C'est le dégel avec Poutine : Macron appelle les entreprises françaises à investir davantage en Russie

 |   |  340  mots
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, à Saint-Pétersbourg jeudi 24 mai 2018.
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, à Saint-Pétersbourg jeudi 24 mai 2018. (Crédits : Grigory Dukor)
Parmi la cinquantaine d'accords et de contrats signés au cours de la visite du président français à son homologue Vladimir Poutine, le plus important est l'annonce par Total d'un investissement de 2,5 milliards de dollars pour la prise de 10% d'un nouveau projet géant de gaz naturel liquéfié dans l'Arctique russe.

Emmanuel Macron a appelé vendredi à Saint-Petersbourg les entreprises françaises à investir davantage en Russie, où la France peut "faire mieux", notamment dans l'agroalimentaire, le spatial ou le numérique.

"Notre relation a beaucoup d'avenir (...) car l'Europe va de l'Atlantique à l'Oural", a déclaré le président français en participant avec son homologue Vladimir Poutine à une conférence économique franco-russe au Forum économique de Saint-Petersbourg, au second jour de sa visite en Russie.

Réponse du président russe :

"La France est notre partenaire ancien, traditionnel et fiable (...) Elle a toujours aspiré à défendre sa souveraineté, ce qui est un gage de stabilité dans la relation."

Des échanges bilatéraux en croissance de 16,5% en 2017

Se félicitant de la croissance des échanges bilatéraux - qui ont augmenté de 16,5% en 2017 à 15,5 milliards de dollars, il a cependant fait remarquer qu'ils étaient nettement inférieurs à ceux avec la Chine, le premier partenaire de Moscou, qui se sont élevés à 85 milliards de dollars et devraient atteindre 100 milliards prochainement.

Les échanges commerciaux franco-russes se sont relevés après avoir plongé à la suite de l'imposition des premières sanctions en 2014 en raison de la crise ukrainienne, auxquelles Moscou avait répondu par un embargo sur la plupart des produits alimentaires européens.

Les quelque 500 entreprises françaises présentes en Russie emploient près de 170.000 salariés, notamment dans les secteurs de l'énergie, de l'industrie et des finances, "mais nous pouvons faire beaucoup mieux", a estimé M. Macron. Il "faut ouvrir de manière plus volontariste de nouvelles voies comme l'agroalimentaire, le spatial, les villes durables, les services énergétiques et le numérique", a-t-il ajouté, en appelant les startups et les PME à s'implanter en Russie.

Total va investir 2,5 milliards de dollars dans l'Arctique russe

Parmi la cinquantaine d'accords et de contrats signés au cours de la visite, le plus important est l'annonce par Total d'un investissement de 2,5 milliards de dollars pour la prise de 10% d'un nouveau projet géant de gaz naturel liquéfié dans l'Arctique russe de Novatek.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2018 à 7:48 :
Ben voyons ...... en attendant la prochaine lubie d'un chef d'état français qui décrètera des sanctions contre la Russie........ pour exister !
a écrit le 27/05/2018 à 7:44 :
A voir le nombre de messages, personne n'est intéressé par ce rapprochement entre la France et la Russie ( qui n'est pas n'importe quel pays ). A moins que les ciseaux du modérateur ne soient passés par là....
a écrit le 26/05/2018 à 20:05 :
On veut nous faire croire que les entreprises ne sont pas au fait de leur intérêt et que Macron leur est indispensable?
a écrit le 26/05/2018 à 11:07 :
Et à part prêcher dans le vide il fait des trucs de temps en temps le mac ?
a écrit le 26/05/2018 à 9:11 :
Doit-on conclure que la guerre du Dombass et l’annexion de la Crimée, après celle d’une partie de la Géorgie relèvent du droit international ?
a écrit le 26/05/2018 à 7:43 :
La crimes aux chiot te macron tourné la veste du bon côté Avec le dictateur de Poutine c est bien le president des riches amis dès dictateur
a écrit le 25/05/2018 à 20:47 :
Il était temps. L'Europe de l'Ouest n'a que des avantages à tisser des liens économiques et culturels avec la Russie.
a écrit le 25/05/2018 à 19:08 :
La France doit pousser à mettre fin aux sanctions économiques contre la Russie qui ne servent qu'à faire plaisir aux USA, la Crimée est russe, le conflit au Donbass est une affaire entre la Russie et l'Ukraine. Quant à l'avion abattu ce n'était certainement pas volontaire et il faudra passer à autres chose.
a écrit le 25/05/2018 à 18:36 :
'''''''le plus important est l'annonce par Total d'un investissement de 2,5 milliards de dollars pour la prise de 10% d'un nouveau projet géant de gaz naturel liquéfié dans l'Arctique russe. '''''''Total est bel et bien une entreprise de droit français mais la majorité des actionnaires sont des fonds de pensions US et Pouyane PDG de Total va toujours chercher ses ordres à New York et non à Bercy comme certains voudraient le faire croire .L'état français n'a que trés peu d'action chez Total .Ce sont donc bel et bien les fonds de pension US qui menent et decident la politique de Total.Pendant la crise ukrainiene ,les grands majors internationnaux de l'energie c'étaient réunis à S Petersbourg .Pouyane avait dit au micro d'un journaliste ''''les sanctions contre la Russie seront contournées '''''prenant à rebrousse poil le gouvernement français de l'époque qui n'a rien pu dire .....
a écrit le 25/05/2018 à 17:44 :
J'ai du mal à suivre. Toutes les sanctions ont-elles été levées ? La Russie semble finalement se révéler le partenaire le plus fiable, peut-être même plus fiable que l’Allemagne.
a écrit le 25/05/2018 à 16:57 :
Au contraire d'Hollande, E. Macron n'aurait pas renié le contrat de N. Sarkozy portant sur les deux BPC Mistral revendus à l'Egypte. La France a tout intéret à développer ses relations avec la Russie, plus facile que la Chine, et qui a un énorme potentiel. Les cultures d'ailleurs, sont plus en phase. Ce qui est toujours contre productif est d'humilier La Russie et les Russes : grand, fier, et viieux pays, celà il faut en etre bien conscient. La France a une relation naturelle avec la Russie, et peux rivaliser avec l'Allemagne sur ce marché.
a écrit le 25/05/2018 à 16:40 :
J'ai un doute. Dans 3 ans, lorsque le nouveau gouvernement américain reviendra à la normalité, on fera quoi de l''Europe de l'Atlantique à L’Oural ?
a écrit le 25/05/2018 à 15:47 :
Les Russes dont Poutine ont la mémoire longue, et l'avenir de la Russie ne passe plus par l'Europe, il va bien falloir l'admettre lire l expert en géo économie @bernard_jomard qui analyse tout cela : http://bernard-jomard.com/2018/03/05/avenir-de-russie/
a écrit le 25/05/2018 à 15:41 :
Et du coup ca va nous couter combien d'officiers de la DGSE cette fois ?

"https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1IQ1US/dgse-tension-avec-pekin-on-peut-avoir-un-dialogue-franc.html"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :