Retraites : le gouvernement parachève son projet tandis que la grève se durcit

 |   |  624  mots
(Crédits : Reuters)
L'exécutif reste ferme sur le principe d'un système universel par points, que refusent la CGT et FO, fers de lance de la contestation, mais il se dit néanmoins prêt à des aménagements sur les modalités de transition vers le régime unique.

Les transports restaient fortement perturbés lundi en France, au cinquième jour de la mobilisation contre la réforme des retraites qui ne fléchit pas dans les rangs des syndicats, déterminés à faire plier le gouvernement.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, dévoilera mercredi "l'intégralité" du projet gouvernemental devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), au lendemain d'une nouvelle journée interprofessionnelle de grèves et manifestations.

Lire aussi : Réforme des retraites: Édouard Philippe présentera mercredi "l'intégralité du projet du gouvernement"

Scènes de chaos en Île-de-France

La SNCF prévoyait lundi d'assurer "entre 15% à 20% du trafic", avec un Transilien sur cinq, 19% du trafic TGV et un trafic international toujours "très perturbé". Le trafic des RER était "extrêmement perturbé" en Ile-de-France, avec un nombre limité de trains circulant seulement aux heures de pointe. La rareté des transports, ajoutée à une pluie battante, a donné lieu à des scènes de chaos en Ile-de-France où un nouveau record de kilométrage d'embouteillages a été atteint lundi matin pour l'année avec 631 kilomètres, selon le site Sytadin.

Lire aussi : Grèves dans les transports: à quelle sauce serez-vous mangés mardi 10 décembre?

Le secrétaire général de l'Unsa-ferroviaire, Didier Mathis, a déclaré lundi que la grève était reconduite pour 24 heures à la SNCF.

"Elle le sera très certainement jusqu'à mercredi en attente des déclarations du Premier ministre", a-t-il dit à Reuters.

Vers "une grève reconductible jusqu'à Noël" ?

"On a déjà en réflexion une journée jeudi et probablement un rythme d'initiatives très très resserré de manière à permettre à un maximum d'entreprises de rejoindre la bataille et de s'exprimer", a déclaré sur RTL le secrétaire général de la CGT-Cheminots, évoquant une grève reconductible jusqu'à Noël.

"J'espère que le gouvernement (...) ne reproduira pas les erreurs de ses prédécesseurs en restant 'droit dans ses bottes' ", a ajouté Laurent Brun en référence au mouvement social de 1995, qui avait contraint le Premier ministre Alain Juppé à renoncer à une réforme des régimes spéciaux de retraite.

La RATP reste très mobilisée

La mobilisation reste entière également à la RATP. Lundi matin, les conducteurs et agents de maintenance des lignes 6 et 2 ont voté la reconduction de la grève jusqu'à vendredi, a constaté une journaliste de Reuters.

Des assemblées générales sont prévues chaque jour pour "garder la dynamique".

"Ce qu'on attend, c'est la prise en compte de la mobilisation et l'annonce qu'on ne fera pas le système par points (...). Ce système, il est injuste pour nous par nature", a souligné Laurent Brun.

L'exécutif reste ferme, les syndicats aussi

L'exécutif reste ferme sur le principe d'un système universel par points, que refusent la CGT et FO, fers de lance de la contestation, mais est prêt à des aménagements sur les modalités de transition vers le régime unique, notamment pour les régimes spéciaux, et les mesures d'économie. "Souplesse" et "adaptation" sur le calendrier de mise en oeuvre, assure-t-on également.

Le haut commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, et la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, ont convié l'ensemble des syndicats lundi après-midi pour leur présenter les conclusions de mois de concertations. Les consultations vont bon train également entre ministères concernés.

Lire aussi : Réforme des retraites : "l'oubli" très gênant de Jean-Paul Delevoye

Le déjeuner de travail prévu ce lundi à l'Elysée avec les responsables de la majorité a été décalé à mardi soir, a annoncé sur LCI le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Gilles Le Gendre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2019 à 12:26 :
J'ai du écrire un "truc" qui n' a pas plu à La Tribune. Après m'avoir remercié pour mon commentaire, il me l'a zappé, tout simplement. Pas belle la liberté d'expression ?
a écrit le 11/12/2019 à 12:25 :
J'ai du écrire un "truc" qui n' pas plu à La Tribune. Après m'avoir remercié pour mon commentaire, il me l'a zappé, tout simplement. Pas belle la liberté d'expression ?
a écrit le 11/12/2019 à 11:16 :
Je ne comprends pas le gouvernement : il veut instaurer une régime de retraite universel, il est donc pour l'universalité. Or, c'est bien lui qui a cassé l'universalité du code du travail en modifiant le système de négociation des contions et contrats de travail, qui ne se fait plus pas branche ou par secteur, mais par entreprise.
D'autre part, il dit vouloir instituer ce régime universel pour mettre fin aux régimes spéciaux. Mais, les régimes spéciaux de retraite ne concerne que 3 à 5% des salariés. Pourquoi s'attaquer à tous les régimes alors qu'il lui suffisait de ne s'attaquer qu'à ce "résiduel" ? C'est le principe de l'arbre qui cache la forêt ?
Enfin, pourquoi confier ce dossier à M. Delevoye qui a été pendant des années et encore ces derniers jours, l'un des administrateurs d'un organisme de formation d'entreprises gérant des fonds de pension ? N'est-ce pas le signal que ce que fait le gouvernement, c'est (en obéissant aux lobbies des assurances via l'UE) de mettre un système public de retraite minimale ridicule (comme la CMU, par exemple) les assurés sociaux devant cotiser auprès de sociétés d'assurances une assurance complémentaire s'ils veulent avoir un montant de retraite meilleur (un peu comme les mutuelles pour le remboursement des frais médicaux et pharmaceutiques). Ce seront toujours les plus aisés qui s'en sortiront le mieux, et l'on nous parle d'égalité ! Micron et son gouvernement sont des traites à la France et des traites aux Français. Ils ont pour mission pourtant de défendre partout les intérêts de cette même France et de ces mêmes Français.
M. Delevoye dit que ce qu'il a fait est une erreur qu'il a réparée, comme si l'organisme de formation en question avait organisé un concours de recrutement d'administrateurs pour recruter les plus idiots ! Et s'il a réparé son "erreur", c'est parce qu'une certaine presse libre et non mainstream s'est emparée de l'affaire et l'a mise sur la place publique !
Réponse de le 11/12/2019 à 11:40 :
Oui comme une dangereuse confusion entre "Universalité" et "Uni-versatilité" Bref, excellent commentaire @delor (vous seriez pas un peu économiste atterré vous ?) Et le mot de "trahison", je ne sais pas, si énorme, si insensé à utiliser à propos d'édiles ou de représentants de la République née de la Révolution française, oui je ne sais pas, mais il commence à prendre de l'épaisseur dans mon esprit...
Réponse de le 11/12/2019 à 12:22 :
L'Etat est impécunieux et la réforme lui permet de mettre la main sur +/- 160 milliards € de réserve des fonds des régimes autonomes et de l'Argic/Arco.

De quoi financer la défiscalisation du capital pendant des années. On sait ce que fait Macron dès qu'il a un sous devant lui. Il l'offre aux (ex) assujetis à l'ISF

Ensuite, la focalisation sur les quelques régimes spéciaux permet de faire oublier que la réforme va frapper tous les salariés, y compris et surtout du secteur privé et libéral.

D'autre part il y a une réelle jouissance pour les néo-libéraux et réactionnaires antisociaux qui composent l'entourage de Macron, à démanteler les syndicats, les organisations de cheminots et la RATP qui symbolisent la résistance ouvrière face au pouvoir patronal.

Au gouvernement, beaucoup ont fait dans leur culotte de plaisir lorsque le statut cheminot a été aboli. Et la réforme c'est arrétée là.

Le problème de la solvabilisation de RFF dont découle la survie du réseau secondaire reste entier.

La réforme des retraites, c'est après le hold up politique du siècle par les financiers, le hold up sur les réserves des caisses de retraites.
a écrit le 11/12/2019 à 8:58 :
Suppression de la liberté de s'organiser,de créer pour,chaque profession différente.
Pour en application de la pensée unique avoir un régime unique décidé par des élus qui n'y connaissent rien. Cela ne vous rappelle t-il pas les régimes communistes et leur corruption organisée aux profits des dirigeants.
a écrit le 11/12/2019 à 6:37 :
Tout le monde le dit:nous avons l'un des meilleurs régimes de retraite au monde.Alors pourquoi vouloir a tout prix le faire voler en éclat?Probablement pour satisfaire certains intervenants financiers au moment ou les marchés sont en train de se retourner.
a écrit le 11/12/2019 à 1:09 :
Il serait promis aux fonctionnaires d'augmenter leur salaire, pour qu'ils ne perdent pas entre 300 et 900 eur de retraite selon l'échelon :
Fin des 6 derniers mois avec ce système à points.

6 Millions de fonctionnaires : alors combien de milliards d'Eur de traitements mensuels en plus avec ce " système " ?
Les Dépenses des budgets de l'Etat et des Collectivités territoriales et locales vont donc exploser et donc les impots nationaux, et locaux ( Taxe Foncière).

Ils sont ou fous incompétents ou irresponsables
ou les trois à la fois,
au sommet de l'Etat ?
Réponse de le 11/12/2019 à 9:40 :
La réforme des retraites correspond à une volonté de l' UE qui consiste à faire s' appliquer sur tous les sujets les orientations en provenance de Bruxelles et s' adressant une fois l' an à chaque chef d' état.

Les « grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ) sont des « recommandations » de politique économique et sociale émises chaque année par la Commission européenne — non élue, et adressées à chacun des États membres, en fonction de leurs spécificités économiques structurelles internes respectives, et en vertu de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

C’est en fait la véritable feuille de route de la politique économique et sociale de tous les gouvernements des États membres de l’UE, notamment du gouvernement français, quelle que soit leur couleur politique. Les GOPÉ sont publiées après le programme national de réforme (PNR), le plus souvent fin mai, en anglais, puis peu de temps après dans la langue de chaque État membre. Ces derniers sont contraints de s’y plier, dès lors qu’ils sont membres de l’UE.

À l’occasion du Conseil européen de Göteborg des 15 et 16 juin 2001, les GOPÉ ont été définies par les États membres comme servant de « cadre de définition des grands objectifs politiques » ...

Vous êtes contre ces politiques d' austérité qui "grécisent" le pays ? Comprenez alors qui en est le réel initiateur. Il n' y aura pas de solution sans Frexit et avec l' UPR..
Réponse de le 11/12/2019 à 11:41 :
Plus c'est gros et plus ca passe. C'est en France et seulement.
a écrit le 10/12/2019 à 23:50 :
Ne nous faisons pas berner comme des gogos
Le gouvernement pointe du doigt les fonctionnaires et les régimes spéciaux qui bénéficient certes d'avantages qu'ils ne paient pas
MAIS cette réforme est surtout faite pour spolier les salariés du privé en piquant les réserves de leurs régimes de retraite complémentaires pour mettre ça dans un grand pot commun et sauver les finances de l'Etat.
En résumé on pique l'argent des fourmis pour le refiler aux cigales

INADMISSIBLE !
a écrit le 10/12/2019 à 22:18 :
et pourquoi pas tenir compte de l' espérance de vie des catégories de salariés concernés..la cadres ont 8-12 ans de plus que les salariés ouvriers-employés-maitrise..
oh et surprise les cheminots sont une des catégories les plus mal loties...bizarre non?
serait-ce les horaires décalés - les heures de nuit à l'exterieur, les samedis /dimanches et fêtes travaillés..sans oublier les problèmes à venir avec l' amiante-isolant électrique dans les locos...entre autre il y a une différence entre ceux qui sont sur le terrain et les cadres assis sur une chaise toute la journée même si la pression existe pour cette catégorie tant dans le privé que le public.
a écrit le 10/12/2019 à 22:18 :
et pourquoi pas tenir compte de l' espérance de vie des catégories de salariés concernés..la cadres ont 8-12 ans de plus que les salariés ouvriers-employés-maitrise..
oh et surprise les cheminots sont une des catégories les plus mal loties...bizarre non?
serait-ce les horaires décalés - les heures de nuit à l'exterieur, les samedis /dimanches et fêtes travaillés..sans oublier les problèmes à venir avec l' amiante-isolant électrique dans les locos...entre autre il y a une différence entre ceux qui sont sur le terrain et les cadres assis sur une chaise toute la journée même si la pression existe pour cette catégorie tant dans le privé que le public.
a écrit le 10/12/2019 à 21:02 :
Retraites : le gouvernement parachève son projet ...

Une méthode très désordonnée pour un projet du déclin et de la discrimination vieux / jeunes sur le dos des classes moyennes et visant en tir direct les pauvres qui s'amassent dans la misère qui elle s'épanche

... ce gouvernement approximatif Philippe Edouard est bien dans la veine de la confusion et de l'amateurisme du macronisme
a écrit le 10/12/2019 à 20:03 :
L’indexation sur les salaires ?
Et les salaires minimum ?
Les cadres vont empocher tous les fonds et vous appeler ça de l’équité ? De la démocratie ?
Pas de retraite à point indexé sur salaires car tous le monde cotise les mêmes taux sauf les cadres .
Les fonds des cadres doit être à part des autres fonds .( car leur salaire est trop élevé )
a écrit le 10/12/2019 à 18:34 :
Pour compenser les fonctios durant environ 20-25 ans de vie de retraité :
retraite actuellement basée sur les 6 derniers mois,

Il va falloir les payer plus cher ces 5 800 000 Fonctios, durant 42 ans de carrière :

COUT ? AVEC TEL NOUVEAU SYSTEME ?
a écrit le 10/12/2019 à 18:21 :
Les lycéens font grève? Grève de quoi puisque les cours n'ont plus lieu depuis longtemps , les profs étant en grève...c'est la catoplebas, serpent mythique qui se dévore lui-même en commençant par la queue. Leurs motifs? La retraite à 16 ans!
Ici Radio France: " Les Français parle au Français : emmerdons-nous mutuellement et en cœur si possible!"
a écrit le 10/12/2019 à 18:03 :
.Pourquoi cette irresponsable calendrier "gouverne-mental " consistant à programmer telle annonce lors d' un mois Vital pour les TPE


.Passés deux ans de concertation le " gouverne-ment " ne pouvait-il pas attendre Février-mars : mois creux économiquement.


.Hulot, tout puissant-capricieux ministre, fin 2018, qui voulait imposer sa nouvelle taxe sur le carb déjà taxé à 75% avait généré des " gilets jaunes " et cassé Déc

.Enfin si nous en sommes là en retraites TOUT EST DE LA FAUTE A MMITTTTERRRRAND, qui a déstabilisé le système en baissant de 65 à 60 Ans,
Ainsi, En 1993 il a fallu passer de 37.5ans à 40 ans, et baser la retraite sur les 25 meilleures années au lieu des 10.

.Ce système tiendrait facilement la route, à 65 ans :
sans la démagogie-irresponsabilité MITTTTTERRRRRAND
Réponse de le 10/12/2019 à 18:39 :
A 92 ans ! cela serait mieux pour les comptes Emanuel n'y a pas pensé alors n'en parlons pas . Mais cette réforme serait mieux comprise .
a écrit le 10/12/2019 à 17:01 :
lorsque les banques expliquent qu'il va y avoir une crise financière, si l'on suit la logique politique du gouvernement a mettre tout l'argent dans la financiarisation, disons que nous allons devant de graves problèmes!

Cet argent étant le gage de la dette, vous imaginez donc ce qui se passera, alors que l'on annonce un ralentissement en 2020, les banques annoncent une crise dans les deux trois ans.....

Vous imaginez donc une retraite telle que le gouvernement le souhaite, les caisses se viderons en fonction de la valeur absolue qu'elle représentera sur le marché !
Réponse de le 10/12/2019 à 18:45 :
Quittez un peu l'hexagone pour voir un peu ce qui se fait ailleurs. 2 ou 3 ans c'est le très court terme. Quand on gère un capital en bourse, c'est pour du très long terme et je peux vous dire par expérience personnelle que c'est gagnant et largement gagnant malgré les crises. Il faut prendre des risques et savoir les gérer. Si dans la vie on ne veut plus prendre de risques, il n'y a plus qu'à rester dans son lit.
a écrit le 10/12/2019 à 16:11 :
le déficit des finances publiques de la France exaspère de plus en plus nos partenaires européens , d'autant qu'il s'agit d'un déficit structurel concentré sur les salaires et pensions de fonctionnaires et agents d'entreprises publiques sous statut bénéficiant d'avantages surévalués par rapport à la qualité de leur contribution économique et sociale , et affichant une productivité très inférieure à celles de secteurs comparables tant publics que privés .
aucune projection de court ou moyen terme n'envisage une amélioration , au contraire l'annonce du Président sur l'abandon de l'engagement du Gouvernement de ramener le déficit sous les 3% de déficit augure un durcissement de la Commission Européenne et la menace d'une tutelle contraignante qui mettrait au régime sec toute la sphère publique et parapublique .
la réduction des effectifs de la fonction publique ayant été totalement supprimée sous le quinquennat Hollande et même inversée avec de nouvelles embauches massives , a vu une continuité politique sous la présidence Macron malgré des engagements contraires .la réforme des retraites qui s'impose , au regard d'une purge des déficits financiers imputables pour l'essentiel aux régimes spéciaux sous statut (sncf,rapt,électriciens et gaziers ,postiers ,...) et aux fonctionnaires d'Etat ,aurait dû faire l'objet d'une option d'action prioritaire de type paramétrique , permettant un rapprochement de convergence égalitaire avec le régime général des salariés dont les modalités de fonctionnement actuelles et les recettes perçues ne nécessitent pas de réformes urgentes - qui plus est , sans les transferts financiers imposés par l'Etat vers d'autres régimes déficitaires ,le régime général serait excédentaire -
le régime Macron ,impuissant à réaliser cette première réforme paramétrique des régimes spéciaux sous statut et des fonctionnaires a donc fait le choix d'une globalisation vers une réforme systémique destinée uniquement à faire payer par le secteur privé les déficits imputables aux régimes spéciaux sous statut et fonctionnaires , en maintenant le plus longtemps possible leurs avantages inégalitaires par des aménagements spécifiques .
la martingale est simple : "nationaliser "les 150 milliards de réserves des régimes bénéficiaires vertueux , pour combler pendant une dizaine d'années les privilèges des déficitaires .
Réponse de le 10/12/2019 à 17:07 :
Mais bien sûr on dépense trop pour ces gens qui ne font rien... Réduire les dépenses c'est baisser le nombre de fonctionnaires donc des policiers, des juges, des enseignants, des contrôleurs des impôts, des infirmiers, aides soignants, médecins, militaires... Allez un peu sur le terrain vous verrez comment ça tourne. Les déficits il y en a oui, mais c'est toujours les mêmes qui se serrent la ceinture. Allez juste lire les rapports sur la fraude fiscale, notamment celle des entreprises, sur toutes les exonérations accordées en échange de belles paroles d'embauche qui ne se réalisent pas., les cadeaux aux riches... Des privilégiés il y en a mais vous omettez de les citer, les 1% qui concentrent l'essentiel de l'enrichissement. Mais un cheminot c'est peut-être un privilégié d'après vous. C'est bien connu, tout le monde rêve de voir ses enfants devenir cheminot...
Réponse de le 10/12/2019 à 22:34 :
de quels privilèges parlez-vous?:
-tous les salariés du public nés à partir de 1963 partiront à 62 ans comme dans le privé ( réformes Sarkozy-Hollande)
-seuls certaines catégories de salariés dans les régimes spéciaux peuvent partir avant mais avec une décote de 5-10-15-20% selon le nombre d années manquantes pour une carrière compléte..42 ans.
-le calcul depuis les 6 derniers mois de salaire résulte de l' absence de retraite complémentaire dans le secteur publique et la non-prise en compte des primes ( 12 milliards d e conmies pour l état selon l ocde)
enfin un dimanche /férié travaillé c est 100-150% de salaire en plus ? 25€ dans le public... une heure de nuit compte double dans le privé ...2.5€ dans le public ( hopital, sncf etc)..
j ai travaillé dans différents secteusrs public et privé....
a écrit le 10/12/2019 à 14:56 :
Quand rien est claire depuis le début , il y a peu de chance de connaitre la réalité de ce qui est recherché . Comme le citait une célébrité quand c'est flou c'est qu'il y a un grand un loup . Même les syndicats ont été tenu en dehors de cette connaissance nécessaire qui est la finalité ultime de cette réforme .
a écrit le 10/12/2019 à 14:34 :
Et pourtant... grâce à l'obligation de déclaration 48h à l'avance qui permet à la SNCF et RATP de faire des prévisions de trafic à peu près fiables et d'utiliser au mieux les conducteurs non grévistes en les concentrant sur les circulations aux heures de pointe, les lignes de métro automatiques, les plate-formes de covoiturage, les cars Macron, les VTC, le télétravail rendu possible par la généralisation d'internet, les velib... le pays est loin d'être immobilisé comme il l'avait été en 1995. La prise d'otage complète est devenue impossible. L'exécutif peut prendre le risque de laisser le conflit mourir de sa belle mort, même si ça doit prendre 3 mois.
a écrit le 10/12/2019 à 14:14 :
La pire des annonces serait l'intégration des primes des fonctionnaires dans le calcul des points. Pour les fonctionnaires de catégorie C qui ont 1000 € de primes annuelles , ce serait un vol par rapport aux fonctionnaires de catégorie A (hors éducation nationale ) et hauts fonctionnaires qui ont pour certains plus de 100 000 € par an de prime annuelle. Curieusement grand silence des médias sur ces primes "surréalistes" qui feraient que la retraite des "nantis" doublerait alors que les "sans dents" de la fonction publique verraient leur retraite baisser avec la prise en compte de toute la carrière !
Réponse de le 10/12/2019 à 18:57 :
Le salaire de remplacement dit retraite est fonction de ce qu'on a gagné comme salaire toute sa vie, car elle dépend des cotisations basées sur le salaire.Elle sera toujours inférieure au salaire. La retraite n'est pas là pour corriger le salaire. Ce n'est aucunement sa fonction. Pour avoir une bonne retraite, il faut donc se battre ( par une formation adéquate, en changeant éventuellement de métier ......) pour un meilleur salaire. Après c'est trop tard. La retraite sera ce qu'elle sera.
a écrit le 10/12/2019 à 13:33 :
La France avec sur les frontons de ces bâtiments administratifs Liberté, Egalité, Fraternité, peut les enlever. On y est: le gouvernement LREM avec son Président MACRON, après monté la jeunesse contre ces nantis de retraités, va mettre la date de naissance de 1975 probablement pour la réforme des retraites. Alors cette fois-ci ce Président de la République aura le privilège d'opposer en plus les jeunes générations à LEURS PARENTS cette fois-ci. Ces évènements devraient êtres mentionnés dans les livres d'histoires de nos écoles publiques.
Réponse de le 10/12/2019 à 19:02 :
Le système actuel de retraite n'est nullement un système égalitaire. Comment expliquer que pour 100 Euros cotisés, ne génère pas la même retraite pour tout le monde. Actuellement le rendement varie de 1 à 5. c.à.d. il y en a qui reçoivent pour la même cotisation 5 fois plus que les autres. Vous voyez bien que c'est maintenant que l'on va raccrocher le mot EGALITE sur les frontons des mairies, car pour les retraites, l'égalité a disparue depuis longtemps.
a écrit le 10/12/2019 à 12:25 :
17% de grévistes a la SNCF.Il faut savoir arreter une grève quand on est aussi minoritaires.Les 83% restants doivent décider.Il faut voter une loi contre les blocages illégaux
a écrit le 10/12/2019 à 12:07 :
Leur seule ambition est de saigner le peuple. Après les retraites, se sera le tour de la santé, des mutuelles etc... La voie est libre..... je suis étonné que les gens ne revendiquent pas la remise à plat des retraites des ministres, des députés etc... et leurs nombres avantages. La réforme de la retraite sera juste si elle touche toutes les catégories sans exception. Sinon elle n'a pas lieu d'être, ils doivent revoir leurs copies.
a écrit le 10/12/2019 à 11:49 :
Les cheminots ne sont pas touché deja par la privatisation en 2020? Donc pq ce président s entête a casser l economie de notre pays?
Réponse de le 10/12/2019 à 13:55 :
La privatisation de la SNCF ? Laquelle ? qui voudrait l'acheter (même en donnant 50 milliards en plus de la donner gratuitement). Ce qui est prévu en 2020 c'est la fin des embauches au statut (donc dans 80 ans il n'y aura quasiment plus de cheminots actifs ou retraités au statut).
a écrit le 10/12/2019 à 11:23 :
pour être plus juste, plutôt que dire "parachever".... on devrait plutôt dire.... entrain de bidouiller un projet....
il semble de plus en plus évident, à lire l ensemble de la presse y compris pro macron.... que cette réforme est le pire exemple d impréparation depuis des lustres..... tout ça pour un fantasme de campagne du candidat macron..... qui avait été alerté sur la complexité du sujet mais n en n avait cure......le pire est que son premier ministre n 'était pas du tout fan de cette réforme.....on voit d’ailleurs les dissensions entre la macronie et l ancienne droite reconvertie....

même Attali, le "créateur" de la bête, si je puis dire... villipende ce projet comme le pire de la 5 eme....

aucun spécialiste des retraites à l Elysées..... la spécialiste à matignon a 29 ans.....une techno grand teint qui ne vit que par les graphiques.....et un monsieur retraite au gouvernement qui cumule emploi retraite sans état d âme et totalement circonvenu par les assureurs qui sont entrain de se frotter les mains.....

concussion entre privé et publique comme on n en n a jamais vu.....

j attends demain avec une sorte de "jubilation"...... presque malsaine.....mais sur le fond je ^pense vraiment que macron est à peu près la pire catastrophe qui nous soit arrivée

je termine en disant malgré tout qu une réforme est nécessaire.....à l évidence.....mais en ce posant les bonnes questions avant et pas après....

dernier point.... on nous fait peur sur les déficits du système.....10 milliards sur 315 milliards de retraites versées par an..... ce doit être possible de régler ça rapidement sans traumatisme majeur.... et se donner le temps pour remettre le reste à plat... sereinement....... on se fout totalement du fait que macron veuille pouvoir dire, j ai fait ma réforme...... si c 'est pour créer une hydre dans laquelle personne ne se retrouvera..... et surtout pas dans l objectif annoncé, juste, équilibrée et simple....
a écrit le 10/12/2019 à 11:02 :
Le gouvernement affirme que la valeur du point ne baissera jamais. C'est exact historiquement mais le gouvernement et les partenaires sociaux ont d'autres méthodes pour faire baisser la pension. Non indexation des points sur l'inflation, ce qui s'est passé ces trois dernières années: Inflation moins 1% conséquence , retraites gelées pendant 3 ans ( et Macron qui en rajoute une couche avec la CSG)
Deuxième méthode, la réforme Balladur. Comment ça fonctionne? On obtient moins de points chaque année pour la même cotisation annuelle. Pour les retraités nés à partir de 1949, la note a été salée, 20% en moyenne de la baisse des pensions.
Réponse de le 10/12/2019 à 19:12 :
On peut tempêter tant que l'on veut, on ne pourra jamais avoir plus que ce que l'économie de la France puisse nous donner. Vous noterez cependant que nous vivons à crédit depuis 40 ans. Nous continuons à vivre au-dessus de nos moyens car le déficit annuel est de l'ordre de 100 Milliards qui s'ajoute inexorablement au stock de dettes qui culmine à plus de 2000 Milliards d'Euros et qui engendre malgré les taux infiniment bas 45 Milliards en intérêts tous les ans.
a écrit le 10/12/2019 à 10:45 :
1 an d études , remise du rapport en grande pompe à Matignon .
Avons nous le droit d en connaitre sa contenance ?
Certains disent que c étaient les pistes nécessaires à sa compréhension pédagogique , mais que les décisions dépendraient du pouvoir .
Les médias ( chroniqueurs ) ont vantés sa justice sociales , et on sait maintenant qu aucun éléments factuels ne peut en faire la preuve .
A méditer .
Réponse de le 10/12/2019 à 14:16 :
"Avons nous le droit d en connaitre sa contenance ?"
Il est public, il est là : https://reforme-retraite.gouv.fr/IMG/pdf/retraite_01-09_leger.pdf
Bonne lecture.
Réponse de le 10/12/2019 à 18:51 :
@Bruno .
J y suis aller , j ai vu , j ai pas beaucoup lu , mais je comprend qu expliquer concrètement aux Francais sa risquerait de les instruire .
Je te pose une seule question .
En cas d inflation que deviens cet édifice .
a écrit le 10/12/2019 à 10:03 :
Avec les révélations du Canard et relayées ici même, avec cette réforme, tout le monde est perdant, sauf les institutions financières (cf blackrock - et consort, entreprise que j'ai maintes fois citée). CFDT, ou es-tu ? Monsieur Berger, quel a été le deal avec vous ? un poste haut placé dans l'administration pour votre silence, comme d'autres ?
a écrit le 10/12/2019 à 9:49 :
Visiblement ceux qui critiquent la fonction publique ici sont des cadres du privé bien mieux payés et qui auront une bien meilleure retraite que les cadres de la fonction publique, et le pire en travaillant moins.
Les cadres du privé, ont des primes, des vraies (pas le genre de primes fixes qui en réalité s'appliquent à tout le monde et qui n'avaient pas d'autre fonction que de réguler la future retraite) , parfois un treizième mois, un salaire de base 25% supérieur à diplôme égal, ils disent que nous avons la sécurité de l'emploi alors qu'ils sont au plein emploi, ils cotisent pour leur retraite quand ils sont au chômage indemnisé (ça s'appelle être payé à ne rien faire), ils peuvent valider un trimestre en travaillant à temps partiel justement parcequ'ils gagnent plus, ont le droit de négocier leur départ et partent parfois avec un gros chèque, maintien de salaire etc...
Aujourd'hui je fais grève. Certains diront que je ne crée pas de richesses et bien qu'on privatise mon métier et là on en reparlera mais ça en vérité PERSONNE le veut. C'est bien plus facile de taper sur les fonctionnaires plutôt que de les payer au même tarif que dans le privé.
Réponse de le 10/12/2019 à 11:16 :
il faut démissionner et vous faire embaucher dans le privé
a écrit le 10/12/2019 à 9:02 :
Ne nous faisons pas berner comme des gogos
Le gouvernement pointe du doigt les fonctionnaires et les régimes spéciaux qui bénéficient certes d'avantages qu'ils ne paient pas
MAIS cette réforme est surtout faite pour spolier les salariés du privé en piquant les réserves de leurs régimes de retraite complémentaires pour mettre ça dans un grand pot commun et sauver les finances de l'Etat.
En résumé on pique l'argent des fourmis pour le refiler aux cigales

INADMISSIBLE !
a écrit le 10/12/2019 à 8:40 :
Automatisation de toutes les lignes du métro rapidement pour pouvoir lutter contre le pouvoir de nuisance des conducteurs
Passage plus rapide de la mise en concurrence de la SNCF, avec la concurrence les conducteurs seront gagnants ils pourront avoir de meilleurs salaires mais ils devront comme en Suisse prendre leur retraite à 65 ans
Réponse de le 10/12/2019 à 11:49 :
Vous êtes bien dans l'esprit de Jupiter: rendre jaloux les Français entre eux. Vous croyez-c'est bientôt Noël- au père Noël: la concurrence à la SNCF n'apportera rien à quiconque. A quoi a servi l'ouverture des marchés de l'énergie? A augmenter le prix du KWh pour les clients d'EDF., car celle ci doit vendre à ses concurrents le KWH 40% moins cher qu'à ses propres clients . Globalement personne n'est gagnant car les concurrents vendent, en fait, le KWH plus cher que s'il n'y avait pas de concurrence.
Réponse de le 10/12/2019 à 13:59 :
Le statut des cheminots, de la RATP ou d'EDF est quasi devenu une insulte aux autres salariés. Qui peut m'expliquer en quoi la conduite d'un train est plus pénible, plus stressante et engage plus la responsabilité que celle d'un autocar ?
a écrit le 10/12/2019 à 8:36 :
Des politiciens paramétrés par les marchés financiers, des syndicats faibles et infiltrés, des médias qui nous exposent l'ensemble de ces aberrations majeurs comme normal... Et que surtout personne ne pense ou ne prenne du recul hein !

Quand est-ce que le cauchemar néolibéral se termine svp ?
a écrit le 10/12/2019 à 8:26 :
Grève folklorique et traditionnelle, bizarrement pas trop de grève d'EDF et des Impôts, ah quand on veux ....
a écrit le 10/12/2019 à 8:02 :
J'ai 35 ans et je sais que ma génération va se faire avoir. On va payer beaucoup pour les retraités actuels, et on aura rien quand se sera notre tour.
Si le système actuel n'est plus à l'équilibre, baissons les pensions! Arrêtons de demander toujours plus de sacrifices aux jeunes générations.
Réponse de le 10/12/2019 à 8:45 :
J'en ai 30 et je pense exactement comme toi , nous sommes les dindons de la farce .
Les retraités actuels et autres régimes spéciaux n'en ont rien à faire de nous et rien à faire de nous envoyer à l'abattoir
Réponse de le 10/12/2019 à 11:56 :
C'est sûr qu'avec ce que l'on sait du projet du gvt, vous aurez moins à la retraite que nous. Je vous souhaite d'avoir une carrière sans trou car sinon, vous devrez trouver un travail lorsque vous pourrez partir à la retraite. Le système actuel reste équilibré mais s'il ne l'est plus , l'Etat met la main à la poche. Demain, c'est ce qu'il ne veut plus en particulier pour les régimes spéciaux.
Réponse de le 10/12/2019 à 14:18 :
Vous avez raison de vous méfier. Quand un système est en déséquilibre, il peut perdurer mais jamais trop longtemps. Et n'oubliez pas les 30 000 euros de dettes sur la pa français, des bébés aux grand-pères
a écrit le 10/12/2019 à 6:49 :
Il est temps de démanteler la SNCF et la RATP, de licencier l'ensemble de leurs personnels, de les privatiser en de multiples entreprises, comme ça a été fait au Royaume-Uni, qui réembaucheraient les salariés nécessaires à l'exploitation en contrat de droit privé en dehors de tout statut particulier.
Réponse de le 10/12/2019 à 8:56 :
Effectivement, la concurrence est nécessaire. Pour preuve, voudrait-on revenir à l'époque où France Telecom faisait sa loi ?
Réponse de le 10/12/2019 à 10:19 :
au royaume uni la privatisation des chemins de fer a été un desastre.Tarifs exorbitants ,maintenance déplorable ,voies en mauvais état et j'en passe.Alors parlez de ce que vous connaissez au lieu de debiter des absurdités
Réponse de le 10/12/2019 à 10:42 :
Il est temps de revenir à l' instant où les services publics étaient au service de tous et non pas privatisés pour le seul bonheur des copains des alter européistes qui se sucrent sur le dos des français qui les ont financés. On remarque assez bien l' envolée des coûts pour l' usager dès qu' un service est privatisé, l' histoire française en foisonne.
a écrit le 10/12/2019 à 3:39 :
Quand on realise le pouvoir de nuisance des uns et des autres, on se dit qu'on a fait le bon choix de se barrer de ce pays de dingues.
a écrit le 09/12/2019 à 23:03 :
cette concertation fait ressortir "une forte volonté de remédier aux limites du système actuel tout en conservant son ADN", justifiant ainsi la création du "système universel" censé remplacer les 42 régimes de retraites existants.
Ce type de discours on s'en fout . Cela rentre en application quand , qui gère le point ,je touche combien , à quel âge ??? Alors accouchez ou dégagez .
a écrit le 09/12/2019 à 21:25 :
qui est donc le conseiller, le donneur d'ordre, de macron : BLACK ROCK 6000 MILLIARDS DE DOLLARS, un certain FLINK, votre épargne l'intéresse, la privatisation de la retraite aussi, venez venez les petits amis.....
a écrit le 09/12/2019 à 21:21 :
On nous cache tout, on nous dit rien !
Pour Bruxelles, les réformes conduites jusqu’à présent sont loin d’être suffisantes. La viabilité de notre système est toujours menacée, notamment à cause « des régimes des fonctionnaires et des employés des sociétés contrôlées par l’Etat », écrit la Commission, qui s’inquiète plus particulièrement pour l’avenir des retraites complémentaires. Elle demande au gouvernement de présenter de nouvelles mesures en mars 2016.
Et le cinoche unioniste se poursuite dans l' ombre quand la grosse commission rappelle que les dépenses sociales représentent près de la moitié de toutes les dépenses du secteur public. Les 11 milliards d’économies prévus par le gouvernement entre 2015 et 2017 ne seront pas suffisants pour Bruxelles, qui réclame des efforts supplémentaires notamment « dans le domaine des prix des produits pharmaceutiques et des dépenses hospitalières ».

Pourquoi foncer vers la cure grecque qui a été administré au pays, de force, par Docteur Europe et Professeur FMI, et Maestro Banque Centrale : la fameuse Troïka (le vocable utilisé évoque la nostalgie des temps soviétiques, celui du gosplan et soviet suprême, un comble pour l’Europe si démocratique hier qu' accompagnait une France hier si rieuse.
Ou quand les GOPE de l' Ue gopettent, pourquoi continuer de feindre ? At-on les GOPE honteuses dans un gouvernement qui nous promettait un grand changement démocratique dans un espace républicain revigoré quand le vulgum pecus, petit peuple d' en-bas observe des mises en examen et descend dans la rue défendre ses droits?
Un coming out ferait cependant tellement de bien au pays.
a écrit le 09/12/2019 à 20:45 :
En tout cas de mon côté j'ai bien expliqué ce matin à mes collègues Indiens et américains qui ont dû prendre un blaBlaBus aujourd'hui vu la grève des trains que ce type de mouvement est dû à une minorité de français qui défendent des privilèges d'un autres âge et quand je leur expliqué le contenu des privilèges pour SNCF, RATP,EDF et les fonctionnaires, ils étaient époustouflés que les français se laissent ainsi tondre. Bon pas très bon pour notre image mais au moins que tout le monde sache que ce n'est qu'une minorité et pas tous les français qui représentent cette caste néo communiste prête à tout pour capter impôts et taxes des autres.
Réponse de le 09/12/2019 à 21:23 :
Si cela devait être le cas, pour moi la question est de poser les éléments sur la table, de la ou l'on parle et surtout concrètement, les autres nous regardent aussi car 125 000 enfants dans la rue en uk, je pense que comparaison n'est pas raison.

Les privilèges semble dans une conversation comme a l'image du politique, une question de pratiques.
Si l'on va au bout de la logique, mon expérience justement de l'extérieur sur la question par exemple de la corruption, a mon avis il est de même.

Le privilège si l'on ne met pas de contexte, permet de fait de dire sans que l'interlocuteur puisse avoir les éléments de contextes.

Pour proposer une réforme, on peut ajouter le fait que les députés et autres sénateurs eux, ne modifient en rien leurs régimes.

Donc finalement si l'on voit la questions des conflits d'intérêts, delevoy, bayrou ne serait ce que les deux derniers jours en disent long ......

Alors dans la logique de ce qui se passe parmi ceux supposé faire ordre par l'exemple, ne me permet pas de me résoudre a la simplicité mais de faire constat.

Étant polyglotte, je tente aussi d'avoir dans l'analyse l'ensemble des données et non le privilège supposé, pour peu que la société ne le soit pas.

C'est pourquoi cette emprise n'a pas de sens, si ce n'est pour croire que la retraite de ceux avec lesquels on parle, puisse se comparer.

Actuellement pour ces personnes, comme pour moi même , j'ai bien compris que la question se trouvait dans -30% de moins pour la retraite, (les entrepreneurs étant la masse de ceux qui n'aurons cotisation pour la retraite) et pour autant la mise sur le marché est une envie, mais qui s'assume.

Lorsque l'on a tant de corruption, si peu de votes pour soi, et qu'en plus il y a clairement conflit d'intérêts, pour moi c'est difficile de venir m'expliquer que dans la pensée des anglais et autres, ceux qui sont dans ces situations puissent prôner aux autres (j'ai travaillé pour un cabinet américain de conseil, et effectivement ce type de fonctionnement ne peut être).

Donc ceci est intéressant, si l'on sait la mise en examen du président de la première chambre, non?

Il faut tout expliquer, pour savoir qui demande quoi, qui fait quoi, et surtout quelles sont donc les choix, et non de l'idéologie libéraliste, qui fait fit de la société.

La preuve, le président est un ancien banquier, donc cela si l'on regarde business France, non?

Il est donc important au fait que du juge a l'éboueur, vaut plus d'explication dans les problématiques que le simplisme idéologique!
Réponse de le 09/12/2019 à 21:45 :
Ceux qui veulent nationaliser de force et sans compensation les retraites des français et les privatiser en un seul régime collectiviste tout en raflant les réserves.... c'est Macron et consorts.

Pas étonnant qu'ils soient effarés les étrangers. Vous ne comprenez pas ce que vous leur dites.
Il y a des dizaines de milliers de fonds de pension aux USA et en Inde, qui ont chacun des rendements et des avantages différents.Votre cause est indéfendable à leurs yeux.
Réponse de le 09/12/2019 à 22:02 :
Eh bien je vois que la propagande media et les fakes news ont bien fonctionné chez vous !!! SNCF RATP EDF c'est 3% de la masse totale, pourquoi vous n'avez pas mis dans le même panier, l'armée, la police et la gendarmerie, l’éducation nationale, et les hôpitaux ? un oubli sans doute, ça devient vraiment récurent (cf Delevoye)
Vous inquiétez pas des impôts (indirect) vous en paierez plus quand les fonctionnaires ne seront plus là, vous leurs avez demandé à vos collègues américains combien paient ils pour leur retraite, la santé, pour remplir leurs déclarations d’impôts, etc.. ??? eh oui la bas pas beaucoup d’impôts direct, mais alors pour le reste ...tout est payant !
Réponse de le 09/12/2019 à 23:30 :
De quels privilèges parlez vous? Depuis les réformes antérieures les cheminots - sauf conducteurs - partent à 62 ans pour tous ceux né après 1963... comme dans le privé... il n y a pas de retraite complémentaire dans le public alors que dans le privé oui... 28j de congés et 8 et par an j appelle pas cela des privilèges parlez plutôt de nos politiques 3 mois de cotisations retraites = retraites à vie ( vous et moi devront cotiser 42 ans voir plus...) pour juger faut le vivre de l intérieur.. au fzit avez vous expliquer aussi à vos amis que les état s appropriaient les retraites complémentaires ( 140-250 milliard d euros) et que vous perdiez toutes vos cotisations passées ... dzns cette réforme des retraites ... vous comprendrez aussi que les salariés nés entre 1965 et 1980 ne voient pas pourquoi on’les Spolies de leurs cotisations ( qui ont payées les retraites. De leurs aînés) et qu à 5-10-15 ans de la retraite on change les règles du jeux -trop facile- dans ce cas que l on nous rembourse nos cotisations passées puisque le contrat îtergenerationnel n est plus respecté ... c est là le vrai enjeu ... les 5 millions de salariés du public doivent ils arrêter de consommer aujourd hui pour constituer une épargne de retraite pour demain , ça c est une vraie question pour le pouvoir!!
Réponse de le 09/12/2019 à 23:32 :
De quels privilèges parlez vous? Depuis les réformes antérieures les cheminots - sauf conducteurs - partent à 62 ans pour tous ceux né après 1963... comme dans le privé... il n y a pas de retraite complémentaire dans le public alors que dans le privé oui... 28j de congés et 8 et par an j appelle pas cela des privilèges parlez plutôt de nos politiques 3 mois de cotisations retraites = retraites à vie ( vous et moi devront cotiser 42 ans voir plus...) pour juger faut le vivre de l intérieur.. au fzit avez vous expliquer aussi à vos amis que les état s appropriaient les retraites complémentaires ( 140-250 milliard d euros) et que vous perdiez toutes vos cotisations passées ... dzns cette réforme des retraites ... vous comprendrez aussi que les salariés nés entre 1965 et 1980 ne voient pas pourquoi on’les Spolies de leurs cotisations ( qui ont payées les retraites. De leurs aînés) et qu à 5-10-15 ans de la retraite on change les règles du jeux -trop facile- dans ce cas que l on nous rembourse nos cotisations passées puisque le contrat îtergenerationnel n est plus respecté ... c est là le vrai enjeu ... les 5 millions de salariés du public doivent ils arrêter de consommer aujourd hui pour constituer une épargne de retraite pour demain , ça c est une vraie question pour le pouvoir!!
Réponse de le 10/12/2019 à 5:04 :
Totally in line !!!!! sur le fait qu il s agisse d un des derniers pays communiste au monde avec la coree du nord et cuba...1 actif sur 4 travaille dans la fonction publique. 57,8% du PIb consacrée à la dette publique...où 10% des plus riches (privés) paient 70% de l IR...Etc...c est un système totalement exsangue (dette abyssale de 98,7% du PIB) qui motive les plus qualifiés et plus talentueux à quitter ce territoire de Bolcheviques sans état d âmes ...
Réponse de le 10/12/2019 à 12:10 :
En ce qui concerne les retraites, vos collègues indiens et américains doivent être envieux du système français. Demandez leur combien ils vont toucher à la retraite? Comment font ils pour capitaliser sans risquer d'y laisser leurs chemises?
Réponse de le 10/12/2019 à 15:06 :
Ben si la soupe est si bonne à la SNCF et RATP pourquoi ne venez vous pas? mais avant de venir pensez à vous achetez un voir 2 réveils car ceux ci seront très matinale.
Ajouter aussi quelque vacance loin de votre famille au moins 2 fois par semaine...
Du stress permanent car vous transporter dés personnes pas du bétails dans vos trains etc...
a écrit le 09/12/2019 à 20:20 :
Il est étonnant de voir l'absence totale de communication de la part de la CFDT. Maintenant que les projections économiques sont claires, tout le monde est perdant... drôle de syndicat qui ne défend pas les acquis de ses adhérents ? (et des français tout court)... politique quand tu nous tiens.
Réponse de le 10/12/2019 à 9:23 :
Oui et le gouvernement qui parle de compensation... qui dit qu'il y aura des compensations, dit indirectement qu'il y aura des perdants.
a écrit le 09/12/2019 à 20:11 :
L' UPR explique à nouveau ce soir aux français que la réformes est exigée par Bruxelles depuis 2012 via l' article 121 et qu' il ne suffit pas de taper sur Macron, Philippe et Delevoye mais de comprendre qu' en amont c' est bien cette UE qui demande le démantèlement du système de retraites français, plus globalement du système par répartition et qui attend de Macron qu' il tienne bon.

Signalons que l'institut iFRAP -vrai institut de lobby ultra libéral dénoncé par Marianne dont parle F Asselineau qui prétend via cette réforme à une économie de 5 milliards d' euros! est dirigé par Agnès Verdier-Molinié.

Cette même Agnès Verdier-Molinié a été également membre de la CODICE (Conseil pour la diffusion de la culture économique), créé, comme par hasard, par Thierry Breton, le nouveau commissaire européen pour la France.
Comme par hasard.
Réponse de le 09/12/2019 à 20:54 :
La réforme, évidemment.
a écrit le 09/12/2019 à 19:33 :
Pour la paix social et limité la casse (mois de décembre catastrophique pour les commerces à paris et autres villes) pour l image du pays ,et pour que nous les usagers du transport ne souffrons plus il lui faut :
Faire sa reforme progressive (clause du grand père donc uniquement pour les nouveaux contrats)
Plafonner les retraites à 2,5 fois le smic (je pense que nous arriverons à vivre avec cela)
De toute façon les agents sncf ont eu une réforme qui va entrer en vigueur en 1 janvier 2020 et les nouveaux agent seront des agent du privé donc pas du regime si spécial.
Ce président à tous fais comme il ne le faillait pas et dommage que nous somme gouverné par des amateurs...
a écrit le 09/12/2019 à 18:55 :
Un par- me semble de trop.

Une reforme trop loin, avec sean connery en president, ça pourrait le faire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :