Fort rebond de l'emploi dans le monde attendu d'ici un an, selon une étude

 |   |  397  mots
Les plus fortes intentions d'embauches sont anticipées au Japon d'après l'étude, suivi par l'Inde et les États-Unis.
Les plus fortes intentions d'embauches sont anticipées au Japon d'après l'étude, suivi par l'Inde et les États-Unis. (Crédits : Marco Bello)
Selon une étude publiée ce mardi par le groupe de recrutement ManpowerGroup, plus de la moitié des employeurs sondés dans le monde "font preuve d'un optimisme prudent" et s'attendent à un rebond des perspectives pour l'emploi à leur niveau d'avant la pandémie de Covid-19 d'ici douze mois, bien que celles-ci soient actuellement au plus bas.

Les perspectives d'embauches sont au plus bas en 20 ans dans le monde à cause de la pandémie de coronavirus, d'après une étude publiée ce mardi par le groupe de recrutement ManpowerGroup, qui attend toutefois un vif rebond d'ici douze mois.

Au Royaume-Uni, les perspectives d'embauches sont même à un plus bas depuis au moins 1992, quand ManpowerGroup a commencé à collecter ces données, selon un communiqué.

Toutefois, d'après l'étude, plus de la moitié des employeurs sondés dans le monde "font preuve d'un optimisme prudent" et s'attendent à un rebond des perspectives pour l'emploi à leur niveau d'avant la pandémie de Covid-19 d'ici douze mois.

Un impact "sans précédent"

Les intentions d'embauches pour le troisième trimestre sont tombées "à leur plus faible niveau jamais enregistré", avec une forte chute à travers tous les secteurs majeurs, notamment l'hôtellerie, le tourisme, l'aviation, la restauration et la distribution.

Lire aussi : Covid-19 : les déclarations d'embauche en chute libre, le spectre du chômage s'accentue

"Près de la moitié des employeurs ont signalé que 50% de leur activité normale voire plus avait été suspendue" à cause de la pandémie, note l'étude, qui qualifie l'impact de la pandémie de "sans précédent".

Lire aussi : Le monde connaît sa plus vaste crise économique depuis 150 ans, selon la Banque mondiale

Les transports (notamment des services logistiques qui approvisionnent les pubs) et les services de communications qui comprennent les organisations de conférences et d'événements, annulés jusqu'à nouvel ordre, font également partie des secteurs les plus touchés.

À l'inverse, les perspectives d'embauches ont augmenté pour les prochains mois dans l'agriculture à cause de la saison des récoltes, d'après l'étude de ManpowerGroup.

Encore "de grosses interrogations" pour certains secteurs

Pour certains secteurs durement impactés comme la restauration, l'hôtellerie ou la distribution - au Royaume-Uni et notamment aussi en France - "il reste de grosses interrogations" et il n'est pas certain qu'ils reviennent rapidement aux niveaux d'embauche pré-Covid-19.

Certains "restaurants se montrent très créatifs et gardent leurs cuisines ouvertes en livrant directement aux clients plutôt que de les servir en salle", relève Chris Gray, directeur de ManpowerGroup UK, interrogé par l'AFP.

Dans le reste du monde, les plus fortes intentions d'embauches sont anticipées au Japon d'après l'étude, suivi par l'Inde et les États-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2020 à 8:54 :
Ça fait penser à a Grèce et tout ces pillards de banquiers européens qui après avoir dépouillé ce pays se félicitaient, pire acclamaient haut et fort que grâce à eux ils étaient en croissance alors que partant de zéro forcément.

Tout va bien.
a écrit le 09/06/2020 à 8:44 :
La pandémie a le dos large.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :