Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l'industrie sous pression

 |   |  924  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Face à la pénurie de masques, le gouvernement veut mobiliser l'appareil productif français pour accroître la production. L'objectif est de passer d'une production de 15 millions de "FFP2" par mois à 40 millions en avril. Mais avec les mesures de confinement, une industrie fragilisée et des travailleurs sous tension, la mobilisation pourrait être plus complexe que prévu.

L'urgence sanitaire s'amplifie. Alors que le bilan humain s'alourdit de jour en jour sur le territoire français et partout en Europe, le gouvernement veut accélérer la production de masques et gel hyrdroalcoolique. Lors d'un point presse ce lundi 30 mars, la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher a précisé le plan de bataille de l'exécutif.

"L'objectif est de mobiliser l'appareil productif français sur les masques. Nous assistons à une multiplication des volumes de consommation très élevée. Des défis ont été lancés à l'industrie textile de la filière mode pour produire des masques. Il s'agit de mobiliser des grandes entreprises mais aussi des entreprises d'insertion, le ministère de la Santé et le ministère des Armées. Le but est une massification de la production de masques. La mobilisation se fait main dans la main entre le secteur public et le secteur privé".

De son côté, le Premier ministre Edouard Philippe avait réuni ce lundi matin de nombreux acteurs économiques pour faire le point "sur le fonctionnement de l'outil industriel et sur la mobilisation de l'industrie française au service de notre dispositif sanitaire". Malgré l'effort du gouvernement pour s'expliquer sur la gestion de la crise sanitaire, avec une conférence de presse fleuve samedi du chef du gouvernement et du ministre de la Santé, le niveau de confiance dans l'exécutif est en nette baisse, selon un sondage OpinionWay diffusé lundi.

>Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

Seulement quatre établissements

La France compte actuellement quatre principaux sites de production sur le territoire français. Il s'agit de Valmy, Macopharma, Paul Boyé et Kolmi. L'objectif du gouvernement est de passer d'une production de 15 millions de masques FFP2 par mois à 40 millions en avril, selon des documents communiqués par Bercy. Cette catégorie est réservée aux professionnels de santé a rappelé Agnès Pannier-Runacher. "Il faut assurer l'acheminement des matières premières"a-t-elle ajouté.

La seconde catégorie qualifiée de masques alternatifs a pour but de protéger les salariés employés dans le monde du travail. "L'Agence de sécurité des médicaments et des produits de santé et le ministère de la Défense ont mis en oeuvre un nouveau cahier des charges pour un usage professionnel en contact avec le public comme les forces de l'ordre, les hôtesses de caisse". A l'intérieur de cette catégorie, figure un dernier modèle de masque. Il s'agit des masques de protection à visée collective pour protéger l'ensemble d'un groupe, relativement moins efficaces que les deux autres modèles.

Un appel à propositions

Pour tenter de faire face à la pénurie, la direction générale des entreprises implantée au ministère de l'Economie a lancé un appel à proposition. "Plus de 150 entreprises et groupements d'entreprises ont d'ores et déjà proposé des solutions alternatives. Ces propositions ont fait l'objet de tests conduits par la direction générale des armées, conduisant au 30 mars à la validation de 85 prototypes proposés par 45 entreprises répondant aux exigences respectives de ces deux catégories", souligne le dossier de presse.

Des ponts aériens

La France multiplie les ponts aériens pour tenter de pallier la pénurie de masques. Encore ce lundi, un avion cargo transportant une dizaine de millions de masques médicaux a atterri à l'aéroport de Paris-Vatry (Marne) dans le cadre du "pont aérien" entre la Chine et la France pour faire face à l'épidémie de Covid-19, a constaté un photographe de l'AFP. Il fait suite à la livraison dimanche d'un autre avion cargo d'Air France, affrété par le logisticien Bolloré. Il a atterri à l'aéroport de Roissy, lui aussi en provenance de Chine et convoyant 5,5 millions de masques médicaux.

Des risques sanitaires

Reste que la mobilisation lancée par le gouvernement devrait se confronter à plusieurs difficultés. Le renforcement des mesures de confinement depuis 15 jours exacerbe les tensions sur le marché du travail. Plusieurs secteurs sont confrontés à des droits de retrait des salariés. Ces dernières semaines, les craintes dans le secteur du bâtiment et de la grande distribution ont mis en exergue toutes les difficultés pour les employeurs à faire appliquer des règles de sécurité sanitaire strictes. En outre, de nombreux salariés dans l'industrie redoutent de se rendre sur leur lieu de travail par peur d'être contaminés. Enfin, la fermeture des établissements scolaires rend difficilement compatible la vie professionnelle et la garde et l'éducation des enfants.

Des années de désindustrialisation

Au final, les facteurs de retard pris par la France sont multiples et les responsabilités partagées. Sur la question du retard, la ministre a évoqué "le temps nécessaire de bouclage de la recherche et développement pour les nouveaux prototypes. En outre, le tissu économique tricolore s'est considérablement transformé ces dernières années. Le poids de l'industrie dans la valeur ajoutée a considérablement diminué au profit des services. Les années de délocalisations d'industries lourdes et de transferts de technologies à l'étranger ont laissé la place à une économie du tertiaire. Les sites de production textiles ont déménagé dans dans des pays à bas coûts. Pour répondre aux besoins urgents de la population, l'outil productif hexagonal paraît donc bien désarmé.

Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2020 à 9:42 :
Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l'industrie sous pression ...

reformulons :

La folle équipe mascarade de gouvernement violent de l'ancien monde a mis en danger toute la chaine des personnels de la sécurité sanitaire ...

cette folle équipe de branquignoles est à la remorque des évènements et continue de diffuser des fausses nouvelles et de la communication abusive pour faire croire qu'elle agit ...
cette folle équipe LREM MODEM voudrait faire croire que ce sont les citoyennes et citoyens qui sont responsables de cette situation ...

cette folle équipe continue d'utiliser la répression violent et les punitions financières pour se dédouaner ...

il faudra bien que cette folle équipe réponde devant une coure martiale comme il en est requis en temps de guerre
Réponse de le 31/03/2020 à 10:39 :
Les français ont choisi de vivre 40 ans comme des cigales.
Ils n'ont plus d'appareil productif.
Inutile de chercher des boucs émissaires, vous etes complice.
Réponse de le 31/03/2020 à 14:44 :
Le manque de culture et par conséquence l'abaissement du sens critique font la libre part à l'opinion, au manque d'humilité, ... nous avons surtout besoin d'un retour à l'échange d'idées et à l'autocritique : le méchant gouvernement ? C'est le précédent qui a arrêté de stocker des masques... et celui d'avant qui s'est fait houspiller par des gens comme vous car il en avait trop acheté pour le SRAS... là en résumé ce n'est pas nous qui avons fait pression sur les gouvernements de droite comme de gauche pour payer moins d'impôts, ce n'est pas nous qui achetons toujours moins cher et favorisons aussi les délocalisations, ce n'est pas nous... ce sont des comportements enfantins que tout cela. Il devient urgent de grandir... et ce à tous propos (s'ils passent par exemple devant une "coure" martiale, le jugement pourra être annulé pour une simple faute d'orthographe... : humilité...).
a écrit le 31/03/2020 à 9:31 :
sinon on peut utiliser les milliers d´employés de l´education nationale (qui ne travaillent pas comme disait la porte parole de ce gouvernement) et leurs élèves...

la journée aux champs à ramasser les légumes. le soir à coudre des masques autour d´une chandelle...

avec melenchon à la radio qui ferait des discours comme au bon vieux temps...
a écrit le 30/03/2020 à 20:19 :
Ne plus commander de l’extérieur enrichi la France , forcément.
a écrit le 30/03/2020 à 20:03 :
Certains suggèrent étonnamment que le docteur Raoult serait peut-être un descendant du prophète par l'intermédiaire obscur d'une de ses concubines esclave Viking .
a écrit le 30/03/2020 à 19:45 :
C'est lorsque le pic est la que nous avons donc le soucis supposé de la chose !

Bon ben quand même, plus de questions que de réponses sinon les prix, car j'ai compris que j'avais perdue de l'argent a acheter des gants a trois fois le prix!!!

En tout cas, si l'on regarde l'enrichissement de ceux qui ont tout délocaliser, il serait donc temps de leur demander la solidarité? non je rigole..

Mais il est ainsi que le constat a permit de comprendre la cessesion des élites, une autres manière de regarder la grise et ces conséquences ou ses inconséquences comme on veut!
a écrit le 30/03/2020 à 19:16 :
en 2018 une usine de masques a Plaintel en France a été fermée par leur patrons américains sous couvert pas assez rentable (pas déficitaire mais pas assez) donc délocalisée
200 millions de masques par an .
l etat a été alerté mais n a rien fait en plus les patrons se sont mis de l argent de l etat dans la poche
quand on vous dit que l on se fait piller nos entreprises françaises .faut pas se plaindre après ils sont parti avec les brevets et les machines les plus productives .
Réponse de le 30/03/2020 à 20:55 :
Merci jp de rappeler des faits incontestables, 2018 charnière des présidences Hollande / Macron et charnière de gouvernements Manuel Valls / Philippe Edouard
Réponse de le 31/03/2020 à 7:16 :
200 millions de masques par an alors qu'il en faut 40 millions dans la semaine.
Réponse de le 31/03/2020 à 9:58 :
200 millions c'est avec des cadences normales. En tournant 7/7 24/24 ont pouvait surement passer à 600 millions (en 2009... ).

L'Usine de Plaintel est la caricature de l'incurie de l'état français.

En 2009, l'état lui avait demandé de booster ses capacités de production. L'entreprise investit donc..... et les commandes de l'état ne sont jamais arrivées.
Avec la loi Bachelot (HPST) La gestion des hôpitaux est confiées aux comptables des ARS, qui favorisent les produits chinois.

L'entreprise passe sous contrôle américain (Honeyewell) qui constate à son tour que le site n'est plus rentable et le ministre de l'économie (un certain Lemaire...) avalise la fermeture du site du plus important de France en 2018.

Et voilà pourquoi votre
Réponse de le 31/03/2020 à 10:00 :
200 millions c'est avec des cadences normales. En tournant 7/7 24/24 ont pouvait surement passer à 600 millions (en 2009... ).

L'Usine de Plaintel est la caricature de l'incurie de l'état français.

En 2009, l'état lui avait demandé de booster ses capacités de production. L'entreprise investit donc..... et les commandes de l'état ne sont jamais arrivées.
Avec la loi Bachelot (HPST) La gestion des hôpitaux est confiées aux comptables des ARS, qui favorisent les produits chinois.

L'entreprise passe sous contrôle américain (Honeyewell) qui constate à son tour que le site n'est plus rentable et le ministre de l'économie (un certain Lemaire...) avalise la fermeture du site de production de masques plus important de France en 2018.
Réponse de le 31/03/2020 à 12:12 :
Effectivement ,l'usine STERIAN .En novembre 2018, une infime partie de la production est délocalisée en Tunisie. 90 % des équipements et des lignes, pour la plupart encore quasi neuves et financés par des subventions publiques, sont alors envoyés… à la ferraille. Elles ont fini leur vie sous les broyeurs de l'entreprise Derichebourg
a écrit le 30/03/2020 à 18:45 :
Ce gouvernement de comiques n' a rien fait sauf de la com, la France est devenu LE pays en Europe où une com d' état sert à masquer la décrépitude et l' inaction parce que l' exécutif! compte sur Bruxelles car n' ayant plus la carte bancaire. Jamais encore le gouvernement n' était tombé aussi bas dans l' aliénation des moyens donnés à Bruxelles. Alors il faut compenser par le mensonge "une petite gripette" et la négation de l' urgence, "les masques arrivent" comme depuis mi mars quand le prix est payé par une population otage..
Réponse de le 30/03/2020 à 20:15 :
Vos exagérations sont habituelles chez vous. Ouvrez les yeux sur la situations dans les pays voisins.+
Réponse de le 30/03/2020 à 20:53 :
Gédéon a écrit le 30/03/2020 à 18:45 :

Gedeon, vous décrivez bien l'enchainement que toutes les Françaises et les Français constatent, de façon absolument incontestable ;
Réponse de le 31/03/2020 à 7:19 :
Je vous propose de prendre les affaires en main puisque vous me semblez être à la hauteur des évènements au lieu de faire des commentaires idiots à partir de votre canapé.
a écrit le 30/03/2020 à 18:12 :
C'est purement de la communication tout ça, tout le monde sait très bien que ça sert a rien les masques, voire ça peut être dangereux si on le touche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :