Présidentielle 2017  : Valls s'indigne des propos de Trump, le Medef ouvre ses portes à Le Pen

 |   |  547  mots
Manuel Valls juge très grave les propos tenus par Donald Trump à l’endroit de l'Europe.
Manuel Valls juge très grave les propos tenus par Donald Trump à l’endroit de l'Europe. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui : Manuel Valls qui regrette les propos de Trump sur l'Europe, le Medef qui va recevoir le FN, et NKM placée par Fillon pour les législatives.

En réaction aux durs propos de Donald Trump sur l'Europe, l'ancien Premier ministre français Manuel Valls a affirmé sur BFMTV que le futur président américain avait fait une « déclaration de guerre à l'Europe » quand il a qualifié le Brexit de « grande chose » ou la politique migratoire d'Angela Merkel d' « erreur catastrophique ». « C'est du jamais vu dans la relation entre les Etats-Unis d'Amérique et l'Europe. L'Amérique du Nord est l'alliée de l'Europe » et « il va falloir » que le futur président américain « en fasse la démonstration », a affirmé Manuel Valls.

« Beaucoup pensaient que Donald Trump, après son élection, allait se calmer. Mais on a oublié qu'un populiste peut vouloir mettre en œuvre son programme », a-t-il expliqué. D'après lui, Donald Trump « propose tout simplement la dislocation de l'Europe, sur les sujets commerciaux, sur les questions migratoires. Et n'oublions pas l'Alliance atlantique, la défense... C'est particulièrement grave », a ajouté le candidat à la primaire de gauche. Si Manuel Valls venait à l'emporter à la primaire de la gauche, puis à l'élection présidentielle en mai prochain, nul doute que les relations franco-américaines seront très tendues...

Le Medef ouvre ses portes à Le Pen

C'est une nouveauté : le Medef va discuter économie avec le Front national (FN). Le patron du syndicat patronal, Pierre Gattaz, a en effet choisi d'inviter la candidate frontiste à présenter son projet, indique l'Opinion, rompant avec la tradition anti-FN du Medef. « Il semble que les faits s'imposent au Medef avec le Brexit, la mise en œuvre de la politique de relocalisation industrielle de Donald Trump aux États-Unis ou encore avec le gouffre économique qui se creuse entre la France et l'Allemagne», s'est satisfait le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just. « Ils disent des méchancetés sur nous lorsqu'ils sont seuls à la télévision, mais ce sont des gens bien élevés par ailleurs », a-t-il ajouté.

« La position de Gattaz est pour une fois intelligente, elle est démocratique. Surtout que le FN est l'ami de toutes les entreprises, du petit commerçant, au géant français du CAC 40 », a indiqué au Figaro l'eurodéputé Bernard Monot, l'un des principaux conseillers économiques de Marine le Pen. « Je rappelle que nous sommes de vrais libéraux, partisans sans ambiguïtés de l'économie de marché et de la libre entreprise. J'espère que cette rencontre sera l'occasion de rassurer les chefs d'entreprise », a-t-il aussi expliqué.

Fillon fait une fleur à NKM

Selon Libération, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) s'apprêterait à recevoir un beau cadeau de la part de François Fillon. Elle devrait en effet être prochainement investie aux législatives de 2017 comme candidate LR dans la deuxième circonscription de Paris, qui regroupe les Ve, VIe et VIIe arrondissements. Une circonscription bien plus favorable à la droite que la 11ème circonscription (située pour l'essentiel dans le XIVe arrondissement de Paris), dans laquelle l'ancienne candidate à la primaire de la droite s'était installée, et où elle aurait été confrontée au député sortant, le frondeur socialiste Pascal Cherki. François Fillon est par ailleurs le député sortant de la deuxième circonscription parisienne. Il lui est donc d'autant plus aisé d'imposer NKM. Une offrande loin de faire l'unanimité à droite, selon Libération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2017 à 20:26 :
Truffé soc
a écrit le 17/01/2017 à 15:59 :
Le FN a voté le secret des affaires à l'unanimité, à savoir le droit de magouiller entre politiciens et hommes d'affaires, à l'assemblée européenne, avec les sociaux démocrates et les partis de droite, je pense quand même qu'il a montré suffisamment de gages de compromission pour être reçu par le medef hein.

Hé oui voter contre le système ce n'est certainement pas voter FN.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :