Argentine : en pleine crise économique, le ministre des Finances démissionne

 |   |  308  mots
La crise économique que connaît l'Argentine s'est aggravée après le revers électoral du président Mauricio Macri lors des primaires au sein de son parti pour la présidentielle d'octobre.
La crise économique que connaît l'Argentine s'est aggravée après le revers électoral du président Mauricio Macri lors des primaires au sein de son parti pour la présidentielle d'octobre. (Crédits : Reuters)
Nicolas Dujovne quitte ses fonctions alors que le peso et la Bourse ont plongé depuis lundi, et que vendredi les agences Fitch et S&P ont abaissé la note de la dette souveraine de l'Argentine.

Le ministre argentin des Finances Nicolas Dujovne a démissionné samedi, selon les médias, au terme d'une semaine de turbulences sur les marchés qui a vu le peso perdre plus de 20% de sa valeur et la Bourse plonger de plus de 30%. Nicolas Dujovne sera remplacé par Hernan Lacunza, ministre de l'Economie de la province de Buenos Aires, affirment les médias argentins qui ont publié sa lettre de démission.

Dans cette lettre, reproduite sur le site du quotidien La Nacion, Nicolas Dujovne se dit "convaincu qu'en raison des circonstances, la gestion (gouvernementale) nécessite une rénovation significative dans le secteur économique".

Des mesures pour "donner un coup de pouce" au pouvoir d'achat

Nicolas Dujovne quitte ses fonctions alors que la crise économique que connaît le pays s'est aggravée après le revers électoral du président Mauricio Macri qui brigue un nouveau mandat lors de la présidentielle d'octobre. Le président sortant a été sèchement battu dimanche dernier lors de primaires au sein de son parti par Alberto Fernandez, un péroniste modéré devenu le favori de la présidentielle d'octobre. Le peso et la Bourse ont aussitôt plongé lundi, et vendredi les agences Fitch et S&P ont abaissé la note de la dette souveraine de l'Argentine.

Sous pression, le président Macri a annoncé mercredi une série de mesures pour "donner un coup de pouce" au pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires et tenter de combler son retard avant le scrutin présidentiel du 27 octobre: hausse du salaire minimum, primes ponctuelles, réductions d'impôts et gel des prix de l'essence durant trois mois. Dans ce pays en récession depuis l'an dernier, l'inflation reste par ailleurs très élevée sur les 12 derniers mois, à 40%, alors que le taux de chômage atteint 10,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2019 à 16:40 :
La Tribune sait bien la raison de ces problèmes, qui est l'échec du Président Argentin au premier tour des élections actuelles, Président "mis en place" par les US; la réaction sur l"économie est donc un coup de semonce aux citoyens argentins. Nos médias ne considèrent pas leurs lecteurs comme des gens majeurs capables de comprendre et restent dans le droit fil de la pensée unique qui leur est imposée. Allez, un peu de courage ...
a écrit le 20/08/2019 à 8:31 :
C'est pas le pays qui vient il y a peu de s'offrir des armes pour une somme astronomique ? Article récent de la tribune ....
a écrit le 19/08/2019 à 22:44 :
Comment Macri a liquidé l'Argentine. Le neo-libéralisme, ainsi que la soumission aux USA a en peu de temps liquidé le pays. Les privatisations, n'ont pas suffit à boucher le trou du paiement aux fonds spéculatifs US et le peu d'argent que le FMI lui a donné a servi à acheter aux français des bateaux et des avions militaires....
a écrit le 18/08/2019 à 13:49 :
C'est bien une véritable catastrophe en Argentine due à l'incompétence totale des dirigeants.... des nullités absolues
a écrit le 18/08/2019 à 9:22 :
Quand on fait marcher la planche à billets, le résultat est toujours le même.
Réponse de le 18/08/2019 à 21:04 :
Il semblerait que non car les US le font de manière exponentielle depuis les années 2000 et à ce jour, c’est toujours un succès !
Réponse de le 19/08/2019 à 6:45 :
Non, la BCE fait de meme depuis 20 ans avec le rachat de dettes. Ce qui revient au meme. Et les USA, n'en parlons meme pas.
Réponse de le 19/08/2019 à 22:47 :
Pourtant, la BCE fait marcher à toute allure l'impression de fausse monnaie et l'inflation reste basse... Pourquoi ? Parceque € et $ sont liés sur le marché des changes et les USA font marcher l'imprimante à la même cadence que la BCE. C'est pourquoi on ne voit rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :