La Russie inaugure une centrale nucléaire flottante pour l'Arctique

 |  | 488 mots
Lecture 3 min.
La Russie mise sur le nucléaire pour l'exploitation des hydrocarbures en Arctique
La Russie mise sur le nucléaire pour l'exploitation des hydrocarbures en Arctique (Crédits : DR)
Rosatom a présenté une centrale équipée de deux réacteurs destinée à alimenter l’exploitation d'hydrocarbures en Arctique. Le conglomérat public russe entend développer ce modèle pour alimenter les régions reculées. Les ONG dénoncent un « Tchernobyl sur glace ».

C'est ce samedi 19 mai que l'Akademik Lomonossov, construit à Saint-Pétersbourg par le géant russe du nucléaire Rosatom, s'est amarré dans le port de Mourmansk. D'une longueur de 144 mètres sur 30 mètre de large, c'est un bloc équipé de deux réacteurs d'une capacité de 35 MW chacun, proches de ceux utilisés par les brise-glace.

Pour son PDG Alexeï Likhatchev,  le conglomérat établit ainsi "une tendance, une demande pour des centrales nucléaires de puissance moyenne, mobiles, pour de nombreuses décennies".

Cette barge de 21.000 tonnes sans moteur sera remorquée à l'été 2019 jusqu'au port de Pevek, dans le district autonome de Tchoukotka, dans l'Extrême-Orient russe, à 350 km au nord du cercle arctique.

Couvrant la consommation de 200.000 personnes ainsi que de plateformes pétrolières, elle est destinée à remplacer une centrale nucléaire et une centrale de charbon obsolètes.

De l'énergie pour exploiter les hydrocarbures dans l'Arctique

De faible puissance et mobile, cette centrale d'un nouveau genre est particulièrement adaptée à l'Arctique où se développe l'exploitation des hydrocarbures mais qui ne nécessite pas d'importantes capacités de production énergétique et où la construction d'une centrale classique serait compliquée et coûteuse, comme l'expliqué à l'AFP Sergueï Kondratiev, de l'Institut de l'énergie et des finances à Moscou. Charbon, gaz, ou diesel, toutes les solutions alternatives sont selon lui moins compétitives.

C'est pourquoi Rosatom anticipe que

"Les centrales nucléaires flottantes vont permettre d'alimenter en électricité et en chaleur les régions les plus reculées, soutenant ainsi la croissance et le développement durable et permettront d'économiser 50.000 tonnes de CO2 chaque année."

Mais 32 ans après l'accident de Tchernobyl, cette solution ne manque pas de susciter des inquiétudes chez les écologistes. Ainsi, Greenpeace évoque un "Titanic nucléaire" ou un "Tchernobyl sur glace" et appelle les autorités à mettre en place une surveillance internationale.

Une menace pour les habitants du Nord

« Une centrale flottante sera particulièrement exposée aux phénomènes météorologiques et aux menaces telles que le terrorisme. Imaginez que la barge se détache des vaisseaux de remorquage, les conséquences peuvent être graves", a souligné un expert en énergie de l'ONG.

Pour Greenpeace, l'installation de la barge dans l'environnement rude de l'Arctique russe "constituera une menace constante pour les habitants du Nord et la nature vierge de l'Arctique. "

Le plan initial, qui consistait à charger le combustible à Saint-Pétersbourg avant de rejoindre l'Arctique, a dû être révisé face aux inquiétudes des ONG et des pays riverains, notamment scandinaves. C'est pourquoi il a été décidé de ne la charger qu'à Mourmansk.

Assurant que "Les exigences de sécurité sont les mêmes que pour les brise-glaces nucléaires, les sous-marins nucléaires, etc. " Rosatom prévoit d'étendre son projet et envisage de fournir des centrales flottantes aux pays asiatiques et pour approvisionner les zones reculées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 9:21 :
Fukushima ne suffira donc pas pour arrêter l'avidité des uns et des autres sur le dos de la vie humaine, dramatique mais particulièrement représentatif de dirigeants politiques et économiques qui ont complètement perdu les pédales.
a écrit le 21/05/2018 à 12:26 :
Bravo.
Réponse de le 21/05/2018 à 20:49 :
https://archivesmillenairesmondiales.wordpress.com/2013/06/13/bombe-a-retardement-nucleaire-mondiale-des-millions-de-milliards-de-becquerels-reposent-au-fond-des-mers/
a écrit le 21/05/2018 à 9:30 :
C'est une bonne idée. Je ne connaissais pas l'existence de brise-glaces à propulsion nucléaire.
Cordialement
Réponse de le 21/05/2018 à 16:25 :
Oui c'est une bonne idée! En plus lorsque la centrale sera en fin de vie, il suffira de retirer les éléments du coeur et de la couler dans une fosse océanique. Pas besoin de s'encombrer d'une démolition coûteuse et dangereuse, donc.
a écrit le 20/05/2018 à 19:40 :
La France a des idées mais pas celle-là, alors qu'elle est bien positionnée sur l'énergie nucléaire et la construction navale. Est-ce le fait de notre super principe de précaution? A moins qu'il n'y ait pas vraiment de marché. N'avons nous pas envoyé sur la lune de mini générateurs électriques au plutonium?
a écrit le 20/05/2018 à 14:02 :
Les porte avions nucléaires existent depuis plus de 30 ans.
La Russie, c'est de la vielle technologie recyclée et de la propagande avec la bonne vielle méthode héritée de l'URSS.
a écrit le 20/05/2018 à 11:12 :
l’activité énergétique au- dessus de la mer va t il changer la température de l’eau et provoquer des réchauffements climatiques de l’air en perturbant son cycle normal même si ça permet d’économiser du C02 sur l’activité énergétique sur terre ?
et quel sera l’impact aussi du changement de la quantité des vents qui ont changé à cause des énergies alternatives ( éoliennes , solaires)
ce projet ne va t il pas provoquer des nouveaux catastrophes naturelles sur les mers et terres ?
qu’en pensent les scientifiques de façon neutre et dans l’intérêt de toute la planète et de tous les hommes qui peuplent cette planète ?
a écrit le 20/05/2018 à 9:50 :
Les filières à base de sels de thorium sont porteuses d'espoir.
a écrit le 20/05/2018 à 9:27 :
Ils n'ont qu'a faire une centrale flottante "allemande" au charbon pour rassurer les écolos...
Réponse de le 21/05/2018 à 11:58 :
Excellent. You made my day.
a écrit le 20/05/2018 à 8:08 :
Quelle différence aussi avec les sous-marins à propulsion nucléaire (américians, russes, français, anglais) ?

N'y en aurait-il pas d'ailleurs certains dans les hauts fonds, notamment de la mer de Barents ?
a écrit le 20/05/2018 à 7:29 :
eh bien bravo les russes qui ne disent rien cntrairemenau discours de l europe et qui agissent, eux au moins ils avancent, bravo a poutine et à son pays.
a écrit le 19/05/2018 à 22:35 :
quelle différence avec un porte avions nucléaire?? (les US en ont 17+)
a écrit le 19/05/2018 à 18:55 :
De quoi refroidir le cœur ?
a écrit le 19/05/2018 à 18:14 :
au moins si ca tourne mal, ils pourront la decrocher, et ca ira peter ailleurs, ca coute moins cher!
faut pas oublier que tous les politologues sont d'accord pour dire que c'est le cout exorbitant de tchernobyl qui a mis fin au reve reenchante des joyeuses democraties de l'est qui n'avaient dieu merci rien de tres liberal, et ou les gens vivaient heureux sous peine de se faire liquider ou de finir en camp.......
vaut mieux prevenir que guerir, on ne les y reprendra plus!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :