Daech revendique l'attentat en Tunisie, à nouveau en état d'urgence

 |   |  497  mots
Cette année, deux attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont tué 59 touristes étrangers et un policier, celui de Sousse en juin et au musée du Bardo à Tunis, en mars. Sur la photo, les lieux de l'attentat à proximité de l'avenue Mohamed V.
Cette année, deux attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont tué 59 touristes étrangers et un policier, celui de Sousse en juin et au musée du Bardo à Tunis, en mars. Sur la photo, les lieux de l'attentat à proximité de l'avenue Mohamed V. (Crédits : Reuters Zoubeir Souissi)
Le groupe terroriste Etat islamique a revendiqué dans un communiqué diffusé mercredi 25 novembre, l'attentat qui a frappé la veille un bus de la sécurité présidentielle à Tunis. Le pays, qui avait levé l'état d'urgence il y a trois mois, l'a de nouveau décrété pour une durée de 30 jours.

Article publié le 25/11/2015 à 08h24, dernière mise à jour à 18h37.

Le groupe Etat islamique a revendiqué, dans un communiqué diffusé mercredi 25 novembre, l'attentat commis la veille contre un bus de la sécurité présidentielle tunisienne qui a fait au mois 12 morts.

Selon ce texte, l'auteur de l'attaque est un Tunisien identifié comme "Abou Abdallah al-Tounissi". Muni d'une ceinture d'explosifs, il s'est introduit dans le véhicule et "s'est fait exploser".

12 agents de la garde présidentielle tués

Le groupe terroriste affirme que 20 personnes ont été tuées mais, selon un bilan officiel, 12 agents de la garde présidentielle sont morts mardi dans cet attentat. L'explosion a également fait une vingtaine de blessés, dont quatre civils.

Une treizième dépouille, qui pourrait selon les autorités être celle de l'auteur de l'attaque, a été retrouvée sur les lieux et était en cours d'identification, a indiqué le ministère de l'Intérieur. L'attentat a été commis à l'aide de dix kilos d'explosifs, a ajouté le ministère, précisant que la matière utilisée était du Semtex, un explosif très puissant.

Couvre-feu dans le Grand Tunis

Dans une allocution télévisée diffusée mardi en soirée, le chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi, qui a annulé une visite d'Etat en Suisse, a annoncé que l'état d'urgence était réinstauré pour un mois sur l'ensemble du territoire. Celui-ci avait été levé début octobre, quelque trois mois après l'attentat commis près de Sousse (38 morts).

Le chef de l'Etat a également proclamé un couvre-feu sur le Grand Tunis "à partir de 21H00 et jusqu'à demain 05H00". Cette mesure sera en vigueur "jusqu'à nouvel ordre", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la présidence, Moez Sinaoui.

 La Tunisie ferme sa frontière avec la Libye

Le gouvernement tunisien a également décrété mercredi après-midi la fermeture pour quinze jours de sa frontière avec la Libye et le recrutement de 6.000 hommes supplémentaires.

Les autorités prévoient également des mesures pour se protéger de djihadistes de retour de zones de conflit comme la Syrie, a déclaré la présidence.

Un nouvel attentat après le Bardo et Sousse...

La Tunisie fait face depuis sa révolution en janvier 2011 à un essor de la mouvance jihadiste, responsable de la mort de plusieurs dizaines de militaires et de policiers.

Cette année, deux attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont tué 59 touristes étrangers et un policier,dont celui de Sousse en juin et au musée du Bardo à Tunis, en mars.

L'attentat s'est déroulé à proximité d'un quartier pourtant placé sous haute surveillance depuis plusieurs mois, devant l'ancien siège du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), comme le rapporte un journaliste :

Une vidéo amateur montre les minutes qui ont suivi l'explosion :

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :