Retraites : le bras de fer se durcit entre le gouvernement et les syndicats

 |   |  744  mots
Au moins 800.000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, sont descendues dans la rue partout en France, et des secteurs entiers d'activité ont tourné au ralenti en ce jeudi noir de grèves et manifestations contre le futur système universel de retraite.
Au moins 800.000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, sont descendues dans la rue partout en France, et des secteurs entiers d'activité ont tourné au ralenti en ce jeudi noir de grèves et manifestations contre le futur "système universel" de retraite. (Crédits : BENOIT TESSIER)
Au lendemain d'une mobilisation massive, l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU et quatre organisations de jeunesse ont appelé vendredi à une nouvelle journée de grèves et de manifestations mardi contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. De son côté, l'éxecutif doit rendre des arbitrages en milieu de semaine prochaine.

Retraités, étudiants, enseignants, cheminots, agents de la RATP, personnel soignant, ouvriers de l'industrie et cadres....au moins 800.000 personnes sont descendues dans la rue ce jeudi pour protester contre la réforme des retraites, promesse phare du quinquennat d'Emmanuel Macron. Au lendemain de cette mobilisation massive, le rapport de force entre les confédérations syndicales et l'exécutif pourrait s'affermir dans les jours à venir.

Plusieurs syndicats ont annoncé une reconduction de la grève au moins jusqu'à lundi et le mouvement des "gilets jaunes", qui doit se mobiliser ce week-end  à l'occasion de l'acte 56, pourrait encore favoriser la coagulation des contestations redoutée par les membres du gouvernement. Après avoir été à l'écart pendant la première partie du mandat d'Emmanuel Macron, les organisations syndicales se retrouvent au centre des débats.

> Lire aussi : Mobilisation massive contre la réforme des retraites, des annonces attendues la semaine prochaine

Une réunion au sommet lundi avant des annonces en fin de semaine

Dès ce vendredi matin, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a expliqué qu'elle recevrait tous les partenaires sociaux à partir de lundi avec le haut-commissaire en charge de la réforme Jean-Paul Delevoye. "Aujourd'hui nous continuons et nous terminons les concertations avec les partenaires sociaux, nous les recevrons tous au ministère des Solidarités et de la Santé lundi avec le haut-commissaire aux Retraites", a-t-elle déclaré sur Europe 1, expliquant que la "colère des Français" qui s'est exprimée la veille avait été "entendue".

"En fonction de tout ce qui aura été remonté par ces concertations, ces négociations avec les partenaires sociaux sur les différents points, le Premier ministre fera des annonces en fin de semaine prochaine pour dessiner les contours définitifs de cette réforme", a-t-elle ajouté. De son côté, le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye doit participer à une rencontre bilatérale avec des représentants du Medef ce vendredi matin et devrait se rendre au 27ème congrès de l'union nationale des professions libérales (UNAPL) dans la journée organisé au palais Brongniart.

Les syndicats prêts à l'affrontement dans la durée

Après une première journée de fortes mobilisations à Paris et dans les régions, plusieurs centrales ont exprimé leur détermination à poursuivre leur mobilisation. Vendredi, après une paralysie importante des transports la veille en particulier en région parisienne, la situation restait extrêmement perturbée. A Paris, la reconduction du mouvement à la RATP a été votée jusqu'à lundi et 9 lignes de métro restaient fermées.

Dès ce samedi, une manifestation nationale est prévue contre le chômage et la précarité à l'appel notamment de la CGT.  L'intersyndicale mobilisée contre le projet gouvernemental de réforme des retraites a appelé ce vendredi midi à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le mardi 10 décembre, a annoncé Catherine Perret, représentante de la CGT, à l'issue d'une réunion avec les autres organisations. Il s'agira de la deuxième journée de ce genre après celle de jeudi, qui s'est traduite par de fortes perturbations dans les transports, notamment, et des manifestations dans plusieurs dizaines de villes de France. L'intersyndicale réunit CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, MNL et UNL. De son côté, La CFE-CGC qui, fait rare, a manifesté jeudi, est venue à la réunion de l'intersyndicale. Mais la confédération des cadres est sortie avant la fin de la réunion, ne souhaitant pas s'associer à un communiqué commun avant les annonces du gouvernement "sur la méthode".

> Lire aussi : « Le projet de Macron est de casser la retraite par répartition » François Hommeril (CFE-CGC)

La bataille de l'opinion

Dans un récent baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, 82% des Français interrogés en milieu de semaine pensent que le mouvement pourrait s'inscrire dans la durée. Au moins de novembre, seuls 71% des interrogés étaient de cet avis. Cette dynamique pourrait être défavorable à l'exécutif qui a tenté de déminer le terrain social avant la grève de ce jeudi 5 décembre. Surtout, la plupart des enquêtes réalisées ces derniers jours indiquent qu'une majorité de l'opinion publique est favorable à la grève. Les risques d'un enlisement du mouvement sont multiples en cette fin d'année chargée pour le gouvernement.

> Lire aussi : Retraites : 6 Français sur 10 approuvent la grève

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2019 à 5:16 :
Je suis écœurée de la difficulté que posent ces grèves aux usagers...une honte...un irrespect de nos familles, nos enfants, nos vieux...pour défendre l‘indefendable!
Des retraites à 2300€/mois à des cheminots qui ont travaillés en moyenne 28 h par semaine ( dénoncé par la Cour des Comptes sous Hollande) et ce sont nos impôts qui interviennent pour soutenir ces retraites!.. alors je dis NON .... je demande justice et une mise à plat de tout ca. Eh ...oui ça dérange: la vérité fâche!..ils ont travaillé 28h par semaine alors que j’ai assumé des semaines de 50h !
Cadre de santé je revendique justice et équité. Je demande plus de respect de nos concitoyens....nous devenons intellectuellement misérables ! Il y a des choses à revoir...le respect!!!
a écrit le 08/12/2019 à 14:59 :
Nous avons un gouvernement, élu par défaut, qui s' imagine qu'il a été porté au pouvoir sur un programme liberal et capitaliste. Il se trompe. Notre histoire nous écarte d'un modèle anglo-saxon que l'Europe et la mode veulent nous imposer. La politique menée par Macron: nationalisations, réforme de l' UNEDIC, réforme des retraites, etc est contraire à notre culture, forgée les deux derniers siècles et demi pasés par les orleanistes, légitimistes, bonapartistes et plus près de nous par les gaullistes et le CNR. Nous sommes une Nation jacobine, étatisée et sociale. Certain diront même le dernier pays communiste avec Cuba et la Corée du nord ?! Si le gouvernement veut réformer le pays en ayant l'adhésion des français,, il va falloir qu'il propose une société plus conforme à notre histoire, nos aspirations, loin du modèle libéral anglo-saxon dont nous ne voulons pas.
a écrit le 08/12/2019 à 14:11 :
Les cheminots doivent attaquer ce gouvernement sur le fait que les Gendarmes, les militaires, les policiers, les députés ne sont pas touchés par la réforme des retraites, alors que ce sont par nos impôts qu'elles leur sont payées.
Tout le monde doit passer à la caisse.
Réponse de le 08/12/2019 à 17:35 :
Les policiers, militaires ont déjà bien trinqué ces 10 dernières années. Je doute que le président Macron est prêt à voir ces personnes déposer les armes et laisser passer les manifestants, voir les accompagnés jusqu'à l'Elysée... De plus étant dans la grande muette, y aura juste a modifier cela une fois que le reste sera en place et que les mouvements de grève seront finis...
a écrit le 08/12/2019 à 11:37 :
Retraites : le bras de fer se durcit entre le gouvernement et les syndicats. Que le gouvernement et le président de la république en finissent avec les retraites spécifiques qui ne profitent qu'à une minorité d'égoïste, individualiste qui passent leur vie en faire grève et ruine notre pays par des avantages injustifiés. Alignement des fonctionnaires et salariés du public sur le droit privé est vite !!! Et ralebol de cette caste de nababs qui se plaint en permanence !!!
Réponse de le 08/12/2019 à 17:36 :
Vous êtes vraiment déconnecté de la réalité de croire que la réforme ne va pas réduire votre retraite !!!
a écrit le 07/12/2019 à 23:30 :
Le Père Noël c'est bientôt ... laissons venir !
a écrit le 07/12/2019 à 19:17 :
Difficile pour beaucoup de voir que les manifestants défendent malgré tout le pouvoir d'achat. Pour certains, c'est facile de rester planqué chez soi et de raler parce qu'on ne peut plus aller au travail "facilement". Braillez autant que vous pouvez car vous serez les premiers à vous plaindre quand vous serez à la retraite avec votre pension de misère. Alors vous battrez le pavé et entendrez les "jeunes" maugréer comme vous le faisiez avant. Et vous vous direz "qu'est ce qu'on est c... quand on est jeune". Les politiques publiques actuelles sont pilotées par la dette, il est urgent de se désendetter, contrairement à ce qu'avancent des pseudo économistes qui roulent pour les établissements financiers, car à la fin, il faut bien rembourser, et donc on lève des impôts et la population râle. Les plus vieux manifestent quand les plus jeunes ralent car ils ne peuvent aller bosser "tranquillement" pour aller gagner leur "croute", salaire immanquablement sous pression financière, eh oui, toujours pareil : les entreprises savent faire plier les gouvernement qui n'ont aucune volonté ni vision puisqu'il n'y a plus assez de travail pour tout le monde. Le vrai danger est de faire l'autruche devant les avancées technologiques qui vont arriver et continuer à gouverner comme si le capitalisme et libéralisme allaient tout résoudre.... Hors c'est oublier que la première maxime de ces théories est de maximiser les profits, au détriment des autres (gouvernements mollassons, sans conviction et incultes, qui ne courent qu'après les élections et bien sûr les populations qui continuent de croitre). Bientôt des cohortes dans les rues.....
a écrit le 07/12/2019 à 17:27 :
Du grand art le timing des syndicats des transports, un maximum dans la figure des usagers.
a écrit le 07/12/2019 à 16:01 :
Les syndicats veulent changer les lois, si je comprend bien : pour qui se prennent-ils ?
C'est le Peuple qui change les lois.
Au Parlement.
Et l'intérêt général n'est pas la somme des intérêts corporatistes.
On n'est plus sous Chirac, qui a tout mélangé, et tout planté.
Réponse de le 08/12/2019 à 9:37 :
C'est le peuple qui vote pour le parlement et après il regrette leur vote. Bien sûr que non, le parlement ne représente pas le peuple, tout le problème est là, on vote pour qu'on nous représente et une fois élus, ils trahissent leurs électeurs.
a écrit le 07/12/2019 à 15:32 :
pour nos dirigeants le sens commun n existe pas et toute supériorité devient un exil pour eux. mais cette'( royauté ) fondée sur l injustice ne dure pas
a écrit le 07/12/2019 à 15:25 :
La vieille antienne de la prise de la prise de la Bastille, forteresse vide comme l'illusion révolutionnaire. Mais pendant ce temps, Mélenchon et Marine tricotent leurs prochaines noces.
a écrit le 07/12/2019 à 13:57 :
Arreter de subventionner l'argent public (!) aux syndicats. Quel gouvernement a le courage?
a écrit le 07/12/2019 à 13:16 :
Où l'on commence à entendre dans les allées du Pouvoir, le bruit feutré des pantalons qui tombent.
a écrit le 07/12/2019 à 12:27 :
Bonjour,


Ce qui fait peur, c'est que les gens comme vous ne comprennent pas. Le gouvernement a déjà mis les éléments sur la table.
- 10 € cotisés = 1 point
- 1 point = 0,55 €
- 44 ans de cotisations au lieu de 43 ans
- instauration d'un âge pivot à 64 ans (ce qui signifie que même un ouvrier ayant commencé à 16 ans et ayant tous ses trimestres aurait une décote de 5% en partant à 63 ans après 48 ans de cotisations, 10 % à 62 ans)... Pour rappelle l'espérance de vie d'un égoutier de Paris est de 60 ans. ils n'auront donc pas de retraite.
- Aucune augmentation de la part des retraites dans le PIB (14 %)... avec une augmentation forte du nombre de retraités.

Tous les éléments sont sur la table. Si le gâteau reste le même mais que le nombre de convives augmentent, quelle sera la taille des parts d'après vous ?

Dans mon cas, je suis rentré sur le marché du travail à 24 ans après un bac + 5 avec 17 de moyenne en faculté d'économie-gestion et après 8 mois de chômage, comme toute ma génération.

Je cotise mais n'ai jamais touché le moindre euros au titre du chômage.

Je ne pourrais donc pas partir avant 68 ans. J'aurais donc cotisé pendant 44 ans et je bénéficierai d'une retraite pendant un maximum de 12 ans (espérance de vie). Mon espérance de vie en bonne santé étant très inférieure.

J'ai fait mon calcul... 1 100 000 euros de cotisations en trop par rapport à ma futur retraite (scénario optimiste)... Beaucoup plus si je suis pessimiste.


Bien à vous,

Un enfant de la République né en 1980, génération paillasson.







a écrit le 07/12/2019 à 11:53 :
Il y a de tout dans ces manifestations, rein de clair. Cela profite au RN et à la CGT triomphants. Avec des arguments différents le résultat est le même. Si le RN sait se monter discret, sa campagne est en "train de se faire" si on peut dire, 2024 est à eux. Les Français doivent choisir et ne pas toujours remettre sur d'autres ce qu'ils construisent eux-mêmes.
Réponse de le 07/12/2019 à 12:57 :
Je pense que vous n'avez pas bien compris la situation, il ne s'agit aucunement de RN, les travailleurs ne veulent pas reprendre le travail avec l'idée que le fruit de leurs efforts ( la retraite) leur sera volée. Il me semble que vous l'avez zappé dans vos propos .
a écrit le 07/12/2019 à 11:24 :
"le bras de fer se durcit entre le gouvernement et les syndicats"

Refrain rincé depuis des décennies finissant avoir la peau des avancées du CNR tandis que l'oligarchie européenne d'avant guerre elle est encore plus riche et influente la main mise sur tous nos politiciens.

Tout va bien, continuons donc de nous laisser bercer par cette chanson.
a écrit le 07/12/2019 à 10:36 :
"contre le projet de réforme des retraites du gouvernement." la réforme ou cette réforme qui évolue chaque jour mais n'est pas encore finalisée ?
Sur une photo (LeDauphine) j'ai vu un panneau porté par quelqu'un : "j'ai peur", ça doit tout expliquer, la crainte de l'inconnu (qui sait comment ça fonctionnera dans 40 ans pour les jeunes de 2019 qui commencent à travailler ? Ça fait "peur" non ? Les pyramides des ages se déplacent, tout bouge & évolue). Répartition par points ou par trimestres, que choisir quand on peut avoir plusieurs carrières dans divers contextes (ceux ayant 5 pensions à liquider doivent être patients) ? Mais parait qu'on peut trouver sur le web des sites estimant la perte de pension à prévoir (sur quelles bases solides ? Aucune, rien n'est arrêté ni calculable) jusqu'à -1000€/mois pour les profs ! L'infox se développe à fond. Ça fait peur (que certains croient ces infos là).
Réponse de le 07/12/2019 à 13:43 :
Pourquoi infox?

Le gouvernement n'a pas démenti un vrai gros problème sur les retraites des enseignants aux cas ou la réforme leur serait appliquée.

Au contraire, il évoque des augmentations de salaires. Sauf que dans son esprit, les augmentations seraient "gagnées" par les enseignants qui devraient démultiplier les heures sup. Sauf que les enseignants font déjà beaucoup heures sup qui coutent in fine plus cher que des recrutements.

Ce qu'oncle foster va leur proposer, en échange de 400 €/an c'est d'abandonner les 15 ou 18 heures théoriques de présence pour 35 heures.
Sauf que l'enseignent ca ne marche pas comme ca. les cours ça se prépare, les copies ca se corrige, les bulletins de note, ca se remplit et on ne peut pas scinder les matières sur plusieurs profs dans une même classe.
Et puis les collèges et lycés ne sont pas adaptés à la présence permanente des profs, faut d'un bureau pour chacun, d'un ordi, d'une connexion internet, d'une bibliothèque.
a écrit le 07/12/2019 à 10:34 :
1/4 des actifs travaillent pour la fonction publique. la France est un pays dans lequel le poids des dépenses publiques dans le PIB (en l'occurrence 56,5%) figure parmi les plus élevés du globe. Le pire est que la France se paie le luxe d'entretenir des dépenses publiques astronomiques dont les seuls résultats : une croissance molle, un chômage constant depuis 30ans avec environ 10% de chômeurs endémiques, un accroissement des inégalités sociales...c est bel et bien un des derniers pays communistes au monde avec la Corée du nord, cuba et la Chine (enfin ce qui en reste du communisme)...ce système ne peut plus tenir et continuer ainsi à être financer que par une poignée du secteur Privé et par toujours de dettes (98,7%) ...
Réponse de le 08/12/2019 à 10:03 :
Vous partez du principe qu'un service ne crée pas de richesses quand il est du domaine du service public et se met miraculeusement à créer des richesses si on privatise ce secteur. C'est faux, c'est un argument qui relève de l'arnaque intellectuelle. Le secteur public permet un encadrement du coût du service, le but du privé est de faire le maximum d'argent. Si vous voulez passer à un système où vous allez davantage payer de votre poche que vous allez gagner en baisse d'impôts, c'est votre choix, il y a de nombreux pays de l'OCDE qui fonctionnent comme ça mais leurs finances publiques ne sont pas plus saines.
a écrit le 07/12/2019 à 9:10 :
typiquement francais au moindre bruit on manifeste sans savoir les tenants et les aboutissants enfin comme il fait froid la marche c'est tres bien et bon pour la sante tous le monde rale comme quoi cela ne va pas donc on veut modifier le probleme et surtout arrive a un equilibre et tous le monde rale encore surtout avec certains syndicats refractaire
Réponse de le 07/12/2019 à 9:56 :
C'est tout à fait récent que le gvt présente cette reforme comme non figée, comme susceptible d'évoluer. D'ailleurs si on peut s'étonner, dans ces conditions, que si les opposants soient certains de sa nocivité, ces promoteurs soient eux absolument certains qu'elle sera bénéfique ! De là à penser qu'en fait tous admettent que l'essentiel de la réforme est parfaitement connue et fixé il n'y a qu'un pas.
a écrit le 06/12/2019 à 19:23 :
Les réformes! d' après la commission européenne, liste no limitative car le reste est sur le feu
-Supprimer le complément de ressources.
-La suppression de la prime d'activité pour les pensionnés d'invalidité.
-La possibilité de geler temporairement un compte bancaire épargne en cas de crise financière.
-Augmenter la TVA et la CSG.
-Augmenter le nombre de Vaccins Obligatoire.
-Réforme de l’ISF.
-Baisser l'impôt sur les sociétés.
-Diminuer les effectifs de la fonction publique.
-Le regroupement du Bas-Rhin et du Haut-Rhin en Collectivité Européenne d'Alsace.
-Plafonner les indemnités prud'homales.
-Instaurer des dispositifs européens de surveillance de données.
-Baisse des retraites.
-Augmentation du tarif de la consultation médicale.
-Le rétablissement de la journée de carence.
-Baisse de la dotation aux collectivités locales.
-Facilité les licenciements économiques.
-Baisser le numerus clausus.
-Mettre en concurrence les professions réglementées.
-Baisser le nombre des cours d'appel en France (il ne pourrait rester plus qu'une cour d'appel par région).
-La fusion des tribunaux de grande instance avec les tribunaux d’instance pour crée le tribunal judiciaire.
-Généraliser les cartes bleues équipées du "sans contact".
-L’abandon du changement d’heure.
-Diminuer la durée de validité des chèques.
-Généraliser les compteurs LINKY.
-Suppression des départements.
-La retraite à 65ans pour les hommes et les femmes.
-Les congés maternités seraient régis par les accords d’entreprise.
-Supprimer le compte pénibilité.
-Baisse des subventions versées aux agriculteurs.
-Autoriser l'utilisation des antibiotiques et des perturbateurs endocriniens dans l’agriculture.
-Augmenter le prix du carburant.
-Plus de pouvoir aux Agences régionales de santé.
-La fusion de l'ASI avec l'AAH.
-La fusion de la carte d'invalidité avec la carte de priorité.
-Supprimer le statut d’ayant droit d’un assuré social et la création d’une nouvelle cotisation.
-Promouvoir les mutuelles privées.
-Suppression des 35 heures.
-Délimiter l'extension du brevet sur les semences.
-Baisse de la Prime de précarité.
-Mettre fin à l'anonymat sur internet.
-La fin des contrats aidés et la création des emplois « low cost ».
Réponse de le 07/12/2019 à 3:51 :
Ca fait longtemps que le vulgum est tracable sur le net. L'adresse IP. Vous connaissez ?
Réponse de le 07/12/2019 à 10:57 :
Vous pourriez aussi rajouter qu l'Europe nous force à :
Continuer à vivre au dessus de nos moyens.
Continuer à nous endetter et laisser les dettes aux enfants
N'être responsable de rien car tout ce qui nous arrive dans la vie est la faute des autres.
A chercher les coupables dans la liste pré-établie des boucs émissaires.
A vivre dans le déni et croire au père noël.
A croire que toute seule la France pourra par des incantations magiques imposer aux grands blocs (Chine, US, Russie ....) sa façon de voir les choses.
Je laisse le soin à d'autres de compléter la liste.
Réponse de le 07/12/2019 à 15:12 :
Pour continuer : pas de conflit majeur depuis 75 ans (1870, 14/18, 39/45 ).
Réponse de le 07/12/2019 à 18:07 :
@tototiti

Le problème est que ta liste est fausse et que la sienne est vrai .D’autant qu'avec 27 nouveaux commissaires de droite sur 27 ! ,ça va continuer de plus belle.
Réponse de le 08/12/2019 à 15:57 :
Répéter 2 fois les mêmes mensonges pour le même article n'en fait pas une vérité. Le déni de réalité n'a jamais changé la réalité et la réalité est que nous avons une dette supérieure à 2000 Milliards d'Euros et que nous continuons à l'augmenter bon an mal an de 100 Milliards. Il est plus que temps de faire des réformes en profondeur.
a écrit le 06/12/2019 à 18:50 :
Le réel problème de cette réforme est le manque de confiance envers ce gouvernement. Philippe passe son temps à mentir. Il annule des taxes avec les gilets jaunes pour les remettre en juillet au moment des vacances. Il glisse une hausse EdF pour son budget etc... Son gouvernement est constitué d'incompétents qui sont repris à chaque fois qu'il parle sans les éléments de langage. Si vous écoutez bien les débats, TV, radio journaux, la phrase qui revient sans cesse est "nous n'avons pas confiance". C'est dramatique car ce gouvernement est censé représenter les français. Alors, il ne reste qu'une solution pour Macron, changer de premier ministre et de certains ministres pour retrouver de la crédibilité et de la confiance. Mais, bon, Castaner est encore là malgré... reste la confrontation et la rue, seul langage que comprend Macron maintenant. Pour rappel, les indépendants sont déjà avec des points pour la retraite mais la valeur du point est bloquée depuis 8 ans soit 15% de retraite perdue pour moi et tous les autres qui cotisent à cause de l'inflation. Voilà ce que Philippe veut faire.
a écrit le 06/12/2019 à 18:45 :
Terrifiant de voir que les français manifestent en France pour des décisions prises à Bruxelles. Comme si l'UE en avait quelque chose à fiche de nous voir bloquer notre propre pays, ça ne donne que du gras aux médias
Réponse de le 07/12/2019 à 3:54 :
Le vieux general disait du peuple qu'il etait semblable a un troupeau de ruminants.
Un precurseur ce galonne.
a écrit le 06/12/2019 à 17:12 :
" ....au moins 800.000 personnes" !
Pourquoi les médias ne font-ils état QUE des chiffres gouvernementaux qui comme chacun le sait sont trés estimés a la baisse , commme ceux de la police ?
Connivence ?
a écrit le 06/12/2019 à 17:00 :
j ai le sentiment qu il aurait fallut faire tourner de gros ordi, avant de lancer l idée "unique" de la retraite par point.....

entre ce qui est aujourd'hui....et un modèle plus pertinent tant pour une forme d équité que pour le financement....le "machin universel" à la macron n 'est qu une option.....

on a donc mit la charrue avant les boeufs et le résultat est la..... avec l impression que le gouvernement s invente tous les jours

en suède il ont mis dix ans à se mettre d accord....

en ce moment le gouvernement fait des promesses à tout le monde dont il n a pas la moindre idée pour les financer

le constat, ceci étant, est que si les régimes de retraites sont déficitaire de 10 milliards en 2025..... ce n est jamais que 3 % du coût annuel des retraites....un gap qui ne me semble pas du tout insurmontable en l état, si chacun veut bien se mettre tranquillement autour de la table.....

mais globalement, un chauffeur de car macron subit plus de stress qu un conducteur de TGV qui conduit au maximum deux heures d affilées (sauf à me tromper)...... sur des rails.... ou sa seule option en cas de problème est de sauter sur les feins....je ne vois pas ou est la pénibilité.... hormi week end jours fériés et nuit...... mais pour les cars macron, idem... .pour les serveur de restaurants, idem....pour le personnel médical et paramédical, idem....je passe sur la police et les gardiens de prison...sans parler des employés du commerce alimentaire en particulier....

bref...... imaginer plutôt que de plaquer comme le graal, la retraite par point universelle...

c 'est la faute originelle de macron..... et on la paye casch
Réponse de le 06/12/2019 à 17:57 :
En fait je vois plusieurs erreurs du pouvoir.
La première, et sans doute la plus grave, et de croire (ou vouloir faire croire) qu'un système égalitaire et un système juste. C'est un peu comme affirmer que la justice fiscale imposerai un taux unique de prélèvement.
Le second est d'avoir jouer l'opinion contre les régimes spéciaux pour faire passer la pilule aux autres. C'est à dire miser sur la naïveté et la jalousie des français. Le troisième est d’espérer que la parole du politique qui dit garantir la valeur du point soit crédible. Et encore d'avoir fini de laminer les syndicats , qui restent indispensable quoi qu'on en pense.
a écrit le 06/12/2019 à 16:51 :
Ces syndicats ne comprennent pas que c'est la fin de l'état providence. On a plus les moyens de financer le système.
Réponse de le 06/12/2019 à 17:34 :
Parce que les emplois sont délocalisé à l' est à 200 euros mensuels, que l' euro fort ruine la France, que l' article 63 du TFUE permet d' exiler 100 milliards d' euros en fraude et évasion fiscale et que lorsque la ressource est tarie, l' argent évaporé, il ne reste qu' impôts, taxes et ..déflation des acquis et encore, aujourd' hui nous ne discutons que de l' item retraites.
UPR, Frexit, vite pour que l' UE cesse enfin de "gréciser" le pays..
Réponse de le 06/12/2019 à 17:59 :
Pourtant le Gvt nous assure qu'avec sa réforme les problèmes seront résolus?
a écrit le 06/12/2019 à 16:20 :
Les syndicats ne représentent que leurs syndiqués, mais ils raisonnent comme si ils pouvaient faire les lois pour tout le monde.
C'est très soviétique, comme façon de penser.
Réponse de le 06/12/2019 à 16:54 :
Pour rappel, les représentants syndicaux sont élus par les salariés de ce pays et sont donc légitimes pour les représenter, même s'il y a peu de votant.

Si vous refusez ca, alors Macron ne représente que le nombre d'adhérents à LREM... C'est à dire rien en comparaison avec les syndicats.
Réponse de le 08/12/2019 à 2:30 :
Precision : Les représentants syndicaux (communistes) ne représentent que moins de 3% des salariés ...et par consequent ne représentent aucunement les salariés. Votre commentaire de bolchevique illustre parfaitement votre raisonnement étriqué de ce que signifie la représentativité, une suffrage...ils ne représentent que leur propre ombre. Pauvre ami illuminé vous êtes en pleine confusion mentale...dès lors on comprend la façon dont votez...
a écrit le 06/12/2019 à 13:32 :
L'equation économique est simple en France:vous rognez sur les dépenses et le social,alors le pays plonge en récession.Vous augmentez les profs,les retraités personnels hospitalier etc...,alors la croissance repart.Comment financer cela?Profitons des taux négatifs!
Réponse de le 06/12/2019 à 14:01 :
A ce compte là on devrait être le pays le plus, riche du monde et avoir la meilleure croissance...
Profitez bien de votre temps loin du pouvoir pour réfléchir... En même temps pas besoin de vous presser pas demain la veille que vous y reviendrez.
Au fait pourquoi le PS a bloqué le pt d indice et les, retraites..?
Réponse de le 06/12/2019 à 15:47 :
Je pense qu'élu ps n'est ni élu ni PS (d'ailleurs il ne reste plus guère d'élus PS), et qu'il balance volontairement des bobards " de gauche" de faon très second degré.
Réponse de le 06/12/2019 à 17:28 :
Que de contre-vérités. Prenez des cours d'économie.
Réponse de le 07/12/2019 à 10:02 :
C'est une partie du discours qui pose problème : le gvt justifie sont projet par la volonté de ne pas dépasser une certaine part du PIB pour les retraites.
Mais pour ce faire il prends des mesures qui, ont le sait, nuira à ce même PIB . Non seulement il ne veut pas que la part du gâteau pour les retraités soit plus grosse, mais en plus il condamne le gâteau à ne pas être aussi gros qu'il pourrait l’être.
a écrit le 06/12/2019 à 13:28 :
La durée de cotisation à 75 ans mais une semaine de 5h imposée 8 et taxée 12.
Avec réduction du temps de travail hebdomadaire si déplacement écologique au travail de 30 min modulable les années impaires et cumulables les années bissextiles.
a écrit le 06/12/2019 à 13:22 :
Je les soutiendrai en profitant des 18 trous de mon golf .
Nous n'avons pas les memes valeurs , merci bordeauchesnel
a écrit le 06/12/2019 à 13:20 :
Le gouvernement Macron Philippe annonce des arbitrages ... phrase creuse habituelle

plus concrètement, l'arbitrage ultime, INÉLUCTABLE,

c'est la démission de ce gouvernement désordonné de comédies, casseur de la société de la France, dont les 3/4 des Ministres sont inutiles et inexistants avec leurs cabinets malpropres de hauts fonctionnaires planqués surpayés pour des présences sans aucune productivité.
Réponse de le 06/12/2019 à 15:49 :
Ce qui est encore plus inéluctable, c'est que l'état providence français, dont on n'arrive plus à maîtrisrer le financement, est voué à échéance de plus en plus rapprochée à une faillite à la grecque.
a écrit le 06/12/2019 à 13:18 :
Erreur stratégique de la part des syndicats de vouloir rempiler aussi vite. Il leur a fallu deux mois de matraquage intensif pour arriver à une mobilisation deux fois inférieure à celles de 1995 ou 2010. Mardi le nombre sera inévitablement bcp plus faible, ce qui renforcera le gouvernement.
Réponse de le 06/12/2019 à 13:38 :
Je ne suis pas certain que vous soyez si clairvoyant... J’ai plutôt tendance à penser qu’il y aura plus de manifestants mardi.
a écrit le 06/12/2019 à 12:44 :
Malheureusement, en Franc, pays de sans dents, il faut aller chercher la croissance ailleurs : à l’assemblée nationale, au sénat, au parlement européen, dans les commissions bidules, dans les hauts machins pour la survie intergalactique de la solidarité èco blabla, chez les syndicats....

Heureusement, grâce au prélèvement automatique, je sais combien chaque mois coûte la casse du mobilier urbain, les incendies inexplicables de bibliothèques, les incendies involontaires d'écoles maternelles, les dégradations légitimes dans les universités, ...
a écrit le 06/12/2019 à 12:44 :
Je serai d'avis de faire un référendum sur le choix suivant :
1/ la réforme globale selon le mode préconisé par le gouvernement
2/ Rester au statu-quo mais que les caisses catégoriels ne soient plus subventionné par l'état.
Ce sera au moins clair, pour que ceux qui veulent vivre au-dessus de leurs moyens et au crochet des autres contribuables arrêtent leur chantage et prise d'otage permanent.
a écrit le 06/12/2019 à 12:11 :
Le vrai problème, c'est que la France, comme l'Italie et la Grèce, n'a fait aucune réforme avant la crise de 2008.

Entre la fin 1993 et la fin 2007, la droite n'a rien fait et a préféré défendre le statu-quo en espérant le retour des 30 glorieuses qui ne sont jamais revenues.

La France a continué de vivre à crédit. Entre la fin 1993 et la fin 2007, la dette a augmenté de 18 points de PIB alors qu'elle est restée stable pendant les années Jospin.

Et aujourd'hui, la france paie fort le prix des années Chirac.
Réponse de le 06/12/2019 à 12:28 :
Exact, sauf que l'Italie et la Grèce ont fini par le comprendre, certes au prix fort. En France on continue à se croire dans les 30 glorieuses, surtout à la SNCF. Après les profs infirmiers etc c'est une autre histoire.
Réponse de le 06/12/2019 à 12:49 :
Votre mauvaise foi est caractérisitique de vos amis socialistes : en 1995 Juppé a tenté de réformer les retraites et a du faire machine arrière compte tenu des grévistes dont vous faisiez sûrement parti.
Jospin a été aux manettes pendant 5 ans et s'est bien gardé de réformer les retraites.
En toute objectivité, seule la droite a tenté, sans jamais réellement réussir à réformer, alors que la gauche n'a fait que mettre la poussière sous le tapis.
Enlevez vos oeillères pour relire l'histoire.
Réponse de le 06/12/2019 à 12:56 :
Mais surtout ne faites pas le rapprochement avec notre appartenance a l'UE de Bruxelles qui impose les réformes a faire et interdit toutes adaptations qui iraient contre l'uniformisation de la zone !
Réponse de le 06/12/2019 à 13:25 :
@ olivier

Souvenez vous de la baisse du niveau scolaire démontré en 2012 avec le classement PISA.

Souvenez vous de la hausse de l'immigration extra-européenne passée de moins de 60 000 en 1995 à 160 000 par an pendant les années 2000.

Souvenez vous de la hausse du déficit de la sécurité sociale qui a suivie la réforme Raffarin Douste-Blazy.

Souvenez vous des régimes spéciaux qui n'ont jamais été supprimés.
Réponse de le 06/12/2019 à 13:25 :
Et qui donc a créé tout ce binz sur l'équilibre financier des retraites ?
Mitterand en abaissant de 65 à 60 ans l'age . Sa devise était il est vrai ; après moi tous des incapables incompétents .
Réponse de le 06/12/2019 à 14:02 :
Tour ce que vous racontez n'a strictement rien à voir avec votre commentaire.
Je valide en revanche le fait que les régimes spéciaux n'ont pas été supprimés. Ce qui est bien regrettable et par la faute de vos amis socialistes qui ont attisé la grève pour des raisons électorales et oublié encore une fois l'intérêt collectif.
a écrit le 06/12/2019 à 11:48 :
Faire des concessions ne sert absolument à rien, ce n'est jamais assez et suivant la formule, le compte n'y est pas. Vous ne satisferez jamais vos adversaires qui ne voteront jamais quoi que vous fassiez pour vous et vous perdez votre électorat. Pour le coup le compte n'est pas bon du tout.
a écrit le 06/12/2019 à 11:44 :
Le gouvernement doit rendre des arbitrages en milieu de semaine prochaine.

EHHH BEHHH l'arbitrage utile peut consister en DEMISSION pure et simple du brouillon approximatif malveillant gouvernement Philippe

c'est si évident !
Réponse de le 06/12/2019 à 12:11 :
Négatif. C'est aux responsables syndicaux de démissionner. Leur démarche est corporatiste (voir politique) : ils ne voient que les intérêts des fonctionnaires. Ils ne sont pas représentatifs de l'ensemble de Français.
En quoi les conditions de travail d'un chauffeur de camion ou de bus du privé, des commerciaux itinérants, des éboueurs, des maçon, des ouvriers de la sidérurgie, des raffineries, des agriculteurs, des vendeurs sur le marché du dimanche..., seraient moins pénibles que ceux du publique ?
Il serait plus juste de baisser les avantages de certains pour en donner à d'autres.
Le passage à une retraite par point est technique.
Réponse de le 07/12/2019 à 9:10 :
"Il serait plus juste de baisser les avantages de certains pour en donner à d'autres".

A parce que tu penses un seul instant que ce gouvernement de bourgeois va donner les avantages de certains aux autres , bien naïf
Réponse de le 07/12/2019 à 21:36 :
@pas manifestant
"En quoi les conditions de travail d'un chauffeur de camion ou de bus du privé, des commerciaux itinérants, des éboueurs, des maçon, des ouvriers de la sidérurgie, des raffineries, des agriculteurs, des vendeurs sur le marché du dimanche..., seraient moins pénibles que ceux du publique ?"

C'est marrant je suis sûr à 100% que vous ne faites aucun des métiers que vous citez et que par contre vous voulez qu'on prenne aux autres pour gonfler votre future retraite.
a écrit le 06/12/2019 à 11:42 :
Que justice soit faite ! Les retraites spécifiques sont très inégalitaires, injustifiés et non aucun sens pour des fonctionnaires et des salariés du publics qui sont déjà à des semaines hebdomadaires de 32 heures de travail contre 39h en moyenne dans le privé. De plus, avec des administrations et des entreprises publiques à la gestion calamiteuses (45 milliards de la sncf, CHU 10 milliards, retraite du public déficitaire 10 milliards...) la dette explosive (PIB proche des 100%) est exponentielle ruine notre pays simplement par une minorité d'assistée qui vive au crochet de l'état. SANS SUFFIT !!! ENSEIGNANTS, CHEMINOTS, RATP, POLICE, POMPIER, INFIRMIERES, ETC ETC ETC ALIGNEMENT SUR LE PRIVE POUR METTRE FIN A SES PLEURNICHEURS ET SES EGOISTES EN LONGEURS D'ANNEE. OUI A LA REFORME ET VIVE LA REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 06/12/2019 à 13:09 :
Toi, tu n'as pas oublié d'être con !
Réponse de le 06/12/2019 à 13:28 :
Ce sont les nantis qui sont en grève pour le rester : la guerre civile et la nuit de l'abolition des privilèges n'est est proche .
Réponse de le 06/12/2019 à 14:05 :
peut etre que vous n'etes pas assez capable de passer des concours pour devenir enseignants ou infirmiers.
Réponse de le 06/12/2019 à 15:27 :
"n'est est proche" avant de faire la révolution va un peu à l'école .
Si les fonctionnaires sont des nantis, il ne tient qu'a toi de réussir les concours d'entrée pour le devenir .Mais je te rassure tu vas vite déchanter .
a écrit le 06/12/2019 à 11:42 :
l'Agirc/Arco a 71 milliards de réserves censées payer les pensions en cas de coup dur.
Avec la réforme à points, Macron veut faire un régime unique, autrement dit, s'accaparer les réserves des cadres et salariés du privé. Pourquoi? , pour financer les caisses déficitaires. Une arnaque en perspective. La question est juridique, à qui appartient cette réserve, aux cotisants ou à l'état ? La perspective d'être géré par l'état fait froid dans le dos, il suffit de regarder dans quel état se trouvent, les hôpitaux, l'éducation nationale, la police etc...
Sans compter que nos dirigeants n'ont pas eu de budget en équilibre depuis 1974 et que la dette explose.
Réponse de le 07/12/2019 à 10:14 :
Entièrement d accord avec votre point de vue. La beauté de notre système communiste (car oui la France est un vrai pays de communistes) exsangue et sans pilote qui cherche dans l urgence tous les moyens pour financer un système de retraites de nababs (Sncf, ratp, ....) aux privilèges sans commune mesure ... et de surcroit osent se plaindre...ça va bien finir par craquer tout ça ...
a écrit le 06/12/2019 à 11:22 :
Regonflés à bloc, les syndicats se remettent à croire qu'ils font les lois.
Ils foncent tête baissée dans le piège.
Indécrottables....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :