Etats-Unis : la Fed prête à relever les taux si nécessaire

 |   |  394  mots
Stanley Fischer, le vice-président de la Réserve fédérale a affirmé que la Fed ne devrait pas attendre que l'inflation remonte à 2% pour commencer à resserrer le crédit.
Stanley Fischer, le vice-président de la Réserve fédérale a affirmé que la Fed "ne devrait pas attendre que l'inflation remonte à 2% pour commencer à resserrer" le crédit. (Crédits : © Jonathan Ernst / Reuters)
La banque centrale américaine demeure préoccupée par l'inflation et l'essoufflement de l'économie chinoise.

Le numéro deux de la banque centrale américaine, Stanley Fischer, a laissé la porte entr'ouverte samedi à un relèvement des taux d'intérêt dès septembre. Il a notamment reconnu que la Fed surveillait étroitement l'évolution de l'économie chinoise. Dans un discours à la conférence monétaire annuelle de Jackson Hole (Wyoming, Ouest), le vice-président de la Réserve fédérale a affirmé que la Fed "ne devrait pas attendre que l'inflation remonte à 2% pour commencer à resserrer" le crédit.

L'inflation étant basse, "on peut probablement retirer le soutien monétaire de façon graduelle", a-t-il ajouté alors que pour soutenir l'économie, mise à mal par la crise financière de 2008, les taux américains sont à un plancher proche de zéro depuis presque sept ans. Mais Stanley Fischer, rompant avec le vocabulaire prudent du Comité monétaire de la Fed - qui, en général, se borne à citer "les développements internationaux" -, a aussi reconnu que la banque centrale était préoccupée par l'impact d'un essoufflement de l'économie en Chine, la deuxième économie mondiale.

Craintes d'une chute des matières premières

"En ce moment, nous suivons les développements de l'économie chinoise et nous suivons, plus étroitement qu'à l'ordinaire, leurs effets réels et potentiels sur les autres économies", a-t-il signalé. L'agence Moody's Investors Service vient d'ailleurs de réviser en baisse sa perspective de croissance des vingt plus grandes économies (G20) à 2,8% contre 3,1% pour 2016 afin de prendre en compte l'affaiblissement chinois et la baisse des prix des matières premières.

De fait, le ralentissement chinois, qui a fait douter les Bourses mondiales ces derniers jours, peut aussi comprimer encore davantage l'inflation aux Etats-Unis, à travers une chute des prix des matières premières notamment. Les économistes voient en général d'un mauvais oeil une trop faible hausse des prix car elle retarde les dépenses de consommation, moteur de la croissance américaine, et pénalise emprunteurs comme épargnants.

La Fed confiante pour l'inflation

Stanley Fischer s'est dit confiant dans le fait que l'inflation remonte vers l'objectif de 2% que la Fed trouve sain pour l'économie même si, actuellement, en raison de facteurs "passagers" elle "est seulement à peine au-dessus de zéro". "Il y a de bonnes raisons de croire que l'inflation va remonter", a-t-il toutefois assuré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2015 à 22:21 :
Les Chinois sont en plein processus de déplacer le monopole du dollar des États-Unis. C'est sérieux, c'est du concret, c'est une réalité. Ils laissent tomber leurs bons du Trésor américains (on parle qu'autour de 100 milliards de bons US des réserves chinoises ont été vendus ces derniers jours), en stockant des réserves d'or et en ouvrant des banques de distribution régionales pour leur propre monnaie nationale. Bien entendu, ceci leur donnera un accès plus facile aux marchés des capitaux et les protègera de la manipulation financière par Washington et Wall Street – dont on s'est déjà habituée – car il n'y aura plus de US dollar dans leur transactions.

Pékin a choisi le Qatar comme sa première chambre de compensation renminbi en Afrique du Nord et du Moyen-Orient pour des marchés régionaux de change en avril 2015. Le nom de cette chambre de compensation est Centre Renminbi du Qatar. Il contournera des structures financières américaines et donnera un accès plus élargi aux exportations de pétrole et gaz naturel de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient vers la République Populaire de Chine. Exit US dollar, bienvenu le yuan.

Malgré les voeux de Wall Street et de Washington, l'Ordre Mondial Multipolaire avance.
Réponse de le 31/08/2015 à 8:40 :
<Malgré les voeux de Wall Street et de Washington, l'Ordre Mondial Multipolaire avance.>

Oui, c'est inexorable, et irréversible.
a écrit le 30/08/2015 à 18:21 :
Les banques US ne veulent pas de hausse. Point barre.
a écrit le 30/08/2015 à 13:41 :
J'ai demandé à ma grenouille dans son bocal comment elle voyait les choses, comme elle est restée à mi-chemin sur son échelle, je me tourne maintenant vers mon poulpe (Médoc de son petit nom car in vino véritas) et lui ai laissé trois cubes dans son aquarium - baisse, stabilité, hausse des taux- . Je vous communiquerai son choix dès qu'il aura marqué sa préférence mais après avoir pris mes propres positions à découvert.^^,,
Réponse de le 30/08/2015 à 18:36 :
Comme on dit en Bretagne : s'il vole vers l'avant, ... Sinon, non : la fed ne PEUT PAS relever ses taux car la finance ne peut plus pomper l'économie génératrice de valeur. Lis Marx, tu comprendras.
a écrit le 30/08/2015 à 10:09 :
Soyons prudent, la FED ayant le pire Gouverneur depuis des décennies, il faut s'attendre à tout !
Réponse de le 30/08/2015 à 13:32 :
Salut Tony, Italien inventeur de la banque... Sinon, cites-nous le "meilleur" gouverneur de la fed des décennies, qu'on se marre...
a écrit le 30/08/2015 à 9:49 :
Relever les taux ....Si ma tante .....
Réponse de le 30/08/2015 à 13:30 :
Comme ma Tante a connu 39-45, elle sait que Roosevelt a tapé sur les riches aux US, et qu'ils ont financé le chef de l'Etat allemand de l'époque, histoire qu'il puisse lancer sa guerre mondiale. N'oublions jamais que la guerre est toujours lancée par les plus riches. Les Révolutions, c'est pour les moins riches... Et ça fait moins de morts, aussi. Choisis ton camps, Camarade...
a écrit le 29/08/2015 à 22:53 :
C'est marrant, néanmoins : les financiers ont tué le monde réel, et tout ce qu'il leur reste, est : l'argent gratuit. Y'avait pas un certain Marx qui en parlait..?? Roosevelt, reviens !!
a écrit le 29/08/2015 à 22:36 :
Hhmm.. Excellente vue à très long terme de la FED qui dirige le monde et a révélé sa grandeur en 2008. Néanmoins, pour les financiers que je contrôle, il est largement très inquiétant que les taux soit relevés en 2116. Je nous ferais tout pour que l'échéance soit repoussée de 6 mois.
a écrit le 29/08/2015 à 21:51 :
Quand les consommateurs n'ont plus d'argent à dépenser ou qu'ils mettent de coté par insécurité sur l'avenir (et plus forcément en banque maintenant), ils se fichent totalement qu'il y ait de l'inflation ou pas : ils ne dépensent pas, ils se débrouillent autrement.
On a bien trop considéré le consommateur comme la vache à traire, il va donner de moins en moins de lait.
Donc nos prévisionnistes de tous poils font bien rire. Bien incapables qu'ils sont de prévoir quoi que ce soit ou juste l'inverse de ce qui arrive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :