Le PIB de l'Ukraine va s'effondrer (-45%), mais la Banque mondiale voit un scénario plus sombre encore

L'économie de l'Ukraine va se contracter de 45,1% cette année en raison de la guerre menée par la Russie dont le PIB devrait lui-même s'effondrer de 11,2%, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale publiées dimanche. Toute la région sera affectée, et une aggravation de ces prévisions pessimistes est à redouter alors que le bilan des destructions humaines et matérielles ne se cessent de s'alourdir et qu'une offensive massive est en préparation.

5 mn

Photo prise le 10 avril 2022 dans la banlieue de Kiev, après le retrait des troupes russes, dont les exactions font l'objet de multiples procédures judiciaires.
Photo prise le 10 avril 2022 dans la banlieue de Kiev, après le retrait des troupes russes, dont les exactions font l'objet de multiples procédures judiciaires. (Crédits : STRINGER)

La Banque mondiale vient de balayer toutes les prévisions économiques, déjà très pessimistes, élaborées depuis un mois sur la santé économique de l'Ukraine en raison de l'invasion russe.

Il y a un mois, le Fonds monétaire international (FMI) avait calculé une baisse du PIB entre 10% à 35%, et il y a moins de deux semaines (le 31 mars), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) prévoyait une baisse de 20%.

Un effondrement du PIB de l'Ukraine de 45,1% en 2022

Hier dimanche, la Banque mondiale a annoncé un effondrement catastrophique, prévoyant que le PIB de l'Ukraine plongerait de 45,1% en 2022. Tandis que la Russie verrait son PIB chuter de 11,2%.

Depuis le début de cette guerre débutée le 24 février par la Russie, plus de quatre millions d'Ukrainiens ont quitté le pays, fuyant vers la Pologne, la Roumanie et la Moldavie, et les prix de l'alimentation comme ceux de l'énergie n'ont cessé de grimper.

| Lire: 18 ans de développement effacés : le scénario extrême de l'économie ukrainienne

La situation de l'Ukraine pâtit gravement de la fonte des recettes fiscales du gouvernement, les entreprises ayant fermé ou n'étant que partiellement opérationnelles tandis que le commerce des marchandises est extrêmement perturbé.

Les exportations de céréales sont devenues impossibles "dans de vastes étendues du pays en raison de lourds dommages aux infrastructures", a noté par exemple Anna Bjerde, la vice-présidente de la Banque mondiale chargée de cette région lors d'une conférence téléphonique.

De fait, la Banque mondiale a calculé les conséquences de ce conflit pour toute la région.

Le PIB de l'Europe de l'Est chuterait de -30,7%

La seule Europe de l'Est devrait voir son PIB s'effondrer de 30,7% contre une croissance de 1,4% attendue avant l'invasion. Ce calcul intègre les conséquences des sanctions qui ont été imposées à la Biélorussie, alliée de la Russie, pour son rôle dans la guerre. Sans oublier que cette partie de l'Europe est tributaire du gaz naturel pour répondre à ses besoins énergétiques.

Dans le détail, la Moldavie pourrait devenir l'un des pays les plus durement touchés par le conflit, non seulement en raison de sa proximité géographique avec la guerre, mais encore de ses vulnérabilités inhérentes en tant que petite économie étroitement liée aux deux pays, l'Ukraine et la Russie.

Une récession pire que celle provoquée par la pandémie de Covid

Plus largement, l'institution de Washington annonce tabler sur une contraction de 4,1% du PIB cette année pour l'ensemble des pays émergents et en développement d'Europe et d'Asie centrale, alors qu'elle s'attendait avant la guerre à une croissance de 3%. C'est aussi bien pire que la récession provoquée par la pandémie en 2020 (-1,9%).

Et, alors que le bilan des destructions humaines et matérielles ne se cesse de s'alourdir et qu'une offensive massive russe est en préparation, l'institution explique que pour élaborer ses prévisions, la Banque a pris comme hypothèse que la guerre va se poursuivre encore "quelques mois".

Lire aussi 6 mnUkraine : tensions dans l'Est du pays, où une "grande bataille" se prépare

Le scénario encore plus sombre envisagé par la Banque mondiale

Mais elle met en garde contre un scénario encore plus sombre si le conflit s'enlisait.

« Les résultats de notre analyse sont très sombres », a souligné Anna Bjerde, la vice-présidente de la Banque mondiale chargée de cette région lors d'une conférence téléphonique.

Elle ajoutait:

« Il s'agit du deuxième choc majeur frappant l'économie régionale en deux ans et il survient à un moment très précaire, car de nombreuses économies luttaient encore pour se remettre de la pandémie. »

Cette responsable de la Banque mondiale reconnaît que ces dernières prévisions sont sujettes "à une grande incertitude" avec une inconnue, l'impact réel de la guerre en zone euro.

C'est pourquoi l'institution a donc aussi envisagé un scénario plus pessimiste prenant en compte un impact plus fort sur la zone euro, une escalade des sanctions et un choc sur la confiance financière.

C'est en substance ce que disaient il y a une semaine  les autorités de régulation qui scrutent avec attention la situation des banques européennes depuis le début du conflit en Ukraine et la mise en place des sanctions à l'encontre de la Russie. Leur message se voulait optimiste mais seulement à court terme : pour l'heure disaient-elles, l'exposition des banques au risque russe est globalement limitée mais il ne faudrait pas que la guerre s'éternise trop.

Lire aussi 4 mnLes risques liés à la guerre en Ukraine ne sont pas une menace pour les banques européennes (Autorité bancaire européenne)

Un scénario pire que celui de la crise financière de 2008

Or, selon ce scénario plus sombre d'une guerre qui s'éternise, la Banque mondiale a calculé que le PIB de la région se contracterait alors de près de 9%, soit bien plus que les 5% subis pendant la crise financière mondiale de 2009 et davantage que la récession de 2% induite par la pandémie en 2020, rappelle la Banque mondiale.

Pour la Russie, le plongeon en 2022 ne serait plus de -11,2%, évoqué plus haut dans cet article, mais serait de -20%. Pour l'Ukraine, il tomberait de -45,1% à -75%.

(avec AFP)

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 12/04/2022 à 10:34
Signaler
pas de problème le comédien de Kiev va pleurer et Ursula et ses complices vont faire en sorte d'activer l'entrée dans l'union pour lui octroyer des aides avec nos impôts et reconstruire son pays

à écrit le 12/04/2022 à 10:33
Signaler
pas de problème le comédien de Kiev va pleurer et Ursula et ses complices vont faire en sorte d'activer l'entrée dans l'union pour lui octroyer des aides avec nos impôts et reconstruire son pays

à écrit le 11/04/2022 à 21:44
Signaler
Bonjour, ils est claire que le PIB vas s'effondrait, mais après une guerre rien de bien surprenant... Lorsque la paix sera de retour, les Ukrainiens pourrons reconstruire leur prospérité...

à écrit le 11/04/2022 à 19:08
Signaler
voila pourquoi les gens des pays de l'est ne veulent pas serrer les fesses parce que 3 technocrates a bruxelles veulent se donner une bonne conscience de gauche en n'etatnt pas concernes par les consequences.....et l'allemagne ne va pas envoyer son i...

à écrit le 11/04/2022 à 18:56
Signaler
Ce que je crains le plus avec cette guerre du siècle dernier, c'est que toute ville, infrastructure quasi détruite ne sera pas reconstruite pour une raison simple : le manque d'énergie. Donc, si l'Europe s'aventure dans une guerre mondiale, elle ne...

à écrit le 11/04/2022 à 17:00
Signaler
Je suis vraiment désolé d'apporter une telle contribution, mais c'est ce que je pense : d'abord, le conflit a été provoqué par les Américains qui n'ont jamais rien compris à l'Europe et encore moins à la Russie. Leur objectif a toujours été de conqué...

le 11/04/2022 à 22:00
Signaler
En réponse à PIERROT, je souscris à son approche de la situation entre la Russie et l'Ukraine. Cette dernière a bien cherché ce qui lui arrive, en étant responsable du sort catastrophique de sa population vouée à la violence de la guerre (encore une ...

le 14/04/2022 à 17:45
Signaler
Qu'il est triste de voir opposés , à des arguments complotistes ("les gens du Donbass qui veulent leur autonomie sont manipulés par les Russes") , d'autres arguments tout aussi complotistes ("Zelensky est manipulé par les US"). Ukrainiens de Kiev com...

à écrit le 11/04/2022 à 14:22
Signaler
La boîte de pandore de notre destruction civilisationnelle est lancée. Inéluctable? C'est annoncé par la Prophétie des papes, Fatima et Akita. 2027. Un conflit pire que la somme de toutes les guerres. Repentance et renonciation.

à écrit le 11/04/2022 à 13:07
Signaler
Et les americains???? La vieille Europe va payer comme d habitude, une honte, nos politiciens sont nuls, aucune anticipation, a la botte des USA, malgré l appel à l aide de l Ukraine depuis des mois. Ce sera donc la Chine et les bricks la Russie co...

le 11/04/2022 à 17:01
Signaler
Je suis tout à fait d'accord avec vous.

à écrit le 11/04/2022 à 11:37
Signaler
Je suis surpris que nul n'évoque un intervention générale de L’UE....L' armée de cet assassin à montrer ses limites et étalée au grand jour ses faiblesses ....Mal appréhendée cette attaque est incontestablement une déroute ! et ...là ....! nous leur ...

le 11/04/2022 à 19:14
Signaler
Avez-vous entendu parler de l’arme nucléaire ?

le 12/04/2022 à 10:56
Signaler
C'est le sens de ma dernière phrase . Maintenant si la peur permanente de l'arme nucléaire permet à toute les nations de s'entretuer .... à quoi bon ? .Nucléaire ou pas nous finirons bien tous par nous entretuer de manière conventionnelle ..... Si c'...

à écrit le 11/04/2022 à 10:14
Signaler
Autant dire que les sanctions économiques du camp du bien sont dérisoires en conséquences, tout ces pays qui veulent faire pencher la balance du côté ukrainien parlent pour ne rien dire encore une fois. Mais bon notre classe dirigeante est prête à to...

le 11/04/2022 à 11:24
Signaler
@ citoyen blasé Vous légitimez donc l'agression de l'Ukraine par la Russie de Poutine. Je comprends qu'avec de telles réflexions nos extrêmes Français progressent.

le 11/04/2022 à 20:18
Signaler
"@ citoyen blasé Vous légitimez donc l'agression de l'Ukraine par la Russie de Poutine." Ah non jamais je ne soutiendrais le camp du mal !

à écrit le 11/04/2022 à 9:44
Signaler
Pas de soucis, les européens sont là pour payer, n'est ce pas ursula ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.