Attentats : au G20, Juncker appelle à ne pas céder à l'amalgame

 |   |  542  mots
Antalya, ce dimanche 15 novembre, au International Media Center. Conférence de presse commune de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne et de Donald Tusk, à la tête du Conseil européen.
Antalya, ce dimanche 15 novembre, au International Media Center. Conférence de presse commune de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne et de Donald Tusk, à la tête du Conseil européen. (Crédits : G20)
Le sommet du G20 s'est ouvert ce dimanche matin, à Antalya (Turquie) dans une atmosphère particulière marquée par les attentats de Paris. Dans une conférence de presse, le président du Conseil européen appelle les grandes puissances à mettre en place une action commune contre le terrorisme. Jean-Claude Juncker implore de son côté de ne pas céder à la tentation des raccourcis entre terrorisme et migrants.

Les premiers mots de Jean-Claude Juncker ont été prononcés en français pour exprimer toute sa solidarité après les attaques terroristes à Paris. Mais à l'ouverture du sommet du G20 ce dimanche matin en Turquie, le président de la Commission européenne a tenu à clarifier la situation, assurant qu'il n'y avait "pas lieu de revoir la politique européenne en matière de réfugiés":

"C'est un problème global. Et nous devons prendre des mesures pour le problème des réfugiés. Nous devons en parler ici à Antalya".

A ses côtés, le visage grave, Donald Tusk, le président du Conseil européen, a également tenu à exprimer sa sympathie et sa solidarité après les événements de vendredi soir. Pour autant, l'émotion doit désormais laisser place à l'action, ordonne Donald Tusk. "Il est temps d'agir. Nous devons combattre le terrorisme, nous avons une responsabilité". Il appelle ainsi le G20 réuni ce dimanche et lundi à Antalya à se concentrer sur la question de Daesh. "Il nous faut développer une réponse coordonnée à laquelle tous les pays du G20 doivent être associés".

L'espace Schengen a-t-il encore un sens ?

Le temps de la colère, de la tristesse laisse aussi désormais place à la polémique. Samedi, au lendemain des attaques parisiennes, un passeport syrien a été retrouvé sur le corps d'un des auteurs des attentats, rappelle une journaliste lors de la conférence de presse. Une information qui laisse planer le doute sur l'avenir de la libre circulation dans l'UE. Sur ce point, le président de la Commission européenne n'hésite pas à faire preuve de fermeté, en assurant que l'espace Schengen n'est pas remis en cause :

"Schengen est en danger non pas à cause des événements récents mais parce que le contrôle aux frontières extérieures ne fonctionne pas, ou pas de façon assez satisfaisante. L'accent doit donc être mis sur le renforcement de la protection des frontières extérieures".

Il a également rappelé que "les mesures mises en place en Europe jusqu'à ce jour sont conformes au règlement qui concerne les accords de Schengen. La décision du président français de réintroduire pour un certain temps les contrôles aux frontières sont expressément prévus dans les accords de Schengen pour formuler une réponse à des événements comme celui-ci".

 "Ne confondons pas ceux qui ont commis ces atrocités et ceux qui fuient leur pays"

Et pour éloigner tout risque de raccourci intellectuel, Jean-Claude Juncker rappelle que l'assaillant au passeport syrien n'était pas enregistré comme réfugié. "Je ne crois pas que la personne en question puisse être catégorisée comme étant un réfugié ou un demandeur d'asile. Ne confondons pas les auteurs des actes criminels à Paris avec les demandeurs d'asiles, avec les migrants qui ont de bonnes raisons de frapper à nos portes, et ne confondons pas ceux qui ont commis ces atrocités avec ceux qui fuient leur pays (à cause) de la philosophie et la mentalité qui inspirent les actes que nous avons observé à Paris". A ses côtés, Donald Tusk martèle : "ce sont des criminels et non des réfugiés".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2015 à 13:51 :
Céder a l'amalgame "entre UE et prospérité" ne nous viendrai même pas a l'esprit!
a écrit le 16/11/2015 à 9:07 :
Je ne lis même pas l'article sur ce que dit Juncker. Son seul problème, c'est que l'économie fonctionne, que le Luxembourg puisse continuer à faire des affaires, organiser l'évasion fiscale et faire des profits. La guerre a pu être profitable à des pays comme le Luxembourg, la Suisse qui a une époque pouvaient secrètement coopérer avec l'ennemi, ce ne serait plus le cas aujourd'hui. Juncker le sait, il défendra la position du "non-amalgame" pour préserver les intérêts de son paradis fiscal.
a écrit le 15/11/2015 à 19:36 :
Ce ne doit pas être cher ce médicament...parce qu'il y en a un paquet qui sont addicts chez les "zélites".
a écrit le 15/11/2015 à 18:48 :
Il est grand temps de renvoyer Juncker dans ses foyers. C'est un incompétent, incapable, et ne comprenant pas que des décisions fortes et urgentes concernant nos frontières et notre défense s'imposent. La période bisounours de l'Europe magma sans consistance est terminée .
a écrit le 15/11/2015 à 16:41 :
Padamalgam 500 est un médicament. A déconseiller aux personnes possédant un minimum de lucidité et un esprit critique !
a écrit le 15/11/2015 à 16:32 :
Je lis: "Je ne crois pas que la personne en question puisse être catégorisée comme étant un réfugié ou un demandeur d'asile. Ne confondons pas les auteurs des actes criminels à Paris avec les demandeurs d'asiles ......"
N'empêche qu'il est bien rentré avec les demandeurs d'asiles:
http://www.europe1.fr/international/attentats-a-paris-le-detenteur-du-passeport-syrien-trouve-a-paris-est-passe-par-la-grece-2620501
Il est bien précisé "il a été identifié conformément à la réglementation européenne"
Alors messieurs qui "êtes aux responsabilités" comme on dit, si vous ne voulez pas d'amalgames, prenez-les vos responsabilités, et faîtes le tri, vos populations courent des risques insensés actuellement.
a écrit le 15/11/2015 à 16:21 :
Ne surtout pas "faire d'amalgame" entre JC Junker et un Paradis Fiscal !!!
a écrit le 15/11/2015 à 15:29 :
Je crois qu'il n'a pas compris l'événement ou fait le sourd .
Réponse de le 15/11/2015 à 19:27 :
Non, il est naturellement c..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :