Que pèse la relation économique entre la France et la Russie ?

La guerre en Ukraine jette une lumière crue sur les intérêts français en Russie. Plusieurs entreprises tricolores ont investi d'importants fonds misant dans le pays, jadis considéré comme un émergent prometteur. La guerre en Ukraine menace désormais directement leurs activités sur place et sont sanctionnées en Bourse. Sept chiffres éclairants sur cette relation économique.
Nabil Bourassi
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'histoire de la France et de la Russie est ancienne... Elle est marquée par des liens commerciaux étroits qui donnent à la France une place privilégiée dans le pays. L'accroissement des tensions entre Moscou et Kiev ont mis plusieurs titres sous tensions à la Bourse de Paris. L'offensive militaire de ce jeudi ont fait plonger plusieurs d'entre eux comme Renault qui perd près de 10% portant la chute à 20% sur cinq jours.

Premier employeur étranger en Russie

Près de 500 entreprises françaises opèrent dans le pays de Vladimir Poutine, dont 35 entreprises du CAC 40. La France est le premier employeur privé du pays avec près de 160.000 salariés, d'après une note de la direction générale du Trésor.

L'inverse n'est toutefois pas vrai puisque la Russie n'emploie que 3.500 personnes en France essentiellement à travers le groupe russe RZhD qui a racheté le transporteur et logisticien français  GEFCO à PSA en 2012.

C'est également le deuxième investisseur direct étranger. En matière d'exportations, Paris est moins bien placé en se plaçant au sixième rang avec 3,5% de parts de marché. En valeur, les exportations tournent autour de 5 milliards d'euros. Elles avaient culminé autour de 10 milliards juste avant le train de sanctions contre Moscou qui avait suivi l'annexion de la Crimée. Au sein de ces exportations, les matériels de transport d'un côté et les produits chimiques, parfums et cosmétiques de l'autre, occupaient une place prépondérante, avec respectivement 24,3% et 21,4% du total.

La balance commerciale est déficitaire pour la France en raison notamment des importations d'hydrocarbures, mais celle-ci s'est réduite ces dernières années. Paris présente un déficit commercial qualifié de « structurel » avec Moscou (566 millions d'euros en 2020).

Le ministre Bruno Le Maire a d'ailleurs utilisé ces chiffres pour tempérer les conséquences possibles de l'attaque russe sur l'économie française : « La France exporte moins de 7 milliards d'euros par an vers la Russie", soit "à peine plus de 1% des exportations françaises (...) nous importons moins de 10 milliards d'euros par an de Russie, c'est moins de 2% des importations françaises », a-t-il souligné.

Des mastodontes français fortement installés

Parmi les entreprises françaises installées en Russie, on compte quelques poids lourds comme la Société Générale (deux millions de clients avec sa filiale Rosbank). La banque, via sa filiale Rosbank, y emploie 12.000 salariés. Renault qui détient 100% de Lada et contrôle à peu près un tiers du marché automobile russe. TotalEnergies est actionnaire de Novatek, premier producteur indépendant de gaz naturel en Russie. Il exploite en outre de nombreux champs pétroliers et gaziers pour son propre compte sur le territoire russe.

La distribution française est également très présente dans le pays avec Auchan (groupe Mulliez) qui emploie 41.000 personnes en Russie ou l'autre enseigne du groupe lillois, Leroy Merlin devenu la première chaîne de bricolage du pays ainsi que l'enseigne Décathlon (articles de sport).

Côté services, on recense le groupe hôtelier Accor mais aussi Bonduelle (agroalimentaire). Enfin, Alstom détient 20% du capital de Transmashholding, fabricant russe de matériel ferroviaire.

Sur son site internet, Bercy relève que « la part de marché » de la France est restée stable ces dernières années malgré « différents trains de sanctions américaines et européennes » déjà liés au dossier ukrainien.

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 26/03/2022 à 16:37
Signaler
On verra si après la fin de la guerre en Ukraine toutes ces grandes démocraties de l'est de l’Europe ( Pologne,Roumanie,Hongrie et j'en passe...) seront aussi généreuses à accueillir les migrants d'Afrique ou du moyen orient!!!!et pas uniquement des ...

à écrit le 24/02/2022 à 17:30
Signaler
"Plusieurs entreprises tricolores ont investi d'importants fonds misant dans le pays, jadis considéré comme un émergent prometteur." " émergent prometteur." ,veut dire salaire faible ,non ? ,mais bon, faut relocaliser maintenant ça tombe bien.

à écrit le 24/02/2022 à 16:12
Signaler
et que se passe-t-il s'il faut arrêter toute ces entreprises?

le 24/02/2022 à 16:59
Signaler
le principe dune guerre-déclenchée par la Russie, C EST QUE TOUS LE MONDE Y LAISSE DES PLUMES ...maintenant si les vies humaines sont moins importantes que l économie....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.