Selon "franceinfo", de Rugy n'a pas enfreint les règles à l'Assemblée

 |   |  242  mots
(Crédits : Reuters)
Les dîners polémiques de l'Hôtel de Lassay à l'origine, pour partie, de la démission de François de Rugy étaient "professionnels", et l'ensemble des contrôles menés sur le train de vie présumé de l'ex-ministre de la Transition écologique n'ont mis au jour aucune entorse aux règles, selon franceinfo, qui lève le voile vendredi sur les conclusions d'une enquête.

François de Rugy a démissionné mardi à la suite d'informations de Mediapart, du Parisien, de Ouest France, notamment, sur ses dépenses lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale (juin 2017-septembre 2018), puis ministre.

Mediapart avait publié des photos de dîners d'apparat à l'Assemblée, avec des homards et de grands crus au menu, et Le Parisien avait fait état d"'un sèche-cheveux doré à la feuille d'or", d'un montant de "499 euros acquis sur l'argent de l'Assemblée".

Selon franceinfo, qui cite une source proche de l'enquête, cet appareil "n'existe pas", mais l'acquisition d'un modèle de la même marque, laissé dans l'appartement de fonction, a été constatée.

"Sur la base des règles en vigueur, il n'y a rien à reprocher à François de Rugy quand il était président de l'Assemblée nationale", dit franceinfo.

Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé la semaine dernière au secrétariat général du gouvernement une inspection sur la régularité de travaux entrepris dans le logement de fonction de l'ex-ministre de la Transition écologique.

L'Assemblée a pour sa part diligenté une inspection sur les frais engagés. Le rapport devrait être rendu public mardi, indique franceinfo.

François de Rugy, qui a fait état de "dîners informels" dans le cadre d'un "travail de représentation", s'est engagé à rembourser, le cas échéant, "chaque euro contesté". Il a dénoncé un "lynchage médiatique" à son endroit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2019 à 18:09 :
Comme la bouteille d'eau gazeuse que je viens d'ouvrir Mediapart a fait pschitt...!
a écrit le 23/07/2019 à 22:31 :
Le partie de Macron la république en marches c est le partie des crabes 🦀
a écrit le 23/07/2019 à 7:37 :
Rien d'anormal à offrir du homard au lieu de langouste beaucoup plus chère.
Les pit-bull de média part ne vont pas s'en remettre.
a écrit le 22/07/2019 à 17:19 :
Les gens qui profitent des fastes de la république,se protègent entre eux.Vivement le référendum révocatoire pour les députés!
a écrit le 22/07/2019 à 14:55 :
FRance INfo était bien plus interessante sous Hollande qu'elle n'hésitait d'ailleurs pas à bacher aussi régulièrement, sous macron on a l'impression du bon petit soldat obéissant au doigt et à l'oeil, j'ai arrêté de la regarder pour aller vers BFM !

Bravo les gars, fallait le faire ! :D

Et du coup les gens n'ont le choix qu'entre médiapart la voix des contestataires ou bien france info la voix du pouvoir, tous nos autres partis politiques ayant déjà opté pour un camp ou l'autre alors que deux faces d'une même pièce.

Bienvenu en UERSS empire prévu pour durer mille ans.

"La notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes." Nietzsche
a écrit le 22/07/2019 à 14:41 :
Tout ce petit monde se couvre mutuellement. La sphère politico-journalistique et ces repas fastueux.
a écrit le 22/07/2019 à 12:35 :
questions :
- la" garde robe" à 17000 euros commandée par (Mme ?) de Rugis était -elle absolument indispensable ? il semble que les précédents locataires de l'appartement de fonction du ministre ne l'ont pas trouvé inconfortable ; les travaux réalisés sur ordre du ministre pourraient donc être parfaitement superflus et relever d'un caprice personnel .
-la fraude fiscale effectuée par le député de Rugis (déduction fiscale non autorisée de somme d'argent prélevée sur un compte déjà défiscalisé ) couverte par le délai de prescription fiscale n'est- elle pas quand même pas condamnable , surtout de la part d'un élu chargé de faire la loi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :