Ukraine : l'exportation de céréales reprend mais lentement

Deux nouveaux navires partent de Tchornomorsk (près d'Odessa) ce mardi, dans un contexte de reprise progressive des exportations ukrainiennes de céréales en vertu de l'accord signé entre Ukrainiens, Russes et Turcs en mer Noire.
Avant-guerre, Ukraine et Russie étaient respectivement les deuxième et quatrième exportateurs mondiaux de blé.
Avant-guerre, Ukraine et Russie étaient respectivement les deuxième et quatrième exportateurs mondiaux de blé. (Crédits : DADO RUVIC)

Ce mardi, deux nouveaux navires, avec à leur bord 70.000 tonnes de céréales, ont quitté Tchornomorsk, port ukrainien situé à une trentaine de kilomètres au sud d'Odessa, sur la mer Noire. "Deux navires ont quitté le port de Tchornomorsk avec un volume total de cargaison de 70.000 tonnes. Le navire Rahmi Yaggi livrera 5.300 tonnes à la Turquie, et près de 65.000 tonnes de maïs seront livrées par le vraquier Ocean Lion à la Corée du Sud", a annoncé le ministère ukrainien de l'Infrastructure.

Depuis deux semaines, les départs de bateaux chargés de céréales depuis les ports commerciaux ukrainiens s'accélèrent dans le cadre de l'accord signé le 22 juillet entre la Russie, l'Ukraine et la Turquie sous l'égide de l'ONU. En vertu de cet accord, les navires doivent être examinés au large d'Istanbul avant de franchir le Bosphore.

Lente reprise des exportations de céréales

Dimanche, cinq autre bâtiments étaient partis de Tchernomorsk et d'Odessa afin d'exporter des céréales, transportant ainsi plus de 161.000 tonnes de maïs et de produits alimentaires vers la Turquie, la Chine et l'Italie. Néanmoins, ces départs se font à une fréquence lente, loin du niveau de commerce de céréales qu'assurait l'Ukraine avant la guerre.

L'invasion russe suivie d'un blocus des ports ukrainiens par la marine russe a paralysé le commerce de céréales, réserve essentielle de devises pour le pays qui en était le quatrième exportateur mondial avant-guerre. En parallèle, les sanctions occidentales contre l'économie russe ont grandement affecté la vente de céréales par la Russie, qui est, elle, le deuxième exportateur mondial de blé. La reprise progressive du trafic de céréales en mer Noire laisse espérer une détente des cours de matières premières agricoles, qui tarde à se manifester.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.