Aide au développement : la France est de moins en moins généreuse

 |   |  408  mots
Treize pays membres ont toutefois augmenté leur versement d'ide publique au développement en 2014, les plus fortes hausses étant observées en Allemagne (+12%), en Finlande (+12,5%), en Suède (+11%)  et en Suisse (+9,2%), précise l'OCDE.
Treize pays membres ont toutefois augmenté leur versement d'ide publique au développement en 2014, les plus fortes hausses étant observées en Allemagne (+12%), en Finlande (+12,5%), en Suède (+11%) et en Suisse (+9,2%), précise l'OCDE. (Crédits : AFP)
L'apport de la France à l'aide au développement a reculé en 2014, alors que les contributions totales des pays membres du Comité d'aide au développement sont restés à leur niveau record de 2013.

Parmi les 28 pays donateurs et membres du Comité d'aide au développement (CAD), l'Hexagone fait figure de mauvais élève. Avec une contribution dédiée à l'aide publique au développement en recul de 9,2% en 2014 par rapport à l'année précédente, la France affiche la cinquième plus forte baisse des 19 pays européens membres du CAD, selon des chiffres publiés mercredi 8 avril par l'OCDE. Elle a consacré 0,36% à cette aide de sont produit national brut, alors que l'objectif est fixé à 0,7%.

En ce qui concerne le montant, la France est toutefois, le 4e donateur du CAD, avec une contribution de 10,37 milliards de dollars (9,54 milliards d'euros) l'année dernière.

"Un mauvais point pour la crédibilité de la France"

"A quelques mois de la conférence d'Addis Abeba pour le financement du développement et de la conférence climat de Paris", cette baisse est "un mauvais point pour la crédibilité de la France en 2015", a réagi la direction de l'ONG One France, dédiée à la lutte contre l'extrême pauvreté et les maladies notamment en Afrique.

"Il y a clairement un manque de volonté politique", a renchéri l'un des responsables d'Oxfam France, Christian Reboul. L'ONG dénonce également un "plus bas niveau d'investissement" dans l'aide au développement "depuis 2001".

L'Allemagne, de plus en plus généreuse

L'APD a diminué dans 15 pays membres du  Comité d'aide au développement (CAD). Outre la France, l'Australie (-7,2%), le Canada (-10,7%), l'Espagne (-20,3%), le Japon (-15,3%), la Pologne (-8,3%) et le Portugal (-14,9%) affichent les replis les plus marqués.

Treize pays membres ont toutefois augmenté leur versement d'APD en 2014, les plus fortes hausses étant observées en Allemagne (+12%), en Finlande (+12,5%), en Suède (+11%)  et en Suisse (+9,2%), précise l'OCDE.

124,3 milliards d'euros d'aide publique au développement

Toutefois, les "apports nets d'aide publique au développement" (APD), effectués par près d'une trentaine de pays membres de l'OCDE regroupés dans le Comité d'aide au développement (CAD), ont atteint 135,2 milliards de dollars (124,3 milliards d'euros),"à égalité avec le record" déjà enregistré en 2013.

Un signe "encourageant" pour le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, qui salue ce "niveau record" de l'aide au développement, "alors que les pays donateurs sortent à peine de la plus grave crise économique" connue.

Pour rappel, l'APD représente plus des deux tiers du financement extérieur dont bénéficient les pays les moins avancés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2015 à 8:55 :
De l'aide au développement qui s'évapore le plus souvent dans la corruption et sur des projets qui ne développent rien du tout. Une véritable gabegie et aucun organisme indépendant de contrôle.
a écrit le 08/04/2015 à 21:54 :
Vous oubliez de préciser l'AFD aide les entreprises francaises.

Exemple : Tramway au Maroc financé a conditon qu'on achete francais.
a écrit le 08/04/2015 à 19:46 :
contribution de la France...
Il faut être réaliste à un certain moment!. Ne pas renouvelever l'aberration deM Sarkozy de prêter de l'argent aux pays sous développés alors que la France est déjà par elle même bien endettée. C'est le pays entier qui est concerné. Que les pays les plus riches "sponsoring" la différence de ce que le France ne peut verser... Peut être que l'OCDE soit plus réaliste et se contente de ce que les pays participant peuvent apporter au lieu de faire de la France le canard boiteux de cette instance. Les pays les plus pauvres pourraient être aidés par d'autres moyens ( unification des devises des pays ayant besoins d'aide)les devise
a écrit le 08/04/2015 à 18:59 :
Tiens, je ne serai pas étonné si la conjoncture continue à s'aggraver que dans quelques années ce soient les pays en développement qui vont prêter de l'aide internationale à la France !!
a écrit le 08/04/2015 à 17:32 :
Voilà une problématique des plus bidon. Aide au développement ou la soupape volontaire d'un étouffement économique tout aussi volontaire que criminel. En effet les pays en question ne sont pas développés car nous ne reconnaissons pas, pour d'étranges raisons inexplicables, leur devise. Ce faisant nous les appauvrissons terriblement jusqu'à la famine. Eh oui, nous ne sommes pas tendres. A cela nous mettons un cataplasme tout aussi dégoulinant qu'inefficace sous forme d'une pseudo aide au développement. Elle consiste à leur faire acheter nos produits, c'est à dire faire de la création monétaire qui renforcera notre puissance et accentuera leur faiblesse. Le contraire de l'intention édictée. Bien entendu si le citoyen ordinaire est dupe de ces pratiques honteuses, les économistes, eux, savent bien ce qui se passe réellement et les dirigeants aussi. Pour éviter ces crimes monétaires, remontons la valorisation de toutes les devises basses par la création d'un plancher monétaire international.... et cessons enfin l'aide au développement.
Réponse de le 08/04/2015 à 18:08 :
@Corso
Ca fait bien longtemps que les nations arabes, africaines et asiatiques, ne se font plus que très peu arnaquées. Elles sont dures en affaires avec leurs fortes croissances. C'est de la coopération, et plus en plus du donnant-donnant. Si les contrats proposés par la France ne leurs plaisent pas, elles font marcher la concurrence, USA, Chine, Inde, Australie, Allemagne. Et le font généralement bien. Soyez lucide, la France a toujours de l'influence, mes les interlocuteurs étrangers ne sont pas dupes et les rapports ont évolué. C'est loin d'être parfait, toujours des magouilles, mais pas plus que sur le territoire national.
C'est irréversible, plus les nations émergentes vont gagner en puissance, plus elle seront maitresse de leur destins.
Marco
a écrit le 08/04/2015 à 17:06 :
On pourrait se développer nous même avant de dilapider l'argent des Français. c'est la guerre ou l'argent pas les deux.
Réponse de le 08/04/2015 à 17:51 :
@citoyen671 (FNPC)
Tout est lié, les entreprises françaises exportent beaucoup. Bien que pas assez nombreuses. Il ne faut surtout pas négliger ce secteur. Certaines de nos entreprises ne résisteraient pas à la concurrence si elles devaient compter uniquement sur l'hexagone. Les grandes, Orange, Renault, Danone, Thalès, EDF, et les plus petites, Veritas, Saft, Blablacar, Leroy Merlin, Gemalto. Votre résonnement n'est pas très malin, réfléchissez à tout les objets qui vous appartiennent, combien sont fabriqués par des entreprises étrangères? Donc vous dilapidez votre argent (notre argent puisque qu'un produit fabriqué à l'étranger ne rapportera pas d'impôts en France) à l'étranger et ensuite vous vous étonnez qu'il soit nécessaire de développer des coopérations l'étrangères pour contrebalancer vos "dégâts". Vu sous cet angle, pas faux? Donc la croissance et la richesse se gagnent à l'export?
a écrit le 08/04/2015 à 16:44 :
La France ne peut pas être sur tous les fronts dans l'état actuel de son économie.
Notamment parce que l'armée française mène des opérations couteuses.
Evidement, cette situation profite à nos voisins qui ne s'impliquent pas ou pas assez.
Néanmoins la France reste active à l'étranger. Elle se disperse moins et parait cibler certains pays.
Elle fera certainement mieux dès que sa croissance repartira.
Avec:
COFACE
Fondation Franco-Africaine pour la Croissance, créée en novembre 2014
Business France (ex-Ubifrance + ex-Afii)
BpiFrance dont l'enveloppe augmente fortement cette année.
L’Agence Française de Développement, AFD. 2015, En Afrique, va engager 20 milliards d'euros supplémentaires, 70% des budgets de l’aide seront consacrés à l’Afrique. Hollande vient de préciser que l'engagement pris le mois dernier par l'AFD serait "tenu, strictement tenu, entièrement tenu et commence à être appliqué".
Banque de l'exportation
L'année 2015 va voir une remontée en puissance à l'étranger.
Les investissements seront certainement principalement placés sur des grand projets et services.
a écrit le 08/04/2015 à 16:43 :
Il me semble que c'est 29 membres (site oedc.org) et non 28(L'UE semble être un membre à elle seule dans cette liste). Par ailleurs, la France est de moins en moins riche (et même en déficit). Ca pourrait être une explication. Je lis que ces réjouissances sont prévues à Addis Abeba.. Ethiopie, me semble t'il. Combien de riches pays arabes sont ils membres de ce groupe, leur participation évolue t'elle a la hausse ? 28 ou 29 pays pour venir en assistance au monde entier, ça fait peu. D'autant que l'on aide aussi et de plus en plus de nombreuses familles déplacées venues à l'intérieur de nos frontières, souvent dans des conditions très difficiles. Et il y a des besoins d'assistance locaux à satisfaire. Élargissons le nombre de pays donateurs au lieu de culpabiliser (ou nous faire culpabiliser).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :