Après le Japon, quels autres accords commerciaux pour le Royaume-Uni ?

 |  | 739 mots
Photo d'illustration. Hors de l'UE, le Royaume-Uni espère réaliser la vision d'une Global Britain des artisans du Brexit.
Photo d'illustration. Hors de l'UE, le Royaume-Uni espère réaliser la vision d'une "Global Britain" des artisans du Brexit. (Crédits : Dado Ruvic)
Si les discussions avec l'Union européenne concentrent l'essentiel de l'attention - l'UE étant, de loin, le principal partenaire commercial du Royaume-Uni - des négociations avec de nombreux autres pays sont actuellement en cours, et notamment avec les États-Unis, interlocuteur de poids lui aussi.

Le Royaume-Uni a remporté vendredi un premier succès commercial post-Brexit en nouant un accord de libre-échange avec le Japon, mais le plus dur reste à faire avec des négociations en cours ardues, notamment avec l'Union européenne.

Hors de l'UE, le Royaume-Uni espère réaliser la vision d'une "Global Britain" des artisans du Brexit, dont le Premier ministre Boris Johnson, et obtenir des accords potentiellement plus avantageux avec divers pays pour remplacer ceux qui avaient été négociés par l'UE. Avec les États-Unis en tête de la liste. Tour d'horizon.

Les accords en discussion

  • Union européenne

Il s'agit des discussions en cours les plus ambitieuses pour Londres, puisque l'UE est, de loin, son principal partenaire commercial, représentant environ la moitié de ses échanges extérieures.

L'économie britannique est très étroitement imbriquée dans celles du continent, que ce soit dans l'industrie, l'alimentation ou la finance.

L'objectif est de conclure un vaste accord commercial, qui permette de conserver des échanges fluides sans droits de douane et puisse entrer en vigueur le 1er janvier 2021 à l'issue de la période de transition.

Les négociations n'avancent pas et la tension est à son comble cette semaine avec la volonté de Londres de revenir sur certains points de l'accord de divorce signé fin 2019.

Le Premier ministre Boris Johnson s'est donné jusqu'à la mi-octobre pour trouver un terrain d'entente sur la future relation, sans quoi le Royaume-Uni se dirigera vers un "no deal" ou Brexit sans accord commercial.

Lire aussi : Pandémie puis Brexit sans accord ? Le Royaume-Uni risque un double choc

Ce scénario passerait par le retour des droits de douane sur un ensemble de produits, dans l'alimentation ou les composants industriels notamment, avec des risques importants pour l'économie qui se remet à peine du choc de la pandémie.

  • États-Unis

C'est l'autre gros morceau pour Londres qui voulait au départ négocier et conclure un accord, soutenu par Donald Trump, en même temps que celui discuté avec l'UE.

Le Premier ministre Boris Johnson a même donné satisfaction sur le plan diplomatique à Washington en décidant d'exclure le chinois Huawei de son réseau 5G.

Lire aussi : 5G : Londres laisse entendre qu'il pourrait se passer de Huawei

Mais les discussions avancent lentement et il semble difficile d'envisager une issue positive avant l'élection présidentielle américaine de novembre.

Les dernières escarmouches entre Londres et Bruxelles n'arrangent pas les choses et la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a averti qu'il n'y aurait "aucune chance" d'accord si Londres violait le traité international sur le Brexit.

Les négociations avec les États-Unis pourraient en outre buter sur le volet des produits alimentaires. Pour conclure un accord, le Royaume-Uni pourrait devoir accepter d'importer des produits, comme le poulet lavé aux chlore ou le boeuf aux hormones, aux normes bien moins strictes que celles de l'Union européenne.

  • Australie et Nouvelle-Zélande

Les discussions formelles ont débuté ces derniers mois avec ces deux pays. Londres espère obtenir avec chacun des deux un accord de libre-échange qui couvre 80% du commerce au cours des trois prochaines années.

  • Canada, Égypte, Mexique, Singapour, Turquie, Algérie

Le Royaume-Uni discute avec eux pour reproduire sur une base bilatérale les accords dont il bénéficiait en tant qu'État membre de l'UE, mais sans résultats pour l'heure.

Les accords conclus

  • Japon

L'accord de principe dévoilé vendredi, qui doit encore être signé, est le plus important conclu à ce jour par le Royaume-Uni depuis le Brexit effectif le 31 janvier dernier.

Il réplique à celui entré en vigueur entre l'UE et le Japon l'an dernier, mais avec des bénéfices supplémentaires notamment dans la mobilité des personnes ou l'exportation de biens alimentaires.

Le Royaume-Uni va profiter d'une forte baisse des droits de douane sur l'exportation de porc et bœuf britannique, ou sur les importations de pièces détachées japonaises pour l'automobile.

Londres précise en outre que l'accord noué avec le Japon est une étape importante pour rejoindre le traité commercial transpacifique (CPTPP) qui regroupe plusieurs pays d'Asie et du continent américain.

  • Corée du Sud, Suisse, Israël, Maroc, Tunisie

Le Royaume-Uni a conclu avec ces pays des accords commerciaux qui prendront effet à partir du 1er janvier et remplaceront ceux dont bénéficiait le pays grâce à son appartenance à l'UE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2020 à 22:11 :
En réalité l’ Union européenne veut un droit de veto sur des normes britanniques post-Brexit. Visiblement, ils n'ont pas compris ce que voulait dire le mot BREXIT !!!
a écrit le 12/09/2020 à 21:11 :
Les USA ont deux options, soit signer un accord amical avec le Royaume-Uni histoire de gagner en influence auprès de ce pays au détriment de l'UE. La deuxième option c'est de jouer la montre pour que le RU soit contraint de signer un accord qui lui est défavorable. Bref toute la question est de savoir si les américains vont choisir l'amitié ou l'argent. J'ai ma petite idée dessus.
a écrit le 12/09/2020 à 15:45 :
Bojo est intraitable sur le sujet de la pêche et des aides publics,on peut le comprendre ,puisqu'il est prêt à sortir sans accord plutôt que céder alors cessons la mascarade des négociations et passons à autre chose.
En s'accrochant à l'obtention d'un accord l'UE affiche sa peur panique, de quoi on se le demande?
Laissons le UK vivre sa vie et s'il s'en sort bien la preuve de l'inutilité de l'UE sera faite et chaque pays volera de ses propres ailes ce qui serait peut-être le mieux, s'il s'en sort mal l'UE sera renforcée.
Mais l'UE par son obsession d'obtenir un accord fait preuve d'une absence de confiance dans son model .
Wait and see
a écrit le 12/09/2020 à 11:46 :
Quels intérêts pour la Gb d obtenir des droits de douanes réduits sur les pièces détachées automobiles japonaises si en même temps des droits d importations exhorbitants sont appliqués pour l export de sa production automobile vers le continent européen?
L article aurait du mener une enquête et l ´expliquer ... bref dommage il est incomplet .
L importation de produits lavés au chlore et aux hormones interdits en Europe et en France contrairement à ce que prétend le commentaire précédent
Ces dispositifs industriels se font au détriment de la population britannique qui appréciera ...d être considérée comme du bétail de consommateur
Finalement le vrai visage du Brexit ce sont des intérêts particuliers polico- economiques au détriment de la majorité de la population locale ... qui n a pas ou ne veut pas prendre conscience qu elle est manipulée par des tabloïds et fake news à la solde de groupes d intérêts économiques liés au parti de Bojo et qui va être les dindons de la farce ....
Finalement je préfère être français et européen que britannique !
a écrit le 12/09/2020 à 10:24 :
"comme le poulet lavé aux chlore ou le boeuf aux hormones, aux normes bien moins strictes que celles de l'Union européenne"

Les normes européennes sont justes plus hypocrites que les américaines puisque les hormone sont partout dans les élevages, laver la viande au chlore est une pratique agro-industrielle française et je ne pense pas, mais il est vrai je peux me tromper vu comme la classe dirigeante massacre les salariés, que nous ayons des travailleurs esclaves dans les abattoirs comme en Allemagne.

Avant de dire qu'ailleurs c'est pire, enquêtez pour être sûr quand même hein, vous avez pas l'impression qu'internet est en train de mettre sur la table une multitude d’éléments exposant que nos règles sont d'une hypocrisie totale ?

Pourquoi croyez vous que les politiciens français et européens ont imposé le traité constitutionnel européen au peuple français, par amour du risque ?
Réponse de le 12/09/2020 à 11:47 :
Sur quoi et quels documents ou données vous appuyez vous pour prétendre et étayer votre argumentaire?
Réponse de le 13/09/2020 à 6:15 :
Tiens encore un adepte du Gourou UPR
a écrit le 12/09/2020 à 9:42 :
Les européens sont prisonniers du problème irlandais. Pour éviter une frontières physique, l'Europe accepte que la frontière international passe en mer d'Irlande mais conserve l'Ulster dans le marché unique pour ne pas couper la province du Nord de leurs frères du sud...tout en acceptant que l'Irlande garde une frontière ouverte avec le Royaume-Uni mais maintienne une frontière physique avec l'Europe...quel chienlit. La solution d'une réunification s'éloigne alors pourquoi ne pas mettre toute l'île en-dehors du marché unique...cela aurait le mérite de la clarté et ainsi nous n'aurions pas a nous soucier de produits rentrant en Europe car toute personne et tout produit seraient alors considérés comme gênant d'un pays tiers. l'Irlande rejoindrait le EU et Schengen une fois l'île réunifiée à moins que ce soit avec le royaume Uni. En tout cas, cette situation a la chypriote est une plaie . l'Irlande pourrait sinon rentrer dans Schengen et même si quelques irlandais du nord passent en Eu, c'est la gb sui souffrirait le plus.
Réponse de le 12/09/2020 à 11:54 :
Je partage votre point de vue
Effectivement le piège est l Irlande - l’es 2 irlandes.
En fait il faudrait un référendum pour ces 2 entités , car ce le risque et Bojo compte dessus, c est la fraude massive aux droits de douanes dans la mer d Irlande . Qui va contrôler ce qui passe et s y passe .. l Europe serait bien avisée de prendre le contrôle de cette frontière économique et ne pas la sous traiter à la Gab oh l Irlande du Nord ... l exemple de l annulation unilatérale des accords signés par bojo Et l ue en décembre 2019 en dit long sur l état d esprit et le respect de la parole et signature britannique !
Même aux usa on s en émeut via Nancy pelosi :
Les us’ sa ne signeront aucun accord de libre échange avec un pays qui ne respectent pas sa signature sur les traités internationaux
C est dire ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :