Face aux ouvriers Whirlpool, Le Pen : 1 - Macron : 0 ? Pas si sûr

 |   |  926  mots
Emmanuel Macron a eu droit mercredi à un accueil houleux, entre quelques sifflets et des Marine présidente, sur le site Whirlpool d'Amiens, où sa concurrente Marine Le Pen s'était rendue dans la matinée, ont constaté des journalistes de l'AFP.
Emmanuel Macron a eu droit mercredi à un accueil houleux, entre quelques sifflets et des "Marine présidente", sur le site Whirlpool d'Amiens, où sa concurrente Marine Le Pen s'était rendue dans la matinée, ont constaté des journalistes de l'AFP. (Crédits : Pascal Rossignol / Reuters)
La candidate du Front National s'est invitée ce matin à la hussarde sur le site de Whirlpool à Amiens : une manière de défier directement le candidat d'En Marche! qui rencontrait cet après-midi l'intersyndicale de l'établissement dans les locaux de la chambre de commerce.

"Mme Le Pen est donc venue à Amiens parce que j'y venais. Bienvenue à elle. Mais Mme Le Pen n'a pas compris comment fonctionnait le pays et nous n'avons définitivement pas la même ambition, ni le même projet", a cinglé M. Macron.

Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu'il rencontrerait dans l'après-midi les salariés du site d'Amiens de Whirlpool en compagnie des représentants de l'intersyndicale de l'entreprise, après la visite surprise ce matin de Marine Le Pen sur se site industriel.

"Démagogie", "fausses promesses"... Macron invective son adversaire

"Avec l'intersyndicale, nous sommes convenus que je me rendrai cet après-midi pour rencontrer les salariés", a déclaré M. Macron lors d'une conférence de presse, en dénonçant "l'utilisation politique" de la situation de Whirlpool par la candidate du FN qui "va haranguer des militants politiques sur un parking".

Face aux salariés qui s'opposent à la délocalisation de leur usine en Pologne, le candidat d'En Marche! précisait ses divergences d'approche avec son opposante :

"Si vous ne parlez pas aux représentants des salariés mais que vous allez faire de la démagogie, de l'invective ou des fausses promesses, vous ne réglez aucun problème du pays". Or "l'intersyndicale a été exemplaire dans le cadre du conflit Whirlpool à Amiens."

Le Pen, sur sa visite surprise : "Evidemment que c'est un message"

Quant à Marine Le Pen, évidemment entourée d'une nuée de caméras, ravie de son coup médiatique, elle déclarait depuis le parking du site industriel, selon Franceinfo:

"Je suis au milieu des salariés qui résistent à cette mondialisation sauvage, je ne suis pas avec des représentants qui mangent des petits fours."

Après avoir ainsi attaqué le syndicalisme et la probité de ses représentants, la candidate du FN à la présidentielle enchaînait en fustigeant le "mépris" de son adversaire:

"Evidemment que c'est un message", a-t-elle déclaré. "Quand j'ai appris qu'Emmanuel Macron venait ici et qu'il n'entendait pas rencontrer les salariés, qu'il n'entendait pas venir sur ce piquet de grève (...), j'ai trouvé que c'était une preuve de mépris à l'égard de ce que vivent les salariés de Whirlpool", rapportait le site Franceinfo.

Le Pen : 1 - Macron : 0 ? Les réseaux sociaux sont partagés

Cette razzia médiatique de Marine Le Pen a certes mis en difficulté son adversaire, mais celui-ci n'a pas forcément perdu la bataille. Voici deux exemples, qui en l'état de la situation, illustrent la manière dont les Français ont réagi sur les réseaux sociaux : la journaliste du Figaro fustige le manque de charisme du candidat d'En Marche (et au passage les médias) et donne la victoire à la candidate du Front National tandis que la journaliste du Bondy Blog trouve que Macron a montré sa résistance et sa pugnacité en restant sur le site des heures pour assainir le terrain miné par Le Pen.

"C'est quoi le projet de Mme Le Pen ?"

Macron, lui, avait dû se défendre pied à pied, comme dans un débat télévisé mais sans son adversaire qui n'était restée sur place que quelques dizaines de minutes :

"Je voudrais que toutes et tous dans cette région qui m'est chère (...) se rendent compte de ce qu'est le projet de Mme Le Pen. Le projet de Mme Le Pen ne règle rien de la situation de Whirlpool. Rien", a poursuivi M. Macron.

"Il y a un dialogue exigeant à avoir parce que la situation n'est pas acceptable. Mais moi, je ne me résous pas à l'idée qu'on délocalise ce site donc il doit trouver un repreneur, avec une activité industrielle pérenne, avec un vrai reclassement et de la considération pour des salariés qui ont parfois plus de vingt-cinq ans de maison."

Il continuait sa contre-attaque par une évocation de ce que serait la France avec Le Pen  :

"C'est quoi le projet de Mme Le Pen ? La sortie de l'Europe, de l'euro. C'est la destruction des 1.000 emplois de Procter et Gamble que j'ai été visiter il y a un an ici à Amiens."

Avant de conclure, cinglant :

"Mme Le Pen élue, cette entreprise fermera, et je peux en citer des dizaines d'autres ainsi. Voilà ce qui nous différencie vraiment dans la méthode et sur le fond."

"Les gens du FN sont habitués à ne pas régler les problèmes mais à les exploiter"

Plus tôt, le candidat d'En Marche avait ainsi cadré sa rencontre avec les salariés de l'usine de sèche-linge en arrivant à la Chambre de commerce et d'industrie d'Amiens-Picardie :

"Je suis venu pour voir les représentants des salariés comme je m'y étais engagé. Je suis venu ici à l'écoute des salariés, pour parler de manière efficace, pour accompagner de manière responsable et ne faire aucune démagogie."

"Les gens du FN sont habitués à ne pas régler les problèmes mais à les exploiter. Je cherche à les régler, pas à les exploiter", a assuré M. Macron avant d'entrer en réunion avec une douzaine de représentants des salariés.

Avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2017 à 11:51 :
Pour autant qu'on puisse décrypter l'histoire récente, le vainqueur de l'élection présidentielle ne devait ni ne pouvait échapper à un candidat adoubé par le Bilderberg. Il y en avait 4 au départ, que rien en apparence ne pouvait laisser supposer ce point commun.
Les apparences du clivage droite-gauche étaient conservées: Macron et Valls "à gauche" et Juppé et Fillon "à droite" Adversaires en apparence, ils roulaient pour la même écurie. Celle d'un projet mondialiste destiné à faire gouverner le monde par des cartels financiers. Malgré toutes les attaques habituelles:: le FN est un parti de nazis,, de pétainistes, son projet va emprisonner la France, ruiner les retraités (et probablement faire accoucher prématurément) , un parti de xénophobes racistes et tout ce qu'on peut entendre de la part de cette oligarchie financière qui pensait qu'en contôlant les médias on pouvait télécommander le vote des gens. Ils s'aperçoivent aujourd'hui que rien n'est moins sûr...
Alors, forcément, ils l'ont mauvaise, d'autant plus que Macron n'est pas à la hauteur. Il était programmé pour une victoire facile et il est obligé de descendre de son olympe médiatique pour monter sur le ring. Ses petits poings rageurs finissent par amuser plus que convaincre et il n'est pas taillé pour la lutte "mano à mano"
a écrit le 28/04/2017 à 16:18 :
En parlant de Whirlpool

Varsovie a qualifié de "malvenue" la déclaration d'Emmanuel Macron en faveur de "sanctions" européennes contre la Pologne, tandis qu'un haut responsable l'a accusé de "populisme à l'état pur".
"Nous ne sommes pas d'accord pour que la Pologne soit utilisée ainsi dans la campagne électorale en France", a déclaré le porte-parole du gouvernement polonais Rafal Bochenek dans la nuit de jeudi à vendredi, à l'agence nationale PAP.
Emmanuel Macron avait auparavant évoqué, dans une interview au quotidien régional La Voix du Nord, d'éventuelles sanctions contre la Pologne dans le contexte de la délocalisation d'une usine Whirlpool d'Amiens (nord) à Lodz, qui doit conduire à la mise au chômage de quelque 290 ouvriers français.
"Ce genre de propos montre que des tendances protectionnistes sont toujours présentes au sein de l'UE, tendances qui affectent négativement le développement du marché libre et vont clairement à l'encontre des valeurs qui doivent être à la base de la construction de l'UE", a poursuivi Rafal Bochenek.
"Le fait que des sociétés décident de transférer leurs filiales des bords de la Seine en Pologne prouve que la Pologne est un État qui crée des conditions favorables aux entrepreneurs", a ajouté le porte-parole polonais.
Réponse de le 02/05/2017 à 12:28 :
La Pologne (ou la Roumanie ou d'autres pays d'Europe) est un état qui crée des conditions favorables aux entreprises en ne payent pas ses salariés, on ne peut pas lutter à armes égales c'est ça qui ne va pas en Europe, l'Union Européenne n'aurait jamais du prendre des pays qui n'ont pas les mêmes valeurs sociales et salariales, il fallait d'abord se mettre à niveau, c'est là la grossière erreur.
a écrit le 28/04/2017 à 14:42 :
Il y a un moment, il faut se bouger un peu et ne pas toujours compter sur l'état. J'ai commencé mon parcours professionnel à l'usine après un bac' pro poubelle (et je pèse mes mots et les maux que j'en ai tiré). Après 8 ans à faire la manutentionnaire de base, payée le smic (car en France le patron ne peut pas faire autrement sur un CDI classique à temps plein mais sans qualification), j'ai décidé de me remettre la tête dans les bouquins pour me réorienter. Avec 2 autres collègues (dont une de 45 ans avec 25 ans d'usine dans les pattes) on y est allé. Cela a été compliqué. Sans compter les remarques à 2 balles voire les menaces de certains collègues (tu trahis tes collègues ouvriers, tu marches pour le patron, vendus etc...). Mais résultat probant ! Depuis 13 ans maintenant je suis dans un tout autre secteur (para-médical) idem pour mes 2 autres collègues. Et quelle oxygène, quel soulagement ! Notre usine depuis a été transformée en plate-forme logistique subséquente. Il ne reste que très très peu d'anciens de mon époque (une plate-forme logistique n'a besoin de beaucoup de main d’œuvre pour tourner). J'ai des collègues qu'ont su se rattraper aux branches en faisant la même démarche que moi mais d'autres...plus dure fut la chute !
a écrit le 28/04/2017 à 8:26 :
Bien joué de la part MLP, Macron est désormais à son tempo et Macron doit se justifier, il est dépassé et le fait de critiquer de simples selfies montre la panique (ilen fait largement autant). La promesse d'un monde meilleur avec l'Europe ne tient plus du tout, ce discours est plié sauf pour le bobo. Allez expliquer à des chômeurs (+43000 en Mars!!) qu'il est plus cool de simplement fabriqué dans le pays voisin pour 3 fois moins et que la France devrait s'aligner ?! OK mais dans ce cas on ajuste tout !!! Ces grands groupes US ou autres ne payent pas un euro d'impôts et récupèrent des aides, déductions de charges, emploies aidés ... en gros ils n'apportent rien sauf une illusion !
a écrit le 27/04/2017 à 23:00 :
EM un candidat trop beau trop jeune trop gâté face a Marine avec sa cuissarde en cuir noir ou plus tôt brun!
a écrit le 27/04/2017 à 11:47 :
Pour être honnête, je ne savais pas qu'on fabriquait encore des sèche-linge en France.
Cordialement
Réponse de le 28/04/2017 à 10:39 :
Les survivants sont rares : il reste peu de fabricants français d’électroménager. Pour ce qui est des produits bruns, Agath est « le dernier des Mohicans » depuis que Thomson a vendu son activité télévision au chinois TCL. Ou comment passer en cinq-six ans de la première place mondiale (en termes de fabrication de tubes cathodiques) à la disparition totale… Pour les produits blancs, tous les fabricants français de gros électroménager appartiennent désormais à des groupes étrangers et certains n’ont plus grand-chose à voir avec l’Hexagone. C’est le cas par exemple de Scholtès, italien depuis de nombreuses années, Arthur-Martin — marque qui a disparu — et Faure, devenus suédois (Electrolux) ou encore Laden (groupe américain Whirlpool). A noter que certains appareils de ces marques sont malgré tout encore fabriqués en France. Reste le cas du groupe Brandt qui, bien que passé sous pavillons espagnol puis algérien, reste à forte identité française, notamment pour ce qui est des sites de production. Quant au petit électroménager c’est, une fois n’est pas coutume, le Français Seb qui rachète ses concurrents.Cela ne l'empêche malheureusement pas de fermer des usines et de délocaliser certaines productions. Sa présence industrielle en France reste néanmoins très forte. En résumé, en cherchant bien, on peut encore trouver de l’électroménager fabriqué en France…
a écrit le 27/04/2017 à 10:34 :
10/10 pour le Pen pour les bisounours et les selfies. Côté propositions des promesses de perlimpinpin. Il faut qu'elle sorte du château la richissime héritière !
a écrit le 27/04/2017 à 9:44 :
Quel titre... Donc aller beugler 2 min et prendre une merguez c'est la même chose que de discuter face à face pendant 1 heure avec les gens ?

Je ne compte pas les points mais la différence entre les 2 c'est ML ne répond jamais aux questions et botte en touche avec des métaphores débiles.

Face au vide on a au moins quelqu'un qui va en première ligne... et ça ça change tout.

Un mot quand même sur les whirlp, il y a plusieurs négo en cours pour reprendre le site.
La volonté de ces travailleurs travailleuses de créer l'évênement pour faire élire MLP est proprement déguelasse.
Ces manifestants sont sans vergogne, c'est tout pour leur geule en fait... CQFD.
a écrit le 26/04/2017 à 23:41 :
Rappelons que Whirlpool est une entreprise américaine qui a investi en France et se tire. On se demande pourquoi ... Donc Marine devrait être contente, un étranger qui s'en va c'est ce qu'elle veut. Taxons les mêmes produits à l'importation et les autres pays en feront de même pour nos produits et on crèvera en écoutant les FNoeuds chanter la Marseillaise.
Réponse de le 27/04/2017 à 8:53 :
"Rappelons que Whirlpool est une entreprise américaine qui a investi en France et se tire".

Et après avoir obtenu le CICE de l'état sans rembourser un euro bien sur .On peut rappeler qu'en plus des 250 salariés qu'il y a aussi 250 intérimaires employés quasiment en permanence et une centaine de salariés du sous-traitant Prima qui sont concernés par ce départ.
Réponse de le 27/04/2017 à 9:20 :
Les ouvriers avaient fait des efforts de productivité, baisse de salaires, temps longs (>35h) parait-il mais un modèle nouveau de sèche linge aurait fait un grand flop, l'entreprise veut donc "éponger" son échec en regroupant tout sur un site peu onéreux déjà existant en Pologne. Moins de sites = moins de dépenses.
Sur lesechos j'avais cru lire (que le début mon antipub est pas apprécié) que deux repreneurs étaient "sous le coude" mais à savoir si ça débouchera.
Je n’achèterai jamais de sèche linge (gouffre à énergie), j'essore vite et ça sèche dans la SdB.
Réponse de le 27/04/2017 à 10:24 :
J'ai omis de mettre le chiffre du CICE pour Whirlpool :42 millions d'euros.A noter qu'il n'y a pas que Philippot qui demande le remboursement de cette somme ,Hamon l'avait fait et Xavier Bertrand aussi.
a écrit le 26/04/2017 à 23:24 :
Les grandes gueules que peuvent elles faire pour Whirlpool ? Rien ! Pour reprendre des parts de marché il faut travailler dur des années afin d'offrir des produits de qualité à un prix recevable par la clientèle . Cela demande de nombreuses années . Si on se replie sur soi le marché est tout petit et aucun avenir n'est possible autre que de devenir les larbins du monde performant . Le Pen c'est la déchéance nationale assurée en sus de son ignominie raciste .
a écrit le 26/04/2017 à 23:06 :
Juste pour comprendre votre écrit: Macron n(était pas ministre sous Hollande et notamment au seul ministère qui gérait l'emploi? Vous vous rendez compte que ce présidentiable ose dire qu'il s'occupe de ces malheureux alors que durant son court règne de ministre il a fermé plus d'usine que ces prédécesseurs ! Comment osez vous le mettre sur un tel piédestal uniquement pour défoncer le FN (qui certes ne fera rien de mieux), que direz vous demain à ces employez viré et aux autres des entreprises qui vont suivre l'exemple...
Réponse de le 27/04/2017 à 9:06 :
Vous ne comprenez pas comment fonctionne l'économie française. Ce n'est pas l'Etat qui décide d'ouvrir ou de fermer des usines. C'était le cas par exemple en URSS.
Ce sont les investisseurs privés, qui font leurs choix selon de nombreux critères.
Whirpool s'en va, des usines ferment, d'autres ouvrent. L'Etat ne fixe que les règles, sociales, fiscales, qui peuvent attirer (ou repousser) les entreprises.
Quoi qu'on dise du bilan d'Hollande, sur ce point, il a améliorér la compététivité française, même si il reste à faire. C'est ce que propose Macron.
MLP elle elle crie en disant qu'elle va tout changer, mais on ne voit pas trop...
Si l'Etat peut avoir intérêt à intervenir dans des industries lourdes (train,bateaux...) ou d'avenir (cinéma, jeux vidéos, internet...), l'enjeu sur le lave linge n'est pas centrale.
a écrit le 26/04/2017 à 21:47 :
Et Macron ..il les a règles les problèmes économiques. ..certainement pas quand on voit l augmentation du chômage en mars..
IL était au gouvournement suffisamment longtemps. .
Macron c est la valise vide...avec son mentor AttAli. .un has been..
Réponse de le 26/04/2017 à 22:44 :
Macron n'avait pas les moyens de mettre en oeuvre une VRAIE politique de l'offre ! D'ailleurs, il n'y a qu'à voir le soutien du MEDEF comme de la droite (LR), "chiche" disaient-ils ! "Si le projet n'est pas amendé, nous le voterons" ! ... sauf qu'entretemps, les frondeurs ont faient leur oeuvre, ont décricoté cette loi article un par un, jusqu'à en faire un texte Anti-entreprise !
a écrit le 26/04/2017 à 20:44 :
excellent, c'est comme en 2012, sauf que la c'est le fils spirituel de hollande qui, tuant le pere, essaie de ramener les gens a la raison quand d'autres viennent brailler des conneries a gogo!
bon, on a eu peur d'avoir une campagne serieuse sur les 2 dernieres semaines, dieu merci, ca reste de la campagne de caniveau, c'est plutot fun.........
je met une bouteille au frais, car c'est pas dit du tout que la france ne reduise pas les inegalites hommes femmes, ce qui ravira les feministes ( qu'on pourra traiter de tous les noms machistes si elles votent pour un homme, conformement a la tradition creee!)
drole drole drole, ca devient vraiment drole, de voir tous ceux qui ont seme le bordel voir les crachats retomber!
champagne, et rigolons un coup a la sante de la france, centre de l'univers!
a écrit le 26/04/2017 à 19:58 :
Parce que donner un exemple concret, vivant et incarné des ravages de la mondialisation et des délocalisations qu'elle occasionne, c'est faire de la "communication" et un "coup de com" ? Et comment faut-il alors qualifier le fait de se boucher ostensiblement les yeux et les oreilles ?
Réponse de le 27/04/2017 à 9:10 :
Et les bienfaits de la mondialisation ?
Tous les jours dans les supermarchés, quand vous partez avec un caddie plein qui représente 1 an de pouvoir d'achat d'il y a 50 ans ?
Toutes ces entreprises qui ne vivent que d'exportation (Chantiers de sAINT Nazaire, Airbus, produits de luxe....) ?
Et Whirlpool, sans mondialisation, n'aurait jamais investi à Amiens.
a écrit le 26/04/2017 à 19:31 :
La grande gagnante de l'europe la pologne la grande perdante la france pour la première les subventions pour la deuxieme les dettes et les delocalisations le dumping social plus payer 9 milliards de subventions , et quand la pologne gagne de l'argent elle achète les F16 aux usa au lieu du rafal et annule aussi les contrats d'eurocopter dont la france fait partie franchemrnt l'europe une grande arnaque . Peuple de france tu na pas comprit macron c'est hollande en pire mes amis personellement je suis pas un mouton ni sous tutelle pour me dire quoi voter je ne voterai pas emanuelle hollande pour 5 ans de plus je vote blanc s'il passe sans moi je naurais aucun regrèt et je peux contester avec force comment voter pour lui et contester apres pas logique
Réponse de le 27/04/2017 à 9:11 :
Voyagez un peu, alleez en pologne, et vous verrez que les entreprises françaises y sont bien présentes.
Les perdants de l'UE ce sont ce qui ne regarde pas au delà du bout de leur nez
a écrit le 26/04/2017 à 19:14 :
Mr Macron ne semble pas trop apprécié le contact avec les vrais gens, il préfère les salons entre gens du même monde..Autrement il s'entoure d'une nuée de garde du corps privé, en plus des 12 policiers affectés à sa sécurité ...
Réponse de le 27/04/2017 à 9:13 :
Enfin face à un groupe de militant du FN, oui il faut être prudent.
Il est certain que moi si je croise MMe Le Pen je vais pas lui cracher dessus et lui envoyer une tarte à la crème. Je lui dirai juste "'Madame, vous faites des promesses intenables, vous racontez n'importe quoi pour faire plaisir au bas instinct du peuple".
a écrit le 26/04/2017 à 19:08 :
L'oligarchie LRPS macro-naise a le plus grand mépris pour le tissus industriel français et son développement. Attali, l'un des marionnettistes de Macron l'a encore parfaitement rappelé aujourd'hui : "Attali qualifie le sort des salariés de Whirlpool d'«anecdote»" (lefigaro.fr, 26/04/2017).
Ce désintérêt assumé pour l'industrie française accompagne la destruction continue des emplois en France ("Encore 43.700 chômeurs supplémentaires en mars (+ 1,3%)", latribune.fr), alors que par ailleurs les taux d'intérêt sont bas, l'euro est quasiment à parité avec le dollar, le pétrole est à 50 USD.

Il est plus temps de tourner définitivement la sinistre page LRPS !

Programme : www.marine2017.fr
34. Mettre en place un plan de ré-industrialisation dans le cadre d’une coopération associant l’industrie et l’État-stratège pour privilégier l’économie réelle face à la finance spéculative.

35. Soutenir les entreprises françaises face à la concurrence internationale déloyale par la mise en place d’un protectionnisme intelligent et le rétablissement d’une monnaie nationale adaptée à notre économie, levier de notre compétitivité.

36. Afin d’assurer la protection des consommateurs et la concurrence loyale, interdire l’importation et la vente de produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français. Parallèlement, soutenir le « Fabriqué en France » par un étiquetage obligatoire, clair et loyal sur l’origine des produits et denrées commercialisés en France.

37. Instaurer un vrai patriotisme économique en se libérant des contraintes européennes et en réservant la commande publique aux entreprises françaises si l’écart de prix est raisonnable. Réserver une partie de la commande publique aux PME.
Réponse de le 27/04/2017 à 9:17 :
34 - Vœux pieu. Quelle industrie voulez vous développer ?
35 - Protectionnisme intelligent impossible au niveau national, qu'au niveau européen. Qu'en pense nos partenaires européens ? Vous voulez quitter l'UE ? Que fait on de l'Euro ? Comment ? Que deviennent nos entreprises qui vivent des exportations ?
36 - C'est déjà le cas
37-Impossible dans le cadre européen. Idem 35.

Donc le programme de MLP, c'est de quitter l'UE, donc la fermeture des cahntiers de Saint Nazaire, la disparition à terme d'Airbus (groupe européen intégré), la diminution de toutes nos exportations et la hausse de la dépense publique en achetant plus chère.
Bravo MLP !
N'importe quoi.
Réponse de le 27/04/2017 à 9:52 :
en résumé pour MLP l'état c'est moi....

Vous arrivez à vous relire sans éclater de rire.... ça fait peur.
a écrit le 26/04/2017 à 18:44 :
Si les désordres économiques persistent, et que Macron est au pouvoir, les semi remorques pleines de produits venant des pays de l'est vont finir par ne plus oser rouler en France,

les 8 000 000 de chômeurs sont assez nombreux pour sortir les chauffeurs de leurs cabines et neutraliser ces camions de voyous, brûler leurs cargaisons et en finir avec la concurrence déloyale
Réponse de le 27/04/2017 à 5:48 :
Mais...c'est un appel a la revolution, que dis-je a l'insurrection.
Réponse de le 27/04/2017 à 9:18 :
8 000 000 de chomeurs ? Vous avez bu quand vous les avez compté ?
a écrit le 26/04/2017 à 18:24 :
Qu'Attali, qui n'a jamais travaillé de ses doigts et s'est toujours gavé dans les cercles du pouvoir, aille remplacer un futur chômeur de Whirlpool, et il verra s'il s'agit d'une "anecdote". Il est méprisable.
a écrit le 26/04/2017 à 18:24 :
C'est tout un symbole, non pas par rapport à la fermeture du site ou à la stratégie industrielle du groupe Whirpool, mais par rapport à l'exploitation politique qui est faite de la détresse des ouvriers. On est à la limite de la manipulation et du rapport de force provoqué.

Il faut également tenir compte du contexte économique de la région et de la ville d'Amiens, où l'emploi est rare et beaucoup de gens travaillent à Paris, quitte à faire 4 h de trajet par jour.
La solution est de négocier les meilleures conditions possibles pour pouvoir redémarrer une autre activité sur le site d'Amiens, ou de former les employés pour qu'ils puissent se reconvertir.
Mais ce n'est pas qu'une question de "lutte" pour l'emploi, car il serait illusoire de croire à des promesses intenables ou couteuses pour la collectivité. Dans ce cas, on va faire quoi, produire des sèche linge pour concurrencer Whirpool? cela reviendrait à vendre à perte pour être concurrentiel.

Depuis 2002, le site d'Amiens est passé de 1300 employés à 290.
Apparemment la fermeture du site était prévue depuis 2014, puisque en doublon avec un site Anglais et l'usine Polonaise et la rentabilité de l'usine d'Amiens n'était plus assurée d'autant plus avec la baisse de la Livre (d'après un article du Monde Economique).
Les salaires en Pologne seraient inférieurs à 500 € par mois et eux mêmes sont concurrencés par des travailleurs voisins moins chers.

Europe sociale ou pas, au niveau industriel, il faut arrêter de croire au Père Noël.
Soit on exploite l'expertise technologique dont on dispose et on automatise la production, soit il faut se résigner à voir partir la production.
Ce qui relance par ailleurs le débat sur l’intérêt d'un revenu universel, permettant de palier à la disparition progressive d'un grand nombre d'emploi.
C'est aussi un peu limite et les contradictions du discours du "travailler plus pour gagner plus", repris également par le candidat Macron.
A défaut de la solution absurde de fermeture des frontières , il faut a minima proposer des solutions alternatives et mieux partager, soit les profits soit le temps de travail.

Une exercice pratique pour E. Macron et l'occasion de rajouter du social dans son programme. S'il est intelligent il saura tirer profit de cette expérience.
Réponse de le 26/04/2017 à 22:32 :
@Velka : La réduction du temps de travail, encore de l'idéologie.
Regardez les pays ou le temps de travail est plus élevé que le nôtre et regardez leur taux de chômage, vous comprenez (ou pas).
a écrit le 26/04/2017 à 18:23 :
Mme Le Pen vient en parfaite démagogue raconter aux gens ce qu ils veulent entendre.
vendre du rêve aux Salariés désespéré lors d'un déplacement savamment orchestré sous l'acclamation de militants FN dépêché astucieusement sur place, en
chantant la douce musique des promesses irealisablede politique que les gens critiquent tant mais dont ils sont accrocs.
a écrit le 26/04/2017 à 18:05 :
Le Pen est comme son père dans le spectacle permanent afin d'éviter de parler du fond de son programme qui ne tient pas la route. Quand les électeurs se rendront compte elle risque de passer de mode. Son père s'était fait culbuter par Tapie, le Pen va finir par croiser une plus virulente qu'elle. Elle cherche que ce soit le Far West et va finir pas croiser sa Calamity Jane qui va l'exploser.
a écrit le 26/04/2017 à 17:55 :
Whirlpool c'est comme AIRFERANCE, ALSTOM, la SNCF; C'est parce que les charges sociales des entreprises sont plus importantes en France qu'ailleurs. Il faut répartir les charges sociales sur la production et sur la consommation, TVA sociale et CSG, et plus particulièrement sur la consommation d'énergie. Voila une bonne occasion d'appliquer cette mesure qui correspond à appliquer la note n°6 du CAE. Qu'est ce qu'on attend!
Réponse de le 26/04/2017 à 18:10 :
Soyez sérieux vous avez environ 36 euros de salaire horaire en France et 5 euros en Albanie, même avec des taxations vous ne rattrapez pas l'écart. Il faut entre autres une haute valeur ajoutée sur des secteurs spécifiques à la manière dont le font les suédois, allemands etc et ce que propose Macron à juste titre en proposant ce qui marche.
Réponse de le 26/04/2017 à 18:44 :
Le problème des charges sociales n'est pas le problème principal, mais le problème des salaires lui même car même sans aucune charge sociale un smic français c'est un peu moins de 1200 € net alors que le même ouvrier polonais c'est autour de 400 € par mois ! Comment lutter même si on fait 0% de charge ? Soit on ramène notre smic à 600 € / mois (solution dans la logique Macron) pour être compétitif ou soit on établit des barrières douanières anti-dumping (solution Le Pen). A vous de choisir...
a écrit le 26/04/2017 à 17:46 :
"Démagogie", "fausses promesses"... Macron invective son adversaire"

C'est vrai que lui à des vrais promesses pour les représentants et les salariés ,faire passer la loi El Khomri version hard avec des ordonnances dès cet été.

Un avant goût :
Dans son programme présidentiel donc, le leader d'En Marche ! reprend plusieurs des dispositions qui avaient été sacrifiées pour obtenir la paix sociale. Ainsi, Emmanuel Macron veut instaurer "un plafond et un plancher pour les indemnités prud'homales pour licenciement sans cause réelle et sérieuse (hormis les cas de discrimination, de harcèlement, etc.)". On se souvient qu'il s'agissait là d'un des points clés du projet de loi El Khomri première mouture. Il a été supprimé. Il est donc simplement resté un barème incitatif (pas obligatoire donc) qui fixe entre 1 et 22,5 mois le montant des dommages et intérêts versés à un salarié abusivement licencié, en fonction de son âge, son ancienneté et de sa difficulté à retrouver un emploi.
A cet égard, ce barème indicatif, prévoit déjà moins que ce qui est prévu actuellement par le Code du travail. En effet, le Code indique qu'un salarié travaillant dans une entreprise de plus de dix salariés et ayant deux ans d'ancienneté est assuré d'obtenir six mois de salaire minimum en cas de licenciement abusif. Or, le barème « indicatif », ne prévoit plus que 3 ou 4 mois pour un salarié dans une situation identique...
Réponse de le 26/04/2017 à 18:14 :
Vous n'avez pas lu le programme Macron. Il est évidemment plus réaliste de négocier dans l'entreprise dans la mesure où nous ne sommes plus au 19e siècles, les entreprises sont spécialisées, diverses, sur des marchés différents etc. Le modèle de la Roumanie de Ceaucescu que propose le Pen ou de l'Argentine en son temps n'a jamais marché. Le Pen marche sur la tête tout comme quand elle préconise les biocarburants de 1ere génération. la photosynthèse à un rendement de moins de 3%, bonjour le désastre écologique, elle ne connaît rien à rien sinon à faire le cirque.
Réponse de le 27/04/2017 à 7:47 :
@chômeur: diviser pour mieux régner est toujours à l'avantage du plus fort. Dans le même métier, il est normal que tout le monde ait les mêmes règles. Comme dit Mélanchon, on ne peut pas non plus avoir un code de la route par rue :-)
Réponse de le 27/04/2017 à 9:07 :
@Réponse de Chômeur

"Il est évidemment plus réaliste de négocier dans l'entreprise dans la mesure où nous ne sommes plus au 19e siècles".

Et avec ce discours patronal tu es au chômage ,étonnant .Et je ne suis pas au FN, merci.
a écrit le 26/04/2017 à 17:46 :
La campagne tombe très bas avec le Pen, c'était à prévoir et le personnel de cette société en fait les frais. Le Pen raconte n'importe quoi, son programme est truffé d'inepties c'est scandaleux et il faut espérer qu'elle sera au plus bas des résultats et que nous soyons débarrassés de cette dynastie anti-gaulliste depuis plus de 60 ans qui a détourné un héritage à l'origine pour faire fortune et n'a jamais servi à rien pour la France.
a écrit le 26/04/2017 à 17:24 :
François ASSELINEAU dénonce l' arnaque Mélanchon ...

Macron, l' ultra européïste, coup marketing installé par Hollande, Attali et bfmtv, le surgissant ..venu du diable Vauvert, l' Attila des acquis sociaux de nos parents, qui a innocemment oublié de nous parler à Amiens de l' excellente viviane ..!

Viviane Reding, vice-présidente de la commission européenne : "Il n'y a plus de politiques intérieures nationales" ; "Les lois appliquées dans les 28 États membres sont, en très grande partie, décidées par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne...."

https://www.youtube.com/watch?v=EQZY05KA-bE


https://www.youtube.com/watch?v=aKwulw4JTd0
Réponse de le 26/04/2017 à 17:57 :
Oh le vilain usurpateur qui copie mon nom pour dénigrer MACRON .
Entre le pen et mélenchon , on mélenche torchons et serviettes ; deux extrémismes qui se rejoignent pour aller dans le mur de leur impasse . . L'élection ne se fait heureusement pas sur les réseaux sociaux , ni sur bfm mes dans les urnes et je suis convaincu que la jeunesse et l'EUROPE triompheront de ces vestiges du dernier millénaire .
a écrit le 26/04/2017 à 17:21 :
Le Pen semble copier les méthodes d'un certain Adolf et ses sbires, le coup de force, ça fait le buzz comme on dit, non ?
a écrit le 26/04/2017 à 17:19 :
Comme dirait M. ATTALI....une anecdote....6 millions de chômeurs....et là 286 emplois.....l'épaisseur du trait. Son déplacement était voué à l'échec, il n'a rien à proposer.....au moins sur ce point il a été honnête. Je pense à ces personnes qui vont perdre leur emploi. Très triste. Quant à Mme Le Pen....elle peut faire des selfies et des promesses, elle ne pourra au final rien faire...et les emplois en question seront passés par pertes et profits....
a écrit le 26/04/2017 à 17:09 :
Le cirque médiatico-politique continue. Opportunisme, démagogie, populisme du FN.
Ceci dit, les sèches-linge ménagers sont des gouffres en énergie. Des machines dont il faut absolument se passer vu le piètre service qu'elles rendent.
a écrit le 26/04/2017 à 16:37 :
Nous sommes malheureusement face au concret difficile et réel plus proche de Germinal que du virtuel des startups, Uber et autre Crowdfunding.
a écrit le 26/04/2017 à 16:32 :
Je trouvais déjà hypocrite et marketing de la part de Macron de ne venir à Amiens que maintenant. Avec le coup de Le Pen, on atteint des sommets de démagogie et d'exploitation marketing d'une situation grave.
Qu'apportent concrètement ces 2 candidats aux employés de Whirlpool Amiens? Leur emplois seront-ils sauvés de manière pérenne. J'ai vraiment l'impression qu'après s'être fait berner par leur employeur, ils se font maintenant berner par les politiques!!!
Réponse de le 26/04/2017 à 17:05 :
L'un propose de laisser leur usine fermer mais de les accompagner en les formant...sans aucune garantie pour leur avenir. L'Europe et l'ouverture à la mondialisation d'abord.
L'autre propose de mettre fin à ces délocalisations en taxant les produits importés de pays à bas coûts...
Réponse de le 26/04/2017 à 17:31 :
SI le FN veut garder l' usine rien de plus simple. il suffise que le FN demande (et d' impose) à tous les électeurs propriétaires de machine à laver d' acheter une Whirlpool à la place des modèles provenant de Turquie, Pologne, ...On attend les réactions des heureux acheteurs/électeurs qui achètent toujours au prix le plus bas leur électoménager !!!
Réponse de le 26/04/2017 à 17:33 :
@ Jeff
En taxant les importations, ceux à qui on exporte taxeront nos produits en réciprocité (ou représailles) et je suis sur que ça ne sera pas à notre avantage; Trump qui a promis aux citoyens US le même genre de mesures est en train de faire machine arrière. Ce n'est définitivement pas la solution. MLP essaie de faire croire ce genre de balivernes aux ouvriers de Whirlpool dont elle se fiche pas mal en fait.
Il vaut mieux essayer de trouver une solution constructive à base d'accompagnements et de formations sérieuses plutôt que promettre d'empêcher la fermeture qui arrivera tôt ou tard.
Réponse de le 26/04/2017 à 22:56 :
Taxer les importation : en outremer, ça existe déjà : ça s'appelle 'l'octroi de mer" ... vous avez l'impression que ça marche bien, vous ? regardez donc les critiques de cette taxe qui a entrainé les grèves aux antilles il y a quelques années, et qui renchéri de 20% l'ensemble des produits importés !!! demandez donc aux antillais ou réunionnais ce qu'il pense de cet impôt et des prix des autos par exemple !!! Ils vous répondront tous qu'ils commandent sur internet (non seulement pas d'octroi de mer, mais pas d'impôt payé en France DU TOUT !!!
déf wikipedia : L'octroi de mer est une taxe française, applicable à la plupart des produits importés, en vigueur dans les régions d'outre-mer. Elle est perçue par l'administration des douanes.
a écrit le 26/04/2017 à 16:31 :
Macron a été le conseiller de Hollande, puis le Ministre de Valls 49-3,

le triollet HollandeValls49-3 et Macron ont démantelé l'industrie française,

qui peut croire aux boniments de Macron ? il est incompétent et de la plus détestable mauvaise foi
Réponse de le 27/04/2017 à 9:20 :
Moi, j'y crois, cela fait déjà 1.
a écrit le 26/04/2017 à 16:00 :
Je reste circonspect, car la démarche me rappelle Hollande à Florange. Sûr que le patron de Whirpool va prendre les "aides" qu'on lui offira, mais une fois l'argent en poche tiendra-t-il ses promesses. Étant donné l'historique de cette démarche, j'en doute. Mais bon, j'espère me tromper :-)
a écrit le 26/04/2017 à 15:42 :
La relocalisation des entreprises au plus prés des consommateurs évitera des frais de douanes!
Réponse de le 27/04/2017 à 9:23 :
Vous ne comprenez pas comment fonctionne une industrie.
Plus les volumes sont élevés, plus les prix de fabrication sont bas.
Si par exemple, on installait une usine d'iPhone par pays européen, le prix de l'iPhone serait nettement plus élevé car le process de fabrication disseminé moins efficace.
Donc si on rapatrie en France la production de tout ce qu'on consomme, les prix monteront (ou la qualité baissera , au choix)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :