Les "Bidenomics", un remède bon pour la croissance économique ?

 |  | 1668 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : LEAH MILLIS)
SPÉCIAL ÉLECTIONS AMERICAINES. Hausse des impôts pour les riches et les entreprises, augmentation des dépenses pour un meilleur accès à l'éducation et au logement, défense de l'assurance maladie, lutte contre le changement climatique et pression commerciale sur la Chine mieux dosée : le programme démocrate n'a rien de radical, mais il contient assez de mesures pour inciter certains économistes - dont ceux de Goldman Sachs - à estimer qu'il devrait doper la croissance et les créations d'emplois.

Jamais, à l'occasion d'une présidentielle américaine, la personnalité des candidats n'aura autant pris le pas sur leur programme. Au point que les Républicains ont même décidé, fait inédit, de ne pas présenter de « plateforme », comme c'est la coutume, à l'occasion de leur convention, cet été. Ils se sont contentés de réitérer leur soutien « enthousiaste » pour leur candidat, Donald Trump... Les Démocrates, eux, ont publié un programme de 50 pages, consacré en grande partie à la lutte contre la pandémie de coronavirus et à l'économie, deux sujets clés pour l'électorat. Selon le sondage du Pew Research Center d'août dernier, 79% des inscrits interrogés citent en effet le programme économique du candidat comme premier critère de sélection.

Lire aussi : Le bilan économique des années Trump

Faire payer les hauts revenus

Plus modéré que celui de ses concurrents aux primaires du parti, le programme de Joe Biden, lancé sous le slogan Build Back Better - le même, d'ailleurs, qu'utilise Boris Johnson, le premier ministre britannique, vise à « reconstruire l'économie en mieux ». Il privilégie, au point de vue fiscal, une hausse des impôts sur les sociétés (jusqu'à 28%, alors que les Républicains les ont baissé en 2017 à 21%), de même qu'une augmentation du taux d'imposition sur les profits réalisés à l'étranger et des sanctions contre les paradis fiscaux. « Les temps où Amazon ne payait pas d'impôt fédéral est terminé », a ainsi assuré Joe Biden au cours de sa campagne. Les impôts sur le revenu des plus fortunés devraient eux-aussi augmenter, tandis que le montant des déductions possibles sera plafonné. Pour ceux qui gagnent plus de 518.400 dollars par an, soit environ 437.000 euros (et plus de 622.000 dollars pour les couples), le taux d'imposition passera de 37% à 39,6%. Par ailleurs, les impôts sur les gains en capital passeront de 23,8% à 39,6% pour ceux dont les revenus s'élèvent à plus d'un million de dollars.

1.700 milliards de dollars pour la croissance verte

Autre pièce maîtresse...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :