Retraites : faut-il craindre une grève générale en janvier ?

Le gouvernement a prévu de présenter sa réforme des retraites la semaine du 15 décembre. Mais, il a déjà annoncé qu'il faudra compter sur une mesure d'âge, avec un décalage à 65 ans. Les premiers concernés seront issus de la génération 1961. Les syndicats sont vent debout contre ce projet. Fait rare, dans un communiqué commun, ils lancent un avertissement au gouvernement, pour qu'il renonce à sa réforme des retraites. Sans quoi, il faut s'attendre à un conflit majeur en janvier prochain. Plane le spectre de la greve général de 1995.
(Crédits : Reuters)

Les syndicats ont pris quelques jours de réflexion. Ils ont aussi pris le temps d'échanger et de construire une réponse concertée après l'annonce de la réforme des retraites par Elisabeth Borne, la semaine dernière. Et une fois n'est pas coutume, ils ont facilement réussi à se mettre d'accord. Tous les grands syndicats français - CGT, CFDT, CFE-CGC, FO, CFTC mais aussi Unsa, FSU, et les organisations de jeunesse comme la Fage ou l'Une - ont ainsi acté ensemble, très solennellement, leur opposition au projet du gouvernement, et notamment à son intention de décaler l'âge de départ de 62 à 64 voire 65 ans. "On avait pas fait un communiqué pareil depuis 12 ans", rappelle Philippe Martinez de la CGT.

Un avertissement lancé au gouvernement

Dans un communiqué commun, publié ce mardi, ils mettent en garde l'exécutif : « Les organisations sont comme la très grande majorité de la population, fermement opposées à tout recul de l'âge légal de départ en retraite comme à toute augmentation de la durée de cotisation ». Et de menacer : « Si le gouvernement demeurait arc-bouté sur son projet, il y aurait des mobilisations et grèves unitaires en janvier ». Ou encore « le gouvernement en s'entêtant, porterait l'entière responsabilité d'un conflit social majeur ». Vont-ils tenter de jouer 1995 ? Trop tôt évidemment pour le dire.

En tout cas, le ton est donné. Les signataires précisent d'ailleurs qu'ils ont d'ores et déjà prévu de se revoir le jour où le gouvernement présentera son projet, probablement entre le 12 et le 15 décembre, pour lancer les hostilités. Ils attendent d'avoir toutes les précisions du texte, et ne veulent pas gâcher les fêtes de fin d'année des Français.

Outre le fond de la réforme qu'ils remettent en cause, estimant que le gouvernement « instrumentalise le dossier des retraites », ils alertent l'exécutif sur « le contexte social, économique et environnemental qui devient de plus en plus difficile pour une partie croissante de la population ». Entre l'inflation, le risque de coupures électriques, l'incertitude économique - avec une récession probable en 2023- , ou encore les tensions sur le plan sanitaire liées au retour de l'épidémie de Covid, ils estiment que ce n'est le moment de lancer cette réforme.

Tous les ingrédients de la colère sont présents

Il est vrai que le moment est particulier. L'inflation sur les produits alimentaires, ainsi que sur les coûts de l'énergie ne cesse de grimper. Et ce n'est pas terminé : en janvier prochain, le gouvernement va réduire son soutien aux ménages, en supprimant par exemple la ristourne à la pompe, ou encore en limitant les effets du bouclier tarifaire sur le gaz et l'électricité. Certes, il a prévu des aides ciblées pour les foyers les plus précaires, mais il y a des risques que cela soit insuffisant pour maintenir le pouvoir d'achat des plus modestes. Leur situation risque de se dégrader.... Les associations caritatives alertent, alors que les Français ont moins donné cette année - car soumis à la pression des prix-, ils doivent aider de plus en plus de familles dans le besoin.

« Tous les ingrédients de la colère sont présents », assure un leader syndical de premier rang, qui fustige aussi « une forme d'autisme de la part de ce gouvernement qui est complètement hors sol et impose sa méthode ». En effet, si les syndicats sont tombés d'accord sans mal, c'est parce que tous partagent la même appréciation face à la méthode d'Emmanuel Macron : trop verticale, sans laisser de à la négociation...etc.

Le gouvernement s'en défend, et rappelle que sur ce sujet des retraites, il a mis en place, avec Olivier des cycles d'échanges avec les partenaires sociaux cet automne, avec Olivier Dussopt, le ministre du Travail, en première ligne. Pour les syndicats, ces discussions ne leur ont pas permis de faire entendre leur voix.

Un climat social déjà tendu

Par ailleurs, ces dernières semaines, des professions ont déjà fait entendre leur mécontentement. Des grèves se sont, en effet, enchaînées à la SNCF, chez les personnels EDF, GRDF, RTE, mais aussi dans les entreprises privées de l'automobile, de la grande distribution, dans les laboratoires de biologie, chez les médecins etc.... Jusqu'alors les revendications portaient sur les salaires et les conditions de travail, mais la retraite, thème fédérateur par excellence, pourrait être l'étincelle qui met le feu aux poudres.

Surtout que le projet du gouvernement est ambitieux. La semaine dernière, Elisabeth Borne a fait savoir, dans un entretien au Parisien -Aujourd'hui en France, qu'elle souhaitait reculer l'âge de départ de 62 ans à 65 ans... Et ce pour dès la génération née en 1961. Sans compter que l'exécutif veut aller vite, et voir entrer en vigueur sa réforme dès l'été 2023. Il vise la présentation de son projet mi-décembre, pour un envoi au conseil d'Etat en fin d'année, une inscription en conseil des ministres en janvier, et une discussion parlementaire en début d'année. Pour l'heure, il espère encore obtenir une majorité au Parlement, notamment en emportant avec lui le groupe Les Républicains, attaché au départ à la retraite à 65 ans. Sinon, ce sera le 49.3.

Des tensions..., mais jusqu'où ?

Pour autant, la mise en place d'une grève générale n'est pas automatique. Déjà, parce que faire grève nécessite des moyens. Cela signifie des jours non payés, alors que les fins de mois ne sont déjà pas faciles à boucler pour les travailleurs. Certes, certains syndicats préparent déjà leurs caisses de grève, mais si le conflit durait, cela pourrait ne pas suffire.

Par ailleurs, derrière l'avertissement commun adressé au gouvernement, subsistent des divisions entre les centrales. En effet, la CGT et la CFDT ne sont pas tout à fait alignées. Même s'il est très opposé au recul de l'âge légal de départ à la retraite, Laurent Berger de la centrale réformiste cherchera à faire pression sur l'exécutif pour obtenir des compensations en matière de pénibilité, de carrières longues etc ... Alors que Philippe Martinez, de la CGT, aura tendance à rejeter le projet de loi en bloc.

Les grands syndicats ne partent pas dans la bataille avec les mêmes armes. La CFDT est unitaire, alors que la CGT est tiraillée, embourbée dans la succession de son leader, en mars prochain. Les cortèges pourraient vite se séparer, et les stratégies s'écarter.

Les agents des régimes spéciaux au coeur des attentions

Enfin, dernier élément, la Première ministre a pris soin de préciser que si les régimes spéciaux seront bel et bien concernés par la réforme, ils bénéficieront toutefois de la clause « du grand père ». Autrement dit, le changement des règles ne s'appliquera qu'aux nouvelles recrues et non à ceux qui sont en poste aujourd'hui. Une façon selon Matignon de calmer le jeu.

La cheffe du gouvernement marche toutefois sur des œufs, car ces régimes spéciaux restent dans ces professions comme des acquis sociaux très importants. Les agents publics pourraient avoir à cœur de les défendre. Preuve en est, les gendarmes, policiers et pompiers, qui seront concernés par la réforme, ont déjà fait savoir ce mardi, qu'ils n'hésiteraient pas à se mobiliser. Idem pour les agents de la filière énergie, défendre leur spécificité en terme de retraite, revient à préserver leur statut avec les autres avantages qu'il comporte (prix de l'énergie à 10 %, Comité d'entreprises etc... )

Il n'empêche, malgré le risque d'embrasement social que comporte ce projet de réforme, et le contexte dans lequel il va être présenté, le gouvernement se montre déterminé.

Selon plusieurs ministres : « il n'y a jamais de bons moments pour faire ce type de réformes ». Il en va, selon eux, de la réussite du quinquennat. « Emmanuel Macron doit transformer radicalement la société. Or, la réforme des retraites est la mère des réformes. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 43
à écrit le 30/12/2022 à 9:21
Signaler
quand j' ai commence a travailler les gens partaient a la retraite a 57 ans et demi , puis ensuite ont a eu droit a 60 ans et ensuite 62 ans et maintenant 64 ou 65 ans faut arreter les conneries , je travaille depuis l 'age de 17 ans et franchement ...

le 09/01/2023 à 23:43
Signaler
Bas tu as bien voté macron moi non alors pourquoi tu te plein moi je bravo mouton , et dire que il y a un sacrée troupeaux et qui pleure

à écrit le 18/12/2022 à 9:57
Signaler
Je me souviens : Employé d‘une grande entreprise , j‘ai été obligé de quitter mon emploi à 55 ans , je n‘ai pas eu le choix ( régime retraite spéciale) cette âge avait été négocié par nos représentants syndicaux pour négocier leurs propres avantage...

le 09/01/2023 à 23:47
Signaler
Oups toi tu as voté macron sur et pour tes petits camarades d'ou tu as aucune pensée , je regarde toi bien dans la glace et tu expliquera a tes petit enfant qui tu etais a cette époque la , que tu n étais pour la démocratie mouton lobotomisé

à écrit le 15/12/2022 à 20:25
Signaler
le pire quand on parle syndicats ..... il s'agit toujours des nantis qui en veulent toujours plus et qui en font le moins .... ( au travail bien sûr ..... une honte le revenu des syndicalistes qui ne font pas grand chose et qui pensent surtout à eux ...

à écrit le 13/12/2022 à 13:31
Signaler
J ai lu certains commentaires, certains pas tristes...je suis née en 51, travaillant à partir de 17 ans, Après mariée un enfant , veuve à 37 ans . Je n ai jamais touché une aide de qui que ce soit, ni pour élever mon fils. Je ne touche pas la...

à écrit le 09/12/2022 à 8:42
Signaler
Tout à fait possible moi pout avoir 1200 euros de retraite il faut que je,bosse en indépendant pendant 22 ans de plus. Après les cocktails et le sport et un retraite de active ou j.ecrirai des livres sur ma mission spéciale pour les,anglais en 2008 e...

à écrit le 08/12/2022 à 9:18
Signaler
En janvier ? L'année où on fait un retour en arrière en 1789 ? Et " les sœurs Anne" du gouvernement ne voient toujours rien venir. Trop occupé à compter leur cassette (19 ministres millionnaires rentiers qui margent quand même à nos impôts). .

à écrit le 07/12/2022 à 18:15
Signaler
Vous parlez d'une grève. Moi, je pense avec l'inflation en plus, l'on va vers une révolution. Je pense aussi que les français attendent un mouvement étudiants pour la démarrer.

le 13/12/2022 à 8:00
Signaler
que l'etat paie sa part integral de cotisation des emplois de fonctionnaire au lieu de combler chaque année et de declarer que la caisse est en deficit et avec cette reforme il vas pouvoir de goinfrer des excédents et la prochaine étape est les ca...

à écrit le 07/12/2022 à 17:41
Signaler
Vous vous plaignez de disparaitre et d'avoir de moins en moins de cotisants, mais où êtes vous sur un sujet si important, on est très peut a travailler si on prend le taux de chômeurs et ceux qui ne le sont plus et sont sortie des stats sans avoir d'...

le 07/12/2022 à 18:28
Signaler
Vous préférez qu'on augmente les cotisations ou qu'on baisse le montant des pensions ?

à écrit le 07/12/2022 à 14:28
Signaler
Bien sur qu elle sera concernée via un petit article de loi ou 49. 3 faut pas rêver .. mais la vraie question suis des retraites des parlementaires ?

à écrit le 07/12/2022 à 14:07
Signaler
Stop à la décôte. Cessez d'enfoncer ceux qui ont subi la précarité. La retraite doit être proportionnelle à la durée de travail. Il ne faut pas financer la surcôte dont bénéficient les privilégiés des parcours professionnels par la décôte que l'on i...

à écrit le 07/12/2022 à 12:50
Signaler
"Les premiers concernés seront issus de la génération 1961" Pourquoi ne pas demander des efforts aux générations nées avant au titre de l'équité entre générations? D'autant plus que compte tenu que compte tenu du contexte, ils sont bien plus à même d...

le 07/12/2022 à 13:28
Signaler
D'autant que je ne vois pas une personne née en 1961 balancer des pavés en 68.

le 07/12/2022 à 16:14
Signaler
Plutôt d accord d autant que les dettes cumulées sont celles des mêmes générations il est temps qu elles les payent .

à écrit le 07/12/2022 à 11:14
Signaler
Qui peut aujourd'hui pretendre a une carriere complete jusqu'a 65 ans ? En dehors des politiques, je ne vois pas. Pour l'etat c'est tout benef, pas de carriere longue implique des montants a verser derisoires, on connait la partition Illich en parlai...

le 07/12/2022 à 14:13
Signaler
Les professions pseudo-libérales telles que les notaires, pharmaciens, taxis... ils constituent avec les retraités et les hauts fonctionnaires pantouflant dans le privé le socle électoral des partis "libéraux" adeptes du bashing des salariés et des f...

à écrit le 07/12/2022 à 10:05
Signaler
une greve generale de la cgt sncf, qui sera leader, vu qu'elle n'est pas concernee, je pense....les retraites c'est un schema de ponzi, quand ca va s'ecrouler, certains seront la comme gros jean

le 07/12/2022 à 16:16
Signaler
Bien sûr elle sera concernée .. ça sera introduit par un article de moi discret ou en 49.3… fait pas rêver !! Ces syndicats le savent bien la parole devl état n engagé que ceux. Celles qui les écoutent ….

le 07/12/2022 à 16:17
Signaler
Bien sûr elle sera concernée .. ça sera introduit par un article de loi discret ou en 49.3… fait pas rêver !! Ces syndicats le savent bien la parole devl état n engagé que ceux. Celles qui les écoutent ….

à écrit le 07/12/2022 à 9:19
Signaler
"Les premiers concernés seront issus de la génération 1961. " On peut noter que le projet précédent concernait la génération née en 1963 .

le 08/12/2022 à 12:02
Signaler
1961, 1963, c'est secondaire, l'important étant d'épargner la génération née avant 1955 où se concentre la cohorte des cadres partis en retraite avant d'avoir connu le chômage, un histogramme du patrimoine moyen des Français par année de naissance fa...

à écrit le 07/12/2022 à 9:00
Signaler
1,8 milliards d'euros pour l'aide médicale d'état pour les clandestins, 45 milliards de dons en pure perte à l'union européenne en 2021 et l'on nous dit qu'il faut travailler jusqu'à 65 ans minimum pour avoir une retraite. Je ferai grève aussi longte...

le 07/12/2022 à 18:33
Signaler
La part de la France au budget européen est de 24 milliards pas de 45 et dont on profite d'une bonne partie en retour.

à écrit le 07/12/2022 à 8:37
Signaler
Non à cette réforme paramétrique. Le gouvernement doit s'engager sur une réforme systémique qui introduise plus de justice et qui supprime ces 42 régimes. Il faut cesser de spolier les polypensionnés public privé et réduire les inégalités sociales p...

le 07/12/2022 à 16:23
Signaler
L état n a pas intérêt à faire un régime unique de retraite public- privé, sinon il devra sortir des milliards de cotisations patronales au titre des retraites complémentaires qui n existent pas dans le public et il sera contraint d y intégrer les ...

à écrit le 07/12/2022 à 8:36
Signaler
Lula, oh Lula, oh Lula oh Lula. Vous avez bien raison d'évoquer ce morceau du groupe de rock anglais The Kinks. Mais quel rapport avec la déforestation ?! les paroles évoquaient la galère d'un jeune travesti...

à écrit le 07/12/2022 à 8:34
Signaler
Pourquoi essayer de récupérer des déchets ?! Il y a tant de magasins qui offrent des prix attractifs... et puis vous risquez d'attraper le tétanos.

à écrit le 07/12/2022 à 8:29
Signaler
Madame, comme vous je souffre d'apnée du sommeil. Et pourtant je n'ai jamais détourné d'argent bien que je n'ai pas de mandat politique. Je ne manque pas le soir de réduire mon thermostat à 23° même si je laisse ma piscine éclairée la nui. C'est tell...

à écrit le 07/12/2022 à 5:59
Signaler
Pour éviter cette mobilisation prévue pour janvier prochain dont nous n’avons peut-être pas besoin étant donnés tous les problèmes auxquels nous avons à faire face actuellement je propose de ramener le nouvel âge de départ à la retraite à 63 ans au l...

à écrit le 06/12/2022 à 22:47
Signaler
Et la réformes des autres régimes plus spéciaux que sont les députés ministres maires sénateurs quand est- ce qu elle a lieu? Commençons déjà par eux et supprimer tous les avantages parallèles qui n ont aucun équivalent dans les autres pays européens...

à écrit le 06/12/2022 à 22:47
Signaler
Et la réformes des autres régimes plus spéciaux que sont les députés ministres maires sénateurs quand est- ce qu elle a lieu? Commençons déjà par eux et supprimer tous les avantages parallèles qui n ont aucun équivalent dans les autres pays européens...

à écrit le 06/12/2022 à 22:42
Signaler
Macron n'a pas été élu pour son programme de retraite. SI il veut voir Marine lui succéder, qu'il continue avec sa réforme moisie.

à écrit le 06/12/2022 à 21:49
Signaler
Battre le pave par temps froid est un bon exercice.

à écrit le 06/12/2022 à 20:17
Signaler
La seule chose à modifier, suppression des régimes spéciaux immédiatement sans délais

à écrit le 06/12/2022 à 20:10
Signaler
La seule chose à modifier, suppression des régimes spéciaux immédiatement sans délais

à écrit le 06/12/2022 à 19:24
Signaler
Tout cela sera caché par un "confinement" médiatique genre 49.3 ! ;-)

à écrit le 06/12/2022 à 18:57
Signaler
Entre mi-décembre et mi-janvier pour des titulaires, c'est normalement optimal pour des grèves, elle ce mélange aux congés de fin d'années.

à écrit le 06/12/2022 à 18:40
Signaler
Bonjour, Personne ne veux de cette réforme des retraites inégalitaire... Donc si ils y a une réforme des retraites, cela risque d'être très très chaud... Ensuite, je voterai pour tous candidats à l'élection présidentielle qui remettra la retraite ...

le 07/12/2022 à 8:45
Signaler
La question c'est qu'une fois élu est ce que il remettra la retraite à 62 ans.

le 07/12/2022 à 10:18
Signaler
Vous préférez partir à 62 ans avec une retraite minable ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.