Le Royaume-Uni plonge dans la récession

La Banque d'Angleterre a annoncé jeudi une augmentation de 0,50 point de pourcentage de son taux directeur alors que l'économie britannique va selon elle se contracter entre juillet et septembre pour le deuxième trimestre consécutif.
(Crédits : Dylan Martinez)

Le Royaume-Uni va basculer dans la récession au troisième trimestre. C'est ce qu'a annoncé ce jeudi la Banque d'Angleterre, alors qu'elle annonçait une augmentation de 0,50 point de pourcentage de son taux directeur, une hausse marquée mais moindre que celle attendue par certains analystes alors que l'économie britannique va selon elle se contracter de 0,1% entre juillet et septembre. Il s'agira une deuxième baisse consécutive de l'activité économique, ce qui correspond à la définition d'une récession technique.

Inflation record parmi les pays du G7

Le taux directeur grimpe ainsi à 2,25%, une première depuis 1995. Objectif : faire baisser l'inflation britannique qui va connaître un pic en octobre à près de 11%, contre 13% prévus jusqu'à présent. À 9,9% sur un an en août, un record parmi les pays du G7, l'inflation plombe l'économie britannique et menace de plonger le pays dans une récession en 2023, selon les dernières prévisions de la BoE.

Un plain d'aide de plus de 100 milliards de livres

Le nouveau chancelier de l'Échiquier Kwasi Kwarteng doit détailler vendredi un plan d'aide aux ménages et aux entreprises qui devrait inclure notamment un gel du prix de l'énergie et devrait coûter plus de 100 milliards de livres. Si cela va mécaniquement entraîner une baisse des prix et donc de l'inflation, la mesure pourrait pousser les ménages à consommer plus et donc la doper à plus long terme, amenant la BoE à se montrer plus ferme. La banque centrale risque donc d'agir à contre-courant du gouvernement en place alors que les reproches s'accumulent contre l'institut monétaire, critiquée notamment par Liz Truss et par Kwasi Kwarteng pour n'avoir pas empêché l'inflation de flamber au plus haut en 40 ans.

La Banque d'Angleterre critiquée

Durant sa campagne à la succession de Boris Johnson, Liz Truss a proposé de revoir le statut de la Banque d'Angleterre, dont l'indépendance date de 1997. Elle estimait alors que la BoE aurait dû agir plus tôt, même si les hausses de taux ont commencé dès fin 2021 au Royaume-Uni, avant celles de la Fed et de la BCE.

Le gouverneur de la banque centrale Andrew Bailey s'était défendu début septembre, estimant que l'inflation était surtout due au fait que le Royaume-Uni est « lourdement exposé » à la flambée des prix du gaz en raison de sa dépendance à cette source d'énergie, dont l'offre est plombée par la guerre en Ukraine et la limitation des exportations russes.

Désormais, le gouvernement pourrait au contraire reprocher à la banque centrale des hausses des taux qui rendent les emprunts plus coûteux pour les Britanniques mais également pour l'État.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 28/09/2022 à 23:55
Signaler
Ben je croyais que le Brexit allez les sauver … finalement ils font pire que la France ou l Allemagne et cet hiver il y aura plus de ménage anglais souffrant sous le froid que de français !!.

à écrit le 28/09/2022 à 16:32
Signaler
Une "filière souveraine" ? Cela fait dorénavant toujours sourire ! Quand on voit ce que sont devenues nos "champions" !!

à écrit le 22/09/2022 à 20:46
Signaler
Ah si la grande Bretagne était restée dans le communauté Européenne , et avait adopté l'Euro.... ça serait mille fois plus simple et efficace en terme d'économie.

à écrit le 22/09/2022 à 20:45
Signaler
Mauvaise nouvelle pour la France les clandestins candidats à l'exile britannique vont s'installer pour de bon à Calais...

à écrit le 22/09/2022 à 18:49
Signaler
Bonjour, Malheureusement, je crains que beaucoup de pays rentre en ressession.... Bien sûr ils ne faut pas être fataliste... Mais les tentions avec la Russie n'arrange rien, mais les efforts pour changer de modèle économique sont aussi responsable...

le 22/09/2022 à 21:33
Signaler
"Maintenant lorsque nous aurons supprimer notre dépendance au pétrole, les chose devrait aller mieux...." Il n'y aura pas de suppression de dépendance à l'énergie fossile à court et moyen terme. Pourquoi cette pensée magique ? Tous les experts mo...

à écrit le 22/09/2022 à 15:42
Signaler
La bulle financière se dégonfle et selon la règle que ceux qui possèdent et détruisent le monde en ronflant ne peuvent pas en plus le faire sans nous faire ch... ben on va encore morfler pour leur pathologique cupidité.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.