Brexit : s'il devient Premier ministre, Boris Johnson voudrait réduire la facture

 |   |  362  mots
Grande figure du Brexit, Boris Johnson fait partie des favoris pour succéder à Theresa May au poste de premier ministre.
Grande figure du Brexit, Boris Johnson fait partie des favoris pour succéder à Theresa May au poste de premier ministre. (Crédits : Toby Melville)
Accusé de mensonge pendant la campagne de référendum du Brexit, l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson fait figure de favori pour devenir Premier ministre. Si c'était le cas, il a déjà annoncé qu'il refuserait un Brexit dur.

Boris Johnson, considéré comme le favori pour succéder à Theresa May, a prévenu samedi que s'il devenait Premier ministre, il refuserait que le Royaume-Uni paie la facture du Brexit jusqu'à ce que l'Union européenne accepte de meilleures conditions de retrait.

"Nos amis et partenaires doivent comprendre que l'argent sera conservé jusqu'à ce que nous ayons plus de clarté sur le chemin à prendre", a dit ce partisan du "Brexit" dans un entretien au Sunday Times. "Dans un bon accord, l'argent est un excellent solvant et un très bon lubrifiant", a ajouté l'ancien ministre des Affaires étrangères, à l'occasion de sa première prise de parole depuis la démission de Mme May vendredi de la tête du Parti conservateur.

Plus de 40 milliards d'euros dans la balance

L'accord conclu entre Londres et Bruxelles, rejeté par le parlement britannique, prévoit notamment le règlement des engagements pris par le Royaume-Uni dans le cadre du budget pluriannuel en cours (2014-2020), qui couvre également la période de transition prévue par l'accord. Le texte ne donne pas de chiffres pour la facture, mais une méthode de calcul. Le gouvernement britannique a avancé un montant compris entre 40 et 45 milliards d'euros, des chiffres non confirmés du côté de l'UE.

Theresa May reste chef du gouvernement d'ici fin juillet, jusqu'à ce que le parti désigne son nouveau chef, qui deviendra aussitôt Premier ministre. M. Johnson est perçu comme le favori parmi la dizaine de candidats.

"Bojo" (54 ans) a été l'un des grands artisans de la victoire du Brexit au référendum de juin 2016. Il veut que le Royaume-Uni quitte l'UE le 31 octobre, accord renégocié ou pas. Apprécié par la base de son parti, l'ancien maire de Londres suscite en revanche des réactions plus contrastées chez les députés tories.

La justice britannique a rejeté le 7 juin les poursuites engagées contre Boris Johnson pour mensonge pendant la campagne du référendum du Brexit. Boris Johnson était accusé d'avoir sciemment menti, alors qu'il était maire de Londres, en disant que le Royaume-Uni versait 350 millions de livres (400 millions d'euros) par semaine à Bruxelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2019 à 9:54 :
thank you very nice website article
a écrit le 12/06/2019 à 13:51 :
L’Europe par rapport au pays qui souhaite sortir de sa zone c'est comme un pervers narcissique qui menace son ex conjoint de représailles si il le quitte . un chantage du type si tu me quitte voila la liste des choses que tu dois faire pour moi, si non tu reste et je te pardonnerai quand tu aura fait tous ce que je t'ordonnerai .
Je ne comprends même pas que cela fait plus de 2 ans que l’Europe se permette de menace un pays qui veut partir.
Réponse de le 13/06/2019 à 11:26 :
Ne pensez vous pas que cela soit le contraire ? Le pervers narcissique, n'est-ce pas celui qui veut partir, tout en laissant les dettes, en ne voulant plus payer pour la maison commune mais continuer à en bénéficier ?
L'Europe ne menace personne, elle dit "si vous voulez partir mais conservez certains des avantages de l'UE, va falloir être réglo. Sinon, vous pouvez partir en claquant la porte et débrouillez vous".
a écrit le 12/06/2019 à 8:39 :
Que cet incapable soit considéré comme le très probable prochain 1er ministre dépasse l'entendement. L'horreur étant que les autres candidats sont presque aussi mauvais, pauvre GB!
Réponse de le 12/06/2019 à 14:58 :
c'est vrais que vu l'état de l'ensemble des pays de la planète après le passage d'autant de génies de la politique, d élite , de 1er de la classe et de personne aussi estimable que vous on se demande bien pourquoi aujourd’hui les gens se retournent vers des incapables .
Toujours autant de guerre, de misère, de conflit, de pauvre, de famine, de pollution, de mépris, d'inculture, de mensonge et d’arrogance .
Si les "élites" avaient fait leur boulot correctement on ne verrait pas des personnes comme ça prendre le pouvoir dans les différents pays du monde.
Réponse de le 13/06/2019 à 11:34 :
On ne doit pas vivre sur la même planète. Grace aux "élites" que vous villipendez on est passé de 1900 à 2019 avec une hausse énorme de l'espéarnce de vie, une disparition massive des conflits armés (14-18 ou 39-45 c'était autrement plus violent que les horreurs Syriennes), un développement économique et technologique sans fin.
Cultivez vous et vous comprendrez que le monde d'aujourd'hui est sans commune mesure plus sécure, agréable, ouvert que celui d'hier.
a écrit le 11/06/2019 à 13:14 :
@johnmackagan 1 L' article 63 du TFUE (libre circulation des biens et des capitaux intra UE et hors UE) est celui qui permet précisément à la Chine et aux USA de faire leur marché dans l' UE sans que celle-ci soit jamais en capacité de s' y opposer. "L' Angleterre comme la France dans l' UE peuvent éviter de se faire bouffer" comme vous dites, cette propagande basique de l' UE qui permet de faire le poids est donc extraordinairement facile à démonter.

@bruno-bd Le Brexit a été ralenti parce que le gouvernement de T May était comme elle-même majoritairement pro Remain et n' était pas pour la sortie de l' Angleterre du boulet UE, un référendum a été organisé et emporté par le camp du Remain alors que le gouvernement était en faveur du Live ...
Le gouvernement anglais ne respecte donc pas la volonté démocratique du peuple qui n' a jamais demandé une sortie avec accord, lequel accord est d' ailleurs un gigantesque bobard puisqu' il ne consiste qu' en un retour aux règles qui prévalent dans l' OMC.
Un gouvernement du Brexit ou du Frexit doit être élu dans le seul but d' organiser la sortie. En réalité ce que redoutent les européistes n' est en soi qu' un retour de l' Angleterre vers la démocratie et devienne un témoin que les autres pays vont désormais imiter.
CQFD.
Réponse de le 13/06/2019 à 12:46 :
Ben disons que pour élire un gouvernement pour gérer le Frexit, dites moi qui. Même le RN qui prend ses ordres à Moscou comme vous ne parle plus de Frexit.
a écrit le 11/06/2019 à 11:59 :
BoJo le Clown.
a écrit le 10/06/2019 à 20:38 :
Johnson et brexit sans accord, il suffisait d' associer ses quatre mots pour mettre le feu à la fourmilière européiste à tel point qu' ils prennent peur et menacent de le poursuivre en justice pour avoir activé le No en mentant...! Et si on se prenait à regarder de plus près et de nouveau le bilan de l' Ue, chiche ?
Réponse de le 10/06/2019 à 22:35 :
En donnant quelques coups de pied dans la fourmilière UK, Bruxelles a fait sauter le gouvernement de sa majesté.
Et si les europhobistes commençaient à faire un bilan du "Brexit les doigts dans le nez", chiche? Parce que là ça fait trois ans d'impasse politique au RU.
Réponse de le 11/06/2019 à 8:07 :
Pour le moment c'est surtout à Londres que le feu fait rage. Et les faits sont têtus, quoi qu'il propose en matière de Brexit, Johnson ne trouvera pas de majorité parlementaire pour l'approuver, May en a déjà fait l'expérience. Pas sûr même qu'il obtienne la confiance aux Communes.
Réponse de le 11/06/2019 à 9:03 :
@johnbruno-bd Donnez nous une seule bonne raison qu' ont les anglais et les français et les autres de rester dans l' UE cet espace non démocratique do t les peuples ont un mal de chien à se défaire après qu' on les ait pressuré d' y entrer afin de pouvoir converser intelligemment sur le seul sujet qui vaille on reste ou on sort ....? Je note au passage votre habituel refus d' en poser le bilan !
Réponse de le 11/06/2019 à 10:08 :
"Donnez nous une seule bonne raison qu' ont les anglais et les français et les autres de rester dans l' UE"
Une seule raison: ne pas se faire bouffer par les USA. Oui je trouve que l'UE se montre beaucoup trop conciliante avec les USA mais grâce à Trump, ça change. Sinon Trump veut signer un nouvel accord commercial avec le RU or les USA ont 10 milliards de déficit commercial avec le RU, voyez-vous, Trump déteste ça. Alors pendant que vous nous rabâchez votre propagande sur l'UE non-démocratique , les vautours sont déjà en train de tourner autour du RU.
Réponse de le 11/06/2019 à 11:09 :
@Maigritude : je cherche surtout une seule bonne raison pour sortir de l'UE. Quand on voit le chaos politique au RU causé par le brexit (et dont aucun début de piste de solution n'émerge) en attendant le chaos économique en cas de brexit sans accord, et la montagne de questions en suspens il y a de quoi avaoir franchement peur d'un frexit (et ce d'autant plus que le peuple français est moins stoïque que le peuple britannique qui a supporté sans broncher le blitz, le FMI dans les années 70 et les purges économiques et sociales des années Thatcher).
Réponse de le 12/06/2019 à 8:43 :
décidement votre comprehension de ce sujet est en dessous de tout.
Réponse de le 13/06/2019 à 12:51 :
La fourmillière Européiste est manifestement plus lucide que de fou quant aux conséquences d'un no deal. Le no-deal, cela veut dire que UK a une dette de 40/50 M€ vis -à-vis de l'UE.
Quelques conséquences basiques - saisie de tous les biens détenus/sociétés par l'Etat UK en europe continental, arrêt des vols opérés par des compagnies UK en UE, blocage douanier complet, donc arrêt des importatoins de nourriture. Impossibilité pour les équipes de foot britanniques de se rendre en UE. Expulsion de tous les britanniques installés en UE vers UK, considéré comme des clandestins soudanais. Disparitoin complète de l'industrie auto UK qui vit de l'exportation vers UE.
UE souffrira aussi, c'est certain.
a écrit le 10/06/2019 à 19:26 :
Ce sont des propos de voyous. Ce monsieur Jonhson flirt avec les fake news depuis toujours. S'il devait mettre ses menaces à exécution, il faut espérer que la réaction européenne soit vive et musclée avec une mise au ban international.
a écrit le 10/06/2019 à 18:21 :
Visiblement, ce monsieur a quelques problèmes avec le droit international et européen.

La somme en question est liée à des sommes déjà acceptées par le Royaume-Uni; la question est celle du solde et de décompte définitif. L'engagement est irrévocable.

S'il ne paye pas... et bah c'est simple: l'Union cessera de payer les sommes liées aux programmes européens et qui transitent par le HM treasury par simple compensation jusqu'à extinction de la dette.

A ce jeu là, ils vont y perdre le peu de crédibilité diplomatique qui leur reste!
a écrit le 10/06/2019 à 16:51 :
Qu' est ce qui se passe quand il y a défaut sur la dette....?
Réponse de le 10/06/2019 à 19:01 :
Les 3 agences de notations mondiales principales viennent d'annoncer que les royaume unis ne serait pas sanctionné car pour ces agences il n'y a pas de Défaut sur la dette souveraine. Bref il ne se passera rien !
Réponse de le 10/06/2019 à 19:05 :
Les 3 agences de notations mondiales principales viennent d'annoncer que les royaume unis ne serait pas sanctionné car pour ces agences il n'y a pas de Défaut sur la dette souveraine. Bref il ne se passera rien !

LONDRES, 10 juin (Reuters) - Le non paiement des 39 milliards de livres (44 milliards d'euros) promis par Londres à l'Union européenne dans le cadre du projet initial de Brexit ne constituerait pas un défaut souverain, ont estimé lundi les trois principales agences de notation.
a écrit le 10/06/2019 à 16:09 :
L' Unio européenne est cuite, il faut multiplier les XIT avant d' y laisser jusqu' à sa dernière chaussette. "Ce qui est difficile, ce n'est pas de sortir de l'Union européenne.
Ce qui est difficile c'est que les européistes acceptent le verdict du suffrage universel". F Asselineau..
Réponse de le 10/06/2019 à 18:06 :
Je pense que c'est votre gourou qui n'accepte pas de n'avoir récolté que 1% des suffrages. C'est ça le verdict du suffrage universel. Vous avez raison multiplions les XIT. Exit l'UPR.
Réponse de le 10/06/2019 à 19:44 :
@Totititi Vous n'empêcherez pas la progression de l' idée des XIT avec vos incantations, ici le système européisme aux mains des 9 milliardaires copains à Macron s' est protégé en offrant notamment sur la première chaine TF1, 0H 0' et 0 seconde à l' UPR pour les européennes ce qui traduit l' exactitude des analyses d' Asselineau qualifié de seul véritable opposant au néolibéralisme qui dévore ce pays et l' UE.
Réponse de le 10/06/2019 à 20:13 :
@Tototiti Vous prenez vos rêves pour des réalités ? Il ne faut surtout pas vous désorienter car il y a maintenant en gros 1/3 des Français qui sont pour le Frexit au vu du dernier sondage aux européennes.
Si ça ne se traduit pas dans les résultats de l'UPR c'est juste à cause du "conflit de priorité" (personnes qui sont pour le Frexit mais positionnent leur priorité ailleurs) et à cause de l'attachement atavique des humains à leur "famille politique", souvent héritée de leur propre "famille tout court". On ne changera pas les humains avec ce côté affectif trop prégnant. Sinon pourquoi le parti de Nigel Farage fait 31 % et non pas 52 % si ce n'est par attachement et même agrippement à sa famille politique ?
Surtout, ne plus laisser les gens ricaner et dire que le Frexit ne pèse que 1 % mais dire au contraire que 1 français sur 3 est pour le Frexit.!
Réponse de le 11/06/2019 à 11:16 :
"Vous n'empêcherez pas la progression de l' idée des XIT "
Le désastre résultant du brexit, lui, y parviendra très bien. Il ne vous aura pas échappé que les pays d'Europe Centrale, pourtant pour la plupart dirigés par des eurosceptiques notoires, n'ont pas volé au secours du Royaume-Uni et se sont bien gardés de le suivre.
Le gag c'est que Johnson a beau vociférer il ne pourra trouver de majorité parlementaire pour aucune solution, entre le brexit sans accord et l'abandon du brexit avec ou sans référendum, et il n'est même pas sûr que des législatives anticipées permettrait d'en trouver une.
a écrit le 10/06/2019 à 13:58 :
L'Europe pour y voir plus clair M Boris Johnson, doit déclarer la guerre à l' Angleterre. C'est bon solvant et un très bon lubrifiant. Il n'y a pas mieux.
Réponse de le 11/06/2019 à 11:17 :
Il doit être possible pour l'UE de saisir les biens britanniques sur son sol.
a écrit le 10/06/2019 à 12:58 :
Avec lui comme premier ministre ,c'est vraiment " tomber de Charybde en Scylla " . Pauvres britishs
a écrit le 10/06/2019 à 12:12 :
Soyons cool comme Donald... Mes chers amis anglais ce sera pour commencer 20% de taxe de douane en plus si vous ne signez pas dans les 15 jours. Je pense que le Boris va trouver rapidement un stylo...
a écrit le 10/06/2019 à 11:49 :
C'est anue attitude caractéristique des anglais .... la parole a peu de valeur chez eux.
a écrit le 10/06/2019 à 11:34 :
L'UE, plus qu'une question de temps.

Tic tac, tic tac... ^^
Réponse de le 12/06/2019 à 8:50 :
yeah yeah, faites de beaux rêves...
a écrit le 10/06/2019 à 11:11 :
N'oublions pas qu'il s'agit d'une campagne électorale. Johnson promet ce qu'il pense lui apporter des voix, ensuite, en GB comme en France, il faudra satisfaire les sponsors, c'est à dire la grande finance, celle qui gagne à tous les coups, comme les actionnaires du complexe militaro-industriel. La vision des sponsors est que la GB devienne un paradis fiscal sûr et juteux aux portes de l'UE, comme le Delaware mais en mieux car hors des US. La demande est forte car le monde des affaires et les politiciens ont besoin de comptes secrets, de Hedge Fund, de Trusts et autres armes anti-fisc et judiciaires. D'autant plus, que les paradis fiscaux exotiques ont du plomb dans l'aile.
a écrit le 10/06/2019 à 10:58 :
Non les Anglais ne perdront rien à un Brexit dur parce que les taxes douanières c'est un peu un jeu à somme nulle. Si l'EU augmente ses taxes, alors les Anglais en feront autant.

Mais les Anglais peuvent même choisir de ne pas le faire.
Alors les consommateurs Européens vont payer plus cher les produits Britanniques (non on ne déménage pas en 15 jours une usine automobile) et les Anglais pourraient ne rien payer plus cher.

Au final les pragmatiques qui dirigent l'Europe, vont décider de ne pas appliquer de taxe aux Anglais: C'est à dire ce qu'on appelle un "Brexit dur". Et les Français vont une fois de plus passer pour des imbéciles grandiloquents.
Réponse de le 11/06/2019 à 11:25 :
(non on ne déménage pas en 15 jours une usine automobile)
Ca peut aller très vite surtout si du fait des droits de douane à l'importation dans l'UE les productions britanniques grand public (p ex les Nissan Qashquai et Juke, les Mini) deviennent invendables. En un mois les Qashquai iront rejoindre leurs proches cousines technologiques les Renault Kadjar à Palencia en Espagne, et les Juke iront à Flins.
a écrit le 10/06/2019 à 10:37 :
Plus le temps passe et plus tout le monde est prêt pour le hard brexit : ce sera un non évènement quand il se fera.
Et on souhaite très bonne chance à nos amis anglais, qui vont devoir se débrouiller avec Mr Johnson : ils vont en avoir besoin.
a écrit le 10/06/2019 à 10:17 :
De recul en recul , d attente en attente , le brexit suit , s en pouvoir s exercer au profit de ceux qui ne le désire pas , PPE en tète .
Ce cinéma orchestré par Barnier aux ordres de Junker va durer le plus longtemps possible au bénéfice des commanditaires . C est à dire la finance .
Depuis les élections notre Président est devenu silencieux sur le sujet , donc par déduction il envisage une alliance de son groupe avec le PPE .
Il rentre dans le rang Merkel à presque gagnée .
Presque car il y a les LR et les Verts .
Réponse de le 11/06/2019 à 11:33 :
Barnier a fait son boulot, il a négocié et abouti à un accord raisonnable avec T. May. Le cinéma (on pourrait parler de navet) vient du parlement britannique qui n'arrive pas à dégager une majorité sur quelque hypothèse que ce soit. Résultat pratique, on l'a vu aux européennes, les deux grands partis (Conservateurs et travaillistes) ambigus sur le brexit se sont ramassés, au profit de partis très clairs sur la question, le Brexit party en faveur du leave, certes, mais encore plus au profit des LibDem et des Verts, clairement opposés au Leave (leur score cumulé est supérieur à celui du Brexit party, et c'est encore plus net si on ajoute le SNP, très opposé au Leave aussi). .
Réponse de le 11/06/2019 à 18:17 :
@bruno , le problème n est pas Barnier qui à édité un compte rendu de plus de 500 pages et qui a fait son job , mais cette mascarade entre politiciens Anglais qui n a qu un but, reculé le temps du brexit en espérant comme vous même l avez devinez que l addition des no brexit devienne une évidence de la volonté des britanniques de rester dans l UE et surtout que le peuple dans sa très grande majorité adhère à cette volonté et rejette de fait le brexit .
a écrit le 10/06/2019 à 9:56 :
Boris avalera son chapeau. Il est grande gueule comme Trump, mais la GB n'est pas l'Amérique. Un hard brexit coûtera cher à l'Europe, mais encore beaucoup plus cher aux Anglais. Il leur faudra des années pour remonter la pente.
Réponse de le 11/06/2019 à 11:35 :
Il n'est pas sûr du tout que BJ obtienne une majorité au parlement.
a écrit le 10/06/2019 à 4:43 :
Avec Farage au parlement et le Boris dans le role de prime ministere, Bruxelles va avoir du grain a moudre et des nuits blanches.
Pensez 40/50 milliards en ardoise anglaise, de la bonne et solide.
Barnier devrait demissionner, c'est un incapable.
Réponse de le 10/06/2019 à 7:56 :
Vous dîtes vraiment n'importe quoi. Si ils refusent de payer leurs dus,eh bien ils pourront toujours se brosser pour savoir accès au marché européen dans de Bonnes conditions.la GB a toujours fonctionné sur le mode chantage. Qu'ils sortent une fois Pour routes.
Réponse de le 10/06/2019 à 9:35 :
Vous avez mal analysé ceux qui souhaitaient un Brexit avec ou sans accord dont le cher M. Boris se retrouvent aujourd'hui à vouloir négocier cette sortie, M. Barnier avec un mandat du Conseil et non de sa propre initiative a été droit dans le mandat qui lui a été confié. Par sa proposition! Boris commence déjà a reculer. Loin l'époque où il disait "on sort et au revoir l'Union" Boris un fort en G... . Le risque pour l'Union une Mme Merkel qui encore une fois avec son gouvernement descendra la culotte au niveau des chevilles, car l'Allemagne n'est plus un partenaire européen aussi fiable que l'a été ces prédécesseurs. Un nouvel accord plus avantageux pour le R.U mettrait à mal l'Union déjà en piteux état ce que je pense souhaite M. Johnson mais aussi M. Trump et malgré ce que l'on peut penser M. Obama. Les US n'ont jamais souhaité une Union forte et puissante cela aurait pu lui faire ombrage. Une Europe puissante et elle aurait pu l'être serait pour les US la pire des situations car l'Oncle Sam se trouverait face à deux autres puissances la Chine et l'Europe.
Réponse de le 10/06/2019 à 10:06 :
C'est exactement ça ! Avec une UE qui n'existe pas ce sera du beurre !
Réponse de le 10/06/2019 à 10:16 :
@matinscalmes Vous n'aimez pas Mr Barnier car au fond il a passé au rouleau compresseur votre discours sur l'UE faible, incapable de s'unir etc... Mais si vous avez tant de mal que ça à affronter la réalité, vous pouvez si vous voulez être dans le déni comme le fait "Titou" (commentaire plus bas) qui croit encore dur comme fer que l'UE est prête à s'agenouiller alors que le gouvernement du RU est en train de sauter. Comme je vous l'ai déjà dit la Corée du Sud où vous vivez est un protectorat US, le Japon également, ils deviendront des protectorats chinois. Vous êtes très bien placé pour savoir quel est l'intérêt de l'UE.
Réponse de le 11/06/2019 à 11:41 :
Farage n'est pas élu au parlement britannique et il n'est qu'en CDD de très courte durée au parlement européen (comme tous les autres eurodéputés britanniques), personne n'accordera la moindre attention à ses vociférations. Quant à Barnier il n'a pas failli dans sa mission, il me parait le mieux placé (même s'il n'est pas officiellement candidat) pour accéder à la présidence de la commission, c'est probablement le seul nom sur lequel puissent s'accorder les 3 groupes qui constitueront la majorité du parlement européen, le PPE, le PSE et ADLE. Quoi qu'en paense Farage.
Réponse de le 12/06/2019 à 5:15 :
A Europeen (et fier de l'etre,), Si les anglais ne paient pas, cette somme sera creditee sur les comptes de Bruxelles, c'est a dire que chaque pays contributeur (Dont la France) sera invite a payer encore un peu plus.
En cas de brexit dur ce qui est d'avance certain, le RU tombera alors dans l'escarcelle US.
La tete de pont americaine pourra alors declencher les hostilites. Votre belle union va disparaitre, question de temps. Achetez de l'or si vous avez des ecos.
a écrit le 09/06/2019 à 22:49 :
C'est bien joli d'avoir une grande "gueule", encore faut-il avoir les moyens de ses ambitions. A suivre.
Réponse de le 10/06/2019 à 8:49 :
vous évoquez plus que vraisemblablement votre squatter élyséen. C'est vrai qu'il n'a jamais eu les moyens de sa grande g... comme vous dites. On a les psdt qu'on mérite et qui vous ressemblent...
a écrit le 09/06/2019 à 22:34 :
S'il accède au 10 Downing Street, Boris Johnson va se trouver devant exactement la même équation parlementaire que Theresa May, quoi qu'il propose il n'obtiendra aucune majorité parlementaire. Son bail risque donc d'y être de courte durée.
a écrit le 09/06/2019 à 20:04 :
Les européens ont les cartes pas le R.U. si la somme de 45 mds est retenue cela fait pour chaque pays environ 1,7 mds c’est-à-dire une goutte d’eau . Pour la France déjà la fin du chèque Thatcher agricole soit actuellement plus d’un mds que nous signons tous les ans pour les british. Autre point que connait bien leur « allié » M. Trump les droits de douane que l'UE pourrait appliquer , enfin la fin de la « relation bancaire » ce fameux passe . J’attends de la France de la fermeté pour un Brexit dur. Ils veulent être hors Union c’est leur droit mais le notre n’est pas de baisser le pantalon. Ne pas oublier que l’Union se joue sur notre future relation avec le R.U .
a écrit le 09/06/2019 à 18:57 :
Quand Boris Johnson sera premier ministre, ça va être un cas d'école.
Soit il se plante lamentablement, soit il réussit (ce qui m'étonnerait vraiment)
Mais quoiqu'il en soit, c'est Trump qui gagne: la zizanie est partie pour durer!
Réponse de le 09/06/2019 à 22:38 :
Il a été un assez désastreux ministre des affaires étrangères, il fera un éphémère et désastreux premier ministre.
Réponse de le 10/06/2019 à 0:51 :
Trump gagne si la GB quitte l'UE sans accords et, aux abois, se retourne vers les USA pour signer un mega-accord commercial dont Trump ne doute pas qu'il sera totalement en défaveur de la GB.
Sans compter qu'il concernera aussi les acquis sociaux anglais, comme le NHS, que Trump voudrait voir confiée aux assurances privées.

On peut penser que le triomphe de Trump serait également une énorme défaite pour les anglais. Se "libérer" de l'UE pour tomber sous le joug des USA serait un triste paradoxe.

La réussite pour Johnson serait une sorte de statut quo des accords de libre échange avec l'UE et des licences bancaires de la City, mais sans la liberté de circulation, sans la cotisation, sans les normes...
Bref, le beurre, l'argent du beurre et la crémière.

Ca n'a aucune chance d'arriver, même avec un gros contingent de populo-nationalistes au parlement européen et la dead line est dans quelques mois seulement.
a écrit le 09/06/2019 à 18:44 :
il n'a pas juste bien compris ce que ca veut dire ' negociation', et ce que ca veut dire ' accord'
y a eu negociation, ca a debouche sur un accord, ce qui veut dire que les gens etaient d'accord
on ne renegocie pas un accord; a prendre ou a laisser
il va bientot faire comme les chinois et expliquer que finalement y a un accord qu'il a signe mais que finalement il ne va pas le respecter, vu que ca l'arrange pas trop sur ce coup la!
alternative, sortir sans accord ( mais ca il ne veut pas)...... deja que tt le monde se pose la question de rester la bas d'un point de vue industriel... meme la marmite est importee!
il pourra faire un super accord avec trump, qui ne manquera pas de l'aplatir, vu qu'il n'aura pas acces au marche unique et que trump veut acceder au marche europeen mais en passant par la petite porte!
a écrit le 09/06/2019 à 17:37 :
Pour les marchés financiers, il est impensable que le RU ne respecte pas sa parole sur des engagements antérieurs au Brexit: cela ferait désordre.
Je ne sais pas si monsieur Boris Johnson est candidat au poste de PM mais il est en train de se défausser pour ne pas être désigné... (comme il l'a déjà fait dans le passé récent)
Courage, Fuyons !
Cordialement
a écrit le 09/06/2019 à 16:15 :
Faux, il ne dit pas qu'il veut réduire la facture mais qu'il refusera de payer la « facture du Brexit » tant que l’UE ne proposera pas de meilleures conditions de divorce.
L'UE risque de s'en mordre les doigts d'avoir fait preuve d'autant de faiblesse.
Réponse de le 11/06/2019 à 11:44 :
Dans vos rêves...
a écrit le 09/06/2019 à 16:02 :
Le RU réalise 60% de ses échanges commerciaux avec le reste de l'UE.
En fait l'arnaque intellectuelle avec la fameuse sortie sans accord, c'est que si il n'y a pas d'accord, alors:
- soit les échanges commerciaux s’arrêtent net, ça n'arrivera pas puisqu'on ne va pas non plus les laisser mourir de faim et avec une pénurie de médicaments, j'exagère évidemment, mais pas tant que ça
-soit l'UE et le RU se balancent des taxes réciproques, je détaille un peu, pour simplifier la majeure partie des exportations du RU seront taxées tandis que la France par exemple ne réalise que 7% de ses exportations au RU (oui que 7%!). Et bien ça n'arrivera pas, les usines américaines et japonaises qui tournent au RU pour alimenter le marché unique seront rapidement délocalisées en Roumanie.
-soit le RU taxe plus fortement les biens de l'UE que l'UE taxe les biens du RU, cela n'arrivera pas car si les britanniques doivent payer 60% des produits importés plus chers, Boris Johnson risque de ne pas être populaire, deuxièmement Bruxelles ne
peut tout simplement pas l'accepter
-soit l'UE taxe plus fortement les produits venant du RU que le RU taxe les produits de l'UE, là par contre c'est probable, si le RU aligne ses taxes, l'UE peut jouer à l'escalade, le RU craquera en premier
-soit on maintient le statu quo et alors le RU n'est plus qu'un membre de l'UE sans droit de vote.
Je ne parle même pas du fait que la city est le grand hub commercial de l'UE et que Paris et Francfort n'attendent qu'à prendre la relève.
Bref, à moins qu'il y ait un petit malin qui s'imagine que le RU va signer plein d'accords commerciaux avec le monde entier et demander de l'aide au commonwealth, moi je viens de vous expliquer par A+ B pourquoi le RU va se plier aux conditions de l'UE en douce en appelant ça un Brexit dur.
Ah oui, sinon, il doit y avoir d'autres petits malins qui pensent que le RU va faire un mega accord commercial avec les USA, sachant que le RU est en fort excédent commercial avec les USA et que je suppose que Trump aimerait bien rectifier cela.
Boris Johnson a voulu le Brexit, enfin après avoir retourné sa veste, il a fait plein de calculs pour arriver premier ministre, son plan a été brillant. Maintenant la suite va être plus difficile...
Réponse de le 10/06/2019 à 11:54 :
Trump souhaite prendre votre chere Europe par la bande.
En faire une tete de pont en quelque sorte.
On prend les paris qu'il y parviendra ?
Par ailleurs, jamais la City ne cedera son business a Paris et Franckfort.
Son point fort reside dans sa fiscalite tres attrayante.
Les anglais ont bcp de ressources insoupsonnees.
Ils pencheront plutot pour un choix US. Meme langue et culture.
a écrit le 09/06/2019 à 13:39 :
40 milliards sur 25 pays c est ridicule

Les anglais vont y perdre 100 fois plus

Allons-y ça fera un cas d’école
La cité les constructeurs automobiles
et toutes l industrie anglaise va être très contente d avoir le blondinet LOL
Réponse de le 12/06/2019 à 9:16 :
. sans oublier l'agriculture qui aura du mal à ne pas couler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :