Ukraine : Monaco gèle les avoirs russes, la Suisse sort de sa neutralité

Ce sont deux tournants dans l'Histoire des nations. D'une part, Monaco entretient de longue date des relations étroites avec la Russie, les premiers traités et accords commerciaux et politiques conclus entre l'Empire russe et la principauté datant du XIXe siècle. D'autre part, la Suisse a quitté sa neutralité historique. La banque nationale suisse (BNS) étudie la possibilité de vendre ses placements liés à la Russie dans ses réserves de changes.
(Crédits : DADO RUVIC)

Les sanctions continuent de s'abattre sur la Russie de Vladimir Poutine, en provenance d'Etats peu habitués à s'impliquer dans les conflits. A commencer par la principauté de Monaco, qui "a adopté et mis en œuvre sans délai" le gel des avoirs et les sanctions économiques de l'Union européenne contre la Russie, a annoncé lundi le cabinet du prince Albert dans un communiqué.

"Conformément à ses engagements internationaux, la Principauté a adopté et mis en œuvre, sans délai, des procédures de gel de fonds et de sanctions économiques identiques à celles prises par la plupart des États européens", a-t-il indiqué dans une première déclaration officielle depuis le début de l'invasion russe en Ukraine jeudi.

Le prince "condamne fermement" cette invasion et "soutient les appels en faveur d'un cessez le feu immédiat", précise le communiqué.

La principauté considère "que les désaccords et les conflits doivent être résolus par la seule voie du dialogue et de la diplomatie", poursuit ce texte.

Monaco, deuxième État le plus petit du monde, accueille quelque 750 résidents russes. l'AS Monaco, l'équipe de Ligue 1 de football, est ainsi la propriété du Russe Dmitri Rybolovlev. De même l'actionnaire majoritaire et président de l'AS Monaco basketball, le club de ProA, est russe: Aleksej Fedoricsev a succédé fin janvier à la tête du club à l'Ukrainien Sergey Dyadechko, qui est désormais vice-président.

La Suisse enterre sa neutralité

Autre changement de position, tout aussi historique, celui de la Suisse. La Confédération helvétique, traditionnellement neutre, a endossé lundi "l'intégralité" des sanctions économiques très dures de l'Union européenne contre la Russie, choquée par la brutalité de l'assaut de Moscou.

"La neutralité, ce n'est pas l'indifférence", avait dit le président de la Confédération, Ignazio Cassis dimanche pour préparer le terrain dans ce pays alpin très attaché à sa neutralité.

Ueli Maurer, le ministre suisse des Finances, a souligné que les avoirs des personnalités et entités russes qui se trouvent sur la liste noire de l'UE "étaient gelés avec effet immédiat".

Les sanctions financières contre le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre Mikhail Michoustine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sont mises en oeuvre sans délai, précise encore un communiqué du Conseil fédéral.

Les proches de Vladimir Poutine

Pour sa part, la ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter, a indiqué que cinq oligarques russes ou ukrainiens "très proches de Vladimir Poutine" et avec des liens économiques forts avec la Suisse étaient "immédiatement interdits d'entrer en Suisse".

De même, la ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter, a indiqué que cinq oligarques russes ou ukrainiens "très proches de Vladimir Poutine" et avec des liens économiques forts avec la Suisse étaient "immédiatement interdits d'entrer en Suisse".

De plus, 80% du négoce de pétrole et de gaz russes se fait en Suisse, selon les estimations citées par la presse helvétique.

Enfin, la compagnie du gazoduc Nordstream 2 - dont l'entrée en fonction est suspendue par mesure de rétorsion contre la Russie -, et basée dans le canton de Zoug, a licencié ses 142 employés. L'entreprise n'a pas dans l'immédiat donné suite à une demande de confirmation.

Les titres russes de la banque nationale suisse

Dans le même temps, la banque nationale suisse (BNS) examine si elle doit ou non vendre ses placements liés à la Russie dans ses réserves de changes après les sanctions imposées par le Conseil fédéral (gouvernement), a-t-elle indiqué mardi à l'AFP.

"La BNS détient des titres liés à la Russie à hauteur de quelques centaines de millions de francs, soit moins de 0,05% des réserves de devises", a quantifié la banque centrale suisse dans un courriel à l'AFP, confirmant une information du quotidien suisse Tages-Anzeiger.

"Compte tenu des sanctions décidées, la BNS examine actuellement si ces titres doivent être gardés ou vendus", a-t-elle précisé.

Avec les inquiétudes des marchés face au conflit en Ukraine, le franc suisse a connu une nouvelle poussée de fièvre.

Considéré comme une des grandes valeurs refuges, comme le yen, l'or ou les emprunts allemands, il a grimpé à 1,02 franc contre 1 euro, soit un de ses plus hauts niveaux depuis 2015.

(Avec AFP)

Lire aussi 7 mnUkraine : Moscou met en garde la France sur la "guerre économique totale" évoquée par Le Maire contre la Russie

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 02/03/2022 à 10:37
Signaler
Merci la suisse ce geste de solidarité démocratique avec l Ukraine vous honore

le 02/03/2022 à 11:17
Signaler
Vous n'avez encore rien compris... relisez la conclusion bon sang c'est écrit.. un journaliste fait l'effort et vous vous en foutez...on est dans la guerre des monnaies depuis un sacré moment et c'est celui qui aura la plus pourrie qui gagne.. Donc l...

à écrit le 01/03/2022 à 20:07
Signaler
La Suisse s'y entend à confisquer les avoirs de ses clients. Mais d'habitude c'est plus discret. Si les bandits suisses plument ouvertement leurs respectables clients, ça va frémir dans les dictatures et chez les narcos.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.