Acte 24 des "Gilets jaunes" : la mobilisation marque le pas avant le 1er mai

 |   |  1069  mots
Les gilets jaunes sont de nouveau mobilisés samedi en France, et notamment à Paris et à Strasbourg, pour protester contre le bla-bla présidentiel.
Les "gilets jaunes" sont de nouveau mobilisés samedi en France, et notamment à Paris et à Strasbourg, pour protester contre le "bla-bla" présidentiel. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Plusieurs milliers de manifestants, gilets rouges de la CGT, "gilets jaunes" et représentants de partis de gauche mêlés, manifestaient samedi à Paris et à Strasbourg, pour opposer une "riposte générale" au gouvernement et au Medef, ont constaté des journalistes de l'AFP.

[Article publié samedi 27 avril à 15h36, mis à jour à 17h18 puis à 20h20]

Maintenir la pression, 48 heures après les annonces d'Emmanuel Macron en réponse à la crise sociale et quatre jours avant le défilé du 1er mai : les "gilets jaunes" se sont de nouveau mobilisés samedi en France, et notamment à Paris, Bordeaux et Strasbourg, pour protester contre le "bla-bla" présidentiel.

Verdict : la mobilisation a été parmi les plus faibles. Le ministère de l'Intérieur a recensé 23.600 manifestants, contre 27.900 la semaine précédente, soit l'une des plus faibles mobilisations depuis la mi-novembre (la plus faible était le 6 avril avec 22.300 manifestants). Selon le décompte des "gilets jaunes", ils étaient au moins 60.000. Selon la préfecture de police de Paris, 8.920 contrôles préventifs ont été effectués et 11 personnes ont été interpellées dans la capitale. Depuis l'acte 1 de ce mouvement social le 17 novembre, 2.400 "gilets jaunes" et 1.700 membres des forces de l'ordre ont été blessés, selon Beauvau.

Ce nouveau samedi illustrant la persistance d'un mouvement inédit, qui empoisonne l'exécutif depuis plus de cinq mois, a été marqué par quelques tensions à Strasbourg, Lille ou Toulouse.

A Paris, CGT, "Gilets jaunes" et partis de gauche mêlés

A Paris, deux cortèges distincts ont réuni dans le calme 2.600 "gilets jaunes" selon les autorités contre 9.000 la semaine dernière. La préfecture de police de Paris a indiqué avoir procédé à 13.500 contrôles préventifs et à 14 interpellations.

Le carré de tête de la manifestation, à l'initiative de fédérations et unions départementales CGT - mais en l'absence du secrétaire général de la confédération, Philippe Martinez - marchait derrière une banderole proclamant : "Face à une attaque globale, riposte générale".

Mais c'étaient des "gilets jaunes" qui ouvraient la marche, dans un cortège très étiré et avançant au pas de course entre Montparnasse et place d'Italie. Cette action a aussi reçu le soutien du PCF, de personnalités comme la journaliste Aude Lancelin ou la "gilet jaune" Priscillia Ludosky. Des militants NPA étaient notamment présents, tout comme, côté LFI, Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens.

Dans le carré de tête, Amar Lagha (CGT-Commerce), l'un des organisateurs interrogé par l'AFP, s'est montré déçu par l'intervention du président de la République jeudi. "Il n'y a rien eu sur le pouvoir d'achat", a-t-il souligné. "Tant mieux pour les retraités, il est revenu sur la bêtise qu'il a faite. Sinon, silence total sur les cadeaux qu'il a faits aux grands groupes. Ce gouvernement n'a rien apporté. Le cap reste le même : la casse sociale".

La sénatrice EELV Esther Benbassa, qui a été de toutes les manifestations des "gilets jaunes", a estimé que "du débat national n'est sortie qu'une souris. C'est bien qu'aujourd'hui nous soyons avec la CGT, parce qu'il faut que le peuple de gauche soit uni. Il y aura aussi le 1er mai pour dire non".

"Une fédération du peuple"

Des gilets CGT d'Aéroports de Paris, de la CGT chômeurs, des services publics territoriaux parsemaient la manifestation. Certains étaient venus de Roubaix, du Tarn-et-Garonne ou des Bouches-du-Rhône, encadrés par un important service d'ordre CGT.

Des "gilets jaunes" étaient également bien visibles au sein du cortège. Brigitte Couderc, secrétaire générale de la CGT-Commerce de la Gironde, estime qu'avec les "gilets jaunes", "on ne peut pas parler d'alliance, mais on parle de plateforme commune de revendications", car "on en a ras-le-bol de la politique économique et sociale du gouvernement".

Patricia, Parisienne de 65 ans, "institutrice à la retraite", "gilet jaune depuis le début" et Insoumise, manifeste avec la CGT ce samedi, car elle est "pour la convergence des luttes". "Je réclame de mes vœux que tous les syndicats, partis, mouvements contestataires soient dans la rue pour une fédération du peuple, pour la justice sociale et fiscale", a-t-elle expliqué à l'AFP.

La manifestation se déroulait dans une ambiance bon enfant, avec des slogans comme "De cette société, on n'en veut pas" ou "Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère". Les clients regardaient passer le cortège installés à la terrasse de la célèbre brasserie La Rotonde, protégée par les CRS.

Cette manifestation fait figure de tour de chauffe, avant la grande manifestation unitaire organisée par la CGT, FO, FSU, Solidaires, l'Unef (étudiants) et l'UNL (lycéens) le 1er mai. Les 5,5 millions de fonctionnaires sont pour leur part appelés à une autre journée d'actions et de grève le 9 mai, contre la réforme de la Fonction publique.

2000 personnes dans les rues à Strasbourg

A un mois des élections européennes, les organisateurs entendent donner un caractère "international" à la journée d'action avec une manifestation à Strasbourg. Ce défilé de 2.000 "gilets jaunes", selon la préfecture, a été marqué par un bref épisode de tension quand le cortège a voulu rejoindre le Parlement européen, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Dans la foule, Pascal Harter, 58 ans, a estimé qu'il n'y avait "rien eu de concret" dans les annonces faites par le président jeudi depuis l'Elysée. "Ca m'a remotivé", a-t-il expliqué à l'AFP. Pour ce pré-retraité, le chef de l'Etat s'en est tenu à du "bla-bla".

Un sentiment largement partagé sur les réseaux sociaux dans les groupes de "gilets jaunes", pour qui les mesures d'Emmanuel Macron - déployer "plus de fonctionnaires sur le terrain", de baisser l'impôt sur le revenu, de supprimer l'ENA ou bien encore de réindexer sur l'inflation les pensions de retraites de moins de 2.000 euros - ne suffisent pas.

A un mois des élections européennes, les organisateurs de l'événement strasbourgeois espèrent donner un caractère "international" à leur lutte. Les manifestants ont entonné une Marseillaise avant le départ du cortège, puis scandé : "On est là, même si Macron le veut pas, on est là". Du haut d'une camionnette, un "street medic" allemand a lancé en allemand : "La France est un exemple pour l'Europe, l'Allemagne doit se réveiller comme la France". "Je suis là parce que Français et Allemands partagent les mêmes problèmes et que je soutiens les Français", a résumé Erwin Bierwald, retraité de 67 ans venu de Fribourg-en-Brisgau (sud-ouest de l'Allemagne).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2019 à 2:47 :
le partit liberal du quebec nous a fait la meme chose,couper les pauvres pour redonner a ses amis riches, et bien on s'en ai debarasser .maintenant ont a un bon gouvernement qui tente de reparer 15 ans de corruption et de collsion,ce sera pas facile pour lui ,mais ont lui fait confiance. Bonne Chance
a écrit le 30/04/2019 à 10:18 :
la couleur ne change rien aux idees c est le peuple en colere qui se bat pour sauvez ce qui reste du combat des anciens ; vous n avez pas vue le nobre de retraite sur les ronds point ou dans les manifestations, et surtout des femmes seul avec enfant a charge, ou sont les autres ouvriers, syndicats ,partie politique, : ils ressorte maintenent pour des elections europeenne qui ne font que voter des lois contre eux,? DECIDEMENT LES GENS NE CHANGE PAS? C EST CHAQU UN POUR SOIS AFIN D OBTENIR TOUJOURS PLUS/ RIEN QUE POUR SOIS? LE FRANCAIS N A PLUS DIDEES INTELIGENTE POUR CHANGE L ETAT DES ESPRITS ?SERIONS NOUS REDEVENUE DES VEAUX COMME DISAIT DEGAULLE?:ceci dit je serais mercredi 1mai dans la manif souvenir des luttes de nos anciens???
a écrit le 29/04/2019 à 7:23 :
La fluctuation de l'activité des Gilets Jaunes est fonction de la météo et des congés scolaires, notamment. Cela montre combien ce mouvement diffère des mouvements organisés et qu'il est ancré profondément dans la population. Le gouvernement aurait tort de chanter victoire; supposons qu'apparaisse un "homme providentiel" qui sache enflammer le peuple, une tempête pourrait se lever dont les effets sont imprévisibles et pourraient secouer l'Europe en cette période de crise mondiale.
a écrit le 28/04/2019 à 11:45 :
Fin pathétique de ce mouvement qui finalement contrairement à mai 68 ne marquera pas l'histoire du pays. En 1968, les jeunes étaient descendus dans la rue pour obtenir plus de liberté, finalement rejoint par les syndicats, le tout ayant débouché sur les accords de Grenelle avec des avancées sociales significatives. Aujourd'hui nous avons des individus qui réclament plus d'argent mais de la part de l'état et non de leurs employeurs mais ils sont passés à coté du sujet. L'unique enjeu étant en réalité le chômage de masse qui ronge le pays, celui qui permet de maintenir les salaires à des faibles niveaux, de discriminer à l'embauche sur le sexe, l'origine et l'age, de licencier aisément ceux qui ne rentrent plus dans les bonnes cases... Cette France des provinces qui se vide de son industrie, ce sont les rond points qui se remplissent et sûrement pas l'absence de RIC.
Réponse de le 28/04/2019 à 13:43 :
"Fin pathétique de ce mouvement"

T' as qu' à rêver, le gouvernement n' a répondu en rien, regarde samedi prochain!

"Cette France des provinces qui se vide de son industrie", C ' est la conséquence de l' UE et des délocalisations permises par l' article 63!

Tu vas bosser contre un roumain à 450 euros ?
a écrit le 28/04/2019 à 10:26 :
Alors qu'ils s'encartent à la CGT au lieu de nous emboucaner le samedi. Ça arrangera tout le monde: les français et la cgt !
a écrit le 28/04/2019 à 9:24 :
Tiens Donc! On croyait les gilets jaunes apolitiques. Pauvre CGT qui ne trouve rien de mieux que de tenir le rôle d'appendice caudal de ce mouvement en pleine déliquescence .
a écrit le 28/04/2019 à 8:32 :
Les GJ ont refusé que certains puissent les représenter, en fait aujourd'hui ils sont devenus les vassaux de la CGT et de LFI. Il est bien loin l'idéal de mieux vivre de vivre de revenus décents. Lorsque je vois un Martinez plus dans le développement du chômage et de la pauvreté, qui ne représente presque rien et surtout pas les plus démunis ou un Mélenchon au patrimoine que n'aura jamais un grand nombre de GJ je me marre. Mon soutien au GJ déjà à mal par les violences est aujourd'hui fini. Une question me tarabusque sous quelle étiquette ou par qui étaient manipulés ceux qui menaçaient les GJ qui voulaient créer un parti ou désigner des représentants NON POLITIQUES OU SYNDICALISTES, QUI???? Je ne vais lancer une fakes news mais la question reste posée. Le grand perdant Dupont Aignan qui a force de raconter des âneries et fakes news est devenu le plus grand dindon de sa propre farce?
a écrit le 28/04/2019 à 7:58 :
Le seul objectif des gilets jaunes, c'est de rabattre en meute le gibier électoral vers les partis populistes. Tout le reste est littérature.
Réponse de le 28/04/2019 à 9:34 :
Et les néolibéraux successifs de rabattre le pognon des français sur le 1 % en donnant, entre autre, le public financé par tous au privé.
Démocratie, demos Kratos, retour de la politique au seul peuple et avec des gouvernements qui le représente, UPR, Frexit vite ...
Réponse de le 28/04/2019 à 16:17 :
Un partir qui voudrait nous vendre la politique au peuple à mourir de rires surtout avec un bon!!énarque au pouvoir le visionnaires !!! Asselineau. un bon!!! haut fonctionnaire encore un qui voudrait nous faire prendre des vessies……. Je note que l'UPR va devoir continuer à nous raconter des fakes news et des histoires abracadabrantesques pour pouvoir être remboursé des frais de campagne, avec peut -être la mise au chômage d'un "vieux" routier des couloirs des ministères vu selon les sondages actuels du score. Bartabas il faut aller plus au charbon et nous faire des commentaires dignes d'un parti qui se voudrait au niveau des défis de la France dans un monde de compétitions, ce qui n'est pas le cas en dehors d'un baratin sans envergure politique et surtout économique. Vous trouvez pas que le Brexit fait du surplace alors le frexit de l'immobilisme!
Réponse de le 28/04/2019 à 20:13 :
@amusant Vous n' aimez pas le RIC et le Frexit, comme je vous comprends. Chacun jouant sa partition, la vôtre est la promotion de l' européisme échoué qui a fait perdre 56 000 euros à chaquefrançais sur une génération (17 ans précisément), source CEP et collé l' UE en récession à - 2% sur dix ans (source LT) contrairement à tout le reste du monde dont la Chine qui explose et les usa à + 39 %, la mienne a une ambition démocratique ...
Je vous abandonne à vos fantasmes du demain ça ira mieux! Vos enfants sauront vous remercier.
On peut aussi reparler de la corrélation entre temps médiatique et résultats électoraux quand vous le souhaitez.
Réponse de le 29/04/2019 à 9:26 :
Il est évident que nous échangerons après les élections, sur ce sujet nous sommes en phase. Votre commentaire me fait penser à celui de M. Mélenchon qui n' a toujours pas digérer de ne pas être le sphinx après les élections de mai 2017. Pour ce qui est de mon!! européisme je pense que l’Union ne marchera jamais, trop de différences entre nos pays autant sur le plan économique, culturelle, pour certains l’égoïste pour d’autres la dépense sans compter, mais dans l'économie mondiale que j'analyse après plusieurs décennies à d'exportation et sur 3 continents et non quelques années à se promener dans les ministères, les ambassades et réunions petits gâteaux comme M. Asselineau un énarque haut fonctionnaire la pire des situations , elle vaut mieux qu'un frexit qui n'apportera rien de plus au contraire, du au croissement des économiques. La mise en place du Brexit en est la preuve. Autre sujet avec les chiffres que vous donnez je vous en propose un autre tout aussi valable une croissance du PIB français depuis plus de 15 ans, même si aujourd’hui les chiffres du R.U semblent bons le PIB depuis 2016 est en chute ce qui prouve qu’il suffit de piocher le bon chiffre pour faire avaler une idée. Les stats à foison permettent de trouver le chiffre qui va donner raison à l’un ou l’autre des partis. Vous contester les sondages mais ils donnent une ligne qui varie peu ou pas dans les résultats finaux que cela vous plaisent ou pas. A fin mai pour voir celui qui va rire et celui qui va pleurer.
a écrit le 27/04/2019 à 19:06 :
Mais voici Besancenot, Poutou et Mélenchon qui viennent misérablement tenter une récupération sur la pointe des pieds.......
a écrit le 27/04/2019 à 18:44 :
A partir du moment où il devient impossible d'user de l'espace public, puisque certains l'occupent de manière quasi exclusive, et à des fins qui ne regardent qu'eux, il serait peut-être utile de le louer. Après tout, les communes louent bien les trottoirs aux cafés.. Un Rond point? 30 euros de l'heure, les Champs Elysées? 100 000 euros pour 5 heures.. etc..:)
a écrit le 27/04/2019 à 17:33 :
Si les gilets jaunes avaient mis autant d'énergie à l'école qu'ils en mettent à manifester ou à casser, nous aurions certainement plus de prix nobel.
a écrit le 27/04/2019 à 17:30 :
Une riposte globale contre les Gilets Jaunes, ça je le comprendrais parfaitement... Il faut en finir avec ces histrions qui ne représentent rien et dont l'immaturité est soutenue à bout de bras par des médias complaisants. Qu'on commence par respecter le vote des Français ! Il y a 65 millions de citoyens en France, les Gilets Jaunes ne représentent rien de plus qu'un extrême minorité même pas homogène ni d'accord entre elle : elle n'a pas à imposer sa loi aux autres citoyens.
a écrit le 27/04/2019 à 17:23 :
Moins ils sont nombreux, et plus ils sont mégalos, les JG : le Peuple, ce n'est pas qu'eux.
Et il est déjà représenté au Parlement.
Même si le système n'est pas parfait, c'est sûr.
Réponse de le 28/04/2019 à 17:07 :
C'est de la propagande digne d'un régime autoritaire, ce que nous obtiendrons si ces individus prenaient le pouvoir.
a écrit le 27/04/2019 à 16:14 :
«Il a juste remodelé, reformulé son discours électoraliste qu’on ne veut plus et c’est pour cela que nous sommes dans la rue aujourd’hui», explique Jérôme Rodriguez figure historique des GJ au micro de Sputnik.
«On a vu jeudi qu’il gardait le cap, on garde le nôtre. On continue à être visible, on continue à manifester, on continue les actions.»«Le Gilet jaune ce n’est pas une idéologie. Il y a un citoyen sous le gilet jaune. Et les revendications que l’on fait, ce ne sont pas des revendications de Gilets jaunes mais des revendications citoyennes. Et tous les citoyens de France peuvent être concernés par ce que l’on demande.»
a écrit le 27/04/2019 à 16:08 :
C'est quand même dingue que tous les week-ends, une poignée d'excités mobilisent tous les médias...
Réponse de le 27/04/2019 à 16:32 :
Ne vous inquiétez pas Marin, vous pouvez toujours suivre vos séries Netflix ou le sport à la TV, ça c'est important et j'espère que les médias détailleront tous les résultats sportifs du WEnd.
Réponse de le 27/04/2019 à 16:40 :
Pour les chaînes d'information, ce n'est pas seulement le week end mais également la semaine durant laquelle le sujet monopolise les deux tiers du temps d'antenne et ce depuis six mois. Apparemment, cela ne dérange pas le CSA, la peur sans doute des réactions, il a dû recevoir des consignes du gouvernement.
Réponse de le 28/04/2019 à 1:04 :
Si c'est aussi insignifiant que vous le prétendez, pourquoi usez vous vos doigts à poster à ce sujet?
a écrit le 27/04/2019 à 16:01 :
Mais pourquoi continuent-ils à porter le gilet jaune ? Le rouge leur siérait mieux non ? Et le RN qui les soutient tant, ou est-il ?

On aurait commencé par là, on aurait tout de suite compris qui ils sont...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :