristes qui fuient la france,un mois de decembre catastrophique pour les commerçants etc...
Réponse de le 06/12/2019 à 23:43 :
Question d'arrangement entre amis? parce que j'imagine que ceux qui paierons la note sont jeune. J'ai l'impression que tout le monde s'entend sur le sujet, mais que la question de l'emploi qui fait dépendre le déficit, a part la précarité, je ne vois pas autre chose.

Donc cette certitude ne plane même pas dans les débats. J'ai aussi l'impression que finalement, la réforme de macron est juste la dévaluation voir l'obligation de la poursuite de l'emploi alors qu'il est incapable d'en créer avec sa drh ministre du travail!!!

Le scénario de financement de cette retraite par répartition, c'est 10% de déficit, ce qui représente 40% du cice.

Alors la question est éminemment importante de les choix économiques que chacun doit prendre.

Lorsqu'on sait en plus qu'actuellement y compris les droits sociaux les plus basique avec pole emploi, n'est que virtualité.

Donc irresponsabilité. Le deal intergénérationnel fera d'une classe et catégorie ayant jouit des trente glorieuses, qui sans pitier font payer leurs propres spéculations économiques car les premières victimes sont celle qui n'atteindrons pas les points. Donc, si l'on imagine la tonne de liquidité mis sur le marché par les banques centrales, pouvons nous supposer que l'inflation est le poumon de l'économie globalisé? oui, mais au moins ces capitaux font sens a tous, et non a des assurances, qui comme aujourd'hui payer plus de 150 euros par mois pour être couvert , je laisse imaginer la suite.

Alors donc, le système social, finalement est vivable pas en dessous de 1500 euros net, car c'est ainsi sans espérance d'achat, mais de transmission de bien perpétuant la rente et les fils de.

Tout cela est contenu par les 51% des personnes aux restos du coeur de moins de 26 ans.

Cela est la réalité, qu'on le veuille ou non, aucun deal n'est fait sur la question du travail, comme obligation de ceux qui prétendent qu'il y a de l'économie, qui délocalise a présent y compris les nouvelles technologies, se désarment littéralement comme cela s'est fait depuis 20 ans.

Je n'aurais jamais pensée un jour avoir un 1er ministre qui avant était lobbyiste d'un fabricant de centrales nucléaires, surtout en ce moment dans le cadre de la situation de flamenville, sachant que a pousse pour six autres.

Changer le système ne peut se faire que lorsqu'il fait sens pour tous. La privatisation du pouvoir politique par la fabrication scolastique et endogamique est caduc !!!

Car laisser un héritage, si cela se suppose, la paix sociale n'est pas une incompréhension, mais un deal avec la population.

Il n'est plus et c'est visible. C'est aussi pourquoi le raidissement est présent, que cette fabrique administrativo scolastique, est a la fin de sa capacité, l'intelligence collective est visible, et dépasse le système.

Tout cela est tellement visible, que la retraite est par principe la capacité première de savoir d'ou on part.

La, aucun document certain, aucun deal car plutôt que de prendre du temps pour le consensus, la gouvernance actuelle, affairiste, doit ouvrir le marché aux assurances!!!

Qui aura accès aux assurances? ceux protégés par le système qui espère par la diminution de l'état providence, comme le coefficient sécurité sociale, bénéficiera d'un temps de vie plus long, un système pour assurer sa santé, bref, un système social qui est valide pour 20 % des gens.....

Je pense que tout le monde a compris l'objectif de tout cela.

Et je plaide pour le fait de l'inconséquence économique, et pas seulement social sur les choix des transferts de la richesse collective vers la richesse individuelle qui se passe actuellement.

Car l'impotence économique montrera a quel point ces choix dans la globalisation est le plus destructeurs.

L'exemple des télécoms parle de ceux qui aujourd'hui sont dans l'ue, ce qui dit a quel point de responsabilité nous sommes !

Alors est ce que la question est de savoir si de tels choses peuvent continuer ou non?

J'ai peu de question sur le tourisme, si ce n'est que pour moi, le plus important dans ce que nous sommes est dans l'humanité que l'on porte pour s'intéresser autrement que peut le faire celui qui veut changer la retraite, mais qui ne s'inclut pas dans sa position et celle de ceux qui veulent le faire.

Et c'est peu dire !

Le mot "Deal" est le seul anglicisme que je n'entends pas, dans les prolixes high school, de spin doctors et pourtant c'est ce qui permet aux anglo saxons d'avoir le schéma de vision et de cheminement collectif alors qu'ayant un système économique pour le coup loin du notre.

Tout cela relève du lien et de l'éducation de la population sur les enjeux.

Pas de boulot, (300 000 pour six millions de chomeurs) disons que l'équation est la, mais le déni aussi.

Donc encore une fois, passer un deal avec des gens qui aurons a le subir sans rien en échange, ça ne marche pas.

Après l'autoritarisme ou la violence d'état ne sera que le choix unique.....

Alors souhaitons que pouvoir politique comprenne que l'affairisme n'est plus possible et les conflits d'intérêts!
Réponse de le 07/12/2019 à 6:48 :
On ne peut pas faire une gestion de haut niveau avec des amateurs sans expérience :!
La méthode empirique n'a pas sa place a la tète d'un état !!!
a écrit le 06/12/2019 à 20:51 :
La France est construite historiquement sur les corporatismes, le pouvoir en connait très bien le caractère irréformable sauf troisième guerre mondiale, catastrophe naturelle cataclysmique ou renversement politique par une dictature. Quelle est le sens de cette tentative de réforme vouée à l’échec, prendre plus au moins protégés ?
Réponse de le 06/12/2019 à 21:41 :
Lorsque vous pratiquerez ne serais ce que 5ans un de ces métiers,nous en reparlerons et nous parlerons santé aussi.
Réponse de le 08/12/2019 à 9:52 :
Typiquement le discours de l'électorat de François Fillon qui estimait qu'il était normal que sa femme aie un emploi fictif au frais du contribuable.
a écrit le 06/12/2019 à 19:34 :
Parallèlement, des régimes à la gestion scrupuleuse sont parvenus à se constituer des réserves: entre les 70 milliards de l’Agirc-Arrco, la caisse des salariés du privé, les 24 milliards de la CNAVPL, celle des professions libérales ou les 17 milliards du RCI, qui gère les pensions des indépendants, etc.

«Soit, fin 2017, un pactole total de… 137 milliards d’euros», comptabilisaient nos confrères du Figaro, évoquant ainsi un «magot». Car il fait peu de doutes que ce sont bien ces fonds, issus de la prévoyance de ces caisses de retraites excédentaires qui permettront au futur système «unique» d’être finalement à l’équilibre tant convoité. Prélever une partie de cette somme est justement l’une des suggestions du rapport Delevoye.

Pour autant, au-delà des fameux «régimes spéciaux» dont les avantages resteront à la charge de tous, le nouveau calcul par points autour duquel s’organisera la réforme gommera-t-il les inégalités entre public et privé?

Si Emmanuel Macron martelait en 2017 que

«la maladie de notre système aujourd’hui, c’est qu’il est injuste»,

force est de constater que malgré cette refonte du système de retraite annoncée, les multiples garanties dont pourraient continuer à bénéficier les agents de l’État risquent de rendre rapidement caduc le fond de la réforme et donc

de léser une fois de plus les salariés du privé

au profit du maintien des pensions des fonctionnaires. Maxime Perrotin

Etonnant, non ?!
Réponse de le 06/12/2019 à 19:57 :
Si on en croit les ministres et leur chef en fait de régime universel il y aura autant de dérogations que de cas: femmes seules, nombre d'enfant, profs, militaires, hospitaliers, carrières hachées, agriculteurs, pénibilité...On est très loin de l'annonce (stupide) de 1€ cotisé sera converti en point de la même manière pour tous. Ils découvrent que la justice n'est pas l'égalitarisme !
a écrit le 06/12/2019 à 19:30 :
46.1%.
C'est la part des prélèvements obligatoires dans le PIB.
Impôts plus cotisations sociales.
C'est le record parmi les pays de l'OCDE qui affichent un score moyen de 34.4%.
Et la majorité en veut encore plus tant que c'est les autres qui payent....ces autres, productifs, intelligents et entreprenants qui s'en fuient peu à peu vers d'autres pays.
Le pays est en voie de sous-developpement.
Réponse de le 07/12/2019 à 10:38 :
Ajoutons à cela que la France consacre aux retraites 14 % de son PIB soit 300 Milliards d'Euros. C'est le plus élevé de tous les pays au monde.
a écrit le 06/12/2019 à 19:01 :
Je crois que l'on ne saisit pas l'ire de la jeunesse à qui on veut faire financer les gabegies présentes. Lisser un peu, je crois que l'on va y être obligé, mais cela ne suppose pas que l'on remonte aux temps préhistoriques. Se pose, à mon avis, la question du maintien de l'activité ferroviaire (la SNCF) dans le secteur public (la SNCF est née en 1937 après nationalisation des privés), et il faut peut-être envisager de revenir à une gestion privée. La direction de la SNCF, et spécialement la direction des ressources humaines, a réussi à avoir le pire personnel de toutes les sociétés européennes (en tout cas, les français en sont convaincus). Il faut nettoyer les écuries d'Augias!
Réponse de le 06/12/2019 à 20:07 :
Certains ont essayé avec des résultats souvent piteux. Privé ou public là ou le transport ferroviaire fonctionne bien il est fortement subventionné. Paradoxalement l'ouverture à la concurrence risque bien à court terme d'augmenter les coûts d'exploitations : certaines spécialité seront au moins quelques années en tension.
Réponse de le 07/12/2019 à 8:50 :
Les résultats actuels sont plus que piteux en terme de service. Depuis 6 mois, nous avons renoncé de faire des Sedan-Paris, la présence du train à Sedan étant trop aléatoire (vous achetez un billet, vous vous présentez en gare et il n'y pas de train..). Nous prenons la voiture jusqu'à Reims pour aller à Paris, où là pour l'instant les trajets sont encore assurés. Tout le "service public" - les petites lignes- ne marche plus. les Privés n'auront pas de mal à faire mieux et moins cher. Je peux comprendre la fermeture des lignes, mais quand j'achète un billet, j'attends au moins une prestation en retour.
a écrit le 06/12/2019 à 19:00 :
Les GOPE de l' UE goppettent allègrement pour Macron l' européiste et pour démolir nos retraites quand les Martinez et consorts font semblant de s' opposer, bien rémunérés par la CES (conféderation européenne des syndicats) et la presse subventionnée plussoie au sketch, chacun jouant son rôle de vrai faux opposant et/ou d' analyste déterminé pour la survie de son écurie, aurais-je oublié oublié qqe chose ou qq'un ?
a écrit le 06/12/2019 à 18:06 :
la fusion des régimes est une excellente idée à condition de montrer l'exemple en commençant par le sénat , ce qui est bon pour les français doit s'appliquer à ceux qui le votent
a écrit le 06/12/2019 à 18:00 :
Macron veut préserver le régime des retraites par répartition dont nous savons tous que c'est un grand corps malade, perclus de dettes et au bord de l'effondrement ( longévité, ratio actifs/ inactifs...). Hors surprise ! Les Français que l'on croyait attachés à ce système par répartition viennent de manifester massivement contre une réforme qui bien qu'imparfaite, entend pérenniser ce système de solidarité inter générations. C'était se tromper d'époque. On les découvre attachés aux particularismes catégoriels et individuels. A la barbe du gouvernement, les Français affichent leur préférence pour un système par capitalisation ( le chacun pour soi). De même qu'ils se sont rués sur l'assurance vie, de même, ils se jetteront sur les plans d'épargne retraites par capitalisation. Revirement que le pouvoir n'avait pas prévu. Il aurait dû laisser le régime par répartition mourir de sa belle mort et encourager fiscalement les PER. Les manifestations massives prêchent dans ce sens, il faut les entendre.
Réponse de le 07/12/2019 à 10:09 :
Les systèmes par capitalisation avec des taux négatifs, un euro fragilisé et un risque systémique colossal qui pèse sur le marché sont des morts vivants!

Il n'y a pas mieux que la retraite par répartition.
a écrit le 06/12/2019 à 17:34 :
Bravo! La bonne approche, pas comme en 1995 et l'inflexibilité de Juppé.
Quant à l'analyse 'avisée' du pauvre Mélenchon...
Réponse de le 06/12/2019 à 20:22 :
quelle réforme svp. car changer des trimestres TRAVAILLES par des points TRAVAILLES quel changement??? de plus seuls 3 régimes spéciaux sur 11 sont très déficitaires, alors changer ces 3 régimes suffirait, non? avec un peu de réflexion, travailler jusqu'à 64/65 ans résoudrait le problème mais d'ailleurs il n'y a pas de problème de financement sauf pour macron et philippe qui veulent se faire mousser par UNE réforme, la seule qu'ils auraient faite.
Réponse de le 07/12/2019 à 8:59 :
" et l'inflexibilité de Juppé"


A 57 ans et demi, Alain Juppé est l'un des premiers politiques, enfant du baby-boom, à prendre sa retraite. Mais pas le tout premier. Avant lui, un autre énarque normalien avait fait encore plus fort : Laurent Fabius a pris sa retraite du Conseil d'Etat en 2001, à l'âge de 55 ans, alors qu'il était encore ministre de l’économie et des Finances du gouvernement Jospin. comme l'a révélé le Canard enchaîné , le président de l'UMP, qui n'a pas beaucoup fréquenté son corps d'origine de l'Inspection des finances, a décidé de quitter la fonction publique et de faire valoir ses droits à la retraite.

«Assez sain». «A la fin de l'année dernière, il se trouve que j'avais cotisé 38 ans et 3 mois, a-t-il expliqué dimanche soir sur France 3. Comme je n'avais pas le projet de revenir dans la fonction publique, il est naturel que ma mise à la retraite soit prononcée, je dirais même que c'est assez sain.» Le maire de Bordeaux avait même tout intérêt à se dépêcher : si l'actuelle durée de cotisation est fixée, dans la fonction publique, à trente-sept ans et demi, la réforme des re traites annoncée pourrait contraindre les fonctionnaires à cotiser plus.
D'autant que Juppé a lui-même admis qu'il lui était possible de cotiser jusqu'à 65 ans : «J'aurais pu être nommé inspecteur général des finances, j'aurais eu une bien meilleure retraite.» Certes, mais en cotisant sept années supplémentaires, il aurait aussi coûté moins cher à l'Etat. Alors, pourquoi Alain Juppé et Laurent Fabius ont-ils choisi de prendre leur retraite si tôt, quitte à tirer un trait sur une pension plus lointaine mais plus confortable ? Tout simplement parce qu'ils peuvent ainsi cumuler dès maintenant leur pension avec leurs indemnités d'élu. Il s'agit donc d'une belle affaire financière. Selon l'UMP, la pension que Juppé s'apprête à toucher s'élève à 3 654 euros par mois. A quoi il faut ajouter le montant de ses différentes indemnités d'élu (député, maire de Bordeaux, président de la communauté urbaine) qui sont, elles, plafonnées à environ 7 800 euros. Tout compte fait, le patron de l'UMP voit donc ses revenus s'accroître pour atteindre près de 11 454 euros par mois.
a écrit le 06/12/2019 à 17:31 :
Ce projet aurait du être présenté il y a deux ans et être à la base des discussions avec les syndicats et largement diffusé dans le public pour que tout le monde se l'approprie.

Maintenant il est trop tard pour le gouvernement. Ses actions des deux dernières années ont bloqué la population qui manifeste autant contre ce qu'il sait du projet que contre Macron, ses pompes et ses oeuvres.
a écrit le 06/12/2019 à 17:09 :
....tiens le ton a changé !!! ....comme c'est bizarre !
La méthode empirique des essais et des erreurs n'a pas sa place a la tète d'un pays , surtout dit "démocratique " .
C'est une équipe d'amateurs sans expérience qui a été élue et qui a oublié le mot "concertation" avec le reste de la nation !:

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :