Coups bas, escroqueries, guerre sans pitié... Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre États

 |   |  1019  mots
Photo d'illustration. Il y a un pays étranger qui a payé trois fois le prix de la cargaison sur le tarmac, témoigne le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier.
Photo d'illustration. "Il y a un pays étranger qui a payé trois fois le prix de la cargaison sur le tarmac", témoigne le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier. (Crédits : Reuters)
Incapables de produire des masques en nombre suffisant en pleine pandémie de coronavirus, les États se livrent à une guerre sans merci pour récupérer ces précieux sésames, quitte à employer des méthodes agressives, qui contreviennent aux règles et au fair-play censés prévaloir dans les échanges économiques mondiaux.

Des Américains qui surenchérissent sur des acheteurs français sur le tarmac d'un aéroport chinois, des Français ou des Tchèques qui saisissent des cartons à destination d'autres pays... La compétition pour l'achat de masques contre le virus est sans pitié.

Pris au dépourvu par la pandémie, incapables de les produire eux-mêmes en nombre suffisant, les pays, notamment occidentaux, cherchent des milliards de masques, principalement en Asie: une situation qui conduit à faire fi des règles et du fair-play censés prévaloir dans les échanges économiques mondiaux.

Ainsi, des masques commandés en Chine par la France auraient été rachetés par des acquéreurs américains non identifiés sur le tarmac des aéroports chinois, selon des présidents de région françaises qui ont eu à souffrir de ces procédés.

"Il y a un pays étranger qui a payé trois fois le prix de la cargaison sur le tarmac", a dénoncé le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier.

"Nous nous sommes fait prendre un chargement par des Américains qui ont surenchéri sur un chargement que nous avions identifié", a assuré Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France.

Le gouvernement américain a démenti, mais ces acquéreurs pourraient être des acteurs privés ou des États fédérés.

"Effrayante concurrence globale"

Le phénomène est mondial. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit jeudi "très inquiet" et a demandé une enquête après des informations de Radio Canada selon lesquelles une cargaison de masques achetée en Chine pour le Québec aurait été livrée en plus faible quantité que prévu après qu'une partie eut été revendue "au plus offrant", à savoir les États-Unis.

"Les marchés d'approvisionnement pour le Covid-19 sont en train de s'effondrer", a estimé jeudi lors d'une visio-conférence le professeur Christopher R. Yukins de l'Université de Washington, et "concurrence et transparence" en font les frais.

"Les États sont en situation de compétition les uns envers les autres, voire de rivalité. C'est ce que la philosophie politique nomme l'état de nature", rappelle le chercheur Jean-Sylvestre Mongrenier de l'institut franco-belge Thomas More, une "insécurité endémique entre les nations voire, en cas de désagrégation de l'ordre public international, un état d'anarchie".

Pour autant, "le surenchérissement sur une livraison de masques relève plutôt de la compétition pour l'accès aux ressources : c'est désagréable mais ce n'est pas le déchaînement des hostilités", estime-t-il.

Le député ukrainien Andriï Motovylovets, qui s'est rendu en Chine en mars pour accompagner une cargaison médicale, a raconté sur son compte Facebook avoir été témoin d'une concurrence "effrayante pour l'équipement médical. Nos consuls qui se rendent dans des usines [chinoises, Ndlr] y rencontrent leurs confrères d'autres pays (Russie, USA, France) qui veulent récupérer nos commandes. Nous avons payé nos commandes préalablement par virement et avons des contrats signés. Eux, ils ont davantage d'argent, et des espèces. Nous nous battons pour chaque cargaison".

Sur les aéroports chinois, autour des usines et des plateformes logistiques, "la tension est énorme là-bas. Les escrocs sont multiples et variés", a dénoncé M. Muselier.

En Chine, peu de producteurs disposent de licences d'exportation. Les autres sont obligés de passer par des sociétés de négoce s'ils veulent pouvoir exporter. D'où l'existence de nombreux intermédiaires.

Partout dans le monde, de multiples intervenants, États, régions, acteurs privés, intermédiaires, se court-circuitent pour mettre la main sur ces matériaux si précieux, pour lesquels les services secrets peuvent être employés. Ainsi, selon Le Figaro, le Mossad israélien a mené courant mars une opération clandestine pour récupérer des kits de détection du virus dans un pays inconnu.

"L'heure est à la négociation directe, aux marchés de gré à gré, instruments utiles dans les situations d'urgence sanitaire, mais qui s'accompagnent souvent d'un cortège prévisible de favoritisme, malversations, et surfacturations", estime dans une tribune au journal Le Monde Laurence Folliot Lalliot, professeure de droit public.

Mallette de cash

Et dans ce contexte le paiement en liquide fait des miracles.

"Les Américains paient cash et sans voir [la cargaison, Ndlr], forcément ça peut être plus attractif pour certains qui cherchent juste à faire du business avec la détresse du monde entier", estime Mme Pécresse.

L'ancien Premier ministre slovaque Peter Pellegrini a déclaré à la télévision TA3 le 15 mars que son pays avait réservé des millions de masques en Ukraine, qui devaient être payés comptant. "Nous étions en train de préparer une mallette avec 1,2 million d'euros. Nous devions utiliser un vol gouvernemental spécial pour aller récupérer les masques. Mais un intermédiaire allemand est arrivé avant, a surenchéri et l'a acheté".

Ces accrocs surviennent parfois à l'intérieur même de l'Union européenne où plusieurs membres ont interdit l'exportation de matériel médical ou décidé des réquisitions, comme la France.

D'après une information de l'Express, la France a saisi le 5 mars dernier sur son territoire des masques appartenant à la société suédoise Mölnlycke, qui étaient destinés à l'Espagne et l'Italie.

La République Tchèque a également saisi des masques dont une partie devait être livrée en Italie. Les autorités de Prague ont affirmé que la saisie avait été décidée "sur la base d'un soupçon de comportement frauduleux et activités criminelles", mais se sont engagées à envoyer en Italie "dans les meilleurs délais l'équivalent du matériel", selon l'ambassade tchèque à Paris.

Pour le groupe Mölnlycke, "il est de plus en plus difficile de revenir à des conditions de distribution et de production de dispositifs médicaux efficaces en Europe, ce qui nous semble urgent".

Par Fabien Zamora, avec les bureaux de l'AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2020 à 14:07 :
Les pandémies et guerres n'ont jamais arrêter les guerres commerciales, ni les profiteurs de circonstance. La Chine espère un geste des USA dans la guerre commerciale qui les opposent. Je dirais que la Chine a misé sur le mauvais cheval, la priorité de la politique américaine étant eux-mêmes (america first). L'Europe comme les asiatiques font preuve d'angélisme... Dans le cadre d'une crise internationale, il faut regarder qui a les matières premières et les capacités de production : ils faut analyser les 2 cas puisque les fabricants produisent en flux tendus pour ne pas avoir de stock... le libéralisme, c'est l'efficience économique, au détriment de tout (y compris l'humain).
a écrit le 04/04/2020 à 11:21 :
et de garantir que les cargaison ne soient pas détournée sur les aéroports.
Je pense que c'est dans leurs cordes d'interdire toute transaction hors les sièges d'entreprise.

Un fois que les chargements sont dans les avions à destination de la France, de l'Italie ou des USA, on n'en est pas encore à avoir les avions détournés ou capturés en l'air par la chasse bulgare où italienne.

Quelqu'un dont j'ai oublié le nom avait rappelé que la civilisation est un vernis qui craque rapidement devant les contraintes.

On observe un renversement assez lourd de nos alliances.
Les USA ne sont plus des amis depuis les années Bush, ne sont plus des alliés fiables depuis qu'Obama a laissé Bachar gazer ses populations, et ils ne sont même plus des alliés avec Trump.
Avant peu, ce seront des ennemis qui se comporteront comme tel.

Il faut s'y préparer.
Nos prochains alliés de circonstance dans les crises à venir seront les chinois
Réponse de le 04/04/2020 à 17:01 :
Oh! Pas que ds les crises, je pense.
Sur un aspect géopolitico-économique, l'UE aura bcp plus à y gagner ds le monde d'après en nouant des partenariats avec les pays d'Asie, plutôt qu'avec les Amériques.
a écrit le 04/04/2020 à 10:53 :
QUI peut se faire des illusion sur la pseudo solidarité qui règne entre état !
Les relations internationales ont TOUJOURS été guidées par l'intérèt propre de chacun , plus ou moins visible selon les tensions !
L'égoisme est une donnée propre a TOUTES les espèces ........
a écrit le 04/04/2020 à 5:27 :
Les français sont des bisounours. Qui parlait de guerre ? Macron non ? Alors...
a écrit le 03/04/2020 à 18:32 :
L'anarchie c'est l'ordre sans le pouvoir.
a écrit le 03/04/2020 à 18:16 :
Voilà plus d'un an que les soignants des services d'urgences ont initié un mouvement de grève contre le démantèlement de l’hôpital public. Alors qu'ils alertaient sur les fermetures de lits, le manque de matériel et de personnel, les voilà maintenant confrontés de plein fouet aux répercussions de ces politiques d'austérité en pleine pandémie de coronavirus.

L’effroyable mensonge de la « solidarité européenne » : les Tchèques ont volé 680 000 masques et respirateurs que la Chine avait donnés à l’Italie pour sauver des milliers d’Italiens en urgence absolue, pendant que la France volait à Lyon les masques destinés à l' Italie et à l' Espagne!

Il y a quelques jours, Régis Debray expliquait que le coronavirus révèle que l’Union européenne n’est qu’un “pieux mensonge”.

La réalité est bien plus grave encore que cela : les européistes constituent une mafia arrogante, incompétente et criminelle qui entraîne tout le continent dans le désastre.

Le coronavirus apporte jour après jour la preuve que la sortie de l’UE est bien l’impératif national n° 1, en Italie comme en France.

Non seulement nous y retrouverons notre niveau de vie, nos libertés publiques et notre démocratie, mais nous pourrons rétablir nos services publics, à commencer par le service hospitalier. Et nous y retrouverons nos amitiés mondiales, en dehors de toute idéologie mortifère...
Réponse de le 03/04/2020 à 19:05 :
"Non seulement nous y retrouverons notre niveau de vie...." Voilà qui me rend hilare. Cela relève du vœux pieux. Comment retrouver notre niveau de vie avec un franc qui ne vaudra plus grand chose tellement nous continuons à dépenser plus que ce que nous gagnons. On peut nier la réalité par croyances idéologiques, mais généralement cette réalité nous rattrape plus vite que l'on ne croit.Ce n'est pas l'Europe qui nous a fait passer à 35 heures à l’hôpital. Ce n'est pas l'Europe qui nous empêche d'investir dans notre système de santé car le système de santé ne rentre pas dans les prérogatives de l'Europe. Et ce n'est pas l'Europe qui nous fait nous endetter tous les ans de 100 Milliards, bien au contraire. Nous avons choisi collectivement de vivre au dessus de nos moyens et n'avons donc pas de quoi investir où que ce soit. Une famille prévoyante est celle qui a un matelas d'épargne pour affronter les imprévus. Nous nous avons un matelas de dettes de 2400 Milliards d'Euros qui nous ponctionne 40 milliards tous les ans en frais financiers alors que les taux sont très bas. Changer de devise monétaire ne nous rendra pas plus économe et donc ne rehaussera pas notre niveau de vie. Tout le reste n'est qu'incantation.
Réponse de le 03/04/2020 à 22:53 :
Il serait bon que vous renouveliez votre discours complètement éculé : en ce moment, l'hôpital n'est pas aux 35 h. Et les allemands sont aussi aux 35 h depuis plus longtemps que les français.
Le problème vient plutôt de l'incompétence forcenée gens comme vous qui savent tout et non pas un seul argument,et qui au final ne sont capables que de faire du déficit(le déficit français 2019 (a réussi à augmenter en période de croissance ! ) de détruire l'industrie française, juste pour gagner un tout petit peu plus.
Réponse de le 04/04/2020 à 13:20 :
Leur niveau de vie vient d'en prendre un sacré coup.

Non seulement la pauvreté explose avec le niveau du chômage mais en plus leur statut d'importateur net de denrées alimentaires les expose à la famine avec la double fermeture des frontières (brexit + virus).
a écrit le 03/04/2020 à 17:53 :
J espere que la France a rendu les masques !!!!!!!

J ai honte
Réponse de le 04/04/2020 à 13:36 :
Honte de quoi ? L'entrepôt lyonnais qui détenait le stock de la société Molnlycke est forcément celui d'une société française .A ce titre elle respecte le droit français ,et donc ,par exemple, les articles du code de la santé publique ou de la défense nationale en matière de réquisition .Par contre les propriétaires doivent être justement indemnisés .C'est comme de faire transiter des missiles anti char par la France sans autorisation .Oui ,c'est contraire à l'esprit de l'Union Européenne .Mais comment dit on nein en suédois?
a écrit le 03/04/2020 à 17:37 :
"...Les règles et le fairplay censées prévaloir dans les échanges économiques mondiaux..." ? Sérieusement ? On n'est plus devant la télé et les bisounours, là. C'est la vraie vie, réveillez-vous. Les entreprises se battent pour survivre, obtenir des contrats, acheter leurs concurrents. C'est à l'ENA qu'on parle de la "morale". Avec l'efficacité qu'on connaît.
a écrit le 03/04/2020 à 17:26 :
A force d'entendre les médias rabâcher à longueur de journée qu'il n'y avait que la France qui n'avait pas de masques on aurait presque fini par le croire. On voit qu'il n'en est rien et ce qui n'est pas une surprise.
a écrit le 03/04/2020 à 17:13 :
pour rappelle :
L’anarchie est une société sans système de pouvoir tel que le gouvernement autoritaire, l'économie d'exploitation ou la religion dominante. C'est la situation d’un milieu social où il n’existe pas de rapports de pouvoir, de chefs, d’autorité centrale ; une société où chaque personne, groupe, communauté ou milieu est autonome dans ses relations internes et externes. Il existe toujours une organisation, un ordre, un pouvoir politique ou même plusieurs, mais pas de domination unique ayant un caractère coercitif.

Le capitalisme désigne un système politique et économique reposant sur la propriété privée, notamment des moyens de production, le libre échange sur des marchés et la libre concurrence

merci a la tribune de bien choisir ses mots
a écrit le 03/04/2020 à 16:07 :
... et n'oublions pas l'eau potable... qui rentre en bourse afin de spéculer sur les années avenir et le manque d'eau a la population... contrairement au dinosaure, nous on a pas besoin d'une météorite pour disparaître. l'homme détruit l'homme.
a écrit le 03/04/2020 à 16:05 :
Je l'avais déjà dit il y a longtemps. plus besoin de faire la guerre avec des armes. un pays qui n'est pas autonome et de fait dépendant des autres.
endette le à 200% en tant que créancier,
prive le, de nourriture
prive le, de médicaments, de fournitures médicales,
prive le, d'énergie ou d'essence
bref l'asphyxie totale... et il est a ta merci facilement.
Merci au délocalisation massive, a la mort voulu des usines, des petites fermes, au maintien forcé de restructuration destructrice d'emplois et de qualité, dont des économies dans le domaine des hôpitaux etc... sans compter la pénurie de logement et la généralisation des CDD dit contrat court et mi temps qui aggrave la situation...
a écrit le 03/04/2020 à 15:57 :
Je réside en Asie, en ce moment en Thailande, les masques sont partout à des prix raisonnables, pharmacies, marchés...Je ne sais pas d'où ils viennent. Le gel idem, en libre service à l'entrée, des hôtels, des malls, des superettes... et à la vente également !
a écrit le 03/04/2020 à 15:31 :
Contrairement au titre, et je vous renvoi à la définition du dictionnaire, nous sommes bien confrontés à l'expression pure de la loi du marché (de la jungle) et non à l'anarchie...
a écrit le 03/04/2020 à 15:27 :
Après avoir affirmé que les masques de protection n’étaient pas nécessaires, puis qu’un contingent de 15 millions avait été débloqué, puis que l’on allait passer commande de 250 millions, le gouvernement s’est enfin décidé ce 28 mars à passer commande de 1 milliard de masques.

C’est un aveu terrible. Car cette commande survient alors que cela fait 3 mois que l’épidémie s’est déclarée en Chine et 2 mois que le gouvernement est informé des risques encourus par la France.

Elle a été prise sous la pression du cabinet d’avocats qui représente le collectif C19, qui a adressé une “sommation interpellative” au ministère des Solidarités et de la Santé pour recevoir les contrats et « commandes » de masques, quel que soit leur type, qui ont été conclus par l’État depuis le 20 décembre 2019.

Toute cette affaire démontre de façon sidérante l’amateurisme, l’indolence, les mensonges, les tergiversations, la totale incompétence et l’irresponsabilité du président de la République et de son gouvernement.

Un chef d’État et des ministres dignes de ces responsabilités auraient passé commande de masques depuis au moins la fin janvier ou le début février. Des centaines, et peut-être des milliers de vies, auraient été sauvées. Le gouvernement apparaît comme un bateau ivre, sans capitaine et sans gouvernail et tel que l' analysait F Asselineau dans un billet dédié.
Réponse de le 03/04/2020 à 15:45 :
Merci de répondre aux questions qu'un grand nombre d'entre nous se posent, d'autres ne font que de la politique, légèrement orientée comme d'habitude. Des agissements de cours d'école. Certains commentaires sont en adéquation avec les faits relatés dans l'article , me semble t il!
Réponse de le 03/04/2020 à 18:07 :
@democratus Vous observerez que la pénurie organisée par l' incurie du
gouvernement Macron est à l' origine des règlements de fond de cours auxquels nous assistons dans cette UE en plein déliquescence, non ? Que ça vous gêne que je l' évoque est un annexe du problème.
a écrit le 03/04/2020 à 15:25 :
Le masque est souvent un confort psychologique, mais peut-être aussi un concentrateur de virus sur les masques , et alors quand on voit comme il est manipulé, on peut craindre le pire.
Les test systématiques de détection du virus n'ont aucun sens, quelques heures après vous pouvez être positif, encore une fausse façon de se rassurer.
a écrit le 03/04/2020 à 15:13 :
A partir du moment ou des états et des hommes politiques populistes recommandent à leurs citoyens de porter des masques, cela sous entends une vente libre...Et en cette période de tension ou certains sont paranoïaques, de gros profits sont en jeux...Un petit marchant de quartier peu faire une fortune très rapidement en les vendant quatre fois leurs prix....
Les États organisés, ou des Régions, vont avoir du mal à luter contre un Walmart qui voudra en acheter des milliards ou un réseau de mafia chinoise organisé...
Une seule solution : faire jouer la diplomatie pour des achats sécurisés d’État à État, ou se mettre à produire en volume localement des masques réutilisables...
Ainsi va la cupidité du monde, et la France qui réservait jusque là ses masques au personnel soignant n'y pourra rien...
a écrit le 03/04/2020 à 15:07 :
Pendant que les idéologues naïfs regardent se dérouler les événements d'un air niais, les pragmatiques, protecteurs de leur Peuple, achètent des tests et des masques !
a écrit le 03/04/2020 à 14:53 :
Coronavirus : la France commande 1 milliard de masques à la Chine.

Les équipements de protection, dont 74 millions de masques FFP2, arriveront via un pont aérien mis en place entre les deux pays, selon France info. Source : le Point (28 mars)

En 2018, une usine implantée en France pouvait produire 200 millions de masques par an, soit 20 millions de masques par mois ! L’usine, d’abord rachetée par une entreprise américaine, a ensuite été déstabilisée par l’État français qui n’a pas renouvelé ses commandes de masques, précipitant ainsi la fermeture de l’usine.. Source UPR.fr..

Historique repris et développé par les Economistes Atterrés "Lorsque les Américains arrivent à Plaintel, ils nous expliquent qu’ Honeywell est une chance pour nous et que nous allons 'intégrer' un groupe mondial avec des 'valeurs' et une force de frappe commerciale importante", témoigne Damien*. Pourtant, dès 2011, le groupe annonce 43 suppressions d’emplois. Les plans de licenciement s’enchainent, le chômage partiel devient la règle : à l’été 2018, les 38 derniers salariés de l’entreprise sont finalement licenciés pour des motifs "économiques" ..
a écrit le 03/04/2020 à 14:46 :
Ce qu'il faut souligner, c'est le degré d'intelligence qui consiste à penser que lors d'un besoin pressant, les demandeurs pourront se tourner vers les fabricants. Mais bien sur, comme nous le constatons, lorsqu'il y a urgence généralisée, ce raisonnement est totalement faux... Les technocrates se persuadent eux mêmes que le raisonnement est correct, la confrontation réelle aux évènements les rappelle durement à la réalité (ceci dit, ils en ont peut être rien à faire puisque responsables mais pas coupables, selon l'expression bien connue).
a écrit le 03/04/2020 à 14:19 :
de recentrer en France la production des produits vitaux pour notre santé et sécurité. Même si cela paraît déjà trop tard, il faut s'y mettre avec beaucoup de volontarisme, quoi qu'en disent UE, OMC, . Et y consacrer les sommes nécessaires, c'est prioritaire
a écrit le 03/04/2020 à 13:55 :
Ce coronavirus est un avertissement "bienvenu" de ce que le monde va devenir avec la raréfaction des ressources. Maintenant nous savons. Quand on sait que la France importe les fusils de ses militaires d'Allemagne on se dit qu'il faut d'urgence revenir en arrière sur cette mondialisation qui nous laisse nus comme des vers.
Réponse de le 03/04/2020 à 16:34 :
Vous comprenez vite au moins,pour la raréfaction des ressources ça va être bien pire que de simple rachat sur le tarmac,mais ça va passer par les armes et les menaces de guerre car sur les ressources nécessaire au développement d'un pays,on ne plaisante pas là-dessus.
Certains n'ont pas l'air de s'en rendre compte,surtout une bonne partie des hommes politiques qui existe dans ce monde.. surtout en France en faite.
Mais bon,c'est pas pour tout de suite donc c'est bon,doivent-ils se dire en référence aux fusils d'assault,"mais on peut toujours en refaire,on a les ingénieurs"..
"Mais ça coûte de l'argent hein,on peut pas tout faire hein" l'argent il a l'air de couler à flot la pourtant et si ce n'était que ça,le gaspillage lui aussi il fait couler de l'argent inutilement.
a écrit le 03/04/2020 à 13:45 :
On dirait que les journalistes et hommes - femmes politiques se réveillent... qu ´on t il fait durant toutes ces années où ce genre de comportement est une des règles du business..? Ou sont les décisions de prévoyance et mutualisation des moyens au niveau européen?
. le pays des bisounours c est à la télé et pour les enfants ... bref
Contrairement à ce qui est souvent dit la commission est En rien responsable de la situation ... il n’y a pas de ministère ou structure pan- européenne qui abb ce les pouvoirs de gérer le sanitaire - médical ... il va falloir plus d Europe à l avenir dans ce type de gestion !
Un super ministre redevable devant le parlement et les citoyens ... quand à la dérivée mafieuse des «  fournisseurs » il est nécessaire que la Chine - pays d’origine du Coronavirus- balanite devant sa porte: il en va de sa crédibilité de la parole donnée de sa réputation et de ses futures relations commerciales ( huawei etc...)
Réponse de le 03/04/2020 à 14:18 :
La commission Europeenne se bat pour que les échanges commerciaux, en Europe et dans le monde soient le plus libres possibles : aucune containtes... Voila le résultat !
a écrit le 03/04/2020 à 13:43 :
Le vendeur est tout aussi responsable que le by-passeur. La Chine en l'espèce !
a écrit le 03/04/2020 à 13:38 :
On nous a dit que c'est la guerre.
En période de conflit, tous les coups sont permis. Les gaz, le Napalm, la bombe atomique...
Les masques sont vitaux, tout est donc bon pour s'en procurer.
Si la nourriture vient à manquer, le marché noir aura de beaux jours devant lui. Aux US, vu le nombre d'armes en circulation, ça va être de nouveau le Far West. Le bon vieux temps quoi!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :