Trump promet un accord commercial avec la Grande-Bretagne "très rapidement"

 |   |  292  mots
Le président américain Donald Trump a assuré samedi qu'il se rendrait à Londres malgré la polémique que cette visite suscite et a promis au Royaume-Uni un accord commercial très rapidement avec les Etats-Unis.
Le président américain Donald Trump a assuré samedi qu'il se rendrait à Londres malgré la polémique que cette visite suscite et a promis au Royaume-Uni un accord commercial "très rapidement" avec les Etats-Unis. (Crédits : JONATHAN ERNST)
En théorie, la Grande-Bretagne ne peut conclure d'accords commerciaux avec des pays tiers tant qu'elle n'est pas sortie de l'Union européenne, dans le cadre des négociations sur le Brexit censées s'achever en 2019.

Le président américain Donald Trump a assuré samedi qu'il se rendrait à Londres malgré la polémique que cette visite suscite et a promis au Royaume-Uni un accord commercial "très rapidement" avec les Etats-Unis. "J'irai à Londres", a-t-il déclaré au début d'une rencontre avec la Première ministre Theresa May en marge du sommet du G20 à Hambourg en Allemagne.

Donald Trump était interrogé par la presse au début d'un entretien avec Theresa May sur la question de savoir s'il se rendrait en visite d'Etat dans le pays. La perspective d'une telle visite, qui s'entoure d'un faste particulier hérisse de nombreux Britanniques.

Pétition

Une pétition en ligne a réuni près de 1,8 million de personnes réclamant que ce déplacement soit ramené au rang de simple visite afin d'éviter à la reine "l'embarras" d'une rencontre protocolaire avec le président américain.

Donald Trump a aussi assuré, comme il l'avait fait en début d'année déjà, que son pays conclurait "très, très rapidement" un accord commercial avec la Grande-Bretagne. Il s'agira d'un "accord très important", a-t-il dit.

Or, en théorie, la Grande-Bretagne ne peut conclure d'accords commerciaux avec des pays tiers tant qu'elle n'est pas sortie de l'Union européenne, dans le cadre des négociations sur le Brexit censées s'achever en 2019. Les pays européens ont effet délégué à l'UE la compétence exclusive de négocier pour eux en matière commerciale.

Ce point est objet de tensions entre Londres et le reste des Européens dans le cadre des tractations sur le Brexit. Sachant que l'UE est la destination de 44% des exportations britanniques tandis que les Etats-Unis ne comptent que pour 16%.


(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2017 à 21:48 :
L’Europe importe une partie importante de la production automobile sous bannière allemande, japonaise ..... de Londres cette production pour des questions de normes mais également de cout et de la politique de M. Trump de refuser des importations qui pourraient mettre à mal sa politique du made in US surtout sur ce créneau, ne semble pas être possible dans un accord US/GB. Autre point Londres a une production importante pour Airbus je vois mal le constructeur accepter de laisser cette production tout d’abord dans le cadre de la fin d'un libre échange UE/GB mais aussi d’un accord entre Londres et Boeing. Autre point une partie importante des échanges sont financiers, l’UE semble refuser un certaine position de la City sur ce sujet comme les chambres de compensation. Une autre question très importante les relations industrielles avec d’autres partenaires européens en terme de défense la GB ne sera plus partenaire mais concurrente? Un autre sujet la valeur de la Livre qui peut être un point fort pour les exportations mais très inconfortable pour les importations de pièces ou une livre rattachée au dollar?. Enfin qu’elle sera la décision de l’UE sur les relations économiques entre l’UE et la GB. L’UE finance une partie de la R&D les US compenseront-elles cette aide? etc etc etc la liste est longue. Dernier point qu’elle est au juste cette main tendue de M. Trump la main du diable en pensant affaiblir l’Union et pour cela se servir d’un mouchoir qui se nommerait GB????Rien n’est écrit et ceux qui semblent penser que la GB sera gagnante vende la peau de l’ours……. Personne ne peut dire pour l’instant ce que va devenir la GB hors de l’Union ni les politiques qui ont lancé cette consultation en pensant que le non l’emporterait et encore moins le citoyen lambda en dehors d’élucubrations ou conversations de comptoir.
a écrit le 08/07/2017 à 21:44 :
Une négociation entre un fort et un faible sera toujours en faveur du fort. Le GB devra se coucher devant les exigences des américains. Seul le continent europeen, forts de ses 500 millions d'habitants a fort pouvoir d'achat, est capable d'imposer sa loi aux Google, Apple et autres sociétés qui ne feront qu'un bouchée de la minuscule Angleterre.
a écrit le 08/07/2017 à 16:17 :
"Une pétition en ligne a réuni près de 1,8 million de personnes" dans un pays de 70 millions d'habitants n'est pas représentative. D'autant plus que les signataires sont membres d'associations communautaires ou appartiennent auxdites communautés. Ce sont donc plutôt des partisans de Sadik Khan qu'autre chose :-)
a écrit le 08/07/2017 à 15:03 :
Les USA peuvent absorber les 44 % d'exportations britannique vers l'Europe et ils sont pas les seuls ,les britanniques font le forcing pour augmenter leurs echanges commerciaux avec la Russie et l'Asie .La vrais question est de savoir '''''QUI'''''va absorber les exportation perdues de l'EU vers la Grande Bretagne et notamment nous français ,alors que nos exportations vers ce pays ont étés estimées à 0.3/0.4 % du PIB avec le Sud Ouest concerné en premier chef pour sa gastronomie et ses vins !!!!!!!!!!!
Réponse de le 08/07/2017 à 18:16 :
Si ils suffisait de faire le forcing pour vendre plus à un pays, ça se saurait...
Réponse de le 10/07/2017 à 20:02 :
Ils exportaient pas beaucoup avant pourquoi ils exporteraient plus après...? Et ils ne vont pas se mettre à fabriquer tout ce qu ils importent non plus... ça sent le sapin les uk
a écrit le 08/07/2017 à 13:12 :
Bien sûr si les USA souhaite soutenir leur allié historique .... Mais bon se sera au détriment de l'emploi Americain..... Personne ne peux empêcher les USA et la GB de faire du commerce, même si dans le cas suivent le RU piétiner les règles europeen....
Réponse de le 08/07/2017 à 15:05 :
Quand il y a échange économique reciproque il n'y a pas globalement de perte d'emplois ......
Réponse de le 08/07/2017 à 15:08 :
Quand il y a échange économique reciproque il n'y a pas globalement de perte d'emplois ......
a écrit le 08/07/2017 à 12:50 :
L'Europe et ses règles tout le monde s'assoit dessus, les Anglais et les Américains ne font que perpétuer l'usage....
Réponse de le 08/07/2017 à 14:23 :
Peut importe les règles :

Cette négociation entre les E-U et le R-U ne pourra tourner qu'en large défaveur des britanniques, tant le poids économique et la force géopolitique de ces deux pays sont déséquilibrés.

Et un homme comme Trump n'est pas habitué à faire des concessions, surtout quand la situation lui est aussi favorable.

Les anglais vont donc se retrouver face à un très très mauvais deal, avec que leurs yeux pour pleurer la puissance protectrice perdue de l'UE.
Réponse de le 08/07/2017 à 15:07 :
@Tom ;Le positionnement américain est fait pour baiser l'Europe pas les anglais ...........
Réponse de le 08/07/2017 à 19:33 :
@ sez

Le positionnement des américains est de défendre les intérêts américains. Ils ne se soucient pas plus des intérêts britanniques que des intérêts européens, et c'est bien normal.

Et pendant longtemps, les britanniques ont été leurs amis au sein de l'UE. Hors de l'UE, les britanniques ne leur sont quasiment plus d'aucune utilité. Par ailleurs, les E-U sont aujourd'hui dirigés par un homme relativement sourd à la rationalité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :