Alberto Fernandez, qui veut remettre "l'Argentine sur pied", arrive au pouvoir en pleine crise

 |   |  810  mots
Le nouveau président (à g.) prend ses fonctions alors que les voyants de l'économie argentine sont dans le rouge.
Le nouveau président (à g.) prend ses fonctions alors que les voyants de l'économie argentine sont dans le rouge. (Crédits : Reuters)
Cet avocat de 60 ans, connu pour sa discrétion et sa modération, succède au libéral Mauricio Macri, sèchement battu au premier tour lors de la présidentielle d'octobre.

Il a promis "de remettre l'Argentine sur pied" après plus d'un an de récession : le péroniste de centre gauche Alberto Fernandez arrive, mardi, à la tête d'un pays en crise, avec une inflation galopante, un taux de chômage et de pauvreté en hausse.

La cérémonie d'investiture est prévue à partir de 10h30 locales devant l'Assemblée nationale. Dans l'après-midi, le nouveau chef de l'État entrera au palais présidentiel, la Casa rosada, où il recevra les dirigeants invités, avant la prestation de serment du nouveau gouvernement.

Un discours devant des milliers de supporters, en début de soirée sur la place de Mai, doit clore la journée.

Outre le président cubain Miguel Diaz-Canel, déjà sur place, sont attendus le Chilien Sebastian Piñera, pour son premier déplacement depuis le début de la crise sociale mi-octobre dans son pays, le Paraguayen Mario Abdo Benitez et les Uruguayens Tabaré Vazquez (président sortant) et Luis Lacalle Pou (président élu).

Absent de marque, le dirigeant d'extrême droite brésilien Jair Bolsonaro a finalement décidé d'envoyer son vice-président Hamilton Mourao, à la réputation de modéré. Le principal partenaire commercial de l'Argentine et principale économie de la région ne devait initialement être représenté que par l'ambassadeur brésilien.

Discret et modéré

Alberto Fernandez, un avocat de 60 ans connu pour sa discrétion et sa modération, est l'ancien chef de cabinet des ex-présidents Nestor Kirchner (2003-2007) et Cristina Kirchner (2007-2015) durant sa première année de mandat. Il succède au libéral Mauricio Macri, sèchement battu au premier tour lors de la présidentielle d'octobre.

Lire aussi : L'Argentine élit son président en pleine crise économique

M. Fernandez a bénéficié de la réunification de l'opposition péroniste pour empêcher la réélection de M. Macri. Il aura pour vice-présidente Mme Kirchner, 66 ans, qui, consciente des passions qu'elle provoque, a préféré céder la première place.

Sans un parti politique derrière lui, et après plusieurs années éloigné de la politique, le principal défi du nouveau président argentin sera de diriger un gouvernement de coalition, selon l'analyste Enrique Zuleta.

Voyants de l'économie argentine dans le rouge

"Fernandez est une personne très expérimentée. Il domine les dossiers internationaux et ceux sur la dette. Il s'est très bien préparé. C'est un bon gestionnaire mais pas un homme d'État. Son plus grand défi sera de gérer cette coalition hétérogène", juge M. Zuleta.

Après des semaines de rumeurs, c'est finalement Martin Guzman, 37 ans, qui a été choisi pour diriger les Finances. Le poste est stratégique dans un pays qui doit rembourser une dette de 44 milliards au Fonds monétaire international (FMI), et une dette publique totale de 315 milliards de dollars.

Lire aussi : Argentine: en pleine crise économique, le ministre des Finances démissionne

Collaborateur à l'université de Columbia de New York du prix Nobel d'Économie Joseph Stiglitz, M. Guzman a proposé ces derniers jours un moratoire de deux ans sur le paiement des intérêts de la dette publique, via un accord avec les créanciers de l'Argentine et un rééchelonnement du remboursement du capital.

Le FMI a accordé en 2018 un prêt sur trois ans de 57 milliards de dollars à l'Argentine, mais le président élu a décidé de renoncer à la dernière tranche de ce prêt, d'un montant de 11 milliards de dollars, afin de relancer l'activité au moment où le FMI estime que celle-ci devrait se contracter de 3,1% cette année.

Le nouveau président prend ses fonctions alors que les voyants de l'économie argentine sont dans le rouge. Outre la chute du PIB, l'année devrait se terminer avec une inflation de 55% environ, un taux de pauvreté autour de 40%, le chômage à 10,4% et une dévaluation de la monnaie de près de 40%.

Lire aussi : Argentine: le taux d'inflation a atteint 47,6% en 2018

Autre dossier sensible : la dépénalisation de l'IVG

Durant ses quatre ans de mandat, M. Macri a réussi à faire passer le déficit public de 5% à 0,5% du PIB et à quasiment multiplier par deux les réserves internationales, actuellement de 43,8 milliards de dollars, contre 25,5 milliards à son arrivée fin 2015.

Malgré le sombre panorama économique, M. Fernandez hérite d'un pays relativement apaisé, aura le Parlement de son côté et du temps devant lui avant la prochaine échéance de remboursement de la dette.

"S'il joue à fond, il pourra faire une grande présidence", estime M. Zuleta.

Autre dossier sensible que M. Fernandez devra gérer dans ce pays catholique et patrie du pape François: la dépénalisation de l'IVG, qui avait divisé les Argentins en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2019 à 10:34 :
L'Amérique du sud où la valse des pantins des états unis, une chienne n'y retrouverait pas ses petits.

ON peut se demander d'ailleurs si l'UE n'est pas plus que ça au final sauf qu’elle c'est avec toutes les puissances financières du monde qu’elle se prostitue.
Réponse de le 11/12/2019 à 4:29 :
C'est interressant les reflexions du blase ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :